Voie des Alpes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Voie des Alpes
Caractéristiques
Extrémité sud-ouest Valentia (Valence)
Extrémité nord-est Segusium (Suse)
Territoire traversé
2 régions Gaule narbonnaise et Italie

La Voie des Alpes est une voie romaine de la Gaule joignant Valentia (Valence) au Montgenèvre en passant par Die, Luc-en-Diois, le col de Cabre, Gap et Briançon.

Le tracé de la voie des Alpes[modifier | modifier le code]

De la Gaule vers l'Italie, le point de départ de la Voie des Alpes se trouve à Valence à la bifurcation avec le grand axe routier rhodanien de la Via Agrippa.

Le tracé traverse ensuite la plaine de Valence, suit le défilé de la Drôme, entre le massif du Vercors et les Alpes du sud.

Il se poursuit ensuite au pied du massif du Dévoluy en longeant le Petit Buëch. Il rejoint la vallée de la Durance après avoir longé la limite sud du massif des Écrins.

Il suit cette rivière jusqu'au col du Montgenèvre ou il franchit les Alpes pour parvenir à Suse en Italie.

La Voie des Alpes est attestée par trois itinéraires routiers antiques :

Les étapes de la Voie des Alpes[modifier | modifier le code]

« L'heureuse distribution » des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Les Romains tirèrent parti de cette voie naturelle de pénétration en Gaule que constituait le couloir rhodanien. Mais l’heureuse distribution des cours d’eau de la vallée du Rhône, louée par Strabon dans sa Géographie (IV, 1, 2), permit la création, sur la rive gauche du Rhône, de nombreux embranchements en direction des vallées :

Des carrefours routiers importants[modifier | modifier le code]

Ces embranchements créèrent ainsi des carrefours importants comme Ernaginum (Saint-Gabriel), dans le territoire des Tricastini, où se rejoignaient la via Domitia et celle des Alpes Maritimes, ou encore Vienne, d’où l’on pouvait aller au Mont Genèvre, au Petit Saint-Bernard ou à Genève.

Valence était également un carrefour relativement important : par la voie des Alpes, qui partait de Valentia, on pouvait, en suivant la vallée de la Drôme, rejoindre Gap et Briançon. C’est d’ailleurs par cette route que Jules César arriva en Gaule en -58 et allait être très utilisée à la fin du IIIe siècle et durant le IVe siècle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G. Thiollier-Alexandrowicz, Itinéraires romains en France, Archéologia hors Serie N°8H. 1996
  • Yan Loth, Tracés d'itineraires en Gaule romaine, Editions Amatteis. 1986. (ISBN 2-86849-027-1).
  • Raymond Chevallier, Les voies romaines, Armand Colin. 1972.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. référence, citation ou lien