Marnaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marnaz
Image illustrative de l'article Marnaz
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Bonneville
Canton Scionzier
Intercommunalité Communauté de communes Cluses-Arve et Montagnes
Maire
Mandat
Loïc Hervé
2014-2020
Code postal 74460
Code commune 74169
Démographie
Gentilé Marnerot / Marnerotte
Population
municipale
5 129 hab. (2011)
Densité 569 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 36″ N 6° 31′ 36″ E / 46.06, 6.5266666666746° 03′ 36″ Nord 6° 31′ 36″ Est / 46.06, 6.52666666667  
Altitude Min. 464 m – Max. 2 098 m
Superficie 9,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Marnaz

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Marnaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marnaz

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marnaz
Liens
Site web Mairiedemarnaz.fr

Marnaz est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes. Ses habitants sont les Marnerottes et les Marnerots. Le nom de la ville provient probablement de la marne contenue en son sol. (Note de prononciation : comme bien souvent en Haute-Savoie, le z terminal ne se prononce pas).


Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Marnaz est située au pied de la chaîne du Bargy. Elle est bordée au nord par l'Arve.

Les communes limitrophes de Marnaz sont : Le Reposoir, le Mont-Saxonnex, Scionzier, Thyez et Vougy.

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hameau de Marnaz devint, en 1842, chef-lieu de la paroisse de Scionzier. Suite à des dissensions dans le conseil municipal à partir de 1830 avec comme point d'orgue la construction d'une nouvelle église au lieu-dit La Contamine, la commune de Marnaz fut créée le 6 janvier 1866 par un décret de Napoléon III. Le cœur du village est situé à flanc de montagne. Suite aux travaux d'endiguement débutés en 1824, le développement de la commune s'étend vers le fond de vallée.

Construction en 1878 d'une Mairie-École puis en 1936 de la salle des fêtes qui accueillera également la mairie, avant que celle-ci ne soit finalement installée entre l'école et la Chapelle après l'inauguration en 1973 de la Mairie-Poste.

Développement à partir des années 1970 du quartier des Valignons, entre la RN 205 (dite Route Blanche) et l'Arve avec la construction de logements sociaux et d'infrastructures sportives.

Hameaux et quartiers[modifier | modifier le code]

Fond de Marnaz, Blanzy, l'Étoile, les Bottes, Les Crevallets, Hermy, les Valignons, Centre, Chez Titas, la Contamine, les Fontaines, les Grands Prés, la Terrassière, les Bosnées.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1936 1941 Charles-Louis Dancet radical socialiste Industriel
.... 1973 Paul Léger SE ...
1973 1977 Angel Boisier SE ...
1977 1995 René Pralon-Bouvier SE Conseiller général
1995 2001 François Pernat DVD ...
mars 2001 mars 2008 Arlette Debalme DVD ...
mars 2008 en cours Loïc Hervé UDI (NC) Sénateur de la Haute-Savoie
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Quincinetto (Italie) depuis 1996 (octobre)

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 129 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 099 1 117 1 124 1 121 1 137 1 207 1 264 1 349 1 404
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 355 1 230 1 180 1 188 1 240 1 356 1 837 2 298 2 565
1975 1982 1990 1999 2006 2011 - - -
2 949 3 595 4 019 4 442 5 111 5 129 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Exemple de poterie de Marnaz.
  • Industrie du décolletage.
  • Poterie artisanale : La présence de riches veines de marne au bords de l'Arve et une tradition savoyarde de poterie vernissée permirent le développement de la poterie de Marnaz, tenue depuis plus de 2 siècles par la famille Guyot. Cette poterie est l'une des dernières poteries traditionnelles en Haute-Savoie. Elle a fermé ses portes en mars 2010.

Manifestations[modifier | modifier le code]

La Marnerotte est une randonnée pédestre qui fit partie pendant quelques saisons d'un circuit officiel. Son parcours démarre de la mairie de Marnaz pour rejoindre le Lac Bénit par le lieu-dit les Bottes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle dont la première pierre fut posée en 1648.
  • Église « St-Pierre aux Liens » construite de 1848 à 1851. Initialement destinée à la paroisse de Scionzier, elle est attribuée à la paroisse de Marnaz lors de la scission de 1866. S'estimant lésés d'un bien qu'ils avaient en partie financé, les Schonverots (habitants de Scionzier) vinrent récupérer de nuit la cloche de L'église. Après jugement du tribunal, la cloche fut restituée à son créateur, la Fonderie Paccard.

Le 22 mars 1869, une communauté de religieuses de la Croix de Chavanod s'installe à Marnaz. Elle y restèrent jusqu'en 1998.

  • La « Pyramide » voit le jour en 1993 après la réhabilitation d'une ancienne usine de décolletage, elle y abrite plusieurs salles ainsi que la bibliothèque municipale.
  • Le centre de secours mis à l'étude sous le mandat de François Pernat et inauguré en 2002 par Arlette Debalme, cette caserne fut la première du département à bénéficier d'un financement par le SDIS 74 (80 % SDIS et 20 % commune).

Elle est considérée aujourd'hui comme l'une des plus fonctionnelles de Haute Savoie.[réf. nécessaire]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Batterie Fanfare de Marnaz. Direction Daniel Pate
  • L'Harmonie Municipale de Marnaz, fondé en 1836. L'association compte aujourd'hui 78 musiciens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :