Nonce apostolique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nonce (homonymie).
Godfried Danneels et Karl-Josef Rauber, Nonce apostolique pour la Belgique et Luxembourg (2003-2009)

Le nonce apostolique (de l'italien nunzio, lui-même du latin nuntius « message » ou « messager ») est un agent diplomatique du Saint-Siège, accrédité comme ambassadeur de ce dernier auprès des États.

Contrairement à l'usage habituel pour les titres d'ambassadeurs, suivis de la capitale de l'État d'accréditation (par exemple : « ambassadeur de Belgique à Moscou »), le titre de nonce est suivi du pays de la légation (exemple : « nonce apostolique au Canada »).

Historiquement, le terme de nonce est réservé à l'agent diplomatique du Saint-Siège, bien que l'on nommât également autrefois nonces les députés de la noblesse polonaise dans les diètes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès les premiers siècles de l'ère chrétienne, les papes envoient comme représentants des clercs — diacres, prêtres ou évêques — aux conciles tenus loin de Rome. Ils sont alors qualifiés de « légats ». À partir du Ve siècle, la papauté bénéficie d'un représentant à la cour impériale de Constantinople, l'apocrisiaire. Cette institution devient permanente à partir de 683, sous le pontificat de Léon II. Au Moyen Âge, l'usage des légats a latere se répand. On rencontre alors à partir du XIe siècle l'appellation « légat et nonce » ou encore « nonce et ambassadeur ».

La naissance de la diplomatie moderne, dont celle du Saint-Siège, est généralement datée de la fin du XVe siècle, en l'espèce sous les pontificats de Sixte IV et Alexandre VI. Il est difficile de savoir si la nonciature émerge sur le modèle des ambassades permanentes des États, ou si elle naît des collectoreries, circonscriptions territoriales de la fiscalité pontificale. Cependant, dès 1530, il existe des nonciatures permanentes en Espagne, en France, à Venise et dans le Saint Empire. En 1560, peu avant l'ouverture de la troisième session du concile de Trente, Pie IV accorde aux ducs de Toscane et de Savoie des nonciatures, respectivement à Florence et Turin. Seront ensuite créées celles de Cologne, de Lucerne ou encore de Bruxelles. À Cologne, le nonce est accrédité non seulement auprès du prince-électeur, mais aussi de beaucoup d'autres princes allemands. À la fin du XVIe siècle, sous le pontificat de Grégoire XIII, le système est mis en place et perdure encore aujourd'hui dans ses grandes lignes.

Hiérarchie[modifier | modifier le code]

De nos jours, le nonce apostolique est un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de première classe. En vertu des dispositions du Congrès de Vienne (1815), confirmées par l'art. 16-3 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques du 18 avril 1961, il possède de droit le titre honorifique de « doyen du corps diplomatique » dans l'État où il est accrédité. Certains nonces apostoliques sont mis à disposition de la Secrétairerie d'État ; ils sont résidents à Rome.

Le pro-nonce est un prélat de même rang diplomatique, mais auquel le titre de doyen n'est pas attaché de droit ; il peut cependant l'obtenir, à l'instar de ses collègues, à l'ancienneté (déterminée suivant la date de son accréditation). Par le passé, le terme désignait le nonce d'une légation de première classe (donnant droit à une promotion cardinalice en fin de mission) créé cardinal mais n'ayant pas encore reçu le chapeau. Celui-ci était remis soit par le chef d'État, dans un État catholique[1], soit par le pape lui-même. En 1965, le classement des nonciatures a disparu et avec lui la possibilité de promotion automatique.

L’internonce est d'abord un agent diplomatique par intérim, en attente de la nomination d'un nonce. À partir de 1829, sa fonction est devenue permanente : c'est un agent ayant rang de ministre plénipotentiaire envoyé dans les pays jugés de second rang ou de confession non catholique, comme les Pays-Bas. La plupart du temps, l'internonce est un protonotaire apostolique, donc sans dignité épiscopale. L'envoi d'un internonce est souvent délicat, car il froisse la susceptibilité du pays accréditateur. En conséquence, Jean XXIII décide en 1961 de conférer à tous les internonces le rang d'archevêque titulaire ; en 1965 Paul VI les remplace par des pro-nonces permanents. Le titre n'existe plus aujourd'hui.

Le délégué apostolique est un prélat pouvant être aussi en même temps nonce apostolique, mais qui est nommé en tant que délégué représentant du Saint-Siège dans certaines organisations notamment internationales, ou encore quand il n'est pas accrédité auprès des autorités gouvernementales en question[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La France, l'Espagne, l'Autriche et le Portugal bénéficiaient de légations de première classe et donc du privilège de remise du chapeau. En France, la dernière a eu lieu en 1953 en l'honneur du cardinal Roncalli, futur Jean XXIII, l'officiant étant le président Vincent Auriol.
  2. Jean Passicos, « Nonce apostolique », sur universalis.fr, Encyclopædia Universalis (consulté le 24 mai 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lucien Bély, Espions et ambassadeurs au temps de Louis XIV, Fayard, Paris, 1990 (ISBN 2-213-02446-4) ;
  • Pierre Blet :
    • Philippe Levillain (dir.), Dictionnaire historique de la papauté, Paris, Fayard,‎ 2003 (ISBN 2-213-618577),
    • Histoire de la représentation diplomatique du Saint-Siège des origines à l'aube du XXe siècle, publications des Archives secrètes du Vatican, Collectanea Archivi Vaticani no 9, 1990 (2e édition) ;
  • (it) M. Oliveri, Natura e funzioni dei legati pontifici nella storia e nel contesto ecclesiologico del Vaticano II, Libreria Editrice Vaticana, 1984 (2e édition) ;
  • Joël-Benoît d'Onorio, « Le Saint-Siège et le droit international », Le Saint-Siège dans les relations internationales, Cerf / Cujas, coll. « Éthique et société », Paris, 1989 (ISBN 2-204-03106-2).