Uber (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Uber
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de la société.

Création 2009
Fondateurs Garrett Camp, Travis Kalanick, Oscar Salazar
Siège social Drapeau des États-Unis San Francisco (États-Unis)
Produits Voiture de tourisme avec chauffeur
Effectif 2 200
Site web https://www.uber.com

Uber, anciennement UberCab, est une entreprise technologique qui développe et opère des applications mobiles de mise en contact d'utilisateurs avec des conducteurs réalisant des services de transport.

L'entreprise est basée dans la ville californienne de San Francisco, aux États-Unis. En 2015, elle est valorisée 41 milliards de dollars et ses applications sont commercialisées dans plus de 250 villes dans le monde[1]. Elle est dirigée par un de ses fondateurs, Travis Kalanick.

Organisant une activité commerciale régulière de vente de service comme s’il s'agissait d'une activité occasionnelle dispensée d'inscription et d'assurance professionnelle, la société fait l'objet de nombreuses polémiques, en raison de débats sur ses pratiques, où la libre concurrence qu'elle défend se heurte à des accusations de concurrence déloyale et de travail au noir de la part des pouvoirs publics et des professionnels qui respectent la réglementation sociale, fiscale et administrative en vigueur. Engagée dans un développement rapide, à la fois géographique et via la gamme des services proposés, la société Uber a vu son activité interdite dans plusieurs villes ou pays du monde.

Historique[modifier | modifier le code]

San Francisco[modifier | modifier le code]

La société Uber est fondée officiellement par Garrett Camp, Travis Kalanick et Oscar Salazar en 2009 sous le nom de UberCab. L'idée leur vient en 2008[2] alors qu'ils assistent au salon LeWeb à Paris. Ils cherchent à se déplacer en taxi et n'arrivent pas à en trouver un, constatant les mêmes problèmes dans le système de taxis parisiens que dans celui de San Francisco. Alors qu'ils travaillent encore pour StumbleUpon, ils retournent à la Silicon Valley et montent un service de chauffeur privé à la demande nommé UberCab[3].

Garrett monte un prototype d'application sur iOS et convainc Kalanik de le rejoindre sur le projet. Ce dernier devient Chief Incubator au cours de l'été 2009 et a pour mission de passer le cap du prototype, c'est-à-dire de trouver un General Manager et de lancer Uber à San Francisco afin de changer les habitudes de consommation du transport des populations urbaines, de réduire le nombre de véhicules particuliers et de devenir acteur d'un écosystème de transports partagés. Le nom de domaine uber.com est initialement la propriété d'un service de blogue et de réseautage social, mais l'entreprise qui en a la propriété ayant fermé en septembre 2008, il est transféré à UberCab en 2009. Le produit est ensuite officiellement lancé à San Francisco en 2010[4]. Ryan Graves est alors CEO de l'entreprise. Il cédera par la suite son poste à Travis Kalanick[5].

L'application est lancée à San Francisco en 2010 sur iOS et Android. Par la suite l'entreprise étend progressivement la couverture de son service à d'autres villes dans le monde.

À l'international[modifier | modifier le code]

En décembre 2011, Travis Kalanick déclare que pour répondre à la demande croissante à laquelle fait face Uber, l'entreprise prévoit de couvrir 25 villes supplémentaires en dehors des États-Unis dans les 14 mois à venir, dont Paris. Elle annonce également en décembre 2011 une levée de fonds de 32 millions de dollars, soit 24 millions d'euros[6], auprès notamment de Menlo Ventures, Jeff Bezos et Goldman Sachs.

En août 2013, la société Google et le fonds TPG décident d'investir dans Uber sur la base d'une valorisation de 3,5 milliards de dollars[7]. Au total, Google Ventures (qui investit 258 millions de dollars, soit 188 millions d'euros), TPG et le groupe Benchmark apportent 514 millions de dollars à la société californienne, selon le site AllThingsD[8]. Travis Kalanick déclare doubler le chiffre d'affaires de l'entreprise tous les 6 mois[9].

En Belgique Uberpop est interdit par le tribunal de commerce de Bruxelles le 16 avril 2014 après une plainte déposée par la société Les Taxis Verts. Uber annonce continuer à opérer son service malgré l'interdiction[10].

