Exposition internationale de Bruxelles de 1897

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
EXPO Bruxelles 1897
Affiche pour l'exposition par l'artiste Art nouveau Henri Privat-Livemont
Affiche pour l'exposition par l'artiste Art nouveau Henri Privat-Livemont
Général
Type-BIE Universelle
Categorie Expo historique
Nom Exposition Internationale de Bruxelles
Fréquentation 7.800.000 visiteurs
Participant(s)
Pays 27
Localisation
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Ville Bruxelles
Site Parc du cinquantenaire
Coordonnées 50° 50′ 30″ N 4° 23′ 19.4″ E / 50.8417, 4.388722
Chronologie
Date d'ouverture 10 mai 1897
Date de clôture 8 novembre 1897
Éditions Universelles
Précédente Exposition universelle de 1893 , Chicago
Suivante Exposition universelle de 1900 , Paris

L'Exposition internationale de Bruxelles de 1897 est une exposition universelle qui s'est tenue à Bruxelles, en Belgique, du 10 mai au 8 novembre 1897.

Les sites[modifier | modifier le code]

L'exposition s'est déroulée sur deux sites différents. Le premier était situé au Parc du Cinquantenaire à Bruxelles et le deuxième, à Tervuren, consistait en une section coloniale consacrée à l'État libre du Congo, propriété personnelle de roi Léopold II. Les deux sites étaient reliés par une nouvelle ligne de tramway et par l'avenue de Tervuren, également tracée à cet effet.

Participation[modifier | modifier le code]

Vingt-sept pays ont participé à l'exposition qui a été visitée par 7,8 millions de personnes.

Liste des pays participants[modifier | modifier le code]

Europe

Allemagne, Autriche, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Danemark, Espagne, France (dont l'Algérie et la Tunisie), Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Russie, Suède, Suisse.

Afrique

État indépendant du Congo, Libéria

AMERIQUE LATINE et du NORD

Chili, Paraguay, République dominicaine, États-Unis.

ASIE

Perse, Turquie

Exposition coloniale[modifier | modifier le code]

L'exposition coloniale s'est tenue au Palais des Colonies (même si seul l'État libre du Congo y était représenté), conçu par l'architecte belge Albert-Philippe Aldophe. Dans le hall principal, Georges Hobé avait conçu une structure en bois de style Art nouveau évoquant la forêt. Hobé a utilisé le bilinga, un arbre africain. L'exposition présentait des objets ethnographiques, des animaux empaillés et dans le « Hall des grandes cultures », des produits provenant du Congo, comme le café, le cacao et le tabac. Dans le parc, un village congolais fut construit, où soixante Africains ont vécu pendant la période de la foire dans un zoo humain. Le succès de cette exposition a conduit à l'établissement du Musée royal de l'Afrique centrale en 1898.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Art Nouveau[modifier | modifier le code]

De nombreux artistes et architectes du courant architectural Art nouveau ont activement participé à l'exposition, comme Henry van de Velde, Paul Hankar, Gédéon Bordiau et Gustave Serrurier-Bovy, Henri Van Dievoet, Gabriel Van Dievoet.

Henri Privat-Livemont a dessiné l'affiche de l'exposition.

Malheureusement, suite à des conflits, le petit pavillon néo-classique appelé Temple des Passions humaines que Victor Horta a conçu pour abriter le haut-relief Les Passions humaines de Jef Lambeaux a vu son inauguration retardée en 1899.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]