Alice in Chains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alice in Chains

Description de cette image, également commentée ci-après

Alice in Chains en Septembre 2007. De gauche à droite: William DuVall, Sean Kinney et Jerry Cantrell. (Absent sur la photo: Mike Inez)

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Doom metal
Metal alternatif
Heavy metal
Sludge metal
Grunge[1]
Années actives 1987 - 2002
2005 - aujourd'hui
Labels Columbia
Virgin Records
EMI Records
Site officiel Site Officiel
Composition du groupe
Membres Jerry Cantrell
Mike Inez
Sean Kinney
William DuVall
Anciens membres Layne Staley
Mike Starr
Logo

Alice in Chains est un groupe de rock américain formé en 1987 par le guitariste Jerry Cantrell et le chanteur Layne Staley[2]. C'est l'un des groupes originaire de Seattle à avoir obtenu un grand succès commercial et considéré comme l'un des Big Four of Seattle aux côtés de Nirvana, Pearl Jam et Soundgarden[3]. La musique du groupe se caractérise par des rythmes sombres et lourds mais elle est également très mélodique, se caractérise également par une variété de sons ce qui rend difficile la classification exacte du groupe. Généralement considéré comme un groupe de grunge mais s'inspirant du heavy metal des années 1970 contenant des éléments issus des riffs lourds de Black Sabbath et des éléments du hard rock mélodique proche de la musique de Led Zeppelin[4], entrelacé de compositions plus douces et plus propres dans un style plus acoustique. Les lignes vocales harmonisées sont un autre trait distinct du groupe[1].

Le groupe a acquis une renommée internationale grâce à l'album Dirt et le premier single pour promouvoir l'album Would? est devenu l'un des représentants les plus populaire du rock des années 90. Le groupe a vendu plus de 25 millions d'albums à travers le monde[5], dont 14 millions aux États-Unis[5],[6]. Les albums Jar of Flies et Alice in Chains ont atteint les premières places dans les chartes américaines[7],[8]. Jar of Flies est le premier EP à avoir atteint les premières places dans les chartes[2],[8],[9]. En outre, le groupe a également remporté neuf nominations pour les Grammy Awards[10].

Le groupe n'a jamais officiellement été dissous, mais à la mort du chanteur Layne Staley en avril 2002[11], il suspend son activité jusqu'en 2005, où Staley est remplacé par le chanteur William DuVall[12].

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

Formation et premières années[modifier | modifier le code]

Avant la formation de Alice in Chains, Layne Staley, alors batteur[13],[14] , décroche son premier rôle de chanteur lorsqu'il auditionne pour chanter au sein d'un groupe de glam metal local connu sous le nom de Sleze, à la suite d'encouragements de son demi-frère Ken Elmer[13],[14]. Les autres membres de ce groupe sont alors les guitaristes Johnny Bacolas et Zoli Semanate, le batteur James Bergstrom et le bassiste Byron Hansen[13]. Le groupe connait plusieurs changements de personnel culminant avec Nick Pollock comme seul guitariste et Bacolas comme bassiste. Les membres du groupe décident finalement de changer son nom en Alice in Chains[15]. Toutefois, en raison de préoccupations quant à la référence à l'esclavage féminin, le groupe choisit finalement de l'orthographier différemment, en Alice N' Chains, dans le but d'apaiser les inquiétudes des parents mais la mère de Staley, Nancy McCallum, déclara qu'elle n'était toujours pas satisfaite de cela[15].

Alors qu'il est chanteur d'Alice N' Chains, Staley rencontre le guitariste Jerry Cantrell au Music Bank, où les deux musiciens se partagent un local de répétition où ils habitent ensemble. Alice N' Chains est bientôt dissout et Staley rejoint un groupe de funk qui recherche également 'un guitariste. Staley demande alors à Cantrell de la rejoindre en tant que sideman. Cantrell accepte à condition que Staley se joigne à son groupe qui comprend alors le batteur Sean Kinney et le bassiste Mike Starr. En 1987, lorsque le groupe funk est dissous, Staley rejoint le groupe de Cantrell en tant que musicien à plein temps, jouant dans le circuit des clubs à travers l’État de Washington, étirant ses 15 minutes de matériel original afin de présenter 45 minutes de spectacle. Le groupe joue quelques concerts sous des noms différents, tel Lie Diamond, qui fut le nom de l'ancien groupe de Cantrell[16], avant de finalement opter pour le nom avec lequel l'ancien groupe de Staley avait flirté : Alice in Chains[17],[18].

À la faveur d'un de ces concerts, le promoteur local Randy Hauser découvre le groupe et lui propose d'enregistrer une démo. Toutefois, la veille du jour où le groupe doit enregistrer au studio Music Bank de Washington, la police ferme le studio pendant ce qui est considéré comme la plus grande saisie de cannabis dans l'histoire de l'État[17]. Nommée The Treehouse Tapes, la démo finale, achevée en 1988, se retrouve entre les mains de Kelly Curtis et de Susan Silver qui a également géré le groupe Soundgarden. Curtis et Silver présentent la démo au représentant de Columbia Records, Nick Terzo, qui programme aussitôt un rendez-vous avec le président du label, Don Ienner. Sur la base de The Treehouse Tapes, Ienner signe Alice in Chains à Columbia en 1989[17]. Le groupe enregistre également une autre démo, sans titre, sur une période de trois mois en 1989. Cet enregistrement peut être entendu sur le bootleg Sweet Alice[19].

Facelift et Sap (1990–1992)[modifier | modifier le code]

Alice in Chains devient rapidement une des priorités du label qui publie le premier enregistrement officiel du groupe en juillet 1990, un EP nommé We Die Young. Le premier single de l'EP, We Die Young, devient un hit sur les radios metal. Dans la foulée de ce succès, le label se hâte de lancer l'enregistrement du premier album du groupe avec le producteur Dave Jerden[20]. Quelques années plus tard, Cantrell déclarera que le groupe souhaitait créer un album sombre faisant écho à l'atmosphère mélancolique de Seattle"[21]. Facelift sort le 21 aout 1991 et le succès inattendu du titre Man in the Box permet au groupe de faire ses premières apparitions sur MTV, puis de partir sur la route, où il fait les premières parties de Van Halen et Iggy Pop. À la fin de l'année, Facelift est certifié disque d'or aux États-Unis.

La réalisation suivante du groupe est un maxi de compositions acoustiques intitulé Sap. Le disque bénéficie de la participation de quelques invités, parmi lesquels on retrouve Ann Wilson (Heart) sur Brother et Am I Inside, ainsi que Mark Arm et Chris Cornell (chanteurs respectifs de Mudhoney et Soundgarden) sur Right Turn. Pour l'occasion, la formation prend d'ailleurs le nom de Alice Mudgarden. Right Turn sera repris en 2001 dans le film La Chute du Faucon Noir (bien qu'absent sur la BO, il est crédité au générique).

Dirt (1992–1993)[modifier | modifier le code]

Le groupe refait parler de lui en 1992, lorsque la chanson Would? apparaît sur la bande originale du film Singles de Cameron Crowe. L'album Dirt, lancé à l'automne 1992, permet au groupe d'approfondir ses partitions de guitares lourdes et distordues. L'album est applaudi par la critique et remporte un vif succès commercial en devenant disque de platine avant la fin de l'année. Dirt, qui demeure l'album d'Alice in Chains à s'être le mieux vendu, apparaît, avec le recul, comme un signe annonciateur de la tragédie qui va bientôt frapper le groupe : les textes très sombres décrivant l'isolement, la solitude et la dépendance font d'ailleurs naître, à l'époque, des craintes sur les rapports qu'entretient Staley avec l'héroïne. On sait aujourd'hui que ces craintes étaient fondées.

Durant la tournée promotionnelle de Dirt, Mike Starr quitte le groupe et rejoindra plus tard un groupe de hard rock Sun Red Sun. Starr est remplacé au pied levé par Mike Inez, ancien bassiste d'Ozzy Osbourne. Le groupe retourne en studio en 1993 pour enregistrer deux nouveaux titres : What the Hell Have I? et A Little Bitter pour la bande originale du film Last Action Hero.

Au cours de l'été 1993, Alice in Chains participe au festival de musique alternative Lollapalooza aux côtés de Primus, Tool, Fishbone, Rage Against the Machine et Babes in Toyland. Le groupe reçoit un très bon accueil pour ce qui restera sa dernière tournée d'importance.

Jar of Flies (1993–1994)[modifier | modifier le code]

Après des prestations explosives au Lollapalooza, la scène alternative attend avec impatience un nouvel opus enflammé du quartet de Seattle, prévu pour janvier 1994. Pourtant, Alice in Chains prend tout le monde à contre-pied avec Jar of Flies, qui marque un retour vers des arrangements acoustiques plus subtils, des morceaux complexes, ponctués par la guitare de Cantrell et la voix de Staley.

