Bornes milliaires de Roquefort-des-Corbières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bornes milliaires de Roquefort-des-Corbières
Roquefort Bornes milliaires AL1.jpg
Présentation
Destination initiale
Borne milliaire
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Les bornes milliaires de Roquefort-des-Corbières sont plusieurs bornes milliaires de France.

Description[modifier | modifier le code]

Sur le site de la Clotte se trouvent quatre anciennes bornes milliaires (dont deux sont intactes) de l'époque d'Auguste (1er Empereur qui régna de 27 av. J.-C. à 14 apr. J.-C.). Ces bornes milliaires ont été déplacées depuis la Via Domitia du lieu-dit La Courtine (situé au Nord-Est du village de Roquefort-des-Corbières) et réemployées au Moyen Âge, probablement entre le Xe et le XIVe siècle.

Description d'une borne[modifier | modifier le code]

Une des bornes milliaires portait l'inscription suivante (en grande partie effacée aujourd'hui)

« IMP. CAESAR
DIV F(ilius) AUGUST(us)
P(ater) P(atriae) PONTIFEX MAX(umus)
COS XIII TRIBUNIC (ia)
POTEST (ate) XXII IMP(erator) XIIII
XVI »

dont la traduction serait :

« À l’Empereur AUGUSTE,
Fils du Divin CAESAR,
Père de la Patrie, Souverain Pontife,
12 fois Consul,
21 fois Tribun, Empereur depuis 14 ans
XVI[1] »

Localisation[modifier | modifier le code]

Les bornes sont situées sur la commune de Roquefort-des-Corbières.

Historique[modifier | modifier le code]

Les Romains plaçaient des bornes numérotées le long des voies de circulation. Comme les bornes kilométriques, les bornes milliaires permettaient de se repérer sur un parcours. Elles étaient espacées de 1 481,5 mètre ce qui correspond à 1 000 double-pas (1 pas = 0,74 mètre).

Ce site est découvert par Théodore Marty en 1869 : la plupart des archéologues de l'époque voient dans ses ruines les vestiges d'un relais d'étape (mutatio ou mansio), preuve du passage de la Via Domitia sur le site de la Clotte.

Cette hypothèse fut démentie par les fouilles de l'archéologue Yves Solier à la fin des années 1960. Les observations des prospections aériennes ont montré que la route aménagée pas Domitius Ahenobarbus, proconsul de la province narbonnaise passait par la plaine à proximité du littoral et non en ces lieux escarpés.

Les bornes sont classées au titre des monuments historiques en 1974[2].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. ce chiffre XVI indique la distance depuis Narbonne, soit 16 milles romains, cette borne milliaire est donc la 16e.
  2. « Bornes milliaires et vestiges d'habitat », notice no PA00102879, base Mérimée, ministère français de la Culture