Soft Machine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Soft Machine

Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Rock progressif, rock psychédélique
Années actives 19661984
Labels ABC, Probe, Columbia, Harvest, EMI

Soft Machine est un groupe de rock britannique, pionnier dans le psychédélisme. Son nom est inspiré d'un ouvrage de William Burroughs : The Soft Machine (Olympia Press-1961)

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Formé en 1966 à Canterbury (Angleterre) par Robert Wyatt (batterie et chant), Mike Ratledge (orgue, piano), Daevid Allen (guitare) et Kevin Ayers (guitare, basse et chant), Soft Machine est devenu un groupe phare du rock progressif et de ce qu'on appellera plus tard l'École de Canterbury.

Le groupe a connu vingt-quatre formations, et prend racine dans le groupe anglais des Wilde Flowers en 1964.

Mais avant même les Wilde Flowers, les parents de Wyatt avaient hébergé le beatnik australien Daevid Allen, qui avait créé avec Wyatt et Hugh Hopper le Daevid Allen Trio en 1961, dont le style était un mélange de free jazz et de poésie beat. Du fait de l'insuccès du trio, ils se séparent ce qui mènera Wyatt et Hugh Hopper à former les Wilde Flowers qui, au fil du temps, accueilleront les futurs membres de Caravan. Puis, Wyatt et Ayers forment, avec Daevid Allen, revenu de Paris, un nouveau groupe avec un quatrième membre amené par Allen, un guitariste du nom de Larry Nowlin qui ne restera que très peu de temps. Au départ la formation avait pour nom Mister Head mais lorsque Mike Ratledge les rejoint à l'orgue, ils changeront pour The Soft Machine (en 1968, ils enlèveront le The) et Allen ira rencontrer William Burroughs dans le but d'obtenir une autorisation officielle.

Premiers albums[modifier | modifier le code]

À Londres, le groupe joue dans les mêmes studios que le Pink Floyd, et enregistre un simple, Feelin', Reelin' Squeelin' / Love Makes Sweet Music, produit par Kim Fowley puis, en avril 1967, l'album Jet Propelled Photographs qui ne paraitra qu'en 1971. Ce même album sera réédité, deux ans plus tard, sous le titre At the beginning dans la collection "Les Génies du rock".

En 1967, le groupe se retrouve à Saint-Tropez où ils participent à des happenings à partir de la pièce de Picasso, Le Désir attrapé par la queue, interrompus par la gendarmerie. C'est le début de la grande réputation dont va jouir le groupe en France. Alors qu'ils repartent pour l'Angleterre, Allen se voit refuser son visa et reste en France. Réduits à un trio, Ratledge, Wyatt et Ayers font, en 1968, la première partie d'une tournée de Jimi Hendrix aux États-Unis ; ils prennent même un certain Andy Summers à la guitare, le temps d'une tournée. Le groupe enregistre son premier album "officiel", produit par Tom Wilson en avril 1968 à New York, sans Daevid Allen resté en France, qui, deux années plus tard, créera le groupe Gong. Toutefois, déçu et épuisé par la seconde tournée, le groupe se sépare.

Deuxième et troisième album[modifier | modifier le code]

En 1969, Probe sort le disque et oblige Wyatt à reformer Soft Machine. Ayers exilé à Majorque, Hugh Hopper est engagé à sa place. Le groupe enregistre son second disque en avril, et donne des concerts en Angleterre, accompagné par le saxophoniste alto Elton Dean, Marc Charig, Nick Evans, et Lyn Dobson. Cette formation est généralement considérée comme la meilleure du groupe mais ils n'ont malheureusement les moyens de ne garder qu'Elton Dean pour l'enregistrement de Third, dans les premiers mois de l'année (1970). Cet album contient la longue suite Moon in june, composée par Robert Wyatt qui joue de tous les instruments, et que Ratledge a refusé de jouer pour des raisons inconnues.

Quatrième album[modifier | modifier le code]

C'est avec la formation Wyatt, Ratledge, Hopper et Dean que sera réalisé Fourth, le quatrième album. Après cet album, Wyatt se sent mis à l'écart, il regrette que le groupe se tourne de plus en plus vers le jazz. Il quitte le groupe, en juillet 1971, pour former Matching Mole (ou "taupe myope", une taupe à lunettes figure sur les pochettes des quatre albums disponibles), prononciation anglaise de Machine molle, la traduction littérale de Soft Machine en français. Wyatt est alors remplacé par Phil Howard pour une courte période puis par John Marshall.

Sixième album[modifier | modifier le code]

Dans Six (1973) Dean est remplacé par Karl Jenkins, après quoi Hugh Hopper cède sa place à Roy Babbington.

Septième et huitième album[modifier | modifier le code]

Soft Machine, qui se confirme avec Seven, est alors devenu un groupe de jazz où le rock et l'humour qui caractérisaient leurs premiers enregistrements ont disparu. En février 1974 arrive le guitariste Allan Holdsworth, remplacé l'année suivante par John Etheridge. Ratledge, le dernier membre du groupe d'origine, part à son tour. Karl Jenkins le remplace aux claviers et le saxophoniste Allan Wakeman, cousin de Rick, complète la formation. Le groupe manque de se séparer mais revient en 1981 pour un ultime album, Land of Cockayne, dont le personnel inclut John Marshall, Karl Jenkins, Allan Holdsworth, Jack Bruce et d'autres musiciens moins connus. Le groupe fait une tournée finale avec encore Marshall, Jenkins, Etheridge et même Dave McRae, un ancien de Matching Mole.

L'après Soft Machine et Soft Machine Legacy[modifier | modifier le code]

Parmi les musiciens du groupe, plusieurs auront de formidables succès en solo mais la plupart resteront dans l'underground.

Robert Wyatt, après Matching Mole, a tenté de former un nouveau groupe mais un grave accident le mènera vers une carrière solo fructueuse.

Andy Summers accèdera à la renommée internationale avec The Police.

Daevid Allen est resté dans le « milieu » Gong mais a finalement formé le groupe University of Errors, avec lequel il a fait en 2004 une relecture du premier album.

Phil Howard a rejoint le groupe d'Elton Dean, Just Us, après son « départ » mais a arrêté la musique après la dissolution de ce dernier.

Roy Babbington est devenu un musicien de session très respecté et a participé à beaucoup d'albums de styles divers.

Holdsworth a continué à jouer en rejoignant un bon nombre de groupes de Jazz-Rock, ou de Progressif comme UK.

Karl Jenkins et Mike Ratledge formeront un duo de musiciens jouant de la musique pour série télévisée à faible budget. Après cela Jenkins connaitra un succès incroyable en formant Adiemus que Ratledge rejoindra à la programmation des percussions. Suite à cela, Ratledge travaillera pour un bon nombre de chaînes de séries documentaires.

Hugh Hopper croisera la route de nombreux anciens collaborateurs et participera à beaucoup de leur projets. Il formera également le Hugh Hopper Band ainsi que Soft Heap.

Elton Dean deviendra le musicien qui aura le plus de succès dans le milieu jazz. Il participera très souvent aux projets de Keith Tippett.

John Marshall restera tranquille jusqu'à un retour dans les années 2000.

John Etheridge a mené une solide carrière puis joindra Soft Machine Legacy.

Le cousin de Rick Wakeman, Alan Wakeman, jouera aussi avec Soft Machine comme saxophoniste, on retrouvera aussi avec le groupe des musiciens de sessions comme Marc Charig et Nick Evans, qui ont aussi contribués à certains albums de King Crimson tel que Islands et Red.

Lyn Dobson a contribué en 1977 au disque Before landing du chanteur et musicien breton Alan Stivell.

Soft Machine Legacy[modifier | modifier le code]

En 2002, Elton Dean, John Marshall, Allan Holdsworth et Hugh Hopper forment le groupe Soft Works qui devient Soft Machine Legacy. Ils lancent l'album Abracadabra, seul sorti sous le nom Soft Works. Sous celui de Soft Machine Legacy, quatre albums, dont deux lives sont produits, l'un des albums studio est éponyme, l'autre porte le titre de Steam.

En 2006, Elton Dean emporté par un cancer est remplacé par Theo Travis.

En juin 2008, Hugh Hopper atteint de leucémie est remplacé temporairement par Roy Babbington.

En décembre 2008, les nouvelles sont bonnes, Hopper semble en voie de guérison, mais le 7 juin 2009, la maladie l'emporte. L'avenir du groupe semble compromis par ce nouveau décès, mais John Etheridge, Theo Travis, Roy Babbington et John Marshallil continuent à se produire. Leurs concerts d'octobre 2009, en Autriche et en Allemagne, font l'objet d'un nouveau CD Live Adventures, sorti en 2010 sur le label new-yorkais Monjune Records.

En février 2013, Kevin Ayers meurt à l'âge de 68 ans.

Style[modifier | modifier le code]

Avec leurs structures et leurs harmonies révolutionnaires, leurs improvisations de free jazz/rock, Soft Machine a beaucoup influencé les groupes européens.

Artistiquement, Soft Machine est au carrefour de plusieurs genres : pionniers du psychédélisme, ils se sont vite tournés vers le jazz ; de plus en plus orientés vers les rythmes complexes, ils confinent au jazz-rock. L'influence de la pataphysique et du dadaïsme sur leurs premières productions (le volume Two est un patchwork de références dadaïsantes, auxquelles viennent s'ajouter des hommages aux créateurs de la musique sérielle) laissera de plus en plus place à une volubilité musicale, parfois mal perçue. Cette évolution se fait sentir avec le départ des musiciens d'origine : Daevid Allen puis Kevin Ayers et enfin Robert Wyatt, dernier représentant de la branche psychédélique, qui partira après l'album Fourth. Moon in June sur Third est la dernière contribution d'auteur et le testament de Robert Wyatt dans Soft Machine. Le groupe continue par la suite à exister sous différentes formes après le départ de ses fondateurs, notamment sous la direction de Karl Jenkins, qui secondera puis finira par remplacer Mike Ratledge comme claviériste.

Albums de Soft Machine[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]