Sorti sous forme de maxi malgré sa qualité et sa longueur, Jar of Flies se classe no 1 dans les charts américains, devenant le premier maxi à réaliser une telle performance. Navigant entre son alternatif et ballades traditionnelles, l'album rend hommage aux racines musicales du groupe ; écrit et enregistré en une semaine, il est salué par de nombreux critiques comme un mini chef-d'œuvre.

Malgré le succès de l'album, le groupe n'entreprend aucune tournée, ce qui alimente les rumeurs concernant les problèmes de drogues de Staley. Celui-ci participe néanmoins à quelques représentations pour Gacy Bunch, un projet parallèle qu'il a monte en 1995 avec le guitariste de Pearl Jam, Mike McCready et le batteur de Screaming Trees, Barrett Martin. Cette collaboration conduit à la sortie d'un album, Above, mais sous le nom de Mad Season.

Alice in Chains (1995–1996)[modifier | modifier le code]

En novembre 1995, Alice in Chains revient avec la sortie d'un album éponyme, souvent surnommé Tripode ou Three en raison de sa couverture illustrée par un chien à trois pattes et du fait qu'il s'agit du troisième album du groupe. Ce nouvel album troque les mélodies acoustiques de Jar of Flies pour un son beaucoup plus proche des deux premiers albums du groupe. Pour certains fans, ce retour aux sources est le bienvenu, alors que pour d'autres. il représente davantage un recul créatif qu'une avancée pour le groupe. L'album se classe immédiatement numéro 1 aux États-Unis, mais l'incapacité du groupe à organiser une tournée promotionnelle relance les inquiétudes concernant la santé de Staley. Alice in Chains restera le dernier album studio officiellement produit par le groupe.

Le groupe refait surface en 1996, et donne son premier concert depuis trois années pour l'émission MTV Unplugged. Staley souffre visiblement de graves problèmes de santé et semble être sous l'influence de l'héroïne. Néanmoins, le groupe livre une prestation exceptionnelle, dont une version bouleversante de Down in a Hole. Alice in Chains revisite ses principaux succès avec une instrumentation entièrement acoustique. Il reçoit le renfort de Scott Holsen (Heart) à la guitare rythmique. Le concert contient également un titre inédit The Killer Is Me. L'enregistrement du concert sort dans les bacs à la fin de l'année et se classe directement à la troisième place des charts.

Par la suite, le groupe fait la première partie de Kiss à quatre reprises. Alice in Chains présente son concert ultime avec Staley au micro le 3 juin à Kansas City.

Disparition de Staley (1998-2002)[modifier | modifier le code]

Cantrell est déterminé à continuer Alice in Chains et tente de rester en contact avec Staley, mais la santé de ce dernier compromet toute possibilité d'un retour rapide. Cantrell réalise donc son premier album solo, en 1998, Boggy Depot. À l'exception de Staley, tous les membres du groupe et le producteur Toby Wright participent à l'album. Un certain nombre de fans considèrent ainsi Boggy Depot comme un album égaré d'Alice in Chains.

En 1998, le groupe se réunit au complet pour la dernière fois et enregistre quatre nouveaux titres, Get Born Again, Fear The Voices, Lying Season et Died, qui paraissent à l'automne 1999 dans le coffret Music Bank retraçant la carrière du groupe. Le coffret contient 48 titres, dont des raretés, d'anciennes démos et des extraits des différents albums. Le groupe sort son premier best-of, Nothing Safe: Best of the Box. Un album live (Live) ainsi qu'un autre best-of (Greatest Hits) viennent compléter la discographie du groupe.

Bien que le groupe ne se soit jamais officiellement séparé, Staley s'enfonce de plus en plus profondément dans la dépression lorsque sa compagne décède d'une endocardite infectieuse en 1996. Il vit désormais reclus dans son appartement de Seattle. Le 19 avril 2002, le corps de Layne Staley est retrouvé dans son appartement, où le chanteur a été victime d'une overdose d'héroïne et de cocaïne (speedball) deux semaines plus tôt.

Jerry Cantrell, très affecté par la perte de son partenaire, lui dédie son deuxième album Degradation Trip, en 2002. L'album, enregistré avant la mort de Staley, sort deux mois après son décès.

Reformation (2005-)[modifier | modifier le code]

Jerry Cantrell, guitariste de Alice in Chains en 2010.

