Vannevar Bush

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bush.

Vannevar Bush

Description de cette image, également commentée ci-après

Vannevar Bush à son bureau pendant la Seconde Guerre mondiale

Naissance 11 mars 1890
Everett dans le Massachusetts (États-Unis)
Décès 30 juin 1974
Belmont dans le Massachusetts (États-Unis)
Nationalité américain
Diplôme B.S., M.S. Tufts College 1913
D. Eng. MIT 1916
Directeur de thèse Arthur Edwin Kennelly
Étudiants en thèse Claude Shannon
Renommé pour National Science Foundation
Projet Manhattan]
Raytheon
analyseur différentiel
Distinctions Edison Medal (1943)
Medal for Merit (1948)
National Medal of Science (1963)
Atomic Pioneer Award (1970)
(et plus ci-dessous)

Signature

Signature de Vannevar Bush

Vannevar Bush, né le 11 mars 1890 à Everett dans le Massachusetts et mort le 30 juin 1974 à Belmont dans le Massachusetts, est un ingénieur américain, conseiller scientifique du président Roosevelt et chercheur au Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il est principalement connu en tant que maître d’œuvre de la recherche scientifique des États-Unis lors de la Seconde Guerre mondiale et comme l'un des inspirateurs d'Internet.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 11 mars 1890 à Everett (Massachusetts), il soutient sa maîtrise en 1913. Chargé des inspections du matériel de la US Navy entre 1914 et 1915, il obtient un doctorat au MIT et à l'université Harvard entre 1916 et 1917. En 1919, il intègre le département d'électrotechnique du MIT auquel il appartiendra 25 ans durant.

En 1922, il est l'un des fondateurs de l'American Appliance Company, renommée en 1925 en Raytheon.

En 1927, il est le coïnventeur de l’« analyseur différentiel », ordinateur résolvant des équations différentielles simples et se consacre dès lors aux appareils optiques, ainsi qu’au traitement automatisé des microfilms.

En 1932, Bush est nommé doyen de l’Institut, puis président du Carnegie Institute of Technology, (maintenant Carnegie Mellon University, voir Andrew Carnegie) et titulaire d’une chaire au NACA (National Advisory Committee for Aeronautics, centre de recherche dans le domaine de l’aéronautique et ancêtre de l'agence spatiale NASA) en 1938. C’est à cette époque que l'État américain fait appel à lui pour réorganiser différentes officines gouvernementales. En 1940, il est notamment chargé de l’organisation de la nouvelle National Defense Research Committee (NDRC) voulue par le Conseil de défense nationale et le président Franklin D. Roosevelt[1].

Le but du NDRC était principalement la conception de nouvelles armes. D’éminents scientifiques y furent employés, tels Nikola Tesla et Edward Condon (qui sera chargé de faire taire les rumeurs et de conclure scientifiquement à la non-viabilité de l’étude du phénomène OVNI). En 1947, le NDRC sera dissous en même temps que l’Office of Scientific Research and Development (OSRD), dont il était partie intégrante depuis juin 1940 par ordre exécutif.

En 1941, Bush prend la tête du OSRD et devient le maître d’œuvre de la recherche scientifique des États-Unis en guerre, avec d’importants effectifs, environ 6 000 scientifiques. Il sera une des têtes pensantes du projet Manhattan qui conférera l’arme atomique aux États-Unis.

Il est l'un des pionniers d'Internet, à travers notamment son article As We May Think, paru en 1945 dans le magazine Atlantic Monthly, dans lequel il prédit l'invention de l'hypertexte, selon les principes énoncés par Paul Otlet dans son Traité de documentation. Dans cet article, il décrit un système, appelé Memex, sorte d'extension de la mémoire de l'homme. Ce texte jette les bases de l'ordinateur et des réseaux informatiques. Il envisage de pouvoir y stocker des livres, des notes personnelles, des idées et de pouvoir les associer entre elles pour les retrouver facilement. Il y évoque déjà les notions de liens et de parcours, prenant pour modèle le fonctionnement par association du cerveau humain.

Au mois de juillet 1946, Bush est nommé directeur des Joint Research and Development Board (JRDB) aux départements de la guerre et de la marine. Cette organisation dépendait du Département de la Défense des États-Unis et s’efforçait de coordonner les travaux de recherche et de développement des différentes armes.

De septembre 1947 à octobre 1948, il dirige le Development Board of the National Military Establishment avant d’être nommé en 1948 à la tête de la firme AT&T, puis de Merck & Co. Directeur dès 1950 de la National Science Foundation (NSF), qui se proposait de « promouvoir l’avancement de la science, faire évoluer la santé, la prospérité et le bien-être national et sécuriser la Défense nationale ». Il en restera membre jusqu’en 1955.

Il est président de la MIT Corporation de 1957 à 1959, puis président honoraire jusqu’en 1971.

Il était franc-maçon[2].

Vannevar Bush meurt en 1974.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. à ce sujet les anecdotes rapportées par Florence Vidal, L'instant créatif, Flammarion,‎ 1984 (réimpr. 1992), 396 p. (ISBN 2-08064-638-9)
  2. (en) http://freemasonry.bcy.ca/biography/bush_v/bush_v.html