Le projet « Cinéma québécois » lié à ce portail

Portail:Cinéma québécois

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quebecfilm.png

le portail du cinéma québécois
et de la télévision québécoise

1 447 articles sont actuellement liés au portail
voir les dernières modifications

Les films • Scénaristes • Acteurs et actrices • Réalisateurs et réalisatrices

Producteurs et productrices • Cinémathèque québécoise • Office national du film • Télévision


Le cinéma québécois est l’un des deux cinémas nationaux du Canada. Culturellement distinct du cinéma canadien, il prend son essor à la fin des années 50, lors de la Révolution tranquille. Né du désir d’émancipation culturelle des québécois, il a su se tailler un marché intérieur au Québec et détient aujourd’hui une reconnaissance internationale grâce à sa filmographie.

Le cinéma au Québec repose sur des sources de financement publiques et privées. À l’image de la société québécoise, le contenu qui y est créé est, en grande partie, d’expression française, mais demeure, à un certain point, attaché à la culture nord-américaine. Le Québec possède le second cinéma francophone par l’importance du nombre de productions après le cinéma français.

La télévision québécoise est une partie essentielle de la culture québécoise et canadienne-française. Elle se développe à partir des années 1950, lorsque le gouvernement fédéral du Canada se donne comme objectif d'offrir une alternative aux émissions de télévision américaines. Ainsi, la Télévision de Radio-Canada est créée le . Elle fournit alors des programmes en même temps qu'elle devient une école de création audiovisuelle et un moyen de renforcer l'identité et la culture du Québec.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Effectuer un nouveau tirage
modifier 
 Icône Film

Les Bons Débarras (Good riddance en anglais) est un film de Francis Mankiewicz sorti sur écran en 1980. Le film est le fruit d’une riche collaboration avec l’auteur Réjean Ducharme qui en est le scénariste et il est considéré comme un film majeur de la cinématographie québécoise.

Proche d’une petite ville québécoise des Laurentides, Manon, 13 ans, vit dans une maison isolée, avec sa mère Michelle et Guy, son oncle maternel mentalement arriéré. L’univers affectif de Manon se réduit à son seul parent, sa mère dont elle cherche l’amour exclusif. De son côté, Guy est comme un autre enfant. Il vit dans son monde et il est attiré par la riche madame Viau-Vachon à qui ils vendent du bois.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Acteur
Gratien Gélinas vers 1945

Gratien Gélinas ( à Saint-Tite - ) est un auteur, un dramaturge, un directeur, un producteur et un administrateur québécois. Il est considéré comme l'un des fondateurs du théâtre et du film québécois contemporain.

Initié à la vie artistique dès 1929 par le théâtre amateur, il fonde une troupe avec d'anciens camarades du Collège de Montréal. Il débute sa carrière d'acteur professionnel en 1937, à CKAC, dans le feuilleton radiophonique Le Curé du village, de Robert Choquette.

En 1938, il monte sur scène avec Fridolinons, première d'une longue et fructueuse série de revues d'actualités qui se poursuit jusqu'en 1946.

Tit-Coq, sa première pièce, est présentée au Monument national en 1948 et connaît un grand succès : au cours de sa carrière, la pièce est jouée plus de 600 fois. Elle sera adaptée au cinéma.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
 
modifier 
 Icône Cinéaste, évènement
Albert Tessier

Albert Tessier (6 mars 1895 - 13 septembre 1976) était un prêtre, un professeur, un historien et un pionnier du cinéma québécois.

Sa carrière dans le cinéma commence en 1925. Avec Maurice Proulx, Jean-Marie Poitevin, Louis-Roger Lafleur et Aloysius Vachet, il fait partie de ceux qu'on appelle les «prêtres-cinéastes», qui transmettent les valeurs du sacerdoce vers le grand écran.

Il réalise plus de soixante-dix films qui marqueront le développement du cinéma au Canada. Ses thèmes préférés sont la nature, l'histoire, la religion, Trois-Rivières, l'éducation, et la culture. Tous ses films sont abordés dans un contexte réel ou vraisemblable.

Il est reconnu pour avoir créé le terme « Mauricie », qui remplaçait l'ancienne expression de « vallée du Saint-Maurice », qui pour lui était une simple et bête traduction de l'anglais.

Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Le saviez-vous ?
  • La première projection canadienne a eu lieu le 27 juin 1896 au Palace Theatre du boulevard Saint-Laurent à Montréal.
Danse indienne
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Jutra
Le 20e gala Québec Cinéma s'est déroulé le .
Sept longs métrages étaient en nomination pour le Meilleur film de l'année
Les Affamés - Boost - Chien de garde - La Petite Fille qui aimait trop les allumettes - Le Problème d'infiltration - Les Rois mongols - Tuktuq


Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Jeune, ma famille habitait très haut dans le nord du Québec. Notre appareil radio captait toujours ensemble, jamais séparément, Buffalo et Montréal, de sorte que la récitation radiophonique du chapelet se faisait toujours sur un fond agréable de musique western. C'était beau et fascinant. Mon père disait: « À cheval pour le chapelet. » Nous, les petits enfants, nous récitions le rosaire au galop, apprenant qu'au Québec les rêves les plus contradictoires sont permis.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Gilles Carle (1976)
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
modifier 
 Icône Portails connexes
Portail:Cinéma
Portail:Cinéma français
Portail:Animation
Portail:Réalisation audiovisuelle
Portail:Québec
Portail:Québec
Cinéma Cinéma français Animation Réalisation audiovisuelle Québec Politique québécoise
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif
Pix.gif