Rimaucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rimaucourt
L'intérieur de l'église.
L'intérieur de l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Arrondissement de Chaumont
Canton Canton d'Andelot-Blancheville
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Rognon
Maire
Mandat
Jean-François Gunther
2014-2020
Code postal 52700
Code commune 52423
Démographie
Population
municipale
708 hab. (2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 15′ 10″ N 5° 19′ 59″ E / 48.2528, 5.3331 ()48° 15′ 10″ Nord 5° 19′ 59″ Est / 48.2528, 5.3331 ()  
Altitude Min. 237 m – Max. 382 m
Superficie 20,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rimaucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rimaucourt

Rimaucourt est une commune française, située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, Rimaucourt était situé sur le point de convergence de deux voies romaines.(une voie menant de lyon à naix sur ornain et une voie menant de Latrecey à Soulosse. La colline de Barémont contient des vestiges confirmant une occupation romaine.

Entre 1102 et 1174, les seigneurs de Reynel fondèrent un prieuré bénédictin et bâtirent une église, dédiée à Saint Pierre et Saint Paul.

L'église subit de lourdes modifications sur une décision de la duchesse Decrès en 1838.

Le village était desservi par la ligne ligne de Gudmont à Rimaucourt jusqu'en 1950.

alternative à l'image
Blason de Rimaucourt

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
An II   Ménétrier Simon (cabaretier)    
1er thermidor an III   Chaudron Joseph    
15 Brumaire an IV   Thibonnet Jean Baptiste    
1810 1813 Goujon Vincent   Maçon
1813 1815 Barbier François   Régisseur de Forge
1815   Huguenin Claude Louis   propriétaire-instituteur-aubergiste
1844 1848 Capitain Elophe   maître de Forge
1848 1852 Marant François-Joseph   maître de postes
1852 1868 Dormoy Ferdinand   maître de Forge
1868 1870 Goujon-Chollot Louis   propriétaire
1870 1871 Varinot Justin    
Avril 2008 En cours Marie-Louise Jeanniot    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 708 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
465 566 555 612 697 726 778 828 864
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
817 1 003 1 104 1 023 1 046 1 170 1 011 1 154 1 127
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 116 1 091 1 100 922 845 791 704 726 724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
827 888 828 770 801 753 768 708 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

alternative à l'image
1er blason du village

Croix de Fouillot[modifier | modifier le code]

Rimaucourt est dominée par la colline de Fouillot, culminant à 354 mètres. La croix de Fouillot fut érigée au sommet de cette colline en 1912. Elle porte l'inscription :

CRUX DOMINI

ERECTA

IN MONTE FOUILLOT

DIE QUARTA MENSIS AUGUST.

ANNO 1912

La croix a été fabriquée dans les forges de Rimaucourt.

Elle a été restaurée durant l'été 2011 par l'association des sapeurs pompiers de Rimaucourt.

Château[modifier | modifier le code]

D'après les « dires locaux », le château aurait été construit à partir des pierres provenant de la forteresse de Montéclair. La construction du château (qui à l'époque était en fait une maison forte occupée par des chevaliers milites, dépendant du seigneur de Reynel) débuta au XIIe siècle. Les sires de Joinville furent seigneurs de Rimaucourt.

Le 20 avril 1809, le duc Decrès devint propriétaire du château. À la mort du duc, en 1820, la duchesse hérite de l'immense domaine. À la mort de cette dernière en 1864, son neveu Louis Napoléon d'Albufera hérite du château.

Église Saint-Pierre-et Saint-Paul[modifier | modifier le code]

L'église fut construite au XIIe siècle par des moines bénédictins. Avant la révolution l'église était également prieurale. La duchesse Decrès transforma l'église à partir de 1838.
Un plafond fut placé par dessus la nef(afin d'isoler thermiquement l'église) Une nouvelle entrée fut placée à la place du chœur des absidioles et l'ancienne porte fut remplacé par un nouveau chœur.

Le 13 octobre 1867, les deux cloches furent bénies. La grosse cloche fut nommée Davida-Isabelle_Marie et la seconde cloche fut nommée Jeanne-Caroline-Eugénie

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Un ruban de pellicule de film déroulé
Denis Decrès

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011