Josué Guébo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Josué Guébo

Description de l'image  Josue Guebo.jpg.
Nom de naissance Josué Yoroba Guébo
Activités poète
nouvelliste
Naissance
Abidjan, Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Langue d'écriture Français
Distinctions Manuscrit d’Or

Œuvres principales

  • L'or n'a jamais été un métal (2009)
  • D'un mâle quelconque (2010)
  • Carnet de doute (2011)
  • Mon pays, ce soir (2011)

Compléments

  • 6e Président de l'AECI (2011- )

Josué Yoroba Guébo ou Josué Guébo est un universitaire, poète et nouvelliste ivoirien. Il se présente comme l'une des figures de la poésie ivoirienne, un écrivain à la fois engagé et sensible, dont certaines œuvres ne sont pas « un recueil de tranquillité poétique, mais bien plus un vibrant appel à revisiter l’histoire africaine pour mieux se projeter vers de nouveaux temps de soleil ». Il est Président de l'Association des écrivains de Côte d’Ivoire (AECI) depuis le 17 décembre 2011 [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Josué Yoroba Guébo, nait le 21 juillet 1972, à Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire. Très tôt, il commence à écrire des poèmes. Le premier semble avoir été composé à l’âge de douze ou treize ans[2] lorsqu’il est au collège à Grand-Bassam. Son intérêt pour la lecture le porte vers les œuvres d’Aimé Césaire, en particulier Cahier d'un retour au pays natal, ou ceux de Paul Verlaine[2], notamment Romances sans paroles. Il cultive aussi les grands africains qu’il découvre durant son parcours scolaire et universitaire[2]. Docteur en Histoire et philosophie des Sciences, Josué Guébo est également enseignant-chercheur.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Poésie
  • 2009 : L'or n'a jamais été un métal (Vallesse, Abidjan) ;
  • 2010 : D'un mâle quelconque (Apopsix, Paris) ;
  • 2011 : Carnet de doute (Panafrika/Silex/Nouvelles du sud, Dakar) ;
  • 2011 : Mon pays, ce soir (Panafrika/Silex/Nouvelles du sud, Dakar).
Nouvelles
  • 2012 : L'ombre du pont (Balafons, Abidjan) ;
Jeunesse
  • 2013 : Le père Noël aime l'attiéké (Les classiques ivoiriens)
Ouvrages collectifs
  • 2007 : La paix par l’écriture (Vallesse, Abidjan), Collectif ;
  • 2010 : Des paroles de Côte-d’Ivoire pour Haïti, notre devoir de solidarité (Ceda/Nei), Collectif ;
  • 2013 : Monsieur Mandela (Panafrika/Silex/Nouvelles du sud, Dakar), Collectif.

Sa poésie[modifier | modifier le code]

Elle met en relief la cause des femmes. Dans l'ouvrage L'or n'a jamais été un métal mais surtout dans le texte D'un mâle quelconque, Josué Guébo reprend à son compte le mythe de Maïé, qui met en scène le conflit homme-femme dans la tradition orale ivoirienne. Avant Josué Guébo, les poètes Zadi Zaourou et Bohui Dali, s'étaient intéressés à une telle thématique. Guébo dépasse volontiers la lecture de ses prédécesseurs en inscrivant son discours dans la logique "d’une prose à cheval sur deux temps d’expression" ainsi que le note le réalisateur Marc-Laurent Turpin, préfacier de D'un mâle quelconque.

Elle milite également pour la cause africaine. Selon le poète Paul Dakeyo, l'ouvrage Carnet de doute de Josué Guébo "n’est pas un recueil de tranquillité poétique, mais bien plus un vibrant appel à revisiter l’histoire africaine pour mieux se projeter vers de nouveaux temps de soleil « au socle impavide » (...) Ce à quoi vient immédiatement faire écho Mon pays, ce soir, recueil-inventaire des impasses et des attentes que le tic tac des heures nocturnes délivre sur la terre d’Eburnie".

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Prix du concours d’écriture RFI « 3 heures pour écrire » ;
  • 2000 : Premier Prix national de poésie AECI pour « Noël, un fusil nous est né » ;
  • 2007 : Premier Prix de Poésie « Les Manuscrits d'or » pour « C’était hier » ;
  • 2007 : Premier Prix de nouvelle « Les Manuscrits d'or » pour « Confidences d’une pièce de 25 Francs ».
  • 2012 : Chevalier du Mérite Culturel Ivoirien.

Citation[modifier | modifier le code]

« Un mot n'est jamais aussi explosif que comprimé !... » (Magazine "Point de Lecture" no 6 mai 2010).

Références[modifier | modifier le code]

  1. M’Bah Aboubakar, Interview / Josué Yoroba Guébo (président de l’Association des écrivains de Côte d’Ivoire) : «Nous voulons renouer le dialogue entre les écrivains», L'expression,[lire en ligne (page consultée le 20 décembre 2011)]
  2. a, b et c Guy Constant Neza, Josué Guebo (poète) : « D’un mâle quelconque… une expression de révolte contre la tyrannie mâle », Le Nouveau Courrier, 12 février 2011 [lire en ligne (page consultée le 20 décembre 2011)]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]