Alicia Keys

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Keys.

Alicia Keys

Description de cette image, également commentée ci-après

Alicia Keys en concert, en 2011.

Informations générales
Surnom AK, Lellow
Nom de naissance Alicia Lila-Sarah Augello-Cooks
Naissance 25 janvier 1981 (33 ans)
New York, États-Unis
Activité principale Chanteuse, pianiste, auteur-compositeur-interprète, productrice, actrice
Genre musical Soul, nu soul, RnB, funk, pop
Instruments Vocal, piano, violoncelle, synthétiseur, vocoder, guitare, guitare basse
Années actives Depuis 1998
Labels J, Sony BMG, Columbia, Arista, RCA
Site officiel aliciakeys.fr, aliciakeys.com

Alicia Keys, de son vrai nom Alicia Augello-Cook, née le 25 janvier 1981 à Harlem (New York)[1], est une pianiste, chanteuse, auteur-compositeur-interprète, actrice et productrice américaine.

Elle grandit dans le secteur de Hell's Kitchen, dans le quartier de Manhattan à New York, et reçoit, dès l’âge de 7 ans, une formation de musique classique. Diplômée dès ses 16 ans du prestigieux lycée professionnel Performing Art School de Manhattan[2], elle poursuit sa formation à l’Université Columbia à New York, qu’elle quitte peu de temps après pour poursuivre sa carrière musicale avec Columbia Records, puis avec J Records (1999) sous la tutelle de Clive Davis et de son manager Jeff Robinson qui l’avait repérée à ses 15 ans. En 2001, elle sort son 1er album, Songs in A Minor, qui fut un énorme succès mondial avec la vente de plus de 12 millions de copies et la récolte de cinq Grammy Awards en 2002. La jeune chanteuse s’impose ainsi, comme une artiste de référence au niveau mondial et l’une des meilleures vendeuses d’album R&B/Soul. Son second album, The Diary of Alicia Keys, réalisé en 2003, fut aussi un autre succès international avec la vente de plus de 8 millions de copies et la récolte de quatre Grammy Awards en 2005, la même année que l'enregistrement de son troisième album (1er album Live : Unplugged) qui a débuté no 1 au Billboard américain (Top 200) et qui est une des meilleures ventes des sessions acoustiques de MTV Live (en). Alicia Keys devient, ainsi, la première artiste féminine à avoir réalisé la meilleure vente d’albums en live, après Nirvana (1994).

Alicia Keys, qui était apparue dans des séries télévisées comme le Cosby Show (1985) ou Charmed (2002), obtient son premier rôle au cinéma dans Mi$e à prix (Smokin' Aces) en 2006, et est apparue dans Nanny Diaries (Le Journal d'une baby-sitter) en 2007, même année que la sortie de son quatrième album (3e album studio : As I Am) qui s'est vendu à plus de six millions de copies à travers le monde et obtenu trois Grammy Awards.

L’année suivante, on retrouve la chanteuse dans le film The Secret Life of Bees (Le Secret de Lily Owens), qui lui a valu une nomination au NAACP Image Awards, et de très bonnes critiques au cinéma.

En décembre 2009, Alicia Keys, que l’on surnomme depuis 2003 « la diva et l’artiste rebelle du neo-soul »[3], retourne au studio pour l’enregistrement de son cinquième album (4e album studio : The Element of Freedom) qui débute no 2 au Billboard Américain (Top 200)[4], et no 1 au Billboard (Chart) britannique[5].

Depuis le début de sa carrière, Alicia Keys a déjà vendu plus de 30 millions de disques à travers le monde et a remporté de nombreux prix dont 12 Grammy Awards, 3 World Music Awards[6]... Le 11 décembre 2009, la chanteuse a été classée cinquième parmi les 20 meilleurs artistes R&B/Hip-hop de la décennie 2000-2010 par le magazine Billboard[7],[8].

En fin 2009, la chanteuse s'est lancée dans le monde des affaires en collaborant avec la ligne de bijoux The Barber's Daughters[9]. Keys est aussi cofondatrice et ambassadrice de Keep A Child Alive[10], une association dont le but est de fournir des traitements, des soins et un soutien aux enfants et à leurs familles atteints de la maladie du SIDA et habitant dans des pays sous-développés et émergents[11].

Le 30 janvier 2013, BlackBerry, anciennement RIM, la nomme directrice de la création de l'entreprise, lors de la présentation du Blackberry 10[12].

Biographie[13][modifier | modifier le code]

Enfance et début de carrière (1985-2000)[modifier | modifier le code]

Alicia Keys est la fille unique d'une Italo-Irlandaise et d'un porto-jamaïcain. En 1985, Alicia, qui fait partie d'un groupe de jeunes gens, fait une apparition dans l'épisode intitulé Attention ! de la sitcom Cosby Show[14].

Elle signe un accord pour travailler sur des titres de démo et son label Aliciaaaaa, avant d'être distribué par Columbia Records. Elle coécrit et enregistre une chanson intitulée Dah Dee Dah (Sexy Thing), titre qui apparaîtra sur la bande originale du film Men in Black en 1997. Cette chanson est son premier enregistrement professionnel, mais il ne sera jamais commercialisé en single et son contrat avec Columbia Records prend fin rapidement[15]

Un peu plus tard Alicia rencontre Clive Davis, qui la fait signer chez Arista Records, label finalement racheté par Sony. Elle suit alors Clive Davis sur un tout nouveau label, J Records, et enregistre les chansons Rock wit U et Rear View Mirror, titres qui figureront respectivement sur les bandes originales des films Shaft en 2000 et Docteur Dolittle 2.

Enregistrements et carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

2001-2002 : Songs in A Minor[modifier | modifier le code]

Isaac Hayes soutient Alicia Keys en tant que musicien et arrangeur, et elle réalise son 1er album studio Songs in A Minor en juin 2001[1]. Véritable « succès instantané, il se vend à plus de 50 000 exemplaires le premier jour de la mise en vente[2] et celui-ci s’installe, dès sa sortie, à la 1re place du Billboard 200[16] avec la vente de plus de six millions de copies aux États-Unis et où il a été certifié six fois disque de platine par la Recording Industry Association of America (RIAA)[17]. L’album sera vendu à plus de 12 millions de copies au niveau mondial, ce qui établit la popularité internationale de la chanteuse. Elle devient ainsi, la meilleure nouvelle artiste vendeuse et la meilleure artiste de Soul et de R&B vendeuse en 2001[18]. Fallin', le titre phare de l’album, est resté numéro 1 durant six semaines dans le Billboard Hot 100 américain. Le second single de l’album A Woman's Worth atteint un pic à la 3e place du Billboard Hot 100. Quelques années plus tard, l’album a été réédité en huit titres remixés avec l’album live MTV Unplugged.

Alicia a remporté, avec Songs in A Minor, cinq Grammy Awards en 2002 dans les catégories chanson de l'année, meilleure performance vocale Soul/R&B féminine et meilleure chanson RNB/Soul. Le titre Fallin' a été également nommé pour l’enregistrement de l’année. Alicia Keys est devenue, en 2002, l’artiste solo ayant gagné le plus de Grammy Awards en une seule nuit après Lauryn Hill aux 41e Grammy Awards[19]. Durant cette même année, Alicia a coécrit le titre Impossible pour l’album Stripped de Christina Aguilera[20]. Au début des années 2000, Keys a aussi fait des apparitions dans les séries télévisées Charmed et Mes plus belles années.

2003-2005 : The Diary of Alicia Keys et Unplugged[modifier | modifier le code]

Alicia Keys en concert à Francfort en 2002.

En décembre 2003, Alicia sort son deuxième album studio The Diary of Alicia Keys qui débute numéro 1 au Billboard 200 américain dès sa sortie, et sera vendu à plus de 618 000 copies durant la première semaine. L’album devient l’une des plus grandes meilleures ventes (premier-semaine) pour une artiste féminine en 2003[21]. Il sera vendu à plus 4 millions d'exemplaires aux États-Unis et sera certifié quatre fois Platinum par la RIAA. L’album sera vendu à plus de 8 millions d'exemplaires dans le monde entier, devenant ainsi le 6e album le mieux vendu par une artiste féminine et le deuxième album le plus vendu par une artiste féminine de R&B[22].

Les singles You Don't Know My Name et If I Ain't Got You se placeront parmi le Top 5 du Billboard Hot 100. Le troisième single, Diary, se placera parmi les dix premiers du Top 100 (Billboard Américain). Alors que le quatrième single, Karma, aura connu moins de succès sur le Billboard Hot 100, car il se placera à la 20e place. Le titre If I Ain't Got You est devenu le 1er single réalisé par une artiste féminine et à être resté sur le Billboard (Top 100) durant toute une année[23].

Alicia Keys a remporté le prix du meilleur clip vidéo R&B de l’année pour le titre If I Ain't Got You en 2004 aux MTV Video Music Awards. Par ailleurs, Alicia a réalisé la chanson Higher Ground avec Lenny Kravitz et Stevie Wonder[24]. Au milieu de l’année 2004, la chanteuse publie son recueil de poèmes Tears for waters. Le titre est dérivé de l'un de ses poèmes (Love & chains à partir de la ligne : « I don't mind drinking my tears for water. »[25] (« Je ne crains pas de boire mes larmes comme de l'eau »). Elle explique que le titre est « le fondement de son écriture » parce que « tout ce que j'ai jamais écrit est venu de mes larmes de joie, de douleur, de tristesse, de dépression… »[25].

Le livre générera un bénéfice de 500 000 $ et figurera sur la liste des best-sellers du journal The New York Times pour l’année 2005[26],[1]. La même année, elle a remporté un deuxième prix avec le clip vidéo Karma pour meilleur vidéo R&B aux MTV Video Music Awards. Aux Grammy Awards 2005, Alicia a été rejointe sur scène par Jamie Foxx et Quincy Jones pour chanter Georgia on My Mind, la chanson de Hoagy Carmichael, rendue célèbre par Ray Charles en 1960. Durant la même soirée, elle a remporté quatre Grammy Awards : meilleure performance vocale R&B féminine (If I Ain't Got You), meilleure chanson R&B (You Don 'T Know my name), meilleur album R&B/Soul (The Diary of Alicia Keys), meilleure performance duo R&B (My Boo réalisé avec Usher)[27]'[28].

En juillet 2005, Alicia Keys a réalisé son 1er album live Unplugged au Brooklyn Academy of Music pour la chaîne MTV[29]. Au cours de cette session, Alicia a ajouté de nouveaux arrangements pour ses chansons originales ainsi que de nouvelles chansons. La session a été publiée sur CD et DVD en octobre 2005. Simplement intitulé Unplugged, l'album débutait au numéro 1 au Billboard 200 avec la vente de 196 000 copies dès la première semaine. L'album sera vendu à plus d'un million d'exemplaires aux États-Unis où il a été certifié disque platine par la RIAA, et sera vendu à plus deux millions d'exemplaires au niveau mondial. L’album Unplugged a été le 1er album live le mieux vendu pour MTV après celui de Nirvana en 1994[30]. Ce sera aussi le premier album réalisé par une artiste féminine à atteindre ce score. Le 1er single de l'album, Unbreakable, se placera au numéro 34 sur le Billboard Hot 100 et numéro 4 pour les chansons R&B/Hip-Hop. Le titre sera, par contre, numéro 1 Billboard Américain Adult R&B Airplay (Top 200) durant onze semaines consécutives[31].

Par ailleurs, Alicia a ouvert un studio d'enregistrement à Long Island, New York, appelé le Oven Studios, dont elle est copropriétaire avec Kerry « Krucial » Brothers[32]. Le studio a été conçu par l'architecte de renom John Storyk de WSDG, concepteur des Jimi Hendrix Electric Lady Studios. Alicia et Kerry sont les cofondateurs de KrucialKeys Entreprises, une entreprise de production de musique. Celle-ci assiste Alicia dans la création de ses albums, mais aussi pour la production de musique pour les autres artistes[33].

2006-2008 : début de carrière au cinéma et l’album As I Am[modifier | modifier le code]

Alicia Keys en 2008 pendant un concert à Lisbonne.

En 2006, Alicia a remporté trois prix au NAACP Image (artiste féminine exceptionnelle et chanson exceptionnelle) pour son titre Unbreakable (Unplugged)[34]. Elle a également reçu le prix de Starlight Award pour l’écriture de la chanson Hall of fame[35]. En octobre 2006, elle a interprété la voix de Mommy Martian dans l'épisode de Mission to Mars de la série télévisée Le Backyardigans, et elle y a chanté la chanson originale (Almost everything is boinga here)[36].

La même année, Alicia a souffert du décès de sa grand-mère paternelle, dont la famille était fortement tributaire. Elle décide alors de prendre une pause et ira durant trois semaines en Égypte. Elle dira : « ce voyage était certainement, à ce jour, la chose la plus cruciale que j'ai jamais fait pour moi-même dans ma vie. C'était un moment très difficile que je vivais, et il arrive au moment où j'avais vraiment besoin (fondamentalement) de m'enfuir, honnêtement. Et je devais aller au plus loin que possible »[37].

En début 2007, Alicia fait ses débuts au cinéma dans le film Mi$e à prix aux côtés de Ben Affleck et Andy García. Elle a reçu de bonnes critiques pour son rôle. Ryan Reynolds a dit que Keys était « tellement naturelle » et qu'elle « émerveillera tout le monde... on est passé d'un artiste à un assassin »[38],[39]. Au cours de la même année, Alicia a aussi reçu d’autres bonnes critiques pour son deuxième film, Le Journal d'une baby-sitter, qu’elle tourne aux côtés de Scarlett Johansson et Chris Evans[40]. Elle a également été invitée dans l'épisode One Man is an island de la série Cane[41].

En novembre 2007, Alicia a publié son 3e album studio As I Am. L’album débute no 1 au Billboard 200 américain, avec la vente de 742 000 copies durant sa première semaine de vente. Ce qui sera la meilleure première semaine des ventes d’Alicia, et ce sera, dans le même temps son quatrième album se plaçant consécutivement no 1 au classement Billboard 200, dès sa sortie. Ce qui l’amène, aux côtés de Britney Spears, sur la liste des meilleures vendeuses d’albums débutant no 1 successivement au Billboard 200. Ce fut aussi la semaine la plus importante de vente d’albums pour une artiste féminine, après Norah Jones (Feels like Home en 2004)[42]. L’album fut vendu à plus de 4 millions de copies aux États-Unis où il a été certifié trois fois disque de platine par le RIAA. Les ventes de l’album au niveau mondial s’élèveront à plus de 6 millions de copies, et Alicia a reçu cinq nominations pour cet album aux American Music Award (2008), et gagné deux prix. Le titre principal de l’album No one se placera no 1 au Billboard Hot 100, mais aussi dans les catégories R&B, Hip/Hop. Le second single de l’album (Like You'll Never See Me Again) a été réalisé en fin 2007 et se placera numéro 12 au Billboard Hot 100 et numéro 1 pour la catégorie R&B/Hip-Hop. Le troisième single de l’album Teenage Love Affair se placera à la troisième place dans la catégorie R&B/Hip-Hop. Alicia réalise son quatrième single Superwoman qui se placera numéro 82 au Billboard Hot 100 et numéro 12 dans la catégorie R&B/Hip-Hop.

Alicia Keys a gagné, avec le single No one, le prix de la meilleure performance vocale R&B féminine et le prix de la meilleure chanson R&B aux Grammy Awards 2008[43], cérémonie qu’elle a d’ailleurs ouvert en chantant Frank Sinatra (chanson des années 1950 : Learnine the Blues), et a chanté le single No one avec John Mayer ultérieurement durant le spectacle. Alicia Keys a aussi gagné le prix de la meilleure artiste féminine de R&B durant cette soirée.

Elle a joué un rôle dans Fresh takes pour le lancement de la publicité de Dove Go Fresh, lancée durant Le Hills sur MTV (mars à avril 2008). Elle a également signé un contrat comme porte-parole avec Glaceau’s Vitamin-Water[44], et a aussi participé à la campagne publicitaire d’American Express (Are you a card member ?)[45]. Alicia Keys a aussi enregistré avec Jack White des White Stripes la chanson Another Way to Die, qui est le générique d'entrée du film Quantum of Solace, le premier duo dans l’histoire de la saga James Bond. En 2008, cette chanson a été classée au numéro 80 du Billboard Américain Hot 100[46]. Alicia a également tenu un rôle dans Le Secret de Lily Owens aux côtés de Jennifer Hudson, Dakota Fanning et Queen Latifah[47]. C’est un film produit par Will Smith et sa femme Jada Pinkett Smith, et qui se base sur le roman du même nom de Sue Monk Kidd (best seller 2003). Alicia Keys a reçu pour son rôle une nomination au NAACP Image Award, et trois nominations aux Grammy Awards 2009 pour l'album As I Am. Elle a remporté le prix pour la meilleure performance vocale pour une artiste féminine R&B pour son single Superwoman[48],[49].

Vers la fin 2008, Alicia a commencé le tournage de Composition in Black and White, adaptation cinématographique de la biographie d’une pianiste classique métisse des années 1930-1940, Philippa Schuyler, dont Alicia tiendra le rôle principal. Le noir et blanc du titre fait référence à la fois aux touches de piano (instrument de prédilection de Schuyler et de Keys) et au métissage. Alicia et Philippa sont toutes deux nées d’un père noir et d’une mère blanche. Pour l’anecdote, on peut noter la présence de Halle Berry à la production[50],[51].

2009-2011 : autres projets et l'album The Element of Freedom[modifier | modifier le code]

Alicia lors d'un concert en Espagne.

Alicia Keys et son manager Jeff Robinson ont signé un accord pour la production de films et le développement des projets de Live-Action avec Disney. Leur premier film sera un remake de la comédie de 1958 L'Adorable Voisine. Alicia y figurera en jouant le rôle « d’une sorcière qui jette un sort sur la fiancée de l’homme qu’elle aime ».

Alicia et Robinson ont également créé une société de production de télévision appelée Big Pita & Little Pita. Ils y développent et animent des projets de live-action, avec Alicia comme productrice, comédienne, et gestionnaire de la piste audio et musique.

Durant l'été 2009, Alicia Keys a collaboré avec le rappeur-producteur Swizz Beatz pour écrire et produire le titre Million Dollar Bill, pour le septième album studio de Whitney Houston, I Look to You. Alicia avait pour cela contacté Clive Davis pour obtenir l'autorisation de soumettre une chanson à cet album[52].

En juin 2009, l’American Society of Composers, Authors, and Publishers (Association Américaine des Compositeurs, Auteurs et éditeurs) a honoré Alicia Keys avec le prix de Golden Note Award, une récompense accordée aux artistes « qui ont obtenu des jalons extraordinaires de carrière »[53].

En août 2009, elle a collaboré et enregistré avec Jay-Z la chanson Empire State of Mind pour l’album The Blueprint 3 de ce dernier. La chanson devient le no 1 du Billboard Hot 100 dès sa sortie. Ce qui sera son second single (duo) numéro 1 sur ce chart. Keys et Jay-Z seront d'ailleurs récompensés en avril 2010 par l'ASCAP[54] pour ce duo où ils font l’éloge de la ville de New York, en lui rendant un hommage très appuyé. En quelques jours à peine, le duo devenu nouvel hymne de la ville natale des deux chanteurs, suscite un enthousiasme sans précédent[55].

Alicia au American awards 2009.

En novembre 2009, Alicia Keys s'est lancée dans le monde des affaires avec sa société AK Worldwide. La première initiative de sa compagnie a été l'association avec la créatrice canadienne de bijoux, Gisèle Thériault[56]. En début décembre 2009, Keys collabore avec Alejandro Sanz dans son album Paraiso Express sur le titre Looking For A Paradise, qui a d'ailleurs connu un énorme succès aux Charts Latinos[57], avec la récolte de 3 prix aux Billboard Latin Music Conférence & Awards en avril 2010[58].

En mi-décembre 2009, Alicia revient avec son 4e album studio The Element of Freedom. C’est un de ses albums les plus nuancés et les plus personnels, après son précédent album As I Am[59]. Bien que les deux premiers singles Doesn’t Mean Anything et Try Sleeping with a Broken Heart n'aient pas vraiment marché, l'album connaît un fort succès avec plus de 3 000 000 exemplaires vendus dans le monde.

Elle collabore avec le chanteur canadien Drake pour le titre Un-Thinkable (I'm Ready) qui a été bien accueilli par le public et qui a galopé au top du Hot 100 R&B/Hip-Hop[60], dès la sortie du clip-vidéo en mi-Mai 2010. Par ailleurs, keys s’inspire aussi des chanteurs qui l’ont influencée, comme Prince, ou encore Jay-Z, avec qui elle coécrit Empire State of Mind (Part II) Broken Down. Et enfin, elle fait un duo avec Beyoncé Knowles avec le titre Put It in a Love Song[61].

The Element of Freedom est aussi un album où on retrouve l’artiste néo-soul rebelle comme le note le magazine The New-York Times, et elle confie d'ailleurs à la chaîne de télévision MTV : « il faut s’attendre à une surprise… Je n’aime pas refaire les mêmes choses »[62].

En effet, Alicia bouscule un peu le confort de son auditeur, comme avec le titre Put It in a Love song, une chanson aux rythmes de la samba brésilienne, presque drôle à écouter, comme le souligne le magazine américain Entertainment Weekly[63].

The Element of Freedom est certifié disque de platine dans plusieurs pays dont les États-Unis (par le Recording Industry Association of America), le Royaume-Uni (BPI), le Canada, et il est sorti numéro 2 au Billboard américain (Top 200), et numéro 1 aux classements des ventes britanniques[5]. C’est la première fois, depuis le début de sa carrière, qu’Alicia arrive en tête d'un classement britannique[64].

En juin 2011, Songs in A Minor a été re-publié en deluxe et éditions collector en commémoration de son 10e anniversaire. Pour faire sa promotion, Alicia Keys a entrepris une tournée dans quatre villes : Piano & I: A One Night Only Event With Alicia Keys (en), elle seule avec son piano.

2012 : Girl On Fire[modifier | modifier le code]

Le 23 septembre 2011, Alicia Keys interprète lors du iHeart Music Festival la chanson A Place Of My Own, présent dans son 5e album studio. Le 7 octobre, RCA Music Group annonce la dissolution des labels J Records, Arista Records et Jive Records. Le 18 février, Keys chante Prelude to a Kiss lors des funérailles de la chanteuse Whitney Houston dans l’Église NewHope Baptist à Newark. Elle dévoile le 27 avril Not Even the King pendant le MTV Upfront. Le 28 juin elle met en ligne New Day.

Le 14 août, Alicia Keys annonce que son prochain album studio sera baptisé Girl on Fire. Elle écrit sur son site internet : « Je suis en studio là maintenant en train de travailler sur mon nouvel album et je suis SI excitée!!! Je suis enflammée !!! Je suis comme l’allumette pour la flamme ! J'ai le titre de cet album en tête depuis longtemps [...] Ça a été dur de le retenir et maintenant, je ne le retiendrai plus! Il est appelé Girl On Fire !!! Et c'est exactement ce que je ressens!!! [...] avant de faire cet enregistrement, quelque part je me sentais comme un lion retenu en cage [...] J'ai fait ce choix de devenir cette “fille en feu”, le lion s'est libéré! »[65] Elle chante le premier single de l'album lors des MTV Video Music Awards 2012 le 6 septembre 2012[66].

Style artistique[modifier | modifier le code]

Keys jouant du piano sur scène, entouré par ses trois choristes.

