Trinity (essai atomique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trinity.
Essai Trinity
Bulle de plasma de 300 mètres de diamètre formée par Trinity après 0,025 seconde.
Bulle de plasma de 300 mètres de diamètre formée par Trinity après 0,025 seconde.
Puissance nucléaire Drapeau des États-Unis États-Unis
Localisation Alamogordo, Nouveau-Mexique
Coordonnées 33° 40′ 38″ N 106° 28′ 31″ O / 33.6773, -106.4754 ()33° 40′ 38″ N 106° 28′ 31″ O / 33.6773, -106.4754 ()  
Date 16 juillet 1945
Type d'arme nucléaire A fission
Puissance 19 kt
Type d'essais Aérien

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Mexique

(Voir situation sur carte : Nouveau-Mexique)
Essai Trinity

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Essai Trinity
Précédent Sans Essai nucléaire Opération Crossroads Suivant

Trinity est le nom de code du premier essai nucléaire de l'histoire. L'explosion eut lieu le 16 juillet 1945 à Alamogordo au Nouveau-Mexique dans une zone désertique nommée Jornada del Muerto (« Étape du Mort »[1] ou « Parcours de l'Homme mort »[2]).

Finalisation du projet Manhattan lancé par les États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale, Trinity consistait en l'explosion d'une bombe au plutonium nommée « Gadget ». Semblable à une grosse boule, elle ne fut pas larguée d'un avion mais hissée au sommet d'une tour métallique. L'essai devait servir à valider des recherches menées sur l'arme atomique. À la suite de la réussite du programme, deux bombes seront larguées sur le Japon quelques semaines plus tard.

Préparatifs[modifier | modifier le code]

Essai de 108 tonnes d'explosifs[modifier | modifier le code]

Empilement d'explosifs du 100 Ton Test.

Pour calibrer les instruments de mesures et les divers appareils photographiques, une explosion de 108 tonnes de TNT mélangé à du RDX fut déclenchée le 7 mai 1945, c'était le 100 Ton Test. L'amas d'explosif était empilé sur une plateforme en bois à environ 700 mètres de l'hypocentre de Trinity. À l'intérieur du cube explosif se trouvaient des tubes avec environ 1 000 curies de produits issus du réacteur utilisé pour fabriquer le matériel des bombes (cela correspondait à 3,7×1013 becquerels). Le but de cette insertion de matière radioactive était d'analyser sa dispersion et d'évaluer les risques de contamination.

Montage de la bombe[modifier | modifier le code]

« Gadget » hissée au sommet de sa tour

Le 12 juillet 1945, la bombe arrive sur le site. « Gadget » est montée par les scientifiques dans le Ranch McDonald. Deux jours plus tard, elle est transférée près de la tour sur le lieu prévu pour l'explosion. Les ingénieurs insèrent le cœur en plutonium dans la bombe. Plus tard dans la journée, elle est hissée au sommet de la tour. Durant la nuit du 15 juillet, les détonateurs sont installés, l'engin est prêt.

L'explosion doit avoir lieu à h du matin mais est reportée à cause de mauvaises conditions météorologiques. Les membres de l'équipe craignent que la pluie augmente la contamination et que la foudre ne déclenche l'explosion. Vers h 45, un rapport fait état de meilleures conditions et indique que l'expérience peut avoir lieu. À h 10, le compte à rebours de 20 minutes est engagé.

Explosion[modifier | modifier le code]

Retombées radioactives autour du site de Trinity en direction du nord-est

À h 29 du matin (Mountain WarTime, soit 11 h 29 TU), la bombe explose et dégage une énergie de 19 kilotonnes de TNT (87,5 térajoules). Un cratère de 3 mètres de profondeur et de 330 mètres de diamètre se forme sur le lieu de la détonation. La silice contenue dans le sable s'est transformée en verre d'une couleur vert clair, appelé « trinitite » pour l'occasion.

Les montagnes aux alentours sont illuminées pendant deux secondes et le grondement de l'explosion atteint les observateurs après 40 secondes. Personne ne se trouve à moins de 9 kilomètres de l'explosion, il y a environ 260 personnes sur le site à ce moment.

L'onde de choc est ressentie à plus de 160 kilomètres et le champignon atomique atteint une altitude de 12 kilomètres. Le directeur de Los Alamos, Robert Oppenheimer, est l'un des spectateurs. Il dira plus tard qu'une citation de la Bhagavad-Gîtâ lui est venue à l'esprit : « Now, I am become Death, the destroyer of worlds » (qui se traduit en français par « Maintenant, je suis devenu la mort, le destructeur des mondes »)[3]. La mort fait ici référence à Shiva, dieu qui détruit pour mieux faire renaître. Le directeur du test, Kenneth Bainbridge, déclare qu'« à partir de maintenant, nous sommes tous des fils de putes »[4].

Le cratère sera remblayé durant les jours qui suivent l'explosion. Les militaires donnent comme explication un accident dans un dépôt de munitions et la cause exacte n'est pas rendue publique avant l'attaque sur Hiroshima. Le journaliste officiel du Projet Manhattan, William L. Laurence, a prévu plusieurs articles pour rapporter l'essai, allant de la réussite complète à un effroyable désastre avec la mort des scientifiques présents sur les lieux.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La boule de feu de Trinity quelques secondes après l'explosion. La silhouette jaune de la tour Eiffel donne une indication sur l'ampleur du phénomène (également valable pour l'explosion sur Nagasaki)

L'essai ayant pleinement réussi, la bombe au plutonium était opérationnelle et prête pour être larguée sur le Japon. Le 9 août, la bombe Fat Man explosa au-dessus de Nagasaki (la bombe Little Boy larguée sur Hiroshima était basée sur une technologie à base d'uranium enrichi). Les bombardements atomiques provoquèrent énormément de dégâts et de pertes humaines, ce qui incita le Japon à mettre fin à la guerre contre les États-Unis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rival 1995, p. 160.
  2. (en) Marc Simmons, Taos to Tomé: True Tales of Hispanic New Mexico, Albuquerque, N.M., Adobe Press,‎ 1978 (ISBN 0-933004-04-4, lire en ligne), p. 28 :

    « But recently historian Fray Angélico Chávez of Santa Fe has pointed out that the Spanish phrase actually means the "Route of the Dead Man." »

  3. (en) « J. Robert Oppenheimer "Now I am become death..." », sur Atomicarchive.com (consulté le 14 novembre 2008)
  4. (en) « The Trinity Test », Office of History and Heritage Resources (consulté le 14 novembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]