En 2005, Cantrell, Inez et Kinney se reforment à l'occasion d'un concert de charité au profit des victimes du tsunami asiatique. Lors du concert, c'est Pat Lachman (Damageplan) qui officie au micro. Les anciens d'Alice in Chains laissent entendre à cette occasion leur envie de reformer le groupe.

Le 10 mars 2006, le groupe se réunit une nouvelle fois, cette fois-ci avec Phil Anselmo (Pantera) au chant, lors du Decades Rock Live donné en l'honneur d’Ann et Nancy Wilson (Heart). Le groupe entame la tournée des festivals d'été européens avec, au chant, William DuVall, ancien de Comes With the Fall.

Le groupe commence à travailler sur un nouvel album en octobre 2008 avec Nick Raskulinecz (Stone Sour/Foo Fighters). William DuVall est devenu le chanteur actuel, jouant avec eux sur leur tournée australienne pour le festival Soundwave. À l'automne 2009, ils attaquent une véritable tournée événement, dans la foulée de la sortie du nouvel album "Black Gives Way to Blue" sorti fin septembre 2009

Lundi 7 mars 2011, l'ancien bassiste Mike Starr est retrouvé mort dans sa résidence de Salt Lake City[22],[23]. Il avait 44 ans. Depuis 1993, Mike Inez avait repris la place de bassiste au sein de Alice in Chains.

En décembre 2012, en prévision de la sortie d'un nouvel album en 2013, Alice in Chains lance une campagne de communication via Instagram pour dévoiler le premier single : "Hollow" le 18 décembre sous forme d'un clip vidéo monté à partir d'images créées par des fans qui les ont envoyées sur le compte Instagram du groupe.

Style musical[modifier | modifier le code]

Le groupe cite, comme influences déterminantes, des groupes et musiciens tels Black Sabbath, Soundgarden, Van Halen, AC/DC, Alice Cooper, Blue Öyster Cult, Budgie, Deep Purple, Heart, Kiss, Led Zeppelin, Melvins, Metallica, Motörhead, Neil Young, Ramones, Sex Pistols, The Doors, The Stooges, Corrosion of Conformity, Jimi Hendrix, Queensrÿche, Misfits et Pixies[24].

Le groupe en concert à Boston, Massachusetts, en 1992.

La musique de Alice in Chains a été qualifé de hard rock, de heavy metal, de rock alternatif, de doom metal et de sludge metal ou, plus communément, de grunge. Cette dernière catégorisation est plus une image du groupe : ses racines à Seattle, ont surgi en même temps autres groupes de la région ont commencé à attirer l'attention des médias et leurs paroles morbides et introspectives. Ce terme est rejetée par le groupe. Jerry Cantrell identifie le groupe étant un groupe de heavy metal.

La musique du groupe se caractérise par un son lourd et lent, en raison des influences telles que Led Zeppelin, Black Sabbath, Van Halen et Metallica, considéré comme le groupe grunge qui flirte avec le heavy metal. Il est également marqué par ses textes sombres et pessimistes, qui traitent divers sujets dans ses chansons telles que la mort (Them Bones), des chansons d'amour (Love, Hate, Love et Rain When I Die) et les thèmes récurrents tels que la toxicomanie notamment sur l'album Dirt (Junkhead, Godsmack et Hate to Feel) rendant les chansons du groupe sont souvent "sombre". Certaines chansons de l'album Facelift sont des réminiscences des premiers jours du groupe, encore plus axé sur le glam metal et le hard rock, comme I Know Somethin' ('Bout You), Put You Down et Killing Yourself, et il y a aussi une chanson approvisé Love Song sur le EP Sap. Le groupe a aussi son côté plus doux en acoustique sur Sap et Jar of Flies. L'albym éponyme Alice in Chains a combiné ces styles pour former "un son désolé, nihiliste avec les sons acoustiques avec des textures subtiles"

Les chansons du groupe sont toutes réalisées en mi bemol (Eb), à l'exception de "What the Hell Have I?" qui est jouée en (D). Ces notes jouées un demi-ton plus bas semblent plus lourdes que l'accordage standard et plus mélancolique que la note normale. La musique du groupe a également des aspects rythmiques distincts, favorisant parfois les changements de mesures, comme on en trouve dans Them Bones et I Can't Remember, Jerry Cantrell fait également des effets de guitare une large utilisation, l'effet le plus utilisé est la pédale wah-wah (Grind, Dam That River, Rain When I Die, Dirt, Man in the Box, Rooster, Get Born Again), mais aussi la pédale chorus (Rooster, Love, Hate, Love), le talk-box (Rotten Appel, Man in the Box), la pédale flanger (solo de Them Bones) en plus des traditionnelles pédales de distorsions.

