Selles-sur-Cher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Selles-sur-cher (Fromage).
Selles-sur-Cher
Abbatiale Notre-Dame-la-Blanche
Abbatiale Notre-Dame-la-Blanche
Blason de Selles-sur-Cher
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton Selles-sur-Cher
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Cher - Sologne
Maire
Mandat
Francis Monchet
2014-2020
Code postal 41130
Code commune 41242
Démographie
Gentilé Sellois
Selloises
Population
municipale
4 606 hab. (2011)
Densité 179 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 35″ N 1° 33′ 20″ E / 47.2763888889, 1.5555555555647° 16′ 35″ Nord 1° 33′ 20″ Est / 47.2763888889, 1.55555555556  
Altitude Min. 68 m – Max. 104 m
Superficie 25,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Selles-sur-Cher

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Selles-sur-Cher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Selles-sur-Cher

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Selles-sur-Cher
Liens
Site web Site officiel

Selles-sur-Cher est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Selles-sur-Cher, baignée par le Cher, se trouve au carrefour du Berry, de la Sologne et de la Touraine ; le Canal du Berry et la Sauldre y coulent aussi.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après la tradition, saint Eusice y bâtit au VIe siècle un oratoire qui fut épargné par une crue de la rivière. Une abbaye fut alors construite, marquant la naissance du village.

Un atelier monétaire battait une monnaie locale au XIe siècle[1].

Les seigneurs de Selles-sur-Cher[2] :

  • La famille de Vierzon de 970 à 1198
  • La famille de Courtenay de 1198 à 1267
  • La famille de Châlon de 1267 à 1409
  • La famille de Husson de 1409 à 1496
  • La famille de Clermont de 1496 à 1604
  • La famille de Béthune de 1604 à 1719

Entre le 29 janvier 1939 et le 8 février[Quand ?], plus de 3 100 réfugiés espagnols fuyant l'effondrement de la république espagnole devant Franco, arrivent dans le Loir-et-Cher. Les haras de Selles-sur-Cher sont mis à contribution[3]. Les réfugiés, essentiellement des femmes et des enfants, sont soumis à une quarantaine stricte, vaccinés, le courrier est limité, le ravitaillement, s'il est peu varié et cuisiné à la française, est cependant assuré[4]. Au printemps et à l'été, les réfugiés sont regroupés à Bois-Brûlé (commune de Boisseau)[5].

Articles détaillés : Retirada et Histoire du Loir-et-Cher.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr selles sur cher (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Selles-sur-Cher se blasonnent ainsi :

D'azur aux trois selles d'or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1963 1988 Kléber Loustau DVD  
mars 1989 1999 Alain Quillout DVD  
décembre 1999 mars 2001 Bernard Sommier PS  
mars 2001 mars 2008 François Brault DVD  
mars 2008 mars 2014 Joël Graslin MoDem  
mars 2014 en cours Francis Monchet LDIV  

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Selles-sur-Cher sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Selles-sur-Cher Maire Francis Monchet mars 2014 2020
Cantonales Selles-sur-Cher Conseiller général Jean-Paul Pinon 16 mars 2008 2015
Législatives 2e circonscription Député Patrice Martin-Lalande 10 juin 2012 juin 2017
Régionales Centre Président du conseil régional François Bonneau 7 septembre 2007 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande 6 mai 2012 mai 2017

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 606 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 312 3 744 3 837 3 945 4 121 4 258 4 252 4 404 4 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 439 4 672 4 776 4 659 4 771 4 643 4 654 4 502 4 360
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 164 4 082 4 074 3 745 3 762 3 580 3 609 3 490 3 492
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 884 4 143 4 642 5 018 4 751 4 775 4 666 4 606 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 17,3 %, 15 à 29 ans = 14,9 %, 30 à 44 ans = 17,2 %, 45 à 59 ans = 21,5 %, plus de 60 ans = 29,1 %) ;
  • 52,4 % de femmes (0 à 14 ans = 15,3 %, 15 à 29 ans = 12,4 %, 30 à 44 ans = 17,7 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 35 %).
Pyramide des âges à Selles-sur-Cher en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,1 
90  ans ou +
3,1 
9,8 
75 à 89 ans
13,4 
18,2 
60 à 74 ans
18,5 
21,5 
45 à 59 ans
19,4 
17,2 
30 à 44 ans
17,7 
14,9 
15 à 29 ans
12,4 
17,3 
0 à 14 ans
15,3 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Économie[modifier | modifier le code]

La viticulture est l'une des activités de la commune, qui se trouve dans la zone couverte par l'AOC valençay. On trouve chaque jeudi matin le marché

Le camping placé au bord du Cher est une autre activité de la commune. La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

210 odonymes recensés à Selles-sur-Cher
au 15 mars 2014
Allée Avenue Bld Chemin Cité Impasse Passage Place Pont Quai Route Rue Square Voie Autres Total
2 [N 1] 5 [N 2] 1 [N 3] 2 [N 4] 6 [N 5] 27 0 8 1 [N 6] 2 [N 7] 2 [N 8] 124 [N 9] 1 [N 10] 0 29 [N 11] 210
Notes « N »
  1. Allée de la Gravouille et Allée des Soupirs.
  2. Avenue Aristide Briand, Avenue Cher Sologne, Avenue de la Gare, Avenue du TPG Albert et Avenue Jean Paul Boncour.
  3. Boulevard Kléber Lousteau.
  4. Chemin de la Noue et Chemin du Clos de Launaie.
  5. Cité des Célibataires, Cité des Chenegaults, Cité des Émigrés, Cité du Theil, Cité Guynemer et Cité Jean Mermoz.
  6. Pont Audran.
  7. Quai Jeanne d'Arc et Quai (de) Soubeyran.
  8. Route de Blois et Route de Valencay.
  9. Dont Rue du 8-Mai-1945, Rue du 15-Août-1944 et Rue du 31-Août-1944.
  10. Square du Centenaire.
  11. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

Le château

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À l'époque moderne, les ancêtres de la famille Normant, industriels à Romorantin, sont installés dans la ville. Ils sont marchands et fabricants drapiers de père en fils. Leurs descendants fondent la Manufacture Normant frères au début du XIXe siècle[14].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Traben-Trarbach (Allemagne), voir Traben-Trarbach (de) depuis 1990
Drapeau de la Suisse Sion (Valais) (Suisse)

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de l’Indre, Berry médiéval : à la découverte de l’Indre au Moyen Âge, catalogue d’exposition, Châteauroux, Archives départementales de l’Indre, 2009, p. 12
  2. Nouveau manuel complet de numismatique du Moyen Âge et moderne, Barthélemy, 1852
  3. Jeanine Sodigné-Loustau, « L'accueil des réfugiés civils espagnols de 1936 à 1940. Un exemple : la région Centre », Matériaux pour l'histoire de notre temps. 1996, no 44. p. 43.
  4. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 43-44.
  5. Jeanine Sodigné-Loustau, op. cit., p. 46.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Selles-sur-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  10. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  11. Vasset B, Remis en Selles, Le Journal de la Sologne, été 2012, n° 158, 54-57
  12. Le Gall V, Par passion, ils deviennent châtelains à Selles-sur-Cher, La Nouvelle République, 25/4/2012
  13. La République du Centre, 13 octobre 2008, p 3
  14. Laurent LEROY, Entre familles et entreprises : l'histoire d'une dynastie drapière de Sologne au XIXe siècle., auto-édition, novembre 2009 (ISBN 978-2-7466-1453-6)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]