Scientrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Scientrier
Mairie et Salle polyvalente de Scientrier
Mairie et Salle polyvalente de Scientrier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton Reignier-Ésery
Intercommunalité Communauté de communes Arve et Salève
Maire
Mandat
Daniel Barbier
2014-2020
Code postal 74930
Code commune 74262
Démographie
Population
municipale
1 087 hab. (2011)
Densité 151 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 50″ N 6° 19′ 58″ E / 46.1138888889, 6.33277777778 ()46° 06′ 50″ Nord 6° 19′ 58″ Est / 46.1138888889, 6.33277777778 ()  
Altitude Min. 423 m – Max. 490 m
Superficie 7,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Scientrier

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de Haute-Savoie
City locator 14.svg
Scientrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Scientrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Scientrier

Scientrier est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Scientrier est une petite commune d'environ 1 000 habitants située au centre de la Haute-Savoie. Son altitude est en moyenne de 450 mètres. Elle se situe sur la rive gauche de l'Arve et a pour commune frontalières Arenthon, Cornier, Pers-Jussy, Reigner, Nangy et Contamine-sur-Arve, ce qui repésente 6 communes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le passage du gué[modifier | modifier le code]

Au cours des siècles, la rivière Arve a toujours été le théâtre de projets d’aménagements particuliers. En effet, pendant les crues dont elle était parfois l’objet, son débit devenait souvent incontrôlable et son lit s’étendait tantôt sur Scientrier-Arenthon tantôt sur Contamine.

Ainsi, en 1756, le gouvernement sarde voulait déjà endiguer l’Arve et réunir tous les chenaux en un seul pour le rendre navigable de Servoz à Carouge. Une société genevoise offrait même ses services sous réserve du privilège de navigation pendant 20 ans

On devait aussi faire sauter des blocs qui se trouvaient dans son lit à Contamine, Boringes et Reignier. Le devis projeté s’élevait à 75 880 livres de Piémont. On allait accorder l’exécution lorsque les communes du haut Faucigny, de crainte que la coupe des forêts n’occasionne la ruine des terres cultivées, obtinrent de Charles Emmanuel III qu’il abroge le projet.

Plus tard, d’autres projets on vu le jour, citons notamment la création en 1861 d’un syndicat d’endiguement à Scientrier où la rivière fit beaucoup de dégâts. Mais le projet n’aboutit pas faute de financement alors que la commune d’Arenthon où l’on relevait l’existence du même type de syndicat avait pu réaliser les travaux nécessaires pour contenir les crues. Toutefois, les caprices de l’Arve n’empêchaient pas la communication avec notre voisine Contamine, un pont de pierres reliait en effet Arenthon à Contamine ; les nobles de Lucinges et ceux d’Arenthon y possédaient un bac. La destruction du pont date vraisemblablement des guerres franco-bernoises de la fin du XVIe siècle. On pense d’autre part que les moines barnabites du prieuré de Contamine l’utilisèrent lors de la construction de notre église dans les années 1500.

Plus récemment, au début du XXe siècle, un batelier nommé Joseph Saddier, installé à la Perrine sur la commune de Contamine possédait un bac et assurait la liaison entre les deux rives. Enfin, pour la petite histoire, février 1929 fut si froid jusqu’à –25° que l’Arve gela complètement : la traversée à pieds secs fut possible pendant au moins deux semaines. Toute la population de Contamine et Scientrier s’y rendait, le dimanche 17 février surtout.

Cet article a été pris sur le site officiel de la mairie de Scientrier.

Découverte d'un vestige[modifier | modifier le code]

En février 2000, à l’occasion d’une fouille creusée pour la réfection d’un mur situé à proximité de l’église sur l’enceinte de l’ancien cimetière, était découverte à environ 2 m de profondeur une amphore romaine de type « Dressel 20 » originaire du sud de l’Espagne.

Ce récipient était destiné au commerce de l’huile d’olive. Cet objet est visible à la Mairie de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 René Brantus    
mars 2008 Mars 2014 Catherine Naville ... ...
mars 2014 en cours Daniel Barbier ... ...
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 087 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
275 252 218 370 457 487 504 473 508
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
475 490 506 486 470 445 411 394 373
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
350 355 352 318 315 323 334 319 329
1982 1990 1999 2006 2008 2011 - - -
403 561 657 929 1 007 1 087 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

Scientrier compte un club de foot amateur, le FCAS ( Football Club Arenthon Scientrier ) en partenariat avec la commune voisine Arenthon.

Il y a aussi un club de fool-contact à Scientrier, qui possède une vice-championne du Monde, Charlotte Nourissat, à qui on promet un grand avenir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]
  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
Références[modifier | modifier le code]
  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]
Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :