George Pau-Langevin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pau (homonymie) et Langevin.
George Pau-Langevin
George Pau-Langevin en février 2013.
George Pau-Langevin en février 2013.
Fonctions
Ministre des Outre-mer
En fonction depuis le 2 avril 2014
(4 mois et 20 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Manuel Valls
Prédécesseur Victorin Lurel
Ministre déléguée à la Réussite éducative
16 mai 201231 mars 2014
(1 an, 10 mois et 15 jours)
Président François Hollande
Gouvernement Jean-Marc Ayrault I et II
Députée de la 15e circonscription de Paris
20 juin 201221 juillet 2012
(1 mois et 1 jour)
Élection 17 juin 2012
Prédécesseur Michel Charzat
Successeur Fanélie Carrey-Conte
Conseillère régionale d'Île-de-France
23 mars 199215 mars 1998
(5 ans, 11 mois et 20 jours)
Biographie
Date de naissance 19 octobre 1948 (65 ans)
Lieu de naissance Pointe-à-Pitre, Guadeloupe (France)
Parti politique Parti socialiste
Diplômée de Université Panthéon-Assas
Profession Avocate

George Pau-Langevin, née le 19 octobre 1948 à Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), est une avocate et personnalité politique française, membre du Parti socialiste depuis 1975. Elle est députée de la vingt et unième circonscription de Paris et conseillère municipale du 20e arrondissement de Paris. Le 16 mai 2012, elle est nommée ministre déléguée auprès du ministre de l'Éducation nationale, chargée de la Réussite éducative, dans le gouvernement Jean-Marc Ayrault.

Le 2 avril 2014, elle est nommée ministre des Outre-Mer dans le gouvernement de Manuel Valls[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'une maîtrise de lettres modernes (obtenue à la Sorbonne), d'un diplôme d'études supérieures (DES) de droit privé (obtenu à l’université Panthéon-Assas), elle est également avocate[2]. George Pau-Langevin a été présidente du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples de 1984 à 1987.

En 1989, elle intègre en tant que directrice adjointe l’Agence nationale de promotion et d’insertion des travailleurs d’outre-mer (ANT), qu'elle dirige de 1997 à 2001.

De 2001 à 2007, elle est conseillère du maire de Paris Bertrand Delanoë pour la vie associative et déléguée générale à l'Outre-Mer.

George Pau-Langevin est à l’origine du changement de nom de la rue Richepanse (général qui contribua à rétablir l’esclavage en Guadeloupe en 1802, sur l'ordre de Bonaparte) en rue du Chevalier-de-Saint-George, dans le 1er arrondissement de Paris (du nom d'un métis guadeloupéen, violoniste, chef d'orchestre, épéiste et célèbre compositeur, de la seconde moitié du XVIIIe siècle).

Elle a été décorée de l'ordre de la Légion d'honneur en mars 2002.

Elle est élue députée de la 21e circonscription de Paris lors des élections législatives de 2007 le 17 juin 2007.

Vice-présidente du groupe socialiste, radical et citoyen, elle est chargée des questions d'immigration et de codéveloppement entre 2007 et 2009. À ce titre, elle est responsable pour l'opposition du projet de loi de septembre 2007 relatif à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile. Elle combat la mesure relative aux tests ADN dans le cadre du regroupement familial et saisit, avec ses collègues du groupe socialiste, le Conseil constitutionnel au sujet des statistiques ethniques. Celui-ci prononce la censure au motif que « si les traitements nécessaires à la conduite d'études sur la mesure de la diversité des origines des personnes, de la discrimination et de l'intégration peuvent porter sur des données objectives, ils ne sauraient, sans méconnaître le principe énoncé par l'article 1er de la Constitution, reposer sur l'origine ethnique ou la race ».

Elle est l'auteur d'une proposition de loi visant à lutter contre les discriminations liées à l'origine, réelle ou supposée, et membre des missions d'information sur les centres de rétention et sur les questions mémorielles.

En juin 2009, elle est chargée par le groupe SRC de suivre les questions de justice. Elle s'est alors particulièrement impliquée sur trois sujets : l'accès au droit (elle est l'auteur d'un rapport parlementaire sur la question[3]) ; la justice des mineurs ; et la participation des citoyens au fonctionnement de la justice (elle est l'auteur, avec Dominique Raimbourg, d'une note sur ce sujet publiée par la Fondation Jean-Jaurès[4]).

En juin 2011, elle a publié un livre, Représenter le peuple français, retraçant son parcours et détaillant sa vision du rôle et de la place du député.

En septembre 2011, elle est signataire d'une lettre ouverte de parlementaires[5], demandant à Nicolas Sarkozy de s'opposer, au nom de la France, à la reconnaissance de l’État de Palestine le 23 septembre 2011 aux Nations unies. La presse souligne que quelques « élus PS ont rejoint l'UMP contre un État palestinien »[6], à l'encontre de la position délibérée sur le sujet par leur propre parti[7] . George Pau-Langevin a, quelques heures après la publication de cette lettre ouverte, précisé sa position : « Aujourd’hui, le Parti socialiste a adopté une position très nette sur cette question, réaffirmant la nécessité de mettre fin à ce qui pouvait être ressenti comme un déni de droit, entretenant dangereusement un foyer d’instabilité dans cette région du monde, à un moment où les pays occidentaux doivent conforter les aspirations démocratiques exprimées par les peuples du Printemps arabe. Je fais mienne cette position délibérée par les responsables du parti auquel j’appartiens »[8].

Elle est élue PS de la 15e circonscription de Paris lors des élections législatives de 2012.

Elle est nommée ministre déléguée à la réussite éducative[9] dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault le 16 mai 2012.

Lors du remaniement du 2 avril 2014, à la suite des élections municipales décevantes pour la majorité PS, elle est nommée ministre des Outre-Mer dans le gouvernement Manuel Valls.

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

En juin 2007, elle est élue députée de la 21e circonscription de Paris avec 62,7 % des voix.

Le 16 mai 2012, elle est nommée ministre déléguée à la réussite éducative dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

En juin 2012, elle est élue députée de la 15e circonscription de Paris avec 73,5 % des voix.

Le 2 avril 2014, elle est nommée ministre des Outre-Mer dans le gouvernement de Manuel Valls, nouveau Premier ministre.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Guide pratique du droit des étrangers : le droit, les démarches (2004)
  • Représenter le peuple français (2011)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Royal, Montebourg, Hamon... l'équation risquée de Manuel Valls, Le Monde, 2 avril 2014.
  2. Portrait de l'Express
  3. [PDF] assemblee-nationale.fr
  4. jean-jaures.org
  5. lejdd.fr
  6. Michel Martins - L'Express du 23 septembre 2011|http://www.lexpress.fr/actualite/politique/des-elus-ps-rejoignent-l-ump-contre-un-etat-palestinien_1033568.html]
  7. « Le Parti socialiste s'était prononcé pour l'adhésion de la Palestine à l'ONU en juin dernier, mais ceci n'a pas empêché certains de ses députés de signer une tribune pour s'opposer à cette position » - Michel Martins - L'Express du 23 septembre 2011|http://www.lexpress.fr/actualite/politique/des-elus-ps-rejoignent-l-ump-contre-un-etat-palestinien_1033568.html]
  8. georgepaulangevin.fr
  9. Les attributions de la ministre de la réussite éducative publiées au JO, Le Point, 10 juin 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :