Froncles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Froncles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Arrondissement Chaumont
Canton Vignory
Intercommunalité Communauté de communes du Bassin de Bologne Vignory et Froncles
Maire
Mandat
Patrice Voirin
2014-2020
Code postal 52320
Code commune 52211
Démographie
Gentilé Fronclois, Froncloises
Population
municipale
1 592 hab. (2011)
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 00″ N 5° 08′ 49″ E / 48.3, 5.1469444444448° 18′ 00″ Nord 5° 08′ 49″ Est / 48.3, 5.14694444444  
Altitude Min. 207 m – Max. 376 m
Superficie 20,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Froncles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Froncles

Froncles est une commune française située dans le département de la Haute-Marne en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Généralités historiques : Froncles, jusqu'à la Révolution, faisait partie de Buxières ; première mention en 1067. Buxières était seigneurie laïque. Fusion en 1972 avec les communes de Buxières-les-Froncles et Provenchères-sur-Marne.

Vestiges préhistoriques et antiques : Oppidum de Buxières. Grottes avec trace d'occupation néolithique.

Architecture civile : Restes de maison forte à Buxières, XIe/XIIe. Canal de la Marne-à-la-Saône : port, écluses, capitainerie du XIXe.

Ressources et productions : Exploitation forestière. Polyculture. Bovins.

Principal employeur :

Société des Forges de Froncles (SFF) laminoir de tôles d'acier pour carrosserie et frappe à froid de pièces essentiellement destinées à l’industrie automobile. Acheté par André Citroën en personne en 1927 à un maître de forge en faillite, le site a atteint un effectif de plus de 800 personnes pendant les Trente Glorieuses. Citroën qui, entre temps est intégré au groupe PSA Peugeot Citroën, revend SFF à Cockerill-Sambre (Belgique) en 1981. Le site se sépare du laminoir pour se concentrer sur la frappe à froid en 1991. Suite à la suppression des quotas sur les produits sidérurgiques en Europe Cockerill-Sambre céde à son tour l’usine à Usinor Sacilor aujourd’hui Arcelor Mittal qui l’incorpore à sa filiale Saarstahl [1] via sa filiale BSK . Reprise par Eurodec (Valois puis UBS) après le dépôt de bilan de Saarstahl puis par Altenloh Brinck & Co [2] (ABC) Allemagne en 2006. L’effectif est aujourd’hui de 164 personnes (les Echos 31/12/2009). Malgré les nombreux changements d’actionnariat, le site a conservé son nom historique SFF [3] auquel ses salariés et ses clients sont attachés.

Vie locale: Commune fleurie (2 fleurs) Marché : tous les dimanches place du marché (près de la pharmacie). Fête : à Froncles 3e dimanche après Pâques, à Buxières le 3e dimanche du mois d'octobre, à Provenchères le 15 août (fête du Pont Rouge). Camping ouvert de mars à septembre inclus ; point camping car à la base nautique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de la commune de FRONCLES
Période Identité Étiquette Qualité
(?) 1920(?) Louis Auguste GERARD   Médaillé militaire
1920 (?) juin 1924(?) Eugène CANEGRE   Conseiller général de la Haute Marne
juillet 1929(?) octobre 1944 Edouard GARMAUD    
octobre 1944 mai 1945 Boris TCHERNISHOFF   ingénieur
mai 1945 mars 1973 Maurice PAILLOT   Conseiller général de la Haute Marne
mars 1973 mars 1977 Louis CARDOT    
mars 1977 mars 1995 Henri BOCA   employé Société des Forges de Froncles
mars 1995 mars 2001 Patrice VOIRIN   médecin généraliste
mars 2001 mars 2014 Patrice VOIRIN   médecin généraliste
mars 2014 avril 2020 Patrice VOIRIN   médecin généraliste
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 592 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
272 302 303 334 426 421 442 430 425
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390 540 616 609 644 716 691 705 701
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
650 604 645 890 856 1 201 1 252 1 252 1 294
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 267 1 273 2 212 2 183 2 026 1 760 1 680 1 645 1 603
2011 - - - - - - - -
1 592 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Callixte de Buxières d'origine XIIe, remaniée XIXe : abside d'origine (chapelle des fonts baptismaux) ; clocher* (IMH) ; groupe de la pâmoison de la Vierge* XVIe siècle.
  • Église Saint-Joseph à Froncles XVIIIe.
  • Église de l'Assomption de la Vierge de Provenchères XIIIe : chapelle dite des "chevaliers" XIIIe/XVIe.
  • La Halte nautique de Froncles
  • Point de vue de la D253 (connu comme "Le Relais") ; situé sur la route de Doulaincourt,

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011