Style musical, voix et influences[modifier | modifier le code]

Pianiste accomplie, Alicia Keys intègre en majorité le piano dans ses chansons qui parlent d’amour, de déceptions amoureuses, de la valeur des femmes, du pouvoir féminin[26]...

Ayant reçu à la base une formation de musique classique, Alicia a un style musical enraciné dans le Jazz, la Soul et le Gospel. Mais celle que l’on surnomme la princesse de la Soul a été fortement influencée par différents styles musicaux. Ce qui va d’ailleurs la pousser à expérimenter d’autres styles musicaux et à embrasser un environnement très éclectique qui mêle Soul, Jazz, Blues, Funk, R&B, Pop, Rock, Rap, Groove, Reggae… d’où la diversité de chacun de ses albums[67],[68].

Alicia Keys en 2008 lors d'un concert au Portugal.

En effet, Alicia Keys fut extrêmement influencée par différentes générations et disciplines musicales, en partant du style de Nina Simone, Donny Hathaway, Marvin Gaye, Aretha Franklin, Stevie Wonder, Whitney Houston, Prince dont elle reprise "Adore au BET Awards… mais aussi de compositeurs de la musique classique comme Beethoven, Mozart, Frederic Chopin surtout, Erik Satie et Leontyne Price[69]. On peut aussi noter l’influence de rappeurs comme Tupac Shakur, The Notorious B.I.G., Jay-Z et Wu-Tang Clan[70].

Le magazine américain MTV News considère qu'Alicia Keys aide à redéfinir la sensation de la musique durant la nuit[71]; et selon Patrick Huguenin du magazine New York Daily News, « cette incorporation de la musique classique au R&B, Pop, Rock... a contribué à l’énorme succès d’Alicia Keys »[72]. Les magazines Américains The Independent, Jet… ont décrit son style comme « composé de Blues avec un backbeat Hip-hop », tout en notant que « ses paroles sur l’amour sont rarement errantes »[73],[74]. Le magazine Américain Blender la qualifie comme « la 1re nouvelle artiste du millénaire qui est capable de changer de musique »[75],[76].

Par ailleurs, Alicia Keys a l'étendue vocale d’une contralto qui s’allonge sur trois octaves[77],[72], et elle a été louée comme « ayant une voix forte, crue et passionnée » par le magazine Rolling Stone qui la surnomme « reine de la musique Soul »[78].

Mais selon certains magazines américains, comme le Chicago Tribune, « la voix d’Alicia a été façonnée » et la chanteuse « essaie parfois de dépasser ses limites vocales naturelles...et d’avoir des hits plutôt que d’essayer de projeter un seul style musical... »[79],[80]. En outre, le magazine américain Village Voice « compare l’écriture et la musique d’Alicia à celle des années 1970 »[81].

Joanna Hunkin du magazine néo-zélandais The New Zealand Herald[82] a examiné l’une des performances d’Alicia Keys à laquelle assistait la chanteuse australienne Kylie Minogue. La journaliste décrit la réaction de Minogue face à la performance d’Alicia : « Il était évident qu’elle était au moins autant fan que les 10 000 autres personnes présentes au Victor Arena ». Hunkin poursuit en disant qu'au moment du rappel, levant les bras pendant une interprétation très funk de No one, « La princesse originale du pop [Kylie Minogue] s’est inclinée pour la reine des temps modernes de la musique Soul ». Joanna Hunkin qualifie l’énergie déployée par la chanteuse pendant toute l'ouverture du concert comme étant « d'un indice élevé d’octane que la plupart des groupes réservent au finale de leurs concerts ».

Hillary Crosley et Mariel Conception du magazine Billboard américain[83] ont noté que les performances d’Alicia Keys étaient « extrêmement coordonnées avec l’attention d’un public complètement maintenue. Ses concerts se terminent par une ovation dynamique avec une virtuosité très élevée », et en décembre 2009, lors de la sortie de son quatrième album (The Element of Freedom), plusieurs magazines, comme le Daily Motion ont qualifié Alicia Keys « d’artiste singulière et très surprenante »[84].

Auteur-compositrice et productrice[modifier | modifier le code]

Alicia Keys écrit la plupart de ses chansons, et ce bien avant le début de sa carrière. En effet, elle confie, lors d’une interview en 2005 au magazine ASCAP (The American Society of Composers, Authors and Publishers), « qu'elle a commencé à écrire dès l’âge de onze ans, après avoir vu au cinéma le film Philadelphia avec Tom Hanks ».

Elle dit qu’au fil des années, « la musique classique est devenue le fondement de sa création scripturale », mais elle ajoute que « ses sentiments, son chagrin, son bonheur, ses expériences, déceptions contribuent aussi énormément à son écriture »[69],[85].

Surnommée Maestro depuis son premier album Songs in A Minor, Alicia keys a été honorée par l’association américaine des auteurs-compositeurs (ASCAP) avec le prix Songwriters Hall of Fame Starlight Awards et elle a également gagné d’autres prix dont le ASCAP’s Songwriter of the year Awards[69].

En 2005, elle a publié son premier livre, un recueil de poème (Tears for Water) qui est devenu l’un des best-sellers de l’année, selon le quotidien The New-York Times (500 000 $)[73].

Depuis le début de sa carrière, Alicia travaille avec son ami de toujours, Kerry « Krucial » Brothers, qu’elle estime « comme l’autre partie d’elle-même (musicalement) ». Ensemble, ils ont créé l’entreprise de production. KrucialKeys[69]

Alicia Keys en 2004.

Scène et image[modifier | modifier le code]

Depuis le début de sa carrière, Alicia Keys est l’une des rares artistes féminines qui ne met pas en avant sa beauté ou ses formes. En effet, la chanteuse a refusé, dès le début de sa carrière (en 2001) de suivre l’idée de certains de ses sponsorings qui lui demandaient « de mettre en avant sa beauté tout autant que sa musique, mais aussi de changer de style vestimentaire, de mettre en avant ses formes, comme les autres artistes à l'image de Mariah Carey, Beyoncé... »[86],[87], disant se « sentir bien dans son style », elle a reçu pour cela le soutien de certains artistes qui estiment « qu’il vaut mieux l’apprécier pour sa musique, son talent... et non pour sa beauté…ou ses rondeurs… »[88],[89]. Ayant remporté à plusieurs reprises le prix Glamour Woman of the Year (2004...)[90], Alicia Keys a fait la couverture de plus d’une centaine de magazine au niveau national et international, dont Cosmopolitan, Ebony, Jet, Vanity Fair, Billboard Américain, Essence, Vogue, Elle, GQ, Giant, Rolling Stone, New-York Times[91]

Alicia fait très souvent partie de la liste des 100 femmes les plus belles au monde et les mieux habillées de l’année[92],[93] selon les magazines Glamour, Essence... Récemment, en 2009, le magazine Vanity Fair l’a encore ajouté à la liste des célébrités les mieux habillées de l’année au monde.

Sur scène, elle joue la plupart du temps du piano, mais il lui arrive aussi de quitter celui-ci et de danser, aussi naturellement.

Engagement humanitaire[modifier | modifier le code]

Keep a Child Alive[modifier | modifier le code]

Au premier rang de l’engagement humanitaire d’Alicia Keys se trouve l’association Keep A Child Alive dont le but est de fournir des soins et des traitements aux enfants et aux familles touchés par le sida en Afrique et en Inde. Keep A child Alive (KCA) est née en 2003[10].

Lors d'une invitation en Afrique au Kenya, Ouganda et Afrique du Sud (en 2002), Alicia Keys a été bouleversée par son voyage et a décidé de rejoindre Leigh Blake pour la création de KCA. Leigh Blake en est la présidente et Alicia Keys en est la principale Ambassadrice[94],[95].

Le but de KCA est d’agir directement sur la vie de ceux qui ont besoin d’aide en récoltant des fonds permettant d’engager des actions concrètes sur le terrain. L’association se charge aussi de fournir des traitements et des soins, de financer des orphelinats et d’apporter de l’aide au développement à diverses cliniques.

