Saint-Martin-de-Hinx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Saint-Martin-de-Hinx
Saint-Martin-de-Hinx
Mairie
Blason de Saint-Martin-de-Hinx
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Dax
Intercommunalité Communauté de communes de Maremne-Adour-Côte-Sud
Maire
Mandat
Alexandre Lapègue
2020-2026
Code postal 40390
Code commune 40272
Démographie
Gentilé Saint-Martinois
Population
municipale
1 480 hab. (2017 en augmentation de 10,45 % par rapport à 2012)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 34′ 57″ nord, 1° 16′ 10″ ouest
Altitude 30 m
Min. 1 m
Max. 106 m
Superficie 25,48 km2
Élections
Départementales Canton du Pays tyrossais
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Hinx
Géolocalisation sur la carte : Landes
Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Hinx
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Hinx
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Hinx
Liens
Site web saintmartindehinx.fr

Saint-Martin-de-Hinx est une commune française située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.

Le gentilé est Saint-Martinois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

OpenStreetMap Limite communale

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Martin-de-Hinx[2]
Saubrigues Saint-Jean-de-Marsacq
Saint-André-de-Seignanx Saint-Martin-de-Hinx Saint-Etienne-d'Orthe
Biaudos Biarrotte Sainte-Marie-de-Gosse

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Saint-Martin-de-Hinx est océanique aquitain, c’est-à-dire que les hivers y sont généralement doux et pluvieux et les étés relativement frais et humides ; le maximum de précipitations se produit durant la saison froide.

Relevé météorologique de Saint-Martin-de-Hinx de 1948 à 1999
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 3,4 4,8 6,7 10,1 12,8 14,8 14,9 13 9,5 5,6 3,8 8,5
Température maximale moyenne (°C) 11,4 12,9 15,4 17,1 20,8 23,6 26 26,1 24,2 20 14,6 11,8 18,6
Précipitations (mm) 134,6 120,7 101,8 114,8 103 84,8 62,9 95,7 127,4 138,5 167 160,2 1 411,4
Nombre de jours avec précipitations 15,3 13,7 14 15,2 14,2 12,4 10,4 12,4 13 13,6 14,9 15 164,1
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
11,4
3
134,6
 
 
 
12,9
3,4
120,7
 
 
 
15,4
4,8
101,8
 
 
 
17,1
6,7
114,8
 
 
 
20,8
10,1
103
 
 
 
23,6
12,8
84,8
 
 
 
26
14,8
62,9
 
 
 
26,1
14,9
95,7
 
 
 
24,2
13
127,4
 
 
 
20
9,5
138,5
 
 
 
14,6
5,6
167
 
 
 
11,8
3,8
160,2
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Lieudits et hameaux[modifier | modifier le code]

Huit quartiers composent la commune de Saint-Martin-de-Hinx[3] :

  • les Billenabes ;
  • Henry ;
  • Montauzé ;
  • le Télégraphe ;
  • les Bartes ;
  • le Pouy ;
  • le Cledon ;
  • le Bourg.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est documenté sous les formes Sanctus Martinus de Finum (XIe - XIIe s.), Sancti Martini de Finibus (1491)[4], Sen Martin de Hens (1638), Saint Martin de Hins (1647), Sen Martin de Hinx (1651)[5]

La paroisse est vouée à Saint Martin, patron des voyageurs. Ce toponyme signale généralement une voie de communication importante. Il est associé au mot gascon Hinx /hiŋs/, du latin fines 'limites'[6] indiquant une limite territoriale[5]. L'évolution du f latin en h est régulière en gascon.

Son nom occitan gascon est Sent Martin de Hins[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Marat-de-Hinx[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 2008 Jean-Marc Sabarots    
mars 2008 2020 Alain Lavielle PS Retraité Police nationale
mars 2020 en cours Alexandre Lapègue    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2017, la commune comptait 1 480 habitants[Note 1], en augmentation de 10,45 % par rapport à 2012 (Landes : +3,71 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1211 0011 1016411 3191 3241 3401 4011 435
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3821 4001 4021 2811 3731 3781 3141 3901 309
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2771 2431 2301 0921 024930903882824
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
8277867157488379381 0831 1851 379
2017 - - - - - - - -
1 480--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

De 1839 à 1962 : Archives de la Mairie de Saint-Martin-de-Hinx.

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes.

À partir de 2006 : population municipale légale. source : INSEE[12]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint Martin

L'Église Saint-Martin de Saint-Martin-de-Hinx[13],[14] datant du XIVe siècle. Elle est classée aux Monuments historiques le .

Le château de Montauzé[13],[15]

Le château du Pouy[13] datant du début du XIVe siècle.

Le château Larrat datant du XVIe siècle.

La gentilhommière de Sorey construite au Moyen Âge a été restaurée dans la deuxième moitié du XXe siècle.

Ancienne seigneurie de la famille Bédorède, appartenant aujourd'hui à l'État, qui en laisse la jouissance à l'INRA (Institut National de Recherches Agronomiques), le Domaine de Bourg.

La fontaine des douleurs[15] située au nord du village, en limite de Saint-Jean-de-Marsacq, en bordure du parcours sportif. Autrefois, de nombreux pèlerins de Compostelle empruntaient le chemin de traverse qui passaient par Saint-Martin-de-Hinx, entre le chemin du littoral (Soulac-Bayonne) et le chemin de Bordeaux (Dax-Bayonne). Les pèlerins arrivant du nord et ayant traversé les marais des Landes infestés de moustiques et provoquant certaines maladies comme le paludisme, gagnaient à travers le bois la fontaine des Douleurs où ils venaient se rafraîchir. Pour continuer leur chemin, ils allaient ensuite au château de Montauzet qui était un relais, et redescendaient en direction de l'église et en passant à « Peynut », ils se déchaussaient par l'esprit de pénitence. Face à l'église, à la gentilhommière de Sorey, ils venaient se restaurer. En repartant, en sortie du village, après avoir entendu la messe à l'église, les pèlerins reprenaient le chemin du ruisseau sous la surveillance des soldats situés sur le chemin de ronde de la face nord de l'église (aujourd'hui disparu) en direction du moulin de Lorta. Ils arrivaient ensuite à l'Adour face à la ferme de Rasport. Un passeur les attendait là pour les emmener sur l'autre rive. A plus grande échelle, le reste du chemin avait cette direction : Orthevielle, Peyrehorade, Sorde-l'Abbaye, Ostabat et Roncevaux sur la frontière espagnole. La fontaine des Douleurs a été aménagée vers 1950 : matérialisation de la fontaine et mise en place d'une croix.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Martin-de-Hinx Blason
Coupé : au 1er d'azur à trois tours d'argents rangées en fasce, au 2e de gueules à la tierce ondée d'argent en chef et à trois oies d'or, becquées et membrées d'orangé, rangées en fasce en pointe, leurs têtes brochant sur la tierce[16].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le nom des habitants du 40 », sur www.habitants.fr (consulté le 28 août 2018)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Archives départementales des Landes, « Archives numérisées - Cadastre / Saint-Martin-de-Hinx », début 19ème siècle (consulté le 29 août 2018)
  4. cité par Jacques Baurein Variétés bordeloises livre 6e article XV.
  5. a et b Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes des Landes et bas-Adour, Pau, Éditions Cairn, , 288 p. (ISBN 2-35068-011-8, présentation en ligne).
  6. latin classique finibus.
  7. « Toponymes occitans », sur www.locongres.org (consulté le 28 août 2018)
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  12. « Résultats du recensement de la population - 2006 - Saint-Martin-de-Hinx », sur INSEE (consulté le 16 février 2010)
  13. a b et c (fr) David Chabas, Villes et villages des Landes, Capbreton, Imprimerie Peyres, , [précision nécessaire]
  14. Raoul Deloffre et Jean Bonnefous, Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales du Moyen Âge à la Renaissance, Biarritz, éditions Atlantica, , [précision nécessaire]
  15. a et b Archives de la mairie de Saint-Martin-de-Hinx[précision nécessaire]
  16. « 40272 Saint-Martin-de-Hinx (Landes) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 21 juin 2020)