Louis de Bourbon (1974)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis de Bourbon (1974-))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louis de Bourbon.

Louis de Bourbon

Description de cette image, également commentée ci-après

Louis de Bourbon, en 2013.

Succession

Prétendant aux trônes de France et de Navarre

Depuis le 30 janvier 1989
(&&&&&&&&&&&0931225 ans, 6 mois et 0 jour)

Nom revendiqué « Louis XX »
Prédécesseur Alphonse de Bourbon
Biographie
Titulature « Duc de Touraine »
« Duc d’Anjou »
« Duc de Bourbon »
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Luis Alfonso Gonzalo Víctor Manuel Marco de Borbón y Martínez-Bordiú
Naissance 25 avril 1974 (40 ans)
Madrid (Espagne)
Père Alphonse de Bourbon,
duc de Cadix
Mère Carmen Martínez-Bordiú
Conjoint María Margarita Vargas Santaella
Enfants Eugénie de Bourbon
Louis de Bourbon
Alphonse de Bourbon
Religion Catholicisme romain
Description de cette image, également commentée ci-après

Prétendants au trône de France

Louis Alphonse Gonzalve Victor Emmanuel Marc de Bourbon, né à Madrid le 25 avril 1974 est connu, à la suite de son père et de son grand-père, sous le titre de « duc d’Anjou »[N 1], porté par leur ancêtre Philippe de France (1683-1746), petit-fils du roi Louis XIV, avant de devenir roi d’Espagne. Il est de nationalité espagnole et française.

Depuis le 30 janvier 1989, il est le chef de la branche aînée de la maison de Bourbon et est considéré par ses partisans, les légitimistes, comme l’héritier de la Couronne de France sous le nom de « Louis XX ».

Biographie[modifier | modifier le code]

État civil et nationalité[modifier | modifier le code]

À sa naissance, Louis de Bourbon est déclaré à l’état civil espagnol[1] comme « S.A.R.[2] don Luis Alfonso de Borbón y Martínez-Bordiú »[3], puis son acte de naissance est transcrit le 16 mars 1994 à l’état civil français au nom de « Louis Alphonse de Bourbon[4] ». Louis de Bourbon n’est cependant plus altesse royale en Espagne depuis 1987, cette distinction ayant été accordée à son père par Francisco Franco et n’étant pas reconnue ni attribuée par la maison de Bourbon[5]. Selon certaines sources, l’administration française aurait délivré à Louis de Bourbon une carte nationale d’identité au nom de « S.A.R. de Borbon, duc d’Anjou, Louis Alphonse[6] ». Il possède depuis sa naissance la double nationalité : française par son père (lequel était né de mère française) et espagnole par sa mère et par son père.

Enfance[modifier | modifier le code]

Louis de Bourbon est le second fils d’Alphonse de Bourbon (1936-1989), duc de Cadix, « duc d’Anjou », et de son épouse Carmen Martínez-Bordiú y Franco (née en 1951), fille de Cristóbal Martínez-Bordiú, 10e marquis de Villaverde, et de Carmen Franco y Polo, duchesse de Franco, grande d’Espagne. Louis de Bourbon est également l’arrière-petit-fils de Francisco Franco, qui dirigea l’État espagnol de 1939 à 1975 avec le titre de Caudillo. Le père de Louis de Bourbon, Alphonse de Bourbon, était le neveu de Juan de Borbón (troisième fils d’Alphonse XIII), ce même Juan de Borbón étant père du roi Juan Carlos Ier.

Il est baptisé dans la religion catholique le 3 mai 1974 au palais royal du Pardo, près de Madrid, avec comme parrain son grand-père paternel (absent à la cérémonie et représenté par Gonzalve de Bourbon) et comme marraine son arrière-grand-mère maternelle Carmen Polo y Martínez-Valdés (l’épouse de Francisco Franco).

D’abord titré par son père « duc de Touraine » le 19 septembre 1981, Louis-Alphonse de Bourbon fut ensuite titré « duc de Bourbon » le 27 septembre 1984, après la mort accidentelle de son frère aîné François de Bourbon (1972-1984).

Études et activités professionnelles[modifier | modifier le code]

Après son baccalauréat obtenu au lycée français de Madrid, il poursuit des études universitaires en sciences économiques et financières et obtient un master en finances (administration et direction des entreprises) au CUNEF (Colegio universitario de estudios financieros, Madrid). Il a également participé au programme MBA d’une université.

