Alphonse-Charles de Bourbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alphonse-Charles de Bourbon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alphonse-Charles, « duc d’Anjou » et duc de San Jaime.

Titres

Prétendant au trône d’Espagne

2 octobre 193129 septembre 1936
(4 ans, 11 mois et 27 jours)

Nom revendiqué « Alphonse-Charles Ier »
Prédécesseur Jacques de Bourbon
Successeur Xavier de Parme

Prétendant aux trônes de France et de Navarre

2 octobre 193129 septembre 1936
(4 ans, 11 mois et 27 jours)

Nom revendiqué « Charles XII »
Prédécesseur Jacques de Bourbon
Successeur Alphonse XIII
Biographie
Titulature Duc de San Jaime
« Duc d’Anjou »
Dynastie Maison de Bourbon
Nom de naissance Alfonso Carlos Fernando José Juan Pío de Borbón y Austria-Este
Naissance 12 septembre 1849
Londres (Royaume-Uni)
Décès 29 septembre 1936 (à 87 ans)
Vienne (Autriche)
Père Jean de Bourbon,
« comte de Montizón »
Mère Marie-Béatrice de Modène
Conjoint Marie-des-Neiges de Portugal
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Prétendants au trône d’Espagne
Prétendants au trône de France

Alphonse Charles Ferdinand Joseph Jean Pie de Bourbon, prince capétien espagnol né à Londres le 12 septembre 1849 et décédé à Vienne le 29 septembre 1936, fut le dernier prétendant carliste en ligne directe à la Couronne d’Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second fils de Jean de Bourbon (1822-1887) et de son épouse Marie-Béatrice de Habsbourg-Lorraine-Este (1824-1906), fille de François IV de Modène, Alphonse-Charles épousa le 26 avril 1871 au château de Kleinheubach (Bavière), Marie des Neiges de Bragance (1852-1941), fille aînée du roi Michel de Portugal (1802-1866), et d’Adélaïde de Löwenstein-Wertheim-Rosenberg (1831-1909). Ils n’eurent pas d’enfant.

Au décès de son neveu Jacques (1870-1931) à Paris le 2 octobre 1931, Alphonse de Bourbon devint l’« aîné des descendants d’Hugues Capet », depuis Louis XIV, et donc de la maison royale de France. Il portait les titres de courtoisie de « duc d’Anjou » et de « duc de Saint-Jacques ».

En tant qu’aîné des Bourbons, il était considéré par certains légitimistes français, alors surnommés les « Blancs d’Espagne », comme le successeur légitime des rois de France. Les légitimistes français, marginaux depuis la mort du comte de Chambord, le reconnurent alors comme « roi de France et de Navarre » sous le nom de « Charles XII » et « duc d’Anjou », et les carlistes espagnols le proclamèrent de leur côté « roi des Espagnes et des Indes » sous le nom d’« Alphonse-Charles Ierd'Espagne » (en espagnol, Alfonso Carlos I).

Il participa avec sa femme à la Troisième guerre carliste (1872-1876).

Il décida à Vienne le 4 novembre 1931 (jour de la Saint-Charles) de se prénommer désormais « Alphonse-Charles », pour ne pas gêner son cousin et héritier, Alphonse (futur « Alphonse XIII »), avec lequel il s’était réconcilié. Alphonse-Charles de Bourbon prit à cette même date le titre de « duc de San Jaime » (duc de Saint-Jacques), en l’honneur de saint Jacques le Majeur, patron de l’Espagne.

En 1934, une réunion de quatre cent carlistes se tint en présence d’Alphonse-Charles à Mondonville (Haute-Garonne), dans la propriété du légitimiste Joseph du Bourg (1842-1936), un ancien serviteur de Henri d’Artois qu’Alphonse Charles affectionnait beaucoup.

Décédé en 1936 à Vienne, Alphonse-Charles de Bourbon est inhumé en Autriche dans la chapelle Saint-Georges du château de Puccheim (à quelques dizaines de kilomètres de Salzbourg). Sa tombe porte l’inscription en espagnol « Alfonso Carlos de Borbón y Austria Este, nació el 12 de septiembre 1849, murió el 29 de septiembre 1936 ».

Il était le dernier prétendant carliste en ligne directe à la Couronne d’Espagne. Sa mort ouvrit une discussion chez les légitimistes.

La plupart suivit les dernières volontés du défunt, qui désignait son neveu Xavier de Parme (1889-1977) comme successeur, en particulier pour la revendication carliste. Les autres proposèrent de considérer Jacques-Henri de Bourbon qui est, en principe, l’aîné selon l’ordre traditionnel de primogéniture, comme successeur pour les droits d’aînés des Bourbons de France.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Bernot, Les princes cachés : Histoire des prétendants légitimistes 1883-1989, Paris, Lanore,‎ 2014, 288 p. (ISBN 226200725X).


Voir aussi[modifier | modifier le code]