Particule β

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Particule bêta
Les trois types de particules et de radioactivité ;
1) radioactivité alpha due à des noyaux d'hélium, stoppée par une feuille de papier,
2) la radioactivité beta(électron ou positon), bloquée par une feuille d'aluminium
3) la radioactivité gamma absorbée par une épaisse feuille de plomb

Une particule bêta est issue d'une désintégration bêta par exemple du potassium 40.

Il existe deux formes de particules et radioactivité bêta[1][modifier | modifier le code]

  1. Il peut s'agir d'un électron dans le cas d'une désintégration de type β- et elle sera alors accompagnée d'un anti-neutrino électronique. Cette désintégration est provoquée par un excès de neutrons.
    Une particule bêta est presque similaire à un autre électron (par exemple ceux qu'on trouve dans le cortège électronique des atomes) à la différence près qu'elle possède une hélicité gauche[2]. En dehors de la radioactivité bêta, les électrons ont globalement une hélicité nulle.
  1. Dans le cas d'une désintégration β+, il s'agit d'un anti-électron (ou positron ou positon en français) et elle sera accompagnée d'un neutrino électronique. Cette désintégration est provoquée par un excès de protons.

Utilisations[modifier | modifier le code]

La Radioactivité β induite par ces particules présente des caractéristique faisant qu'on l'utilise depuis plusieurs décennies en autoradiographie pour le marquage radioactif et traçage radioactif de molécules dans des organismes ou mécanismes biologiques (biologie moléculaire, génie génétique et physiopathologie pour ce qui concerne par exemple les liaison, l'hybridation in situ ou encore l'immunohistochimie)[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Beta Decay », Lbl.gov,‎ 9 août 2000
  2. (en) J. D. Ullman, H. Frauenfelder, H. J. Lipkin et A. Rossi, « Determination of Electron and Positron Helicity with Møller and Bhabha Scattering », Phys. Rev., vol. 122,‎ 1961, p. 536 - 548 (DOI 10.1103/PhysRev.122.536)
  3. Barthe, N. (2007). L’imagerie bêta haute résolution]. Médecine nucléaire, 31(4), 193-201 (résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]