Le Black Ball[modifier | modifier le code]

Il s’agit d’une grande soirée de charité destinée à la récolte de fonds pour l’association Keep a child Alive.

Durant la soirée, il y a l’organisation de ventes aux enchères, de spectacles musicaux… et l’engagement humanitaire de diverses personnalités est mis à l’honneur.

Alicia Keys qui en est la principale organisatrice a reçu le soutien de plusieurs personnalités dont Bill Clinton, Bono (U2), Richard Branson, Youssou N'Dour, Halle Berry, Tyler Perry, Giorgio Armani, Gucci, Louis Vuitton, Iman, Justin Timberlake, Stacy London, Padma Lakshmi[96]... On peut noter aussi le soutien des émissions de télévision comme American Idol, les chaînes de télévision MTV, BET… mais aussi d’American Express, Google, CNN, le magazine USA Today[97],[95]...

Le Black Ball se tient chaque automne à New York. Une édition spéciale a lieu à Londres (Grande-Bretagne) depuis juillet 2008[98].

En 2008, Alicia Keys a été honorée par le BET Awards pour son engagement humanitaire[99].

Les autres sources de financement[modifier | modifier le code]

En 2005, à l’occasion de la journée mondiale du SIDA, elle a chanté avec Bono (U2) Don’t Give Up Africa (à l’origine de Don’t Give Up de Peter Gabriel), dont les fonds sont destinés à soutenir les enfants affectés par le SIDA[100],[101].

Depuis 2008, et avec l’appui d’Alicia Keys, KCA s’est engagée sous une forme plus moderne pour la récolte de fonds par l’intermédiaire des téléphones portables (envoi de 5 $ par le biais de l’envoi d’un SMS). L’opération a permis de récolter des sommes au-delà des espérances et à chaque fois qu’Alicia Keys demande au public de s’engager, son appel est entendu et la répétition d’actions ponctuelles donne des résultats impressionnants[102].

En décembre 2009, lors de la sortie de son dernier album (The Element of Freedom) et de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA (1er décembre), Alicia keys a organisé un concert diffusé en direct sur YouTube (en collaboration avec American Express, avec comme invité le rappeur Jay-Z) et dont les fonds ont été versés à l’association KCA[103],[104].

Durant cette soirée, Alicia Keys a déclaré qu’elle choisira cinq personnes qui partiront avec elle en Afrique pour cinq jours, à travers les texto (SMS) envoyés (comme une loterie)[104].

On peut aussi citer la ligne de bijoux d'Alicia Keys (The Barbers's Daughter) débutée en fin 2009, et dont la plupart des bénéfices sont versés à l'association KCA.

Autres engagements[modifier | modifier le code]

Alicia Keys en 2007, répétant pour le concert de Live Earth dans le New Jersey

En 2001, après les attentats du 11 septembre, Alicia Keys a participé au téléthon pour la récolte de fonds versés aux familles des victimes[105]...

En 2005, elle a aussi chanté à Philadelphie, en Pennsylvanie dans le cadre du Live 8 Concert Mondial, pour sensibiliser à la pauvreté en Afrique et faire pression sur les dirigeants du G8 pour prendre des mesures[106]. Ce fut aussi le cas en 2007, à l'occasion du concert international Live Earth pour la cause de l'environnement.

En 2005, après l'ouragan Katrina, en Nouvelle-Orléans (Sud-Est des États-Unis), elle a participé à divers concerts dont les fonds ont été versés aux victimes de l'ouragan[107],[108].

Depuis 2006, Alicia Keys participe aussi très souvent aux concerts organisés pour l’attribution des Prix Nobel de la paix et où elle a aussi chanté en 2007[109],[110].

Alicia Keys a également fait des dons (2007) à Frum Tha Ground, sa première association à but non lucratif qui aide les enfants et les adolescents dans le cadre de leurs études[111]...

Lors des élections présidentielles de 2008, A. Keys a coécrit avec Jay-Z et Joss Stone le thème de la chanson de campagne présidentielle de Barack Obama[112].

En juillet 2009, elle a participé au concert de Mandela Day pour la célébration de la 91e année de l’ancien président de l’Afrique du Sud (Nelson Mandela)[113].

Récemment, en janvier 2010, elle a participé au Téléthon Américain (Hope for Haïti) dont les fonds seront versés à Haïti qui a été frappé par un tremblement de terre[114]. Un album live, Hope for Haiti Now, a été enregistré à l'occasion. Plus de 171 000 copies seront vendues dès le premier week-end en téléchargement.

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Depuis le début de sa carrière, Alicia Keys a déjà vendu plus de 30 millions de disques à travers le monde et a remporté de nombreux prix parmi lesquels: 12 Grammy Awards, 11 Billboard Music Awards, 5 American Music Awards, 3 World Music Awards, 6 BET Awards, 14 NAACP Image Awards... Le 11 décembre 2009, la chanteuse a été classée, par le magazine américain Billboard, 5e parmi les 20 meilleurs artistes R&B/Hip-hop de la décennie 2000-2010[6].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Alicia Keys aux American Music Awards en 2009.

En 2005, la presse fait écho de la volonté d'Alicia Keys de se réconcilier avec son père. Toutefois, elle dément cette intention et ajouta que ses mots ont été mal interprétés[réf. souhaitée].

Des rumeurs ont circulé sur le fait qu’elle sortait et allait se marier avec Kerry ‘Krucial’ Brothers (cofondateur de KrucialKeys qui est une entreprise de production indépendante). Mais rien n’a jamais été confirmé[115]. Ce fut le même cas aussi pour 2003 lorsqu’elle enregistra le single My Boo avec le chanteur Usher[116]. Ce fut aussi la même chose avec le rappeur Common qui jouait son copain dans le film Smokin' Aces, I want you (Common) et Like you'll never see me again (Alicia Keys)[réf. souhaitée]. Dans la revue Jane de février 2006, questionnée sur ses amours, Alicia a simplement répondu qu'elle avait quelqu'un dans sa vie depuis longtemps et que c'était une personne spéciale. Elle a aussi ajouté qu'elle est soulagée de ne pas avoir à chercher l'amour et qu'elle se trouvait très chanceuse. Mais, elle a spécifié qu'elle ne voulait pas se marier ni avoir d'enfants avant l'âge de 30 ans puisqu'elle voulait vivre sa vie[réf. souhaitée].

En décembre 2007, Alicia a révélé, à la revue Giant, qu'Oprah Winfrey, la très populaire animatrice de talk-show, lui avait conseillé de garder un secret absolu sur sa vie amoureuse. Donc, quand le magazine l'a questionnée sur sa relation avec Kerry Brothers, elle déclara que : « c'est ce que les gens disaient depuis un certain temps, mais qu'elle ne répondait pas à ce genre de question. Elle a ensuite ajouté ... et je ne peux pas désobéir à Oprah »[réf. nécessaire].

En 2008, le magazine Blender ayant interviewé Alicia Keys sur la notion Gangsta rap, reporte que la chanteuse a dit que « cette notion est une conspiration inventée par le gouvernement pour inciter le peuple noir à s’entretuer… ce mot n’existe pas, ça représente la violence… l’histoire entre Tupac Shakur et le Notorious B.I.G. a été attisé par le gouvernement et les médias pour stopper la montée du pouvoir noir… ». Toujours selon le magazine Blender, Alicia a dit « avoir lu plusieurs autobiographies sur les Black Panther et porter un collier AK-47 en or symbolisant la force, le pouvoir et « les tuer à mort »… », et qu’elle « aimerait écrire sur la politique s’il y avait encore des pouvoirs comme les Black Panther ». La mère d’Alicia Keys est immédiatement intervenue pour démentir ces propos en ajoutant qu’elle « n’a jamais vu ce genre de collier (AK-47) sur le cou de sa fille » Alicia Keys qui était en congés durant la sortie de l’article[117],[118].

