Suse (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant italien image illustrant le Piémont
Cet article est une ébauche concernant une commune italienne et le Piémont.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suse.
Suse
Panorama de la ville.
Panorama de la ville.
Noms
Nom italien Susa
Nom francoprovençal Susa
Nom piémontais Susa
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Flag of Piedmont.svg Piémont 
Ville métropolitaine Provincia di Torino-Stemma.svg Turin 
Maire Sandro Plano
2014
Code postal 10059
Code ISTAT 001270
Code cadastral L013
Préfixe tel. 0122
Démographie
Gentilé segusini
Population 6 727 hab. (31-12-2010[1])
Densité 597 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 00″ Nord 7° 03′ 00″ Est / 45.13333, 7.05
Altitude Min. 503 m – Max. 503 m
Superficie 1 126 ha = 11,26 km2
Divers
Saint patron San Giusto
Fête patronale 5 août
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Piémont

Voir sur la carte administrative du Piémont
City locator 14.svg
Suse

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Suse

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Suse
Liens
Site web http://www.cittadisusa.it

Suse (en italien, piémontais et francoprovençal Susa, en français également écrit Suze) est une commune italienne de la ville métropolitaine de Turin, dans le Piémont.

Géographie[modifier | modifier le code]

Suse et le mont Rochemelon.

Elle est située à 500 m d'altitude dans la vallée du même nom, entre Turin et le Fréjus, et commande le pas de Suse.

Distante de 53 km par l’ouest de son chef-lieu, Turin, Suse est située dans le dernier défilé de la vallée inférieure de Suse, à la confluence du torrent de Cenise et de la Doire ripaire, où la vallée forme une fourche : vers le nord le profond défilé du val Cenise, vers l’ouest le Pas de Suse. Point stratégique de cette région de montagne, elle est au carrefour de deux grandes routes (sans compter la Via Francigena des pèlerins) : le Col du Mont-Cenis (via le val Cenise) et le col du Clapier (via la vallée de la Clarée), boulevard vers le centre et le Nord de la France ; le col de Montgenèvre via le haut Val de Suse, clef du Midi de la France et de l'Espagne, et le Col du Finestre menant au Val Cluson voisin.

Le centre historique est dominé à l’ouest par le château de la comtesse Adélaïde, au nord par l'éperon rocheux sur lequel se dresse le Fort de la Brunette, et le Mont Rochemelon, d'une altitude de 3 538 m, qui se trouve sur le territoire de Mompantero. À l'autre bout de la ville, ce sont les gorges encaissées de la Doire ripaire sur la route d'Exilles et de Suse.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Du radical celtique seg-, au sens de « montagne », accompagné du suffixe -usa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon une interprétation du récit que Polybe et Tite-Live donnent de la traversée des Alpes par Hannibal, le chef Carthaginois en aurait franchi la crête avec son armée au col Clapier (ou Savine Coche) et serait descendu dans le val de Suse. La ville de Suse (Segusio) entre dans l'histoire au moment de la conquête des Alpes par Auguste. Elle est la capitale du roi Cottius qui, vaincu, entre dans la clientèle de l'Empereur sous le nom de Caius Julius Cottius avec le titre d'ami et d'allié d'Auguste, et se voit confier l'entretien de la voie qui reliait l'Italie à la Gaule par le Montgenèvre (Alpes Cottiae). Mais, sur l'arc de Suse (CIL V, 7231), il ne porte que le titre de préfet (praefectus civitatum). En 63, est créée la Province des Alpes Contienne dont Segusio reste la capitale .

Au Ier siècle av. J.-C. et jusqu’en 63 de l’ère chrétienne, Suse (Segusio) est la capitale d’un royaume alpestre, le royaume de Suse. Après l’annexion par l’Empire romain, elle est capitale de la province des Alpes cottiennes et devient florissante jusqu'au temps de Constantin. En 297, la province est absorbée par celles des Alpes-Maritimes et Suse sera réduite en cendres.

Après le règne des Lombards, Suse renaquit sous Charlemagne, qui établit Theubald marquis de Suse[2].

En 1629, pendant la guerre de Succession de Mantoue, la ville est prise par les troupes françaises après leur victoire au pas de Suse.

Pendant la guerre de la Ligue d'Augsbourg, Nicolas de Catinat occupe Suse le 18 novembre 1690, après sa victoire le 18 août sur les Piémontais lors de la bataille de Staffarde.

De 1796 à 1814, Suse fait partie de l’Empire français.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]


Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1999 2004 Sandro Plano Gruppo Consiliare "Susa"  
2004 2009 Sandro Plano Gruppo Consiliare "Susa"  
2009 2014 Gemma Amprino    
2014 en cours Sandro Plano    
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Castelpietra, Coldimosso, San Giuliano, Traduerivi

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Giaglione, Venaus, Mompantero, Bussoleno, Gravere, Meana di Susa, Mattie

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux d’intérêt[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]



Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. Histoire généalogique de la royale maison de Savoye par Samuel Guichenon,Menestrier page 1147