Versoix (rivière)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Versoix et Divonne (homonymie).
Versoix
(Divonne)
La Versoix à Versoix.
La Versoix à Versoix.
Caractéristiques
Longueur 21,9 km
Bassin ?
Bassin collecteur Rhône
Débit moyen 3,2 m3/s (à l'exutoire
Versoix)
Régime pluvio-nival
Cours
Source au lieu-dit Saint-Gix
· Localisation Divonne-les-Bains
· Altitude 550 m
· Coordonnées 46° 21′ 48″ N 6° 06′ 36″ E / 46.36333, 6.11 (Source - Versoix)  
Embouchure Lac Léman
· Localisation Versoix
· Altitude 372 m
· Coordonnées 46° 16′ 30″ N 6° 10′ 15″ E / 46.275, 6.17083 (Embouchure - Versoix)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Creuson
· Rive droite Oudar
Pays traversés Drapeau de la France France puis
Drapeau de la Suisse Suisse
Région
Canton
Rhône-Alpes
Vaud
Principales villes Divonne-les-Bains, Commugny, Versoix

Sources : SANDRE, Géoportail

La Versoix est une rivière française et suisse des deux canton de Vaud et canton de Genève en Suisse et de l'Ain en France, ainsi qu'un affluent du Rhône par le lac Léman.

Parcours[modifier | modifier le code]

Son tracé est long d'environ 22 kilomètres, 6,9 km sont situés entièrement sur le canton de Genève, 3,8 km sont franco-genevois, 8,1 km sont franco-vaudois et 3,4 km sont entièrement français[1]. Elle prend sa source sur les pentes du Jura en territoire français, dans le département de l'Ain où elle est appelée la Divonne, à 550 mètres d'altitude sur la commune de Divonne-les-Bains à proximité du golf de Divonne-les-Bains.

Après être passée par Divonne-les-Bains où elle contourne le lac artificiel dit lac de Divonne, elle longe sur près de onze kilomètres la frontière franco-suisse, avec le canton de Vaud puis celui de Genève où elle reçoit son principal affluent l’Oudar sur le territoire de la commune de Collex-Bossy. Elle se jette enfin dans le Lac Léman au sud de la commune qui porte son nom, Versoix à 372 mètres d'altitude[2].

Son bassin versant représente 91,7 km2, dont 13 % sur Genève, 7 % sur le canton de Vaud et 80 % en France.

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

La Versoix traverse quatre communes françaises[1] et six communes suisses, ainsi que deux cantons français dans un département et deux cantons suisses.

en France[modifier | modifier le code]

Dans l'Ain, la Versoix prend sa source dans la commune de Divonne-les-Bains, traverse les communes Grilly, Sauverny et Versonnex.

Soit en termes de cantons, elle prend sa source dans le canton de Gex et traverse le canton de Ferney-Voltaire avant de continuer en Suisse.

en Suisse[modifier | modifier le code]

Dans le canton de Vaud, la Versoix longe quatre communes de Terre Sainte[3] :

Puis dans le canton de Genève, elle traverse la commune de Collex-Bossy et conflue sur la commune de Versoix.

Affluents[modifier | modifier le code]

Les principaux affluents de la Versoix sont :

  • en France et en rive droite : l’Oudar et le ruisseau du Munet
  • en Suisse : Le Nant de Crève-Cœur (rd), le Creuson (rg), le Nant de la Rebatière et le Nant de la Fontaine-de-Pissevache (rd) .

Histoire et aménagements[modifier | modifier le code]

La Divonne à Divonne-les-Bains.
La Divonne à Divonne-les-Bains.

La première utilisation de la Versoix par l'homme remonte à l'antiquité romaine, lorsqu'un aqueduc est construit pour transporter l'eau captée à l'emplacement actuel du casino de Divonne, permettant d'alimenter Nyon en eau potable. Ce conduit de 1,35 mètre de hauteur sur 1 mètre de large, encore repérable de nos jours sur certains tronçons, est abandonné entre le IVe et le Ve siècle.

En 1278, le seul château fort sur le cours de la Versoix, le château de Bâtie-Beauregard est construit par Pierre de Joinville sur une colline surplombant la rivière. Ce château est démoli par les Genevois dans la nuit du 11 au 12 janvier 1590.

Au Moyen Âge, plusieurs châteaux d'eau sont construits le long du cours de la rivière qui est également exploitée par des moulins. En 1392 (puis à nouveau en 1448), les bois de la Versoix sont mis au ban pour éviter une déforestation rapide, provoquée en particulier par l'industrie du papier qui fleurit dans la région.

Cette industrie progresse encore pendant le XVIe siècle tout au long de la Versoix, la dernière papèterie n'ayant fermé ses portes qu'en 2000. En 1892, le moulin de Richelien sur le cours de la rivière est transformé en usine hydroélectrique et fournit en électricité une bonne partie de la région[4].

Crues[modifier | modifier le code]

La Versoix connait périodiquement des crues, parfois importantes, dont les dernières dans les années 1990, inhabituellement hautes ou brutales, qui ont causé une accélération de l'érosion des berges.

Faune et Flore[modifier | modifier le code]

Le Castor fiber (anciennement nommé « bièvre ») a fait l'objet d'une réintroduction en Suisse, à Versoix, en 1956 par Maurice Blanchet et Robert Hainard[5]. Maurice Blanchet est l'auteur, avec sa femme Jeanne d'un ouvrage intitulé « Le castor et son royaume (le Roman de Bièvre): le castor chez lui dans le bassin du Rhône (France) et la réintroduction d'une espèce disparue dans le bassin lémanique et en Suisse »[6] Les castors ont été piégés en Espagne et dans le midi de la France à l'aide de grandes cages qu'ils posaient dans les rivières. Ils ont transporté les castors dans leur voiture jusqu'en Suisse où ils les ont relâchés dans la Versoix et dans d'autres endroits comme à Neuchatel. Les castors sont toujours présents le long de la Versoix. On peut aussi voir des huttes construites par des castors avec des arbres qu'ils ont rongés avec leurs dents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sandre, « Fiche cours d'eau - La Versoix (V0360500) » (consulté le 19 juillet 2008)
  2. Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 28 août 2010)
  3. commune de Commugny, « projet d'intercommunalité de huit communes en Terre Sainte » (consulté le 28 août 2010)
  4. « 10 ans pour sauver nos rivières : la Versoix » (consulté le 28 août 2010)
  5. [PDF]Réintroduction du castor en Suisse
  6. Maurice Blanchet, Jeanne Blanchet (1994) ; Le castor et son royaume (le Roman de Bièvre): le castor chez lui dans le bassin du Rhône (France) et la réintroduction d'une espèce disparue dans le bassin lémanique et en Suisse Delachaux et Niestlé, 311 pages, avec Google Books