Alicia Keys à la cérémonie des NRJ Music Awards 2013.

Alicia est intervenue plus tard, par le biais de J Records, pour expliquer « mes propos ont été totalement dénaturé par le magazine Blender… mes commentaires sur la notion Gangsta rap ne sont en aucun cas d'essayer de faire croire que le gouvernement est responsable de la création de ce genre de mouvement… le point que je voulais expliquer était que le terme était utilisé par certains journalistes en causant des réactions qui ne sont pas toujours positives. Certaines des paroles de Gangsta rap reflétaient les problèmes des expériences des artistes, et je pense que nous tous, y compris nos leaders, pourrions faire beaucoup plus pour aborder les problèmes de drogues, de gangs, de crimes, de la violence et autres problèmes sociaux. » Elle explique ensuite que « AK-47 n’est pas un collier, mais un surnom que lui ont donné ses amis : AK comme acronyme pour Alicia Keys et 47 comme un métaphore car selon mes amis, j’arrive à impressionner mon public avec ma musique et mes spectacles sur scène. Cette référence n’a été en aucun cas destiné à avoir une connotation littérale, politique ou négative »[119],[120].

Le rappeur 50 Cent qui dit représenter le Gangsta Rap a dit se sentir visé après la publication de l’article, et il déclare lors d’un enregistrement vidéo que « désormais, je n’aime plus Alicia Keys et je la déteste pour la même raison que je déteste Oprah Winfrey…je n’aime pas les gens qui ne m’aiment pas… d’ailleurs je ne comprends pas pourquoi est ce que les gens aiment sa musique classique de M****… »[121],[122],[123].

En juillet 2008, Alicia Keys a été critiquée par des associations anti-tabac, après que le logo de la marque de cigarettes A Mild, produites par Philip Morris International, a été apposé sur les affiches de ses concerts en Indonésie. Alicia Keys s’est excusée, après avoir découvert que ses concerts étaient sponsorisés par un cigarettier, et a demandé le retrait du sponsor[124].

Récemment, des rumeurs circulaient sur le fait qu’elle sortait avec le rappeur et producteur Swizz Beatz, lequel était en procédure de divorce. Alicia n’avait jamais confirmé leur relation, jusqu’à ce que Swizz Beatz le fasse via le magazine New York Daily News en mai 2009[125]. Ils se seraient fiancés le 26 janvier 2010, le lendemain de l’anniversaire d’Alicia Keys qui a nié les rumeurs sur ses fiançailles[126]. Le 28 mai 2010, les portes paroles de Keys et de Swizz Beatz confirment leurs fiançailles, mais aussi la naissance prochaine de leur premier enfant[127]. Le couple s'est marié le 31 juillet 2010 dans le Sud-Est de la France (en Corse) dans une cérémonie privée à laquelle ont assisté leurs familles et leurs amis proches (dont Bono et Queen Latifah). La cérémonie était présidée par Deepak Chopra[128].

Elle donne naissance à son premier enfant qui est un garçon le 14 octobre 2010 et qui s'appelle Egypt Daoud Dean[129].

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie d'Alicia Keys.

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Participation Sony BMG[modifier | modifier le code]

Livres/recueils de poèmes[modifier | modifier le code]

  • 2004 : (en) Tears for water : songbook of poems and lyrics, New York, Berkley Books,‎ 2005 (ISBN 0-425-20560-6).
  • 2006 : (en) How can I keep from singing : transforming the lives of African children and families affected by AIDS, New York London, Umbrage Turnaround distributor,‎ 2006 (ISBN 1-884-16760-8).

Tournées[modifier | modifier le code]

Année Nom Dates Tournée internationale Album soutenu
2004 Verizon Ladies First Tour
avec Beyoncé, Missy Elliott et Tamia
30 Non (Drapeau des États-Unis États-Unis) The Diary of Alicia Keys
2005 The Diary Tour 36 Oui (Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada) The Diary of Alicia Keys
2008 As I Am Tour 94 Oui (Monde Monde) As I Am
2010 The Freedom Tour 46 Oui (Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada et Drapeau de l’Union européenne Europe) The Element of Freedom
2012 The Girl on Fire Tour >12 Oui (Drapeau des États-Unis États-Unis), Drapeau de l’Union européenne Europe) Girl On Fire

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant qu'actrice[modifier | modifier le code]

Année Titre Rôle
1985 Cosby Show Maria (saison 1, épisode 22)
2003 Mes plus belles années Fontella Bass Rescue Me (saison 2, épisode 6)
2005 1, rue Sésame Elle-même (saison 36, épisode 26)
2006 Mi$e à prix Georgia Sykes Premier rôle au cinéma
2007 Le Journal d'une baby-sitter Lynette Deuxième rôle au cinema
2007 Cane Elle-même (saison 1, épisode 7)
2008 Le Secret de Lily Owens June Boatwright Nommée - NAACP Image Award de la meilleure actrice de soutien exceptionnel dans un film

