Enceinte urbaine en Gaule romaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Vue de face d'une porte antique à quatre passages surmontés d'une rangée de baies
La porte Saint-André à Autun.
(enceinte du Haut-Empire.)

Une enceinte urbaine en Gaule romaine est un dispositif fortifié associant remparts, portes et tours, érigé autour des villes de Gaule entre la fin de la conquête romaine de la Gaule et la fin de l'empire romain.

Les enceintes de ce type peuvent être schématiquement séparées en deux groupes. Les enceintes du Haut-Empire, construites entre 27 av. J.-C. et le milieu du IIIe siècle, à l'époque de la Pax Romana, sont peu nombreuses ; elles englobent de grands périmètres, au-delà même parfois de la zone urbanisée, et semblent avoir une vocation symbolique plutôt que défensive. Les enceintes du Bas-Empire, beaucoup plus nombreuses, ont été construites entre dans la seconde moitié du IIIe siècle et 370, pour la grande majorité d'entre elles ; de longueur réduite, pourvues d'imposants dispositifs défensifs, leur vocation militaire est clairement établie.

Les enceintes du Haut-Empire[modifier | modifier le code]

vue d'une muraille antique flanquée d'une tour
L'enceinte du Haut-Empire à Avenches (Suisse)

La majorité des chefs-lieux de civitates a été fondée entre l'aboutissement de la conquête de la Gaule sous le principat d'Auguste, soit entre -27 et l'an 14 de notre ère. Pour une très grande partie de ces villes gauloises, la Pax Romana qui régnait alors ne nécessitait pas la création de systèmes défensifs. Dix-huit villes se sont toutefois dotées d'une enceinte[1] ; ce furent en majorité des colonies[2] comme Vienne (Colonia Iulia Viennensis), toutes situées à l'est d'une ligne allant de Tongres à Arles, ainsi que dans le Roussillon[3]. La construction s'est déroulée, pour la grande majorité des villes, au tournant de notre ère. Un plus petit nombre d'enceintes a été édifié plus tard, jusqu'à la fin du IIe siècle comme à Cologne sous Claude ou à Trèves à la fin du IIe siècle[1]. En dehors des singularités de chaque situation, certaines caractéristiques sont communes à l'ensemble des enceintes.

vue d'une muraille et d'une tour antiques de même hauteur
L'enceinte du Haut-Empire à Tongres.

La surface remparée est importante, de 35 hectares à Fréjus jusqu'à 285 hectares à Trèves[4] et le tracé de l'enceinte suit le relief en débordant parfois très largement la zone urbanisée[5]. la muraille ne repose que sur des fondations réduites (elles sont même parfois absentes)[6], son épaisseur est relativement faible (2,20 m à 3 m), sa hauteur modérée (souvent inférieure à 6 m)[7] et des portes monumentales sont ménagées, comme à Autun (Augustodunum) ou à Trèves[8] ; tout au long du tracé de la courtine sont implantées des tours, généralement de plan circulaire ou en forme de U[9].

Une muraille d'une telle dimension est pratiquement impossible à défendre, sauf à y consacrer une garnison importante[5] et si de telles enceintes avaient malgré tout un rôle défensif, peut-être principalement dissuasif vis-à-vis d'attaquants mal organisés ou peu assurés, elles devaient surtout marquer le territoire de la ville et en signifier l’importance et le prestige[10].

Les enceintes fortifiées du Bas-Empire[modifier | modifier le code]

vue d'une enceinte antique aux murailles ornées de motifs
L'enceinte du Bas-Empire au Mans.

La situation change totalement sous le Bas-Empire où de nombreuses cités élèvent des enceintes. il faut probablement en voir une explication dans la crise qui secoue alors l'Empire romain. L'une des conséquences de cette crise du troisième siècle est la désorganisation des troupes militaires sur la frontière du limes germanique. Les premières « invasions » barbares se produisent alors, d'abord en 233-234, puis à plusieurs reprises jusqu'à l'alerte la plus grave en 275[11]. Il semble que, face à ce constat d'échec de la défense aux frontières de l'Empire, l'administration ait encouragé la construction d'enceintes autour des chefs-lieux de civitates[12]. Le sentiment d'insécurité est accru par les exactions de pillards, les Bagaudes, dont les bandes qui sont composées pour partie de soldats déserteurs opèrent sur le territoire des provinces romaines en Gaule[13].

vue d'une tour antique d'une partie de courtine attenante
Tour et remparts de Beauvais.

Le périmètre de ces enceintes, souvent réduit (840 m à Senlis ou 2 600 m à Poitiers), sans commune mesure avec celui des enceintes du Haut-Empire, est facile à défendre[14] et, lorsque c'est possible, un édifice public du Haut-Empire est intégré au système défensif comme bastion ; ce peut être un amphithéâtre (Périgueux, Poitiers, Metz, Tours), les galeries d'un forum (Bavay) ou des arcs commémoratifs (Reims)[15]. La forme de ces enceintes est simple, dérivée d'un quadrilatère ou d'un ovale[16].

Les nouvelles enceintes affichent clairement leur vocation défensive ; la muraille est épaisse (souvent plus de 3 m), haute (8 à 10 m au moins), renforcée par des tours et percée de portes peu nombreuses et assez étroites, loin des portes monumentales des enceintes du Haut-Empire. La construction fait appel, totalement ou partiellement, au remploi de matériaux provenant d'édifices antérieurs démontés[Note 1] et, fait nouveau, consacre l'emploi de lits de briques alternant avec le petit appareil (opus mixtum) dans l'édification de la courtine[17], elle-même élevée sur des fondations imposantes composées de grands blocs[18]. La construction de ces fortifications tardo-antiques ne se fait pas dans l'urgence, mais selon des plans soigneusement élaborés dans la période plus calme de la fin du IIIe siècle[12] et le souci esthétique est manifeste pour plusieurs de ces réalisations comme au Mans[19].

Comparaison des deux types d'enceinte[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous compare en les simplifiant les caractéristiques des enceintes du Haut et Bas-Empire.

Comparaison des types d'enceinte urbaine.
Caractéristique Haut-Empire Bas-Empire
Époque de construction Ier siècle IVe siècle
Fréquence et répartition assez rares (18 recensées)
généralement colonies
très fréquentes
chefs-lieux de civitates
Fonction avant tout symbolique défensive
Développement de l'enceinte souvent plusieurs dizaines d'hectares généralement quelques hectares
Épaisseur de la muraille entre 2,20 et 3 m entre 2,50 et 4,50 m
Hauteur de la muraille entre 5 et 8 m entre 8 et 10 m
Matériaux matériaux « neufs »
(petit ou moyen appareil)
remploi
(grands blocs, petit appareil et briques)
Accès portes monumentales portes réduites, poternes
Tours espacées le long de la courtine resserrées le long de la courtine

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Robert Bedon, Raymond Chevallier et Pierre Pinon, Architecture et urbanisme en Gaule romaine : l'architecture et la ville, vol. 1, Errance, coll. « Les Hespérides », , 440 p. (ISBN 2 903 44279 7). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Gérard Coulon, Les Gallo-Romains, Paris, Errance, coll. « Civilisations et cultures », , 219 p. (ISBN 2 877 72331 3). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, vol. 1 : La ville antique, des origines au IXe siècle, Paris, le Seuil, coll. « L’univers historique », , 601 p. (ISBN 2 020 05590 2). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Code théodosien prévoyait et recommandait la réutilisation des matériaux des temples (XVI, 10, 15 ; 10, 19 ; 10, 20) pour bâtir les murailles.

Références[modifier | modifier le code]