Borne milliaire de Solaize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Borne milliaire de Solaize
Copie de la borne Miliaire de Solaize - Musée de Saint-Romain-en-Gal. 002.JPG
Copie de la borne milliaire de Solaize (au musée gallo-romain de Saint-Romain-en-Gal)
Présentation
Destination initiale
Borne milliaire
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Route de VernaisonVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La borne milliaire de Solaize est une borne milliaire de France. Précisément datée et constituée d'un calcaire particulier, la pierre de choin, elle constitue un élément de preuve historique pour la détermination de la chronologie des constructions romaines de la région lyonnaise.

Description[modifier | modifier le code]

La borne milliaire de Solaize est une colonne taillée dans du choin de Fay, variété de calcaire dur extraite en amont du Rhône, dans la carrière du hameau de Fay, commune de Peyrieu dans l'Ain. Elle porte une inscription nommant l'empereur Claude : Ti(berius) Claudius Drusi f(ilius) / Caesar August(us) / Germanicus, avec les abréviations donnant sa titulature complète : pont(ifex) max(imus) tr(ibunicia) pot(estate) III / imp(erator) III co(n)s(ul) III p(ater) p(atriae) / VII, qui correspond à l'année 43, date la plus ancienne connue indiquant le début d'exploitation romaine de cette carrière[1]. Cette borne constitue aussi un élément de datation archéologique pour l'édification des monuments de Lugdunum comme le théâtre antique de Fourvière, avec l'emploi du choin de Fay.

Localisation[modifier | modifier le code]

La borne est située sur la commune de Solaize.

Cette borne devait baliser la voie romaine qui suivait la rive gauche du Rhône, connue par l'itinéraire d'Antonin comme un raccourci reliant les colonies romaines de Lyon et de Vienne, tandis que la voie principale longeait la rive droite du Rhône[2].

Historique[modifier | modifier le code]

La borne est classée au titre des monuments historiques en 1910[3].

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Inscription CIL 17-02, 00148 = CIL XII, 05542 ; Paul Dufournet, « Pierre blanche et carrières de Seyssel (Ain et Haute-Savoie) », Le Monde alpin et rhodanien. Revue régionale d'ethnologie, n°3-4/1973. p. 131 lire en ligne
  2. Gabriel Chapotat, Jacques Evin, Elisabeth Samuel, « Archéologie, datation radiocarbone et paléo-botanique à l'ancien gué de Sérézin-du-Rhône », Bulletin mensuel de la Société linnéenne de Lyon, 56ᵉ année, n°5, mai 1987, lire en ligne pp. 165-166
  3. « Borne milliaire », notice no PA00118067, base Mérimée, ministère français de la Culture