August Bebel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

August Bebel

alt=Description de l'image August Bebel 3.jpg.
Naissance 22 février 1840
Deutz
Décès 13 août 1913 (à 73 ans)
Coire
Nationalité Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Profession Artisan
Activité principale Homme politique
Distinctions
Principal dirigeant du SPD

August Bebel, né à Deutz (près de Cologne) le 22 février 1840 et mort le 13 août 1913 dans un sanatorium près de Coire[1] en Suisse, est un artisan allemand devenu homme politique socialiste.

Autodidacte, il est devenu une figure majeure de la social-démocratie révolutionnaire, et le dirigeant du plus important parti d'Allemagne, le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Biographie[modifier | modifier le code]

Devenue veuve, sa mère retourna dans sa famille à Wetzlar. August Bebel apprit le métier de tourneur. Après le compagnonnage, il fonda une petite entreprise (un artisanat) de tournage à Leipzig. Il participa aux associations des compagnons et travailla pour l'éducation des ouvriers.

En 1867, avec Wilhelm Liebknecht, il fonda le Sächsische Volkspartei (Parti populaire saxon), puis le SDAP (Sozialdemokratische Arbeiterpartei, Parti social-démocrate d'Allemagne des travailleurs). Il adhère, comme Wilhelm Liebknecht, à l'Association internationale des travailleurs (AIT).

Le SDAP, « marxiste », fusionne en 1875 avec l'ADAV (« lassallien ») pour former le SAP (Sozialistische Arbeiterpartei, Parti ouvrier socialiste) qui devint le SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands, Parti social-démocrate d'Allemagne) en 1890.

Bebel fut emprisonné plusieurs fois comme agitateur socialiste. Il utilisa ce temps pour des études intensives comme l'histoire des États islamiques. En 1884, il publia Die mohammedanisch-arabische Kulturperiode, un plaidoyer pour le dialogue des cultures.

Député au Reichstag, il fut accusé de haute trahison pour avoir refusé de voter les crédits de guerre en 1871, et condamné à deux ans de prison.

August Bebel en 1898

Auteur de La Femme et le socialisme (1883), où il argumente en faveur de l'égalité des sexes, il eut une controverse avec l'Irlandais James Connolly à ce sujet.

En 1893, il est élu député SPD de la ville de Strasbourg au Reichstag. ll la représentera jusqu'en 1898[réf. nécessaire].

Après la mort de Wilhelm Liebknecht en 1900, il devint président du Parti social-démocrate (SPD). Se déclarant révolutionnaire, il se situait au centre du Parti, entre la gauche (Rosa Luxemburg) et les réformistes (Eduard Bernstein).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Carola Stern, Willy Brandt, p. 7, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]