Le style de guitare de Jerry Cantrell combine selon Stephen Erlewine de Allmusic les "Riffs lourds et les textures de guitare expansives" pour créer "des rythmes lents en clé mineur rêveurs". Alors que les guitares distordues accordées un demi-ton plus grave mixte avec les voix distinctes de style de Staley ont attiré l'attention des fans de metal, le groupe avait aussi "un sens de la mélodie qui est indéniable", qui a introduit Alice in Chains à un public beaucoup plus large.

Alice in Chains à influencé par la suite des groupes comme Stone Sour, Clutch, Candlebox, Vision of Disorder, Days of the New, Godsmack, Second Coming, Staind, Avenged Sevenfold, Cold, Buckcherry, Nickelback, Shinedown, Creed et Deftones[24].

Évolution du line-up[modifier | modifier le code]

Date Chant/Guitare Chant Batterie Basse
1987 Jerry Cantrell Layne Staley Sean Kinney Mike Starr
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994 Mike Inez
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003/
2004/
2005 Jerry Cantrell Sean Kinney Mike Inez
2006 William DuVall
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 1987 : Demos
  • 1990 : Bleed The Freak
  • 1990 : We Die Young
  • 1991 : Man in the Box
  • 1991 : Sea of Sorrow
  • 1992 : Would?
  • 1992 : Them Bones
  • 1993 : Rooster
  • 1993 : Angry Chair
  • 1993 : Hate to Feel
  • 1993 : Down in a Hole
  • 1993 : What the Hell Have I?
  • 1994 : Got Me Wrong
  • 1994 : I Stay Away
  • 1994 : No Excuses
  • 1994 : Don't Follow
  • 1995 : Grind
  • 1996 : Heaven Beside You
  • 1996 : Again
  • 1996 : Over Now
  • 1999 : Get Born Again
  • 1999 : Fear the Voices
  • 2009 : A Looking In View
  • 2009 : Check My Brain
  • 2010 : Your Decision
  • 2013 : Stone

DVD[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Unplugged
  • 1999 : Music Bank - The Videos DVD

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Alice in Chains
  2. a et b Alice in Chains Biography
  3. Greg Prato. Grunge is Dead:The Oral History of Seattle Rock Music. ECW Press. 2009.
  4. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées TerazRock.
  5. a et b Alice In Chains //Virgin EMI Records
  6. RIAA - Gold & Platinium
  7. Alice in Chains - Chart History
  8. a et b Alice in Chains - Awards : AllMusic
  9. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées BillboardJar.
  10. Rock On The Net: Alice In Chains
  11. LAYNE STALEY Officially Declared Dead Following Autopsy - Apr. 20, 2002
  12. Remaining Alice in Chains Members Reuniting for Summer Gigs
  13. a, b et c (en) David de Sola, « How Alice in Chains Found the Most Memorable Voice in Grunge », The Atlantic,‎ avril 5, 2012 (consulté le 16 avril 2012)
  14. a et b (en) Prato, Greg. "Grunge is Dead: The Oral History of Seattle Rock Music." p. 214. April 2009.
  15. a et b (en) Prato, Greg. "Grunge is Dead:The Oral History of Seattle Rock Music." p. 215-216. April 2009.
  16. (en) [vidéo] Interview Alice In Chains - Jerry Cantrell and Sean Kinney (part 2) sur YouTube
  17. a, b et c (en) Modèle:Cite album-notes
  18. (en) « Sweet Alice », Metal-archives.com (consulté le 17 août 2011)
  19. (en) « Discography – Dirt », Aliceinchains.com (consulté le 9 février 2008)
  20. (en) Michael Moses, « Alice in Chains: Who is Alice and Why is She in Chains? », Rockbeat magazine,‎ septembre 1991
  21. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/03/09/97001-20110309FILWWW00328-deces-du-bassiste-d-alice-in-chains.php
  22. http://www.cyberpresse.ca/arts/musique/201103/08/01-4377378-deces-du-bassiste-du-groupe-alice-in-chains.php
  23. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées http:.2F.2Fwww.allmusic.com.

Liens[modifier | modifier le code]