Louis souhaite effectuer son service militaire en France mais fait face au refus des autorités françaises, comme son père avant lui.[réf. nécessaire] Il intègre finalement l’Armée de l’air le 14 décembre 1998, sur la base d’hélicoptères d’Armilla, où il suit une formation militaire. Il émet ensuite, en vain, le vœu de compléter sa formation par un passage dans la Marine française.

Il travaille trois ans pour la banque BNP Paribas à Madrid, puis, actuellement, pour la banque vénézuelienne Banco Occidental de Descuento, banque que dirige son beau-père à Caracas.

Il parle couramment plusieurs langues, pratique plusieurs disciplines sportives, en particulier l’équitation, le hockey sur glace, la natation et le polo. Il participe régulièrement à des régates.[réf. nécessaire]

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Altos de Chavon.
Louis de Bourbon en 2006.

Il épouse, lors d’une cérémonie civile le vendredi 5 novembre 2004 à Caracas (Vénézuela), Marie-Marguerite Vargas Santaella, issue d’une riche famille vénézuélienne, qui a acquis la nationalité française en 2012[7]. La cérémonie religieuse a lieu le lendemain, samedi 6 novembre 2004 à 19 heures, en l’église Saint-Stanislas de Cracovie du village de Altos de Chavon de la station balnéaire Casa de Campo[8] situé dans la commune de La Romana (République dominicaine). La presse people retient surtout qu’il porte l’uniforme de bailli grand-croix de dévotion de l’ordre de Malte et le cordon et la plaque de l’ordre du Saint-Esprit, dont il est in partibus le « 19e souverain grand-maître » (l’ordre du Saint-Esprit a été supprimé en France en 1830, mais cette suppression par le roi des Français Louis-Philippe n’est pas reconnue par les légitimistes ; le « duc d’Anjou » avait été reçu chevalier du Saint-Esprit par son père en 1988). Après avoir vécu à Caracas puis à New York, ils se sont installés à Madrid.

De cette union sont nés :

Les jumeaux sont baptisés le 5 septembre 2010 au Vatican, dans la basilique Saint-Pierre par le cardinal Angelo Comastri, vicaire général du pape Benoît XVI.

Prétendant légitimiste au trône de France[modifier | modifier le code]

Il déclare le 19 avril 2000, être « le successeur des rois de France », après la mort de son père dans un accident de ski (il est blessé au cou par un câble métallique tendu au travers de la piste) aux États-Unis, le 30 janvier 1989. Il prend désormais comme nom usuel « Louis » tout court et reprend le titre de « duc d’Anjou » de son père et de son grand-père.

La querelle qui oppose légitimistes et orléanistes se poursuit puisque ces derniers invoquent le traité d’Utrecht de 1713 comme acte de renonciation de Philippe de France, ancêtre direct d’Alphonse de Bourbon, à ses droits sur le trône de France. Les légitimistes maintiennent que, selon les lois fondamentales du royaume, la couronne est indisponible ; aucun traité ne peut donc interférer sur l’ordre de succession de France.

Louis de Bourbon est depuis le 16 juin 1994 membre titulaire de la Société des Cincinnati de France, où il représente Louis XVI qui par son aide militaire avait permis l’indépendance des États-Unis d’Amérique ; il est en effet, conformément aux statuts de cette société, l’aîné des collatéraux en ligne masculine du roi, à défaut de descendance mâle subsistante.

En décembre 2010, il collabore avec le président Nicolas Sarkozy pour la réinhumation de la tête du roi Henri IV dans la nécropole royale de la Basilique Saint-Denis. Selon Jean-Pierre Babelon, Nicolas Sarkozy prévoit initialement une cérémonie pour mai 2012[13]. Cependant, la controverse autour de la relique et la campagne présidentielle repoussent la date de la célébration et le projet est ensuite abandonné par François Hollande[14].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Le 8 janvier 2013, il s'investit dans le débat politique français en s'exprimant publiquement contre le projet de loi introduisant le mariage homosexuel en France[15]. Il réitère son soutien au mouvement issu de la contestation de cette loi dans une interview accordée au Mouvement Catholique des Familles en décembre 2013[16].

Le 25 janvier 2014, au terme d'une cérémonie d'hommage au roi Louis XVI, tenue en la chapelle expiatoire, il prononce un discours où il déclare son soutien au projet de loi restreignant le droit à l'avortement en Espagne, qu'il salue comme un changement législatif majeur[17].

Querelles dynastiques françaises[modifier | modifier le code]

Arguments[modifier | modifier le code]

Louis de Bourbon est contesté dans ses droits de successeur possible des rois de France et de Navarre par les orléanistes.

Article détaillé : Querelles dynastiques françaises.

Armes et nom de famille[modifier | modifier le code]

Armoiries des rois de France.

Depuis l’extinction des Bourbons de la branche aînée, à la mort sans enfant du comte de Chambord en 1883, les Bourbons d’Anjou sont devenus la branche aînée de la Maison de Bourbon, et portent ainsi depuis cette date les pleines armes de la Maison de Bourbon (ou de France).

En 1988, la justice française a débouté Henri d’Orléans en sa demande d’interdire le port des armes pleines de France à Alphonse de Bourbon, père de Louis de Bourbon, du fait « que selon les anciennes coutumes, les armes pleines étaient réservées aux aînés, les cadets devant introduire une brisure dans leur blason ; qu’ainsi, les princes de la maison d’Orléans, branche cadette des Bourbons, portaient, y compris le roi Louis-Philippe, les armes des Bourbons avec un lambel (brisure) d’argent[18] ».

Henri d’Orléans a aussi été débouté le 29 mars 2000 dans une requête présentée devant le tribunal de grande instance de Paris afin de prendre comme patronyme celui de Bourbon et abandonner celui d’Orléans[19], refus confirmé le 1er février 2001 par un arrêt de la 1re chambre de la Cour d'appel de Paris[19], arrêt entériné le 30 septembre 2003 par la Cour de cassation[19].

Décorations[modifier | modifier le code]

Chevalier de l’ordre du Saint-Esprit Chevalier de l’ordre du Saint-Esprit (1988) (décoration contestée)
Chevalier de l’ordre de Saint-Michel Chevalier de l’ordre de Saint-Michel (décoration contestée)
Bailli grand-croix d’honneur et dévotion de l’ordre de Malte Bailli grand-croix d’honneur et dévotion de l’ordre de Malte (2000)[20]

Titulature[modifier | modifier le code]

Titres et honneurs
Louis, « duc d’Anjou »

Description de l'image  Grand Royal Coat of Arms of France.svg.
Prédicat Son Altesse Royale
Style oral Votre Altesse royale
Style alternatif Monseigneur

En Espagne[modifier | modifier le code]

En Espagne, les titres que porte Louis de Bourbon sont des titres réguliers accordés par l’État espagnol puis par la monarchie espagnole depuis sa naissance.

  • 25 avril 1974 — 6 novembre 1987 : Son Altesse royale Luis Alfonso de Borbón y Martínez-Bordiú
  • depuis le 6 novembre 1987 : Son Excellence Luis Alfonso de Borbón y Martínez-Bordiú

Le décret 3226 du 22 novembre 1972 du général Franco donne à Alphonse de Bourbon le titre de duc de Cadix, avec prédicat d’altesse royale, et offre à « ses descendants directs » le même prédicat[21]. Néanmoins, le décret royal 1368 du 6 novembre 1987 de Juan Carlos Ier rend le titre de son père viager et le prédicat d’altesse royale intransmissible aux « consorts [et] enfants » (dispositions transitoires)[22].

En France[modifier | modifier le code]

En France, les titres que porte Louis de Bourbon ne sont pas reconnus par la République française, mais simplement par ses partisans légitimistes.

  • 25 avril 1974 — 19 septembre 1981 : Son Altesse royale le « prince Louis-Alphonse »
  • 19 septembre 1981 — 27 septembre 1984 : Son Altesse royale le « duc de Touraine »
  • 27 septembre 1984 — 2 février 1989 : Son Altesse royale le « duc de Bourbon »
  • depuis le 2 février 1989 : Son Altesse royale le « duc d’Anjou »

En raison de sa position de chef de la maison de Bourbon, mais surtout d’aîné des Capétiens, Louis de Bourbon est considéré comme de facto le chef de la maison royale de France par une partie des royalistes français, cette position fait de lui l’actuel roi titulaire de France aux yeux des légitimistes. Si jamais il venait un jour à monter sur le trône et à devenir roi de France, il prendrait le nom de « Louis XX ».

Ce titre lui est contesté par Henri d’Orléans, chef de la maison d’Orléans, qui s’estime également chef de la maison de France.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aucune autorité souveraine n’a octroyé le titre de duc d’Anjou depuis Louis XV (en faveur de son petit-fils Louis-Stanislas-Xavier, comte de Provence, futur Louis XVIII) ce qui en fait un titre de courtoisie. Le titre de « duc d’Anjou » est aussi porté depuis 2004 par Charles-Philippe d’Orléans, neveu de l’actuel « comte de Paris ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance n°4191, en date du 24 mai 1974.
  2. Le décret de 1972 faisant de son père S.A.R. le duc de Cadix attribua à ses enfants nés et à naître le prédicat d’altesse royale, selon C. de Badts de Cugnac et G. Coutant de Saisseval, Petit Gotha.
  3. Patrick Van Kerrebrouck avec la collaboration de Christophe Brun (préf. Hervé Pinoteau), Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison de France, t. 4 : La maison de Bourbon - 1256-2004, 2e éd., vol. 1, p. 270, note 1, Villeneuve d’Ascq : Patrick Van Kerrebrouck (auto-édition), 2004, 49p. (ISBN 2950150950).
  4. Idem, vol. 1, page 270, note 1.
  5. (es) José Apezarena, Luis Alfonso de Borbón : un príncipe a la espera, Barcelone, Plaza & Janès,‎ 2007, 24 cm, 604-[16] p. (ISBN 978-84-01-30552-8, notice BnF no FRBNF42283760), p. 465
  6. Curieusement Borbon et non Bourbon. (Mêmes références que ci-dessus, vol. 1, page 270, note 2.) Son père possédait bien un passeport français au nom de « S.A.R. de Bourbon, duc d’Anjou, Alphonse, Jacques » (reproduit sur le site de Rue89). La réglementation actuelle ne permet pas en principe une telle mention, les titres de noblesse ne pouvant figurer, s’ils sont réguliers et vérifiés par le garde des Sceaux, que dans les actes de l’état civil ou notariés, les jugements, etc., à l’exclusion des cartes nationales d’identité et des passeports, et les prédicats n’ayant aucune existence légale en France. (Lire Qu’est-ce que la noblesse ?, Alain Texier, éditions Tallandier, et manuels courants de droit de la famille). À noter cependant que, s’agissant des « familles ayant régné sur la France » — et ici des Bourbons dits d’Espagne, depuis que certains d’entre eux disposent de la nationalité française (soit deux générations) —, titres de courtoisie et prédicats figurent parfois, selon, semble-t-il, le bon vouloir du préfet compétent pour délivrer le papier d’identité et de son ministre de tutelle, le ministre de l’Intérieur.
  7. « L’épouse du prince Louis de Bourbon acquiert la nationalité française », sur Le Figaro,‎ 1er novembre 2012 (consulté le 2 novembre 2012)
  8. Casadecampo.com
  9. Le duc et la duchesse d’Anjou avec leur famille lors du baptême de leur fille.
  10. Royaute.org
  11. a et b Lettre du secrétariat de l’institut de la maison de Bourbon.
  12. et dépêche AFP : http://www.elconfidencialdigital.com/Articulo.aspx?IdObjeto=25056 Royaute.org
  13. http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/01/24/le-sort-de-la-tete-d-henri-iv-entre-les-mains-du-president,224461.php
  14. *Stéphane Gabet et Philippe Charlier, Henri IV, l'énigme du roi sans tête, La librairie Vuibert, février 2013, 155 pages, (ISBN 978-2-311-01367-2)
  15. Manifeste du duc d'Anjou contre le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe.
  16. Entretien avec le prince Louis, duc d'Anjou, chef de la Maison de Bourbon.
  17. Discours du 25 janvier 2014 de Louis, duc d'Anjou.
  18. Tribunal de grande instance de Paris, 21 décembre 1988, Prince Henri d’Orléans, JCP 89.II.21213 Sur le port des armes pleines. Attendu que les armoiries sont des marques de reconnaissance accessoires du nom de famille auquel elles se rattachent indissolublement, que cette famille soit ou non d’origine noble ; qu’il s’ensuit que les armoiries sont l’attribut de toute la famille, et qu’elles jouissent de la même protection que le nom lui-même ;
    Attendu que les armes en litige, constituées de « trois fleurs de lys d’or en position deux et un sur champ d’azur » n’ont été celles de France qu’autant que régnait l’aîné de la Maison de Bourbon à laquelle elles appartiennent - qu’elles sont devenues emblèmes privés à l’avènement du roi Louis-Philippe ;
    Attendu que selon les anciennes coutumes, les armes pleines étaient réservées aux aînés, les cadets devant introduire une brisure dans leur blason ; qu’ainsi, les princes de la Maison d’Orléans, branche cadette des Bourbons, portaient, y compris le roi Louis-Philippe, les armes des Bourbons avec un lambel (brisure) d’argent ;
    ... que le port de ces armes sans brisure, qui résulte d’un usage ouvert et constant des Bourbons d’Espagne depuis plus de cent ans...
    Par ces motifs, le Tribunal, - déclare irrecevable Henri d’Orléans en ses demandes d’interdiction de port de titre et d’armoiries, ainsi que Ferdinand de Bourbon-Siciles et Sixte-Henri de Bourbon-Parme en leur intervention ; laisse au demandeur et aux intervenants la charge des dépens.
    Confirmé par la cour d’appel de Paris, 22 novembre 1989, appel de TGI Paris 21.12.1988 ; D.90, I.R. 4 ; JCP 90.II.21460 ; GP 08.03.1990. Source : Droit héraldique français.
  19. a, b et c Patrick Van Kerrebrouck avec la collaboration de Christophe Brun (préf. Hervé Pinoteau), Nouvelle histoire généalogique de l’auguste maison de France, t. 4 : La maison de Bourbon - 1256-2004, 2e éd., vol. 2, pages 572-573, note 1, Patrick Van Kerrebrouck (auto-édition), Villeneuve d’Ascq, 2004, 518 p. (ISBN 2950150950).
  20. Versailles, 24 juin 2000.
  21. [PDF] (es) « Decreto 3226/1972, de 22 de noviembre, por el que se concede a S. A. R. Don Alfonso de Borbón y de Dampierre la facultad de usar en España el título de Duque de Cádiz, con el tratamiento de Alteza Real », sur Agencia Estatal Boletín Oficial del Estado,‎ 22 novembre 1972
  22. [PDF] (es) « Real Decreto 1368/1987, de 6 de noviembre, sobre régimen de títulos, tratamientos y honores de la Familia Real y de los Regentes », sur Agencia Estatal Boletín Oficial del Estado,‎ 6 novembre 1987

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Thierry Ardisson, Louis XX : Contre-enquête sur la monarchie :
    • Première édition : éditions Olivier Orban, Paris, 1986, 256 p., (ISBN 2-85565-334-7), (notice BnF no FRBNF348781259)
    • Réédition au format de poche : éditions Gallimard, coll. « Folio » no 1912, Paris, 1988, 249 p., (ISBN 2-07-037912-4), (notice BnF no FRBNF34932638x) — Réédition précédée de : Lettre ouverte à M. Thierry Ardisson sur la monarchie française, par Alain Decaux.
  • (en) Olga S. Opfell, Royalty Who Wait: The 21 Heads of Formerly Regnant Houses of Europe, éditions McFarland & Company, Jefferson (Caroline du Nord), 2001, vi + 248 p., (ISBN 978-0-7864-0901-3), (LCCN 00068375). Le chapitre (p. 11-32) relatif à Louis de Bourbon est titré : « H.R.H. Louis-Alphonse, Prince of Bourbon, Duke of Anjou: Royal House of France (House of Bourbon) ».
  • (es) José Apezarena, Luis Alfonso de Borbón: Un príncipe a la espera, Barcelone, éditions Plaza & Janés, 2007, (ISBN 978-84-01-30552-8)
  • Daniel de Montplaisir, Louis XX. Petit-fils du Roi Soleil, éditions Jacob-Duvernet, 2011 (ISBN 978-2-8472-4341-3)
  • Yves Derai et Jean-Baptiste Giraud, Un Roi pour la France ?, Paris, éd. Du Moment, 2014, (ISBN 978-2354172480)