Saubrigues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saubrigues
Image illustrative de l'article Saubrigues
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Arrondissement de Dax
Canton Pays tyrossais
Intercommunalité Communauté de communes de Maremne-Adour-Côte-Sud
Maire
Mandat
Benoît Darets
2014-2020
Code postal 40230
Code commune 40292
Démographie
Population
municipale
1 383 hab. (2014)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 36′ 41″ nord, 1° 18′ 47″ ouest
Altitude 50 m (min. : 2 m) (max. : 85 m)
Superficie 21,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte administrative des Landes
City locator 14.svg
Saubrigues

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Saubrigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saubrigues

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saubrigues
Liens
Site web Site officiel

Saubrigues est une commune française située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.

Les habitants de Saubrigues se nomment les Saubriguais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saubrigues est située dans le Maremne et est limitrophe des communes de Bénesse-Maremne, Orx, Saint-Jean-de-Marsacq, Saint-Martin-de-Hinx, Saint-André-de-Seignanx et Saint-Vincent-de-Tyrosse.

La commune est située à onze kilomètres de Capbreton et à environ vingt kilomètres de Bayonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire du nom de Saubrigues[modifier | modifier le code]

Les étymologistes sont très partagés sur l’origine de cette appellation.

1re définition : BRIGA = pont SAULT = défilé d'où le pont au bout du défilé ou le défilé du pont.

2e définition : SAUBE vient du latin SALTUS = zone de bois et de pacage BRIGA = pont d'où Saubrigues = zone de bois et de pacage avec des ruisseaux qui la sillonnent.

Personnes célèbres[modifier | modifier le code]

André de Gorostarzu (1899-1980)[modifier | modifier le code]

Militaire français et colonel d'aviation. Il fut Attaché de l'air à San Sebastian, Madrid et Lisbonne et devient membre du cabinet civil du maréchal Pétain. Ecarté à la demande des Allemands en 1944, il regagna l'Espagne et travailla pour les services alliés.

Henri Soulé (1903-1966)[modifier | modifier le code]

Il est né et inhumé à Saubrigues. Il fut l'ambassadeur de la gastronomie française en Amérique. Arrivé à New York avant la Seconde Guerre mondiale pour l'exposition internationale, il y fonda dans la 57e avenue "Le Pavillon" et une succursale  "La Côte Basque", restaurant qui eut un succès foudroyant. Il fallait retenir sa place 15 jours à l'avance. Les salles étaient décorées de paysages de Saint-Jean-de-Luz, Biarritz ou Capbreton, restaurant très fin et très chic. On y mangeait les volailles, les foies gras et les confits des Landes, et on y buvait les vins de France. En reconnaissance, il fut fait en 1955 chevalier de la Légion d'honneur.

Les mottes ou tumulus de Saubrigues[modifier | modifier le code]

Les mottes étaient au Moyen-âge un lieu de refuge mais avec le temps, l'érosion les a beaucoup rabaissées et ont aujourd'hui un intérêt relatif.

La révolte des Métayers[modifier | modifier le code]

C'est de Saubrigues qu'est partie la lutte des métayers contre les propriétaires : début dans les années 20.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Francis Dubertrand   Géomètre du cadastre
2014 en cours Benoît Darets DVG Agent territorial
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Le Ferré (France) Ille-et-Vilaine (Bretagne).

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 383 habitants, en augmentation de 1,99 % par rapport à 2009 (Landes : 5,28 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
828 724 835 992 1 028 1 068 1 027 1 040 1 050
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 035 1 091 1 095 1 086 1 080 1 079 1 059 1 012 1 023
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 057 1 074 1 003 923 884 829 783 756 730
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
798 757 687 764 887 1 076 1 181 1 356 1 383
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre de Saubrigues du XIIe siècle.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une médiathèque, où chacun peut librement consulter ouvrages et documents vidéos.

Les fêtes[modifier | modifier le code]

Les fêtes de Saubrigues ont lieu chaque année pendant trois jours lors du premier week-end du mois de juillet, du vendredi midi au dimanche soir. Il s'agit de trois jours où alternent repas, bodegas, concerts, bals et de multiples activités pour tous.

Les maisons typiques[modifier | modifier le code]
  • "Le Bastot", route de Saint-Vincent-de-Tyrosse, magnifique manoir au bout d'une allée d'arbres centenaires. Elle appartenait à une très vieille famille saubriguaise, les Gorostarzu, dont l'un membres les plus connus fut le colonel André de Gorostarzu. Elle appartient au Vte et à la Vtesse Bernard de Thoisy depuis 1984.
  • La seconde est le domaine de "Bellevue" ou de Peyrecave, d'où la côte de Peyrecave, propriété de la famille Dorlanne. Le parc s'étend sur trois hectares. Son premier propriétaire fut Jules de Peyrecave, qui est enterré dans le parc, dans un bosquet de chênes et de pins. Il fut, paraît-il,l'un des fondateurs de la ligue des droits de l'homme. Sur la dalle de pierre surmontée d'une stèle où il est enterré, on peut lire l'épitaphe suivante : "Ici dort de son dernier sommeil Jules de Peyrecave(1878-1933)qui n'eut ni père, ni mère, ni frère, mais seulement une épouse dévouée et de nombreux amis". On la retrouve souvent dans les courses d'orientation ou les rallyes.

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Le sport n'est pas laissé à l'abandon puisque Saubrigues dispose d'un hall des sports, où les Saubriguais peuvent s'adonner à leurs sports favoris, la pelote basque, le basket-ball et le tennis.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]