Accueil périscolaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Accueil (homonymie).

L'accueil périscolaire ou ALAÉ (Accueil de Loisirs Associé à l'École) est un service proposé aux familles en lien à l'école, et qui a pour but notamment l'aide au devoirs, ou la garderie des enfants dont les parents travaillent tard. Si le lieu d'accueil est parfois situé dans l'école, l'équipe n'est pour sa part pas enseignante mais composée d'animateurs socioculturels.

C'est pourquoi l'accueil périscolaire est considéré comme un des domaines d'activité de l'animation socioculturelle, dans la mesure où elle permet un suivi social des enfants accueillis (prévention), mais aussi de proposer des activités (loisirs).

Histoire[modifier | modifier le code]

La garderie[modifier | modifier le code]

La création des accueils périscolaires est liée en partie au travail des femmes mais surtout à l'augmentation des risques (et des craintes) de laisser un enfant seul dans la rue après l'école.

À l'origine, crée pas des associations de parents, amicales laïques, retraités bénévoles ou instituteurs se relayèrent afin de garder les enfants à l'intérieur de l'école après la fin de la journée scolaire. Il s'agissait alors de mettre un adulte face au groupe d'enfants pendant que ceux-ci discutaient calmement en attendant l'arrivée des parents. Petit à petit, des jeux s'introduisirent dans les garderies. Dés, cartes et autres jeux tenant dans un cartable d'enfant firent leur apparition.

Devant la multiplication de la demande, certaines Mairies entreprirent de créer une salle spécialement dédiée à la garderie. Bientôt, on entreprit de laisser les enfants faire leurs devoirs.

La garderie et l'aide aux devoirs[modifier | modifier le code]

Avec un service de garderie ouvert avant puis après l'école et avec une amplitude d'ouverture devenant de plus en plus grande, la garderie évolua. En l'absence d'une réelle réglementation spécifique, chaque école s'organisait à sa manière afin d'organiser la garde des enfants avant et après la classe.

Dans certaines communes, était proposée une aide aux devoirs. Il s'agissait de mettre quelqu'un à disposition des enfants pour les aider dans leurs devoirs. Bénévole, retraité et instituteurs se partagèrent la tâche, selon les endroits.

Avec la suppression du statut d'instituteur, remplacé par le professeur des écoles, les personnels enseignants désertèrent les garderies.

Un centre de loisirs dans l'école[modifier | modifier le code]

Le développement de l'animation socio-culturelle poussa les organisateurs de garderies à engager des animateurs. Ceux-ci pouvaient avoir ou ne pas avoir un Bac Pro ; dans tous les cas leur statut était bien celui d'animateur, et leur fonction était d'occuper les enfants. Certains se spécialisaient dans l'aide aux devoirs, d'autres proposaient diverses activités pour passer le temps.

Parallèlement, beaucoup de jeux entraient dans les garderies. Des jeux et jouets dont les familles se débarrassaient, des jeux et jouets achetés par une œuvre… Bien des garderies regorgeaient d'équipements de jeu dignes d'un centre de loisirs ou d'une petite ludothèque.

Beaucoup de communes succédèrent aux associations de bénévoles pour l'organisation des garderies. On trouva alors de plus en plus de personnel payé pour garder les enfants.

Accueil de loisirs périscolaire[modifier | modifier le code]

L'arrêté du 20 mars 1984 modifié par l’arrêté du 27 juin 1996 stipule que les services chargés de la jeunesse et de la famille (Ministère chargé de la jeunesse, caisse d'allocations familiales, PMI, …) insistent pour que les garderies laissent place à des accueils périscolaires. La loi le permet puisqu'un accueil périscolaire peut fonctionner deux heures au minimum par jour.

Pour favoriser ce passage, certaines caisses d'allocations familiales ne subventionnent plus les garderies mais subventionnent les accueils de loisirs périscolaires.

Le souci pour les communes est que ces centres doivent posséder du personnel qualifié et professionnel (loi sur la « refondation de l'école »)  : un animateur professionnel titulaire d'un titre de direction (DUT, BEATEP, BPJEPS, DEJEPS, …) puis des animateurs titulaires de titres ou diplômes répondant aux critères de la réglementation des accueils collectifs de mineurs. Ensemble, ils doivent produire un projet pédagogique et disposer de temps de réunion pour questionner et faire évoluer le service, tout en apportant une sensibilisation et un éducation aux arts et aux cultures.

D'abord appelé CLAÉ (Centre de Loisirs Associé à l'école) puis ALAÉ (Accueil de Loisirs Associé à l'École) depuis 2006, celui-ci n’a pas de personnalité morale. C’est un accueil de loisirs fonctionnant dans l’école le matin, le midi et le soir. Il est une structure éducative habilitée pour accueillir de manière habituelle et collective des enfants par des activités de loisirs, à l’exclusion de la formation. Cette habilitation est accordée et contrôlée (fonctionnement, pédagogie) par le ministère de la Jeunesse et des Sports et elle est soumise à certaines conditions :

  1. La présence d’un projet éducatif (objectifs, modalités de fonctionnement du centre, présentation des activités proposées aux enfants).
  2. La présence d’une équipe d’animation qualifiée (directeur et animateurs).
  3. Le respect d’un taux d’encadrement (animateurs/enfants).
  4. La présence d’un projet pédagogique élaboré par l’équipe de l'ALAÉ.

Ses missions[modifier | modifier le code]

La circulaire du 7 février 1973 indique qu'elles s’articulent autour de quatre axes :

  • Assurer la continuité entre les heures et les jours d’ouverture scolaire et les heures et les jours de loisirs des enfants.
  • Développer des activités en ayant le souci de l’inscrire dans la réalité locale (prise en compte des conditions de vie des parents de leur mode de vie, de la vie associative locale).
  • Rechercher une cohérence dans l’intervention éducative auprès des différents acteurs en définissant les rôles et les complémentarités de chacun.
  • S’appliquer à être complémentaire dans les activités proposées et en recherchant une cohérence dans les rythmes de vie des enfants (ménager des transitions par des ruptures de rythme en fonction de ceux de l’école).

L'organisation[modifier | modifier le code]

L'ALAÉ peut être organisé par :

  • une association loi 1901,
  • une commune de Paris,
  • une communauté de communes,
  • une association de collectivités locales, comme un SIVOS.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Soutien scolaire Accueil collectif de mineurs