Portail:Cinéma québécois

Le projet « Cinéma québécois » lié à ce portail
Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Quebecfilm.png

le portail du cinéma québécois
et de la télévision québécoise

2 291 articles sont actuellement liés au portail
voir les dernières modifications

Les films • Scénaristes • Acteurs et actrices • Réalisateurs et réalisatrices

Producteurs et productrices • Cinémathèque québécoise • Office national du film • Télévision


Le cinéma québécois est l’un des deux cinémas nationaux du Canada. Culturellement distinct du cinéma canadien, il prend son essor à la fin des années 50, lors de la Révolution tranquille. Né du désir d’émancipation culturelle des québécois, il a su se tailler un marché intérieur au Québec et détient aujourd’hui une reconnaissance internationale grâce à sa filmographie.

Le cinéma au Québec repose sur des sources de financement publiques et privées. À l’image de la société québécoise, le contenu qui y est créé est, en grande partie, d’expression française, mais demeure, à un certain point, attaché à la culture nord-américaine. Le Québec possède le second cinéma francophone par l’importance du nombre de productions après le cinéma français.

La télévision québécoise est une partie essentielle de la culture québécoise et canadienne-française. Elle se développe à partir des années 1950, lorsque le gouvernement fédéral du Canada se donne comme objectif d'offrir une alternative aux émissions de télévision américaines. Ainsi, la Télévision de Radio-Canada est créée le . Elle fournit alors des programmes en même temps qu'elle devient une école de création audiovisuelle et un moyen de renforcer l'identité et la culture du Québec.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Effectuer un nouveau tirage
modifier 
 Icône Film

Pour la suite du monde (aux États Unis : Of Whales, the Moon and Men) est un film documentaire québécois, une docufiction en noir et blanc, créé par Michel Brault, Marcel Carrière et Pierre Perrault en 1963. C'est la première docufiction canadienne et, en même temps, sa première ethnofiction.

Renouvelant le cinéma documentaire, le film s’appuie sur les témoignages de deux ancêtres de l’île aux Coudres sur la vie des insulaires. Leur langue typique va bientôt disparaître, leur évocation du travail en mer, de la place des éléments et de leur rôle dans la pêche au « marsouin » (Béluga) est centrale dans tout le film. Leurs récits sont la voie d’accès privilégiée à la vie d’une communauté avec un sens poussé des traditions et un grand respect de la nature. Le film est l’occasion pour les jeunes hommes de revivre avec les plus vieux la pêche interrompue depuis 1924. Se transmet d’une génération à l’autre une culture en héritage… pour la suite du monde.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Acteur

Rémy Girard, né le 10 août 1950 à Jonquière (Québec) est un acteur québécois. Sur la scène internationale, il est surtout connu pour ses rôles dans Le Déclin de l'empire américain et Les Invasions barbares, alors qu'au Québec, il est surtout connu pour les multiples rôles qu'il a joué dans plusieurs films et séries télévisées.

Il a étudié au Conservatoire d'art dramatique de Québec.

Au début de sa vie d'adulte, il entame des études en droit, mais préfère le théâtre.

Après quelques rôles peu significatifs, sa carrière décolle avec Le Déclin de l'empire américain. Sa vie professionnelle ne sera plus alors qu'une suite ininterrompue de rôles, tant pour le théâtre et la télévision, que pour les films.

Depuis 1997, il a interprété le personnage de Stan, l'entraîneur de l'équipe des Boys, dans 4 films et 5 séries télévisées.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
 Icône Cinéaste, évènement

Claude Jutra (Montréal, - Montréal, ) est un réalisateur, acteur, scénariste, monteur, directeur de la photographie et producteur québécois.

Destiné au départ à devenir médecin comme son père, il commence sa carrière au cinéma suite à ses études. Après quelques courts-métrages prometteurs fait durant son adolescence, il joint l’Office national du film en 1954, puis cosigne, avec le cinéaste d’animation Norman McLaren, le court-métrage Il était une chaise en 1957. Ce film lui permettra de voyager en faisant la tournée des festivals. En France, il rencontre François Truffaut, puis il se rend en AfriqueJean Rouch l’initie au cinéma direct. À son retour, il joint l’équipe française de l’Office national du film et participe à l’avancement du cinéma direct québécois dans plusieurs documentaires en collaboration avec le directeur de la photographie et réalisateur Michel Brault.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Le saviez-vous ?
  • La première projection canadienne a eu lieu le 27 juin 1896 au Palace Theatre du boulevard Saint-Laurent à Montréal.
Danse indienne
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Gala Québec Cinéma
Le 23e gala Québec Cinéma s'est déroulé le .
Cinq longs métrages étaient en nomination pour le Meilleur film de l'année
La Déesse des mouches à feu - Souterrain - Le club Vinland - My Salinger Year - Nadia, Butterfly


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Je fais un film ni pour moi, ni pour un ou le public. Je fais un film pour lui-même, pour qu'il ait la vie, devienne un organisme vivant possédant son existence propre, comme un enfant que l'on met au monde non pas pour soi ou pour les autres, mais pour lui-même, pour qu'il vive et soit libre.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Jean-Pierre Lefebvre (1966)
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Portails connexes
Portail:Cinéma
Portail:Cinéma français
Portail:Animation
Portail:Réalisation audiovisuelle
Portail:Québec
Portail:Québec
Cinéma Cinéma français Animation Réalisation audiovisuelle Québec Politique québécoise
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif