École militaire interarmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
École militaire interarmes
Image illustrative de l'article École militaire interarmes
Devise Le travail pour loi,
l'honneur comme guide
Nom original École militaire de Cherchell
Informations
Fondation 1942
1961
Type école militaire de l'armée de terre
Localisation
Coordonnées 47° 56′ 40″ N 2° 08′ 45″ O / 47.944444, -2.14583347° 56′ 40″ Nord 2° 08′ 45″ Ouest / 47.944444, -2.145833  
Ville Guer (Morbihan)
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Campus Camp de Coëtquidan
Direction
Directeur Général de division Éric Bonnemaison
Divers
Particularités Formation des cadres de l'armée
Site web www.st-cyr.terre.defense.gouv.fr

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
École militaire interarmes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
École militaire interarmes

L'École militaire interarmes (EMIA) est une des écoles de l'armée de terre française chargée de former des officiers issus du recrutement interne (anciens officiers de réserve ou sous-officiers). L'EMIA est l'équivalent de l'EMA (École militaire de l'air) pour l'armée de l'air ou l'EMF (École militaire de la Flotte) pour la Marine Nationale. Elle a pour devise « le travail pour Loi, l'honneur comme guide ».

L'EMIA est implantée à Coëtquidan (Morbihan) sur la commune de Guer. Ses élèves fréquentent la même école que leurs camarades de École spéciale militaire de Saint-Cyr, issus d'un concours externe, de l'École d'administration militaire (EAM) et ceux du 4e bataillon de l'École spéciale militaire de Saint Cyr. Elle relève du commandement des écoles de Coëtquidan et de la direction des ressources humaines de l'armée de terre (DRHAT).

Formation[modifier | modifier le code]

L'EMIA recrute ses élèves parmi les sous-officiers d'active et les militaires du rang (depuis 2010) sélectionnés par concours. Les élèves-officiers suivent une formation de deux ans. À l'issue de la première année ils sont nommés au grade de sous-lieutenant, puis de lieutenant à la fin de la seconde année. Les lieutenants nouvellement promus complètent alors leur formation pendant une année supplémentaire dans l'école d'application de leur choix. (Draguignan pour l'artillerie et l'infanterie, Saumur pour l'arme blindée-cavalerie, Angers pour le génie etc.)

La promotion 2008-2010 (« Capitaine Flores ») compte 101 officiers, dont 4 femmes et 8 élèves étrangers issus de 8 nationalités différentes. L'EMIA a formé 34 000 officiers à ce jour.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'EMIA est l'héritière des différentes écoles d'armes du XIXe siècle, qui formaient des officiers issus des corps de troupe. La plus importante de ces écoles d'armes, l’école d'infanterie de Saint-Maixent, fut fusionnée avec Saint-Cyr en 1942 dans l'école des élèves-aspirants de Cherchell-Médiouna, crée après l'occupation allemande de la zone Sud. En 1944 l'École militaire de Cherchell prit le nom d’« École militaire interarmes ». Elle s'installa à Coëtquidan, les bâtiments de l'ancienne école de Saint-Cyr, à Saint-Cyr-l'École ayant été détruits dans des bombardements. La nouvelle école, qui prit en 1947 le nom d'« École spéciale militaire interarmes », formait à la fois, selon l'idée d'amalgame de son fondateur le général de Lattre de Tassigny, des officiers issus du concours externe et des officiers issus du recrutement interne. Ce système fonctionne jusqu'en 1961, date à laquelle on sépara la formation des officiers « directs », confiée à la nouvelle école de Saint-Cyr, et celle des officiers «semi-direct », confiés à l'EMIA.

Recrutement[modifier | modifier le code]

Longtemps, les candidats ont été sélectionnés à l'École militaire de Strasbourg. L'EMS comportait deux filières: le bataillon du concours unique des services (CUS) et le peloton préparatoire au concours de l'EMIA (PPEMIA). Les élèves de l'EMS avaient également la possibilité de se présenter à un concours d'ingénieurs auxiliaires de l'armement.

  • Le concours pour entrer à l' École Militaire InterArmes[1].
    • être âgé de 23 à 29 ans.
    • être titulaire du baccalauréat.
    • être militaire non-officier de 3 ans de service minimum au 1er janvier de l'année du concours.
    • être apte physiquement.
  • Épreuves:
    • Après s'être inscrit au concours dans son unité, le candidat doit choisir l'une des 3 filières pour l'examen: sciences (SI), langues (RI), économie (SES). Ensuite, les candidats doivent d'abord passer une série d'épreuves écrites pour être admissibles, puis passer une série d'oraux et d'épreuves physiques pour être admis.
  1. Les épreuves écrites[2].
  2. Les épreuves orales[3].

Traditions[modifier | modifier le code]

Les élèves de l'EMIA sont surnommés les « dolos », d'après la marque de corned beef des anciennes rations de combat. Lors des cérémonies, ils portent la tenue de parade, dite « TP », ainsi que le sabre modèle F1 inspiré du Sabre de cavalerie légère modèle An IX. Lors des activités de tradition ils portent le calot bleu, hérité de celui des cadets de l'École de Cherchell.

Les chants de tradition de l'EMIA sont La Prière et Sarie Marès.

Une phrase populaire :

  • « Dolo un jour, Dolo toujours ! »

Promotions depuis 1961[modifier | modifier le code]

Élèves de l'École militaire interarmes pendant le défilé du 14 juillet 2007 sur les Champs-Élysées.
Promotions à un an :
1e 1961-1962 Capitaine Bourgin
2e 1962-1963 Serment de Koufra
3e 1963-1964 Belvédère
4e 1964-1965 André Zirnheld[4].
5e 1965-1966 Cinquantenaire de Verdun
6e 1966-1967 Connétable du Guesclin
7e 1967-1968 Narvik[5].
8e 1968-1969 Libération de Strasbourg
9e 1969-1970 Plateau des Glières
10e 1970-1971 Général Kœnig [6].
11e 1971-1972 Souvenir [7]
12e 1972-1973 Général Marceau [8]
13e 1973-1974 Général Brosset [9]
14e 1974-1975 Capitaine Cazaux [10]
15e 1975-1976 Capitaine Cardonne [11]
16e 1976-1977 Capitaine de Belsunce [12]
17e 1977-1978 Lieutenant Chezeau [13]
18e 1978-1979 Général Laurier
19e 1979-1980 Lieutenant-colonel Broche [14]
20e 1980-1981 Capitaine Cozette [15]
21e 1981-1982 Centenaire [16]
22e 1982-1983 Lieutenant Leclerc de Hauteclocque
23e 1983-1984 Lieutenant Borgniet
24e 1984-1985 Lieutenant Bernard de Lattre de Tassigny.
25e 1985-1986 Lieutenant Lhuillier
Les gardes au drapeau de l'École militaire interarmes (EMIA) et de l'École militaire du corps technique et administratif (EMCTA), défilé du 14 juillet 2008 sur les Champs-Élysées, Paris. Le ministre de la Défense, Gérard Longuet, remettra, le 14 mai 2011, la Croix de la Légion d'honneur au drapeau de l’EMIA, à l’occasion de la journée du Cinquantenaire de cette école
Promotions à deux ans :
26e 1986-1988 Dalat
27e 1987-1989 Capitaine Legrand [17]
28e 1988-1990 Valmy [18]
29e 1989-1991 Bataillon de Corée
30e 1990-1992 Général Daboval
31e 1991-1993 Capitaine Barrès (Biographie de Claude Barrès) [19]
32e 1992-1994 Combats de Tu-Lê
33e 1993-1995 Capitaine Maine
34e 1994-1996 Cadets de Cherchell
35e 1995-1997 Lieutenant Schaffar [20]
36e 1996-1998 Général Gandoët [21]
37e 1997-1999 Grande Guerre
38e 1998-2000 Général Berge [22]
39e 1999-2001 Campagne d'Italie
40e 2000-2002 Capitaine Coignet
41e 2001-2003 Capitaine Biancamaria [23]
42e 2002-2004 Lieutenant de Ferrières
43e 2003-2005 Général de Lanlay
44e 2004-2006 Colonel Guéguen [24]
45e 2005-2007 Colonel Delcourt
46e 2006-2008 Lieutenant De La Batie
47e 2007-2009 Général de Corps d'Armée Le Ray
48e 2008-2010 Capitaine Flores [25]
49e 2009-2011 Colonel du Puy-Montbrun [26]
50e 2010-2012 Général Bigeard [27]
51e 2011-2013 Maréchal Bessières [28]
52e 2012-2014 Ceux d'Afghanistan [29]
53e 2013-2015 Général Delayen

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le concours pour entrer à l' École Militaire InterArmes »
  2. « Le concours pour entrer à l' École Militaire InterArmes »
  3. « Le concours pour entrer à l' École Militaire InterArmes »
  4. « Site de la promotion Zirnheld »
  5. « Site de la promotion Narvik »
  6. « Site de la promotion Général Kœnig »
  7. « Site de la promotion Souvenir »
  8. « Site de la promotion Général Marceau »
  9. « Site de la promotion Général Brosset »
  10. « Site de la promotion Capitaine Cazaux »
  11. « Site de la promotion Capitaine Cardonne »
  12. « Site de la promotion Capitaine de Belsunce »
  13. « Site de la promotion Lieutenant Chezeau »
  14. « Site de la promotion Lieutenant-colonel Broche »
  15. « Site de la promotion Capitaine Cozette »
  16. « Site de la promotion Centenaire »
  17. « Site de la promotion Capitaine Legrand »
  18. « Site de la promotion Valmy »
  19. « Site de la promotion Capitaine Barrès »
  20. « Site de la promotion Lieutenant Schaffar »
  21. « Site de la promotion Général Gandoët »
  22. « Site de la promotion Général Berge »
  23. « Site de la promotion Capitaine Biancamaria »
  24. « Site de la promotion Colonel Guéguen »
  25. « Site de la promotion Capitaine Flores »
  26. « Site de la promotion Colonel du Puy-Montbrun »
  27. « Site de la promotion Général Bigeard »
  28. « Site de la promotion Maréchal Bessières »
  29. « Site de la promotion Ceux d'Afghanistan »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]