En tant que réalisatrice[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Site officiel », sur www.rollingstone.com (consulté le 8 juin 2010)
  2. a et b (en) « Biographie », sur 'MTV' (consulté le 8 juin 2010)
  3. (en) « People : Alicia Keys », sur topics.nytimes.com (consulté le 8 juin 2010)
  4. (en) « Susan Boyle Tops Billboard For Fourth Week, With Alicia Keys At #2 - Boyle has sold nearly 2.5 million albums to date in the U.S. », sur /www.mtv.com (consulté le 8 juin 2010)
  5. a et b (en) « Alicia Keys Scores First U.K. No. 1 Album », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  6. a et b (en) « Alicia Keys biography », sur www.aliciakeys.com (consulté le 8 juin 2010)
  7. (en) « Alicia Keys », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  8. (en) « Alicia Keys », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  9. (en) « Site officiel », sur www.thebarbersdaughters.com (consulté le 8 juin 2010)
  10. a et b (fr) « 250,000 people served so far. », sur keepachildalive.org (consulté le 8 juin 2010)
  11. (en) « Site officiel », sur www.seventeen.com (consulté le 8 juin 2010)
  12. « Alicia Keys rejoint les équipes de BlackBerry 10! », sur http://onsoftware.softonic.fr/ (consulté le 30 janvier 2013)
  13. (en) « Alicia Keys, biography », sur allmusic.com (consulté le 8 juin 2010)
  14. « Alicia Keys: Unlocked », sur www.blender.com (consulté le 8 juin 2010)
  15. (en) « Jet 13 août 2001 », sur books.google.com (consulté le 8 juin 2010)
  16. (en) « Keys' Debut Tops The Billboard 200 », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  17. (en) « GOLD & PLATINUM », sur www.riaa.com (consulté le 8 juin 2010)
  18. (en) « I love Chopin. 'He's my dawg' », sur www.guardian.co.uk (consulté le 8 juin 2010)
  19. (en) « Yes, America, Amy Winehouse Is a Star », sur www.bbcamerica.com (consulté le 8 juin 2010)
  20. (en) « Alicia Keys », sur www.mtv.com (consulté le 8 juin 2010)
  21. (en) « Verizon Ladies First Tour 2004 Starring Beyonce, Alicia Keys and Missy Elliott With Special Guest Tamia », sur findarticles.com (consulté le 8 juin 2010)/
  22. (en) « R&B Diva Alicia Keys in Town », sur www.koreatimes.co.kr (consulté le 8 juin 2010)
  23. (en) « Singles Chart Remains In OutKast's Command », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  24. (en) Jay-Z Dominate Tame MTV Awards /guide/67645/outkast-jay-z-dominate-tame-mtv-awards.html « Outkast, Jay-Z Dominate Tame MTV Awards », sur Outkast, Jay-Z Dominate Tame MTV Awards (consulté le 8 juin 2010)
  25. a et b (en) In Tears for Water: Songbook of Poems and Lyrics - Ebony, novembre 2004
  26. a et b (en) « Alicia Keys, superwoman », sur www.dailytelegraph.com (consulté le 16 novembre 2008)
  27. (en) « 2005 Grammy Award Winners », sur www.cbsnews.com,‎ 13/02/2005 (consulté le 8 juin 2010)
  28. (en) « Keys Plugs In at No. 1 », sur new.music.yahoo.com,‎ 19/10/2005 (consulté le 8 juin 2010)
  29. (en) « Keys Blends Old With New On 'Unplugged' », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  30. (en) « MTV Artist Of The Week: Alicia Keys », sur buzzworthy.mtv.com,‎ 11/12/2007 (consulté le 8 juin 2010)
  31. (en) « Check : return to the summit », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  32. (en) « The Oven Studios », sur mixonline.com (consulté le 8 juin 2010)
  33. (en) « Alicia collaborator krucial goes solo », sur www.rollingstone.com (consulté le 8 juin 2010)
  34. (en) « Image Awards Honor Foxx, Keys, Carey », sur www.billboard.com (consulté le 8 juin 2010)
  35. (en) « ALICIA KEYS », sur www.ascap.com (consulté le 8 juin 2010)
  36. (en) « les émissions TV, les vidéos », sur www.mtv.com (consulté le 8 juin 2010)
  37. (en) « ANALYSE THIS: Alicia Keys, singer », sur www.dailymail.co.uk (consulté le 9 juin 2010)
  38. (en) « Smokin' Aces Tranforms Alicia Keys from Artist to Assassin », sur uk.movies.ign.com (consulté le 9 juin 2010)
  39. (en) « Alicia Keys Kills — Literally — In Film Debut, 'Smokin' Aces' : 'I wanted to trick you completely,' singer says of unexpected turn as hit woman. », sur www.mtv.com (consulté le 9 juin 2010)
  40. (en) « Alicia Keys Works Her Hollywood Mojo, Joins Johansson In 'Nanny Diaries'. Singer/songwriter expands her résumé with two roles in upcoming films. », sur www.mtv.com (consulté le 9 juin 2010)
  41. (en) « Cane One Man is an Island. Season 1, Episode 7 », sur tv.yahoo.com (consulté le 9 juin 2010)
  42. (en) « Alicia Keys 'As I Am' Bows Big at No. 1 », sur www.billboard.biz,‎ 21/11/2007 (consulté le 9 juin 2010)
  43. (en) « R&B star Chris Brown sweeps American Music Awards », sur ca.reuters.com,‎ 24/11/2008 (consulté le 9 juin 2010)
  44. (en) « OK! Interview: Alicia Keys », sur www.okmagazine.com,‎ 06/08/2008 (consulté le 9 juin 2010)
  45. (en) « Martin Scorsese Directs Andre Agassi, Sheryl Crow, Ellen DeGeneres, Alicia Keys and Shaun White in New American Express(R) Campaign for 'The Members Project' », sur www2.prnewswire.com (consulté le 9 juin 2010)
  46. (en) « The Billboard Hot 100 All-Time Top Artists (80-61) », sur www.billboard.com (consulté le 9 juin 2010)
  47. (en) « Dakota Fanning and Alicia Keys drawn to "Bees" », sur www.reuters.com (consulté le 9 juin 2010)
  48. (en)[PDF]« Nominees for 40th naacp image awards announced live at press conference », sur www.naacp.org (consulté le 9 juin 2010)
  49. (en) « The 51 st annual grammy awardswinnerslist », sur www2.grammy.com (consulté le 9 juin 2010)
  50. (en) « Composition in Black and White », sur movies.nytimes.com (consulté le 9 juin 2010)
  51. (en) « Alicia Keys To Play Biracial Piano Prodigy In First Movie. Role isn't a stretch for classically trained, biracial piano prodigy. », sur www.mtv.com,‎ 14/05/2004 (consulté le 9 juin 2010)
  52. (en) « Album Preview: Whitney Houston – ‘I Look to You’ », sur www.rap-up.com (consulté le 10 juin 2010)
  53. (en) « Stargate, Tricky Stewart, The-Dream ASCAP's Top Songwriters », sur www.billboard.biz,‎ 26/06/2009 (consulté le 10 juin 2010)
  54. (en) « Jason Mraz, Pattie Smith Top Lyricists for ASCAP », sur www.cbsnews.com (consulté le 10 juin 2010)
  55. (en) « The song that inspired a nation of remixes », sur edition.cnn.com,‎ 31/12/2009 (consulté le 10 juin 2010)
  56. (en) « Gisèle Thériault, founder - head designer », sur www.thebarbersdaughters.com (consulté le 10 juin 2010)
  57. (en) « Alejandro Sanz Recruits Alicia Keys, Sets Date For 'Paradise' », sur www.billboard.com,‎ 22/09/2009 (consulté le 10 juin 2010)
  58. (en) « The Billboard Latin Music Awards », sur www.billboardevents.com (consulté le 10 juin 2010)
  59. (en) « Listen Up: Alicia Keys evolves in 'Element of Freedom' », sur www.usatoday.com,‎ 15/12/2009 (consulté le 10 juin 2010)
  60. (en) « Unthinkable (I'm Ready) - Alicia Keys », sur www.billboard.com (consulté le 10 juin 2010)
  61. (en) « CD review: Alicia Keys' 'The Element of Freedom' is solid, if not spectacular », sur www.dallasnews.com,‎ 14/12/2009 (consulté le 10 juin 2010)
  62. (en) « Alicia Keys Tells Fans To 'Expect The Unexpected' On New LP - Keys' The Element of Freedom is due on December 15. », sur www.mtv.com (consulté le 11 juin 2010)
  63. (en) « The element of freedom », sur www.ew.com (consulté le 11 juin 2010)
  64. (en) « The official chart : 5e Alicia Keys The Element Of Freedom », sur www.bbc.co.uk (consulté le 11 juin 2010)
  65. Alicia Keys s'exprime sur son nouvel album.
  66. mtv.com
  67. (en) « Alicia Keys Interview », sur www.youtube.com (consulté le 11 juin 2010)
  68. (en) « A Neo-Soul Star as She Is: Nurturing Her Inner Rebel », sur www.nytimes.com,‎ 9/09/2007 (consulté le 11 juin 2010)
  69. a, b, c et d (en) « ALICIA KEYS talks about her musical journey, some important lessons learned so far and what it means to be a songwriter », sur www.ascap.com (consulté le 11 juin 2010)
  70. (en) « The story of alicia keys pt.3 », sur www.youtube.com (consulté le 11 juin 2010)
  71. http://www.mtv.com/music/artist/keys_alicia/artist.jhtml#biographyEnd
  72. a et b (en) « Secret Life of Bees' star Alicia Keys' hive of activity Read more : », sur www.nydailynews.com (consulté le 11 juin 2010)
  73. a et b (en) « Jet 13 déc. 2004 », sur books.google.com (consulté le 12 juin 2010)
  74. (en) « Alicia Keys: Soul princess - Alicia Keys tells Matilda Egere-Cooper why multi-platinum albums are not enough for her », sur www.independent.co.uk (consulté le 12 juin 2010)
  75. (en) « Alicia Keys - The Diary of Alicia Keys », sur www.blender.com (consulté le 12 juin 2010)
  76. (en) « POP REVIEW; Loving and Losing To Chase the Blues », sur www.blender.com (consulté le 12 juin 2010)
  77. (en) « Alicia Keys: She sings, she acts, she smoulders - Today, for instance, she's in a Toronto hotel room talking about her latest foray into acting: a role in the drama The Secret Life of Bees, in which she plays a burgeoning black power activist in 1960s South Carolina. », sur www.canada.com (consulté le 12 juin 2010)
  78. (en) « Rocking the world cup - See the Black Eyed Peas, Alicia Keys, Shakira and more musicians with soccer fever », sur www.rollingstone.com (consulté le 12 juin 2010)
  79. (en) « Alicia Keys, Still Warming Up », sur www.washingtonpost.com,‎ 13/11/2007 (consulté le 12 juin 2010)
  80. (en) « Drab production keeps Alicia Keys' promise unfulfilled », sur leisureblogs.chicagotribune.com,‎ 11/11/2007 (consulté le 12 juin 2010)
  81. (en) « Extensions of a Woman - Alicia Keys is still a few albums away from her masterpiece. She'll get there. », sur /www.villagevoice.com,‎ 20/11/2007 (consulté le 12 juin 2010)
  82. (en) « Review: Kylie checks out Alicia Keys in concert », sur www.nzherald.co.nz,‎ 8 décembre 2008 (consulté le 12 juin 2010)
  83. (en) « Alicia Keys / June 18, 2008 / New York, NY (Madison Square Garden) », sur www.billboard.com (consulté le 12 juin 2010)
  84. (en) « Alicia Keys, Singular Artist », sur online.wsj.com (consulté le 12 juin 2010)
  85. (en) « Alicia Keys Explains Her Songwriting Process », sur rnbdirt.com (consulté le 12 juin 2010)
  86. (en) « The story of alicia keys pt.2 », sur www.youtube.com (consulté le 12 juin 2010)
  87. (en) « Alicia Keys Max Masters - Part 1 of 4 », sur www.youtube.com (consulté le 12 juin 2010)
  88. (en) « Alicia Keys - Documentary (Part 1/5) [HQ »], sur www.youtube.com (consulté le 12 juin 2010)
  89. (en) « Alicia Keys - Documentary (Part 5/5) [HQ »], sur www.youtube.com (consulté le 12 juin 2010)
  90. (en) « Maya Angelou: The Poet », sur www.glamour.com (consulté le 12 juin 2010)
  91. (en) « Alicia Keys Magazine Covers », sur www.whosdatedwho.com (consulté le 12 juin 2010)
  92. (en) « Teri Hatcher and Alicia Keys Had the Sexiest Gowns at the Grammys Wearing a black plunging V-neck dress, Alicia wowed the public at the ceremony », sur news.softpedia.com (consulté le 12 juin 2010)
  93. (en) « 2009 BET Awards – Best-Dressed Celebrities », sur www.theinsider.com (consulté le 12 juin 2010)
  94. (en) « Alicia keys in Africa : journey to the motherland Part 1 », sur www.youtube.com (consulté le 13 juin 2010)
  95. a et b (en) « Megastars Out to Save the World: Those Halos Can Tarnish in an Instant », sur www.nytimes.com,‎ 13/11/2006 (consulté le 13 juin 2010)
  96. (en) « Exclusive Celeb Interviews from Alicia Keys' Black Ball Charity Event! », sur tyrashow.warnerbros.com (consulté le 13 juin 2010)
  97. (en) « Site officiel de Keep a child alive », sur keepachildalive.org (consulté le 13 juin 2010)
  98. (en) « The black ball 2009 hightlights », sur support.keepachildalive.org (consulté le 13 juin 2010)
  99. (en) « BET Awards Salute Michael Jackson With Heartfelt Tributes. Jamie Foxx, Ne-Yo, Beyonce, more salute MJ; Janet Jackson gives moving speech. », sur www.mtv.com (consulté le 13 juin 2010)
  100. (en) « Keys Doesn't Hate Nicki Minaj, Just Wants Her To Shut Up », sur www.vibe.com (consulté le 13 juin 2010)
  101. (en) « Bono and Keys duet on Africa song - U2's Bono and US singer Alicia Keys have teamed up to record a song for a charity providing medicine to children affected by HIV and Aids in Africa. », sur news.bbc.co.uk (consulté le 13 juin 2010)
  102. (en) « The text “alive” challenge officially ended june 1ST, 2009, but we need you to keep texting! », sur support.keepachildalive.org (consulté le 13 juin 2010)
  103. (en) « Alicia Keys LIVE on YouTube », sur www.youtube.com (consulté le 13 juin 2010)
  104. a et b (en) « Alicia Keys Live!: Alicia Keys Live! on YouTube - Full Concert », sur www.youtube.com (consulté le 13 juin 2010)
  105. (en) « Alicia Keys », sur www.newsweek.com (consulté le 13 juin 2010)
  106. (en) « Alicia Keys peas join live 8 », sur www.rollingstone.com (consulté le 13 juin 2010)
  107. (en) « Kelly, Stones, Kanye Added To Massive Disaster-Relief Special - 'ReAct Now: Music & Relief' will air September 10 on MTV, VH1, elsewhere. », sur www.mtv.com (consulté le 13 juin 2010)
  108. (en) « Celebrity-Studded Benefit Raises Funds for Hurricane Katrina Survivors; Shelter from the storm : a concert for the gulf coast », sur findarticles.com,‎ 6/12/2005 (consulté le 14 juin 2010)
  109. (en) « Alicia Keys Nobel Peace Prize Concert Performance », sur www.rnbmusicblog.com (consulté le 14 juin 2010)
  110. (en) « Nobel Peace Prize Concert », sur en.wikipedia.org (consulté le 14 juin 2010)
  111. (en) « Alicia Keys offering 4 $5 000 scholarships », sur www.usatoday.com (consulté le 14 juin 2010)
  112. (en) « Joss Stone to record song for Barack Obama », sur www.timesonline.co.uk,‎ 12/08/2008 (consulté le 14 juin 2010)
  113. (en) « Alicia to perform at Nelson Mandela's 91st Birthday », sur www.aliciakeys.com (consulté le 14 juin 2010)
  114. (en) « Bono and Alicia Keys join Hope For Haiti benefit - Stars including Bono, Justin Timberlake and Alicia Keys will perform in the Hope For Haiti TV fundraising event, organiser George Clooney has announced. », sur news.bbc.co.uk (consulté le 14 juin 2010)
  115. (en) « Alicia Keys Getting Married », sur www.hollyscoop.com (consulté le 14 juin 2010)
  116. (en) « Usher dating Alicia Keys ? », sur www.moono.com (consulté le 14 juin 2010)
  117. (en) Alicia Keys shares her conspiracy theories on 'gangsta rap' - New York Daily News, 12 avril 2008
  118. (en) Alicia Keys: 'Gangsta Rap' Created to Convince Black People to Kill Each Other - Fox News, 12 avril 2008
  119. (en) « Alicia Keys backs away from gangsta rap quote - Singer claims comments in Blender interview were ‘misrepresented’. », sur www.msnbc.msn.com (consulté le 14 juin 2010)
  120. (en) « Your request is being processed... Alicia Keys Backtracks On Gangsta Rap Conspiracy Claims », sur www.huffingtonpost.com,‎ 15/04/2008 (consulté le 14 juin 2010)
  121. (en) « 50 Cent Blasts Alicia Keys - G-Unit man attacks Alicia's music », sur www.mtv.co.uk (consulté le 14 juin 2010)
  122. (en) « 50 Cent Doesn't Like Alicia Keys - 50 Cent Alicia Keys Diss DOESN'T Explains G-Unit HE Hip Hop LIKE WHY Rihanna », sur www.metacafe.com (consulté le 14 juin 2010)
  123. (en) « 50 Cent's Beef With Keys (TheShowbuzz) », sur www.youtube.com (consulté le 14 juin 2010)
  124. (en) Keys 'sorry' for tobacco adverts - BBC News, 28 juillet 2008
  125. (en) Meet Alicia Keys' secret boyfriend, Swizz Beats - New York Daily News, 17 mai 2009
  126. (en) Alicia Keys engaged to rapper, record producer Swizz Beatz - New York Daily News, 29 janvier 2009
  127. (en) « Alicia Keys enceinte », sur tempsreel.nouvelobs.com (consulté le 14 juin 2010)
  128. http://edition.cnn.com/2010/SHOWBIZ/celebrity.news.gossip/08/01/alicia.keys.wedding/index.html?hpt=C2#fbid=04H-J3i-ZFx
  129. (fr) « Alicia Keys donne naissance à un garçon », Ouest-France,‎ 16 octobre 2010 (consulté le 16 octobre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :