Claude Barrès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrès.
Claude Barrès
Naissance 25 mars 1925
Charmes, Vosges
Décès 26 mai 1959 (à 34 ans)
Djebel Harraba, Algérie
Mort au combat
Origine Française
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Armée de Terre
Grade Capitaine
Années de service 19421959
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Indochine
Guerre d'Algérie
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Médaille militaire
Famille Maurice Barrès (grand-père)
Philippe Barrès (père)

Claude Barrès est un militaire français, né le 25 mars 1925 à Charmes dans les Vosges et mort le 26 mai 1959 à Djebel Harraba, en Algérie[1]. Son grand-père est l'écrivain nationaliste Maurice Barrès et son père est le journaliste Philippe Barrès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le 12 septembre 1942, Claude Barrès, âgé tout juste de 17 ans, s'engage dans les Forces françaises libres. Il intègre alors l'école des Cadets de la France Libre de Ribbesford (Royaume-Uni) au sein de la promotion Corse et Savoie et en sort aspirant. Breveté parachutiste, il rejoint les SAS français et est un temps sous les ordres du commandant Château-Jobert, dit Conan.

Le 15 août 1944, il est parachuté en territoire occupé au nord de Lyon et, à la tête d'un commando, il parvient à infliger d'importants dégâts matériels aux Allemands ce qui lui permet de recevoir la Médaille militaire.

En avril 1945, il est de nouveau parachuté derrière les lignes ennemies, en Hollande cette fois-ci, et parvient à s'en sortir miraculeusement. À la fin du conflit, il rejoint le 2e régiment de chasseurs parachutiste SAS à Tarbes avant de mettre fin à sa carrière militaire.

Cependant la guerre d'Indochine éclatant en 1947, il décide de réintégrer l'armée et est affecté à la 2e Brigade coloniale des commandos parachutistes. Après un passage à l'État-major opérationnel et au Groupement de commandos mixtes aéroportés, il est volontaire pour participer à la Guerre de Corée durant laquelle il est incorporé au bataillon français de l'ONU ; il y est d'ailleurs grièvement blessé et reçoit la Légion d'Honneur.

À la fin du conflit, il part former en Algérie des légionnaires au sein du 3e Bataillon étranger de parachutistes.

Nommé capitaine en 1954 et affecté à l'état-major, il ne pense qu'à une chose : s'engager de nouveau en opération extérieure. Ainsi en 1958, il rejoint le 9e régiment de chasseurs parachutistes dont il commande une brigade. Les combats sont acharnés et le 26 mai 1959, le Capitaine Claude Barrès est tué en donnant l'assaut, au Djebel Harraba, sur la frontière tunisienne.

Il est fait commandeur de la légion d'honneur à titre posthume.

Postérité[modifier | modifier le code]

La plus importante promotion d'élèves officiers de réserve de l'École militaire d'infanterie de Cherchell (EMIC), du temps de l'Algérie française (dont plusieurs devaient à leur tour tomber au combat), porte son nom : promotion 102 « Capitaine Claude Barrès » novembre 1960.

La promotion EOR 303 « Capitaine Barrès », instruite entre juin et septembre 1973, l'a également choisi pour parrain tout comme la promotion 31 de l'École militaire inter-armes (EMIA) instruite entre 1991 et 1993.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 26/05/59 - Capitaine Claude BARRES (34 ans) 9eme RCP », sur Soldats de France (consulté le 4 février 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud de Vial, Ceux de Cherchell, Promotion 102 « Capitaine Claude Barrès » tome 1 : 2010. Éditions Jeanne d'Arc. (ISBN 2-911794-83-4)
  • Arnaud de Vial, Le Courage des morts, tome 2 : 2010 Éditions Jeanne d'Arc.(ISBN 2-911794-84-2)
  • Arnaud de Vial, De Cherchell aux Djebels 2011 Éditions Jeanne d'Arc..(ISBN 2-362620-10-2[à vérifier : ISBN invalide])