En juin 2014, Uber lève 1,2 milliard de dollars, soit 879 millions d'euros, valorisant l'entreprise à 17 milliards de dollars[9]. Un record depuis les levées de fonds de Facebook. Uber annonce une baisse des prix de 25 % des tarif UberX à San Francisco. En Californie, le service fonctionne alors à perte[11]. En Allemagne, Uber est interdit à Berlin en août 2014[12] et à Hambourg en septembre[13].

Le 18 novembre 2014, le site BuzzFeed révèle que le vice-président de l'entreprise, Emil Michael, a déclaré au cours d'une conversation en présence de la presse que l'entreprise devrait investir « un million de dollars » pour révéler des casseroles sur les journalistes critiques envers Uber [14],[15]. Plus tard le PDG, Travis Kalanick, déclare que les remarques d'Emil « ne représentent pas [l'entreprise] » et « dénotent un manque de leadership et un manquement à nos valeurs et à nos idéaux »[16].

Une nouvelle levée de fonds de 1,2 milliard de dollars survient en décembre 2014 auprès d'investisseurs inconnus ; la nouvelle valorisation d'Uber s'élève alors à 40 milliards de dollars[1]. Au total, depuis sa création, Uber a levé 2,7 milliards de dollars[1].

En Inde, Uber est interdit dans la ville de New Delhi le 8 décembre 2014 à la suite de l'arrestation la veille d'un conducteur Uber pour avoir violé une passagère[17]. Le même jour aux États-Unis, la ville de Portland porte plainte contre Uber pour violation de sa réglementation. La ville met également en place un système de pénalisation des chauffeurs à hauteur de 1 500 dollars pour l'entreprise et 2 250 pour le conducteur[18]. Uber réplique en déclarant soutenir ses chauffeurs devant la justice et en créant une pétition qui autorise son service dans la ville, qui recueille plus de 11 000 signatures[19].

Le 9 décembre, UberPOP est interdit en Espagne par un tribunal madrilène[20]. Le 24 décembre, le PDG d'Uber Travis Kalanick est inculpé personnellement en Corée du Sud pour l'exercice illégal de la profession de taxi. Il encourt jusqu'à deux ans de prison et près de 15 000 euros d'amende[21].

En 2015, Uber est présent dans 51 pays et 253 villes dans le monde, dont San Francisco, New York, Paris, Londres, Brasilia, Bogota, Le Caire, Tel Aviv, Johannesburg, Bombay, Pékin, Sydney.

En Uber leve 1,6 milliard de dollars auprès de Goldman Sachs. L'opération, réalisée sous la forme de convertibles, valorise l'entreprise à plus de 41 milliards de dollars[22].

Le 13 avril 2015, l'État de Genève déclare le service UberX opéré sur Genève illégal et somme à la société de stopper ses activités sur le territoire cantonal. La société annonce faire recours auprès du tribunal administratif genevois contre cette décision. Elle argue qu'elle ne possède aucun véhicule et ne fait que mettre en relation des passagers et des chauffeurs et qu'elle n'est donc pas une société de transport. Or, pour effectuer ce type de prestation sur le territoire genevois, telle que la mise en relation, une concession de transport est nécessaire, ce que la société Uber refuse d'acquérir[23].

En 2015, Uber cherche à optimiser son service de cartographie. En lice pour acquérir le service Here de Nokia face à un consortium de constructeurs automobiles allemands[24], l'entreprise aurait d'ores et déjà racheté une partie de Bing Maps, le service de cartographie de Microsoft[25].

En France[modifier | modifier le code]

Lancement dans les grandes métropoles[modifier | modifier le code]

À l'occasion du salon LeWeb11 en , Uber annonce son lancement en France, à Paris. La capitale est la première ville hors des États-Unis à accueillir le service[26]. L'arrivée d'Uber à Paris s'inscrit dans un contexte de libéralisation du transport de personnes en France, puisque le 22 juillet 2009 a été votée la loi mettant fin à la notion de grande remise au profit de la réglementation exploitation de voitures de tourisme avec chauffeur. Simplifiant les règles sur la grande remise qui réglementent le transport haut de gamme, cette loi ouvre la voie aux voitures de tourisme avec chauffeur[27].

En décembre 2011, une soixantaine de voitures de tourisme avec chauffeurs (VTC) haut de gamme sont enregistrées sur l'application Uber et circulent dans la capitale[6] qui compte alors environ 19 000 taxis[27]. Uber ne possède en effet aucun véhicule et travaille avec des entreprises de voitures avec chauffeur[28].

En juin 2013, Uber annonce élargir son offre à Paris avec le lancement d'UberX, une version économique[29] d'Uber qui propose les mêmes services qu'un VTC traditionnel, mais avec des véhicules moins luxueux et à un prix réduit[30].

Uber est alors critiquée pour son montage financier complexe, qui permet à la société californienne de ne pas payer ses impôts et taxes dans l'hexagone, à l'instar d'Apple, Google, Amazon ou encore Yahoo![31].

En décembre 2013, le gouvernement français annonce l'instauration au 1er janvier 2014 d'un délai de 15 minutes obligatoires entre la commande et la prise en charge de l'usager pour les VTC. La mesure doit entrer en application au 1er janvier 2014. Le 20 décembre 2013, l'Autorité de la concurrence rend un avis négatif à propos de ce décret[32]. 4 sociétés de VTC (Allocab, Le Cab, Chauffeur-privé et Snapcar) saisissent le Conseil d'État. Le décret est finalement suspendu en référé en février 2014 pour un problème de distorsion de la concurrence. L'autorité de la concurrence émet un avis favorable aux VTC en janvier 2014, et qualifie la loi Thévenoud d'« aveu d'échec concernant l'application efficace des mesures existantes pour lutter contre la maraude, et qui, sous couvert de régulation concurrentielle, vise à nouveau à régler un problème de police ». Selon l’avis, « d'autres dispositifs de contrôle seraient plus efficaces pour contrer la maraude illégale »[33].

En , l'entreprise lance UberPop à Paris et dans sa proche banlieue, une nouvelle option de transport entre particuliers. L'application permet à des conducteurs particuliers d'être contactés par des usagers pour des trajets urbains moins chers qu'UberX. Plusieurs critères sont mis en place pour être chauffeur d'UberPop comme un âge minimum (21 ans), la possession d'un permis B depuis 1 an minimum et un extrait de casier judiciaire vierge[34]. La France est le premier marché hors États-Unis à voir naître ce service[35].

Le service va rapidement s'attirer les foudres de la concurrence. Uber poursuit néanmoins son expansion : après Lyon en mars 2013[36] et Lille en juin 2014[37], l'entreprise se lance en septembre 2014 dans trois nouvelles villes françaises, Bordeaux[38], Toulouse[39] et Nice[40]. Uber couvre ainsi six villes françaises en 2014.

En , Uber lance une solution à destination des entreprises : Uber for Business[41]. L'application permet aux entreprises de payer les déplacements professionnels de leurs employés. Un mois plus tard, en novembre, l'entreprise lance UberPool à Paris, une nouvelle option permettant de partager son trajet avec un autre utilisateur situé proche de soi et voyageant dans la même direction, afin de partager le prix du trajet[42].

Loi Thévenoud[modifier | modifier le code]

Face à l'arrivée d'Uber et sur fond de rivalités entre les VTC et les taxis, le député Thévenoud a fait une proposition de loi pour réguler le marché et contrer Uber. Uber a critiqué la conformité de cette loi à la constitution via plusieurs questions prioritaires de constitutionnalité, dans des procédures commerciales ou administratives. Ainsi la Cour de cassation et le Conseil d'État ont renvoyés 3 QPC au conseil constitutionnel sur le volet VTC, celui ci a rendu sa décision le 22 mai 2015 qui invalide partiellement cette loi et en limite la portée[43],[44].

Saisi d'autres QPC dans des procédures séparées concernant le service UberPop, la cour de cassation a renvoyé le 23 juin 2015 la question devant le conseil constitutionnel qui sera amené à se prononcer d'ici septembre 2015 sur les dispositions de la loi Thévenoud tendant à limiter le service UberPop[45]

Le décret d'application de la loi Thévenoud parait le 30 décembre 2014 au Journal officiel. La principale obligation pour les chauffeurs est de justifier d'un certificat d'assurance pour le transport de personnes à titre onéreux [46] mais cette obligation ne rentre en vigueur qu'au 1er juillet 2015[47] et une formation à partir de 2016[48]

Ce décret instaure également une amende de la cinquième classe aux conducteurs de véhicules à titre onéreux n'étant ni taxi, ni VTC comme ceux d'UberPop qui exerce leur activité sans avoir de carte professionnelle[49] en cours de contestation par la société Uber devant la justice administrative[50].

Critiques suite à son expansion[modifier | modifier le code]

Le service étant déjà très critiqué par les autres professionnels du transport de personnes, deux sociétés de VTC, Transdev et Le Cab, engage des procédures judicaires à l'encontre UberPop pour « concurrence déloyale » au tribunal de commerce de Paris, en . Rapidement rejoints par les taxis, ils plaident sur la base de la loi Thévenoud, qu'ils combattaient quelques mois plus tôt, selon laquelle chaque conducteur de VTC doit suivre une formation d'un minimum de 250 heures. De plus, UberPop ne payant aucun impôt en France et ne garantissant aucune protection légale à ses clients conducteurs et passagers l'entreprise est une menace au regard du droit du travail, du droit des consommateurs et des finances de l'État[51][52][53]. Pour sa défense, la société assure que la loi Thévenoud n'est pas applicable, car elle n'a pas été notifiée à la Commission européenne et lance une pétition qui rassemble le 11 décembre 2014 plus de 54 000 signatures[54]. Le 12 décembre 2014, Le tribunal de commerce de Paris rejette la demande d'interdiction d'UberPop[55], considérant qu'il n'est pas compétent pour appliquer les sanctions pénales, mais également que l'examen de l'application de cette loi relève du droit européen et non d'une procédure en référé, l'évidence du cas n'étant pas démontrée. Le tribunal envoie également à la Cour de cassation deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) posées par les avocats d'Uber lors du procès[56]. Le gouvernement français annonce en revanche qu'UberPop sera interdite en France dès le 1er janvier 2015, quand la loi Thévenoud sur la régulation de la concurrence avec les taxis entrera en vigueur[57]. Uber déclare cependant compter poursuivre ses activités en 2015, y compris son service UberPop : « le service continuera de fonctionner. Pour qu'il arrête, il faudra une décision de justice pour rendre exécutoire l'avis ministériel »[58].

Parallèlement, Uber est condamné en octobre 2014 à 100 000 euros d'amendes par le tribunal correctionnel de Paris pour pratiques commerciales trompeuses, la justice estimant qu'UberPop ne doit pas être comparé à un service de covoiturage, mais à une offre payante de transport destinée aux particuliers[59]. Cette condamnation oblige Uber à indiquer sur son site web que les chauffeurs risquent eux-mêmes une condamnation pénale mais ne suspend pas le service[60]. Uber fait appel de la décision et continue d'exercer son service UberPop[61].

La France est le second marché d'Uber en Europe, et depuis ses débuts, un « laboratoire d'expérimentation » pour l'entreprise[62]. Selon Thibaud Simphal, Directeur de Uber France, le nombre d'utilisateurs de l'application en France s'élève à 500 000, dont 160 000 utilisateurs d'UberPop[63].

Produits[modifier | modifier le code]

Le service permet de localiser, via un smartphone, une tablette ou un ordinateur, le véhicule le plus proche de soi pour ensuite le réserver. Les utilisateurs peuvent suivre l'approche de la voiture qu'ils ont réservée sur l'application. Le paiement est réalisé automatiquement à la fin de chaque course par prélèvement bancaire. Il n'y a donc pas d'échange d'espèces entre conducteur et passager. Les services proposés par Uber sont particulièrement utilisés dans les périodes de moindre disponibilité des moyens de transport traditionnels, notamment la nuit et le week-end.

Sur le marché français, Uber propose cinq services accessibles depuis l'application ou le site Internet de l'entreprise. Ces services se différencient en fonction du type de véhicule, du tarif et du type de chauffeur (professionnel, particulier régulier ou occasionnel), et proposent des tarifs différenciés.

  • UberX, chauffeurs professionnels proposant des berlines standards ;
  • Uber Berline, chauffeurs professionnels proposant des berlines de luxe ;
  • UberVan, chauffeurs professionnels proposant des vans (généralement plus de places assises) ;
  • UberPOP, conducteurs particuliers occasionnels au volant de leur véhicule personnel ;
  • UberPool, permettant de partager son trajet avec un autre passager situé au même endroit et allant dans la même direction, grâce à des conducteurs particuliers occasionnels au volant de leur véhicule personnel.

À l'étranger, Uber multiplie les offres, en proposant entre autres des services de coursier et transport de colis, ou en testant des offres plus diverses, telles que la livraison de repas à partir d'une liste de restaurants et de plats présélectionnés[64].

Tarification[modifier | modifier le code]

Les tarifs sont déterminés par un algorithme, qui prend en compte le type de service utilisé, et augmente avec la demande de transports[65]. Ces pratiques tarifaires ont donné lieu à plusieurs polémiques. Lors de la prise d'otages de Sydney, Uber avait multiplié ses tarifs par 4 en moyenne, pour les personnes désirant quitter la zone de la prise d'otages, avant de faire marche arrière devant les réactions scandalisées[66]. À Paris, lors du réveillon de la Saint-Sylvestre 2014-2015, plusieurs utilisateurs se sont plaints de tarifs multipliés par plus de 10, la société ayant déplafonné ses tarifs[67].

Selon le modèle économique présenté par la société, les 80 % du tarif payé par le client sont redistribués au chauffeur, les 20 % restants revenant à Uber sous forme de commission. Une plainte accusant la société de publicité mensongère a été déposée en décembre 2014 par une utilisatrice américaine, qui considérait qu'en réalité la société en gardait pour elle une part substantielle, et a obtenu qu'Uber produise avant le 23 janvier 2015 des mails sur sa politique tarifaire[68].

Sélection des chauffeurs[modifier | modifier le code]

En France, la société recrute ses chauffeurs sur la base de plusieurs critères : autorisation de facturer pour le segment professionnel, ancienneté du véhicule, contrat d'assurance couvrant le transport de passagers, ancienneté du permis supérieure à 3 ans pour les particuliers[69]... Sur son site, Uber dit « surveille[r] régulièrement les notes attribuées par les utilisateurs »[70].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Incidents à caractère sexuel[modifier | modifier le code]

Plusieurs incidents concernant le comportement de certains chauffeurs en matière de comportement sexuel ont été rapportés : accusation de viol en Inde[71], aux États-Unis[72], agression sexuelle à Melbourne[73], propos sexistes pendant le transport et messages envoyés sur les portables de clientes à Paris[74]. Toutefois, les chauffeurs, n'étant pas salariés d'Uber, sont considérés comme des tierces parties, ce qui dégage sa responsabilité[71].

Application pour smartphone soupçonnée de contenir un spyware[modifier | modifier le code]

Des chercheurs experts en sécurité informatique affirment que l'application pour smartphone pourrait espionner les données des utilisateurs[75],[76],[77]. L’application Uber exige pour fonctionner d’accéder aux données de mail (log), d’autonomie, de GPS, de contacts, de MMS et de SMS (log).

UberPop[modifier | modifier le code]

Manifestation de taxis contre UBER le 25 juin 2015 à la porte Maillot à Paris

Le service UberPop, qui permet à des particuliers de transporter des passagers, a fait l'objet de plusieurs polémiques et de conflits en France, que ce soit au niveau du manque de formation des chauffeurs[78] ou encore de l'absence d'assurance professionnelle des conducteurs[79].

Pendant le mouvement de grève des taxis de , où des affrontements entre VTC et taxis ont lieu[80], la société Uber défend ses voituriers, en publiant notamment des infographies montrant le soin apporté à la sélection des chauffeurs[34]. La société assure notamment que les chauffeurs payent des impôts et ont également besoin de diplômes, arguments souvent utilisés par les taxis contre les VTC[34],[81].

Suite aux nombreux événements survenus entre les taxis Parisiens, et les Uber pop, François Hollande demande leur dissolution[82]. Les dirigeants de UberPop passeront en correctionnel en septembre 2015 pour plusieurs chefs d'accusations, selon le journal Le Monde : « pratique commerciale trompeuse, complicité d'exercice illégal de la profession de taxi et traitement de données informatiques illégal »[83]. Le service est suspendu en France par Uber à partir du 3 juillet 2015[84].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Uber valorisé 40 milliards de dollars », sur journaldunet,‎
  2. « Histoire Uber : Une histoire de mobilité », sur Histoires de web,‎
  3. « Uber : startup qui navigue entre innovation et controverses », sur Monter son business,‎
  4. (en) « Worth It? An App to Get a Cab », sur Digits,‎
  5. (en) « Uber CEO "Super Pumped" About Being Replaced By Founder », sur techcrunch,‎
  6. a et b « Uber, service mobile de chauffeur, lève 32M de dollars et arrive à Paris », sur French Web,‎
  7. « Google investit dans les voitures avec chauffeur en misant sur Uber », sur Challenges,‎
  8. « Uber Filing in Delaware Shows TPG Investment at $3.5 Billion Valuation; Google Ventures Also In », sur AllThingsD,‎
  9. a et b « Uber, champion du VTC, vaut plus de 17 milliards de dollars », sur Le Figaro,‎
  10. « Guerre des taxis : Uber partiellement interdit dans les rues de Bruxelles », sur Le Figaro,‎
  11. « Face aux taxis, Uber opère désormais à perte », sur Lemonde.fr,‎
  12. (en) « Uber taxi service banned in Berlin on safety grounds », sur The Guardian,‎
  13. (en) « Uber Must Stop Car Services in Germany’s Two Biggest Cities », sur Bloomberg,‎
  14. (en) « Uber Executive Suggests Digging Up Dirt On Journalists », sur BuzzFeed,‎
  15. (en) « Uber Won’t Investigate Journalists, Company Says After Exec Suggests It Investigate Journalists », sur techcrunch.com,‎
  16. (en) « Uber CEO Says Exec’s Threats To Journalists “Showed A Lack Of Humanity” But Doesn’t Fire Him », sur techcrunch.com,‎
  17. (en) « Uber cab driver in India arrested after suspected rape », sur Reuters,‎
  18. (en) « Portland, Oregon has sued Uber over last week's illegal launch », sur The verge,‎
  19. (en) « Support Uber Portland », sur Uber.org
  20. « Revers en série pour Uber, interdit en Espagne et poursuivi à Portland », sur Les Echos,‎
  21. « Uber poursuivi en Corée du Sud », sur Le monde,‎
  22. Technos : Uber lève 1,6 milliard de dollars auprès de Goldman Sachs, Boursier, 22 janvier 2015
  23. Richard Etienne, « L’Etat ordonne à Uber de cesser ses activités à Genève », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne)
  24. Uber proposerait 3 milliards de dollars pour s'offrir Nokia Here
  25. Uber Acquires Part Of Bing’s Mapping Assets, Will Absorb Around 100 Microsoft Employees
  26. « Uber, SnapCar, Le Cab : des start-up à l'assaut des taxis », sur Le Monde,‎
  27. a et b « Concurrence, les taxis dépassés? », sur Le JDD,‎
  28. « Über : une alternative aux taxis à Paris », sur BFMTV,‎
  29. « Uber dégaine UberX sa version Low Cost, trop de choix tue le choix ? », sur Economie nouvelle,‎
  30. « Uber lance Uberx : la voiture normale avec chauffeur », sur Tout Paris,‎
  31. « Uber : le géant du VTC adepte de l'optimisation fiscale », sur journaldeleconomie,‎
  32. « Le Conseil d'Etat suspend le délai imposé aux VTC », sur Le Monde,‎
  33. Pascal Samana L’autorité de la concurrence rend un avis favorable aux VTC, 01net.com, 9 janvier 2015
  34. a, b et c Maud Behaghel, « 10 vérités sur UberPop », sur uber.com,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  35. « Avec Uber, les particuliers peuvent désormais jouer au taxi », sur Le Figaro,‎
  36. « Uber passe te prendre », sur Lyon city crunch,‎
  37. Olivier Aballain, « Lille: Agressée par des taxis pour avoir utilisé une voiture Über », sur 20 minutes,‎
  38. « Bordeaux : les VTC Uber débarquent, les taxis n'en veulent pas », sur Sud Ouest,‎
  39. « Un chauffeur en 5 minutes : l'application Uber débarque à Toulouse », sur La Dépêche,‎
  40. « Uber: les particuliers vont pouvoir concurrencer les taxis à Nice », sur Nice Matin,‎
  41. « Uber drague les entreprises françaises », sur Le Figaro,‎
  42. Flore Fauconnier, « Uber lance UberPool à Paris, pour partager ses trajets à plusieurs », sur Le journal du net,‎
  43. Le Monde 22/05/2015 Le Conseil constitutionnel recadre Uber
  44. Décision du conseil constitutionnel du 22 mai 2015
  45. Question renvoyée par la cour de cassation au conseil constitutionnel concerant UberPop
  46. Artcile R3124-11 du code des transports
  47. Next Inpact décret anti uber publié au journal officiel
  48. Décret 2014-1725 du 30 décembre 2014, voir entrée en vigueur au début du texte
  49. Article R3124-12 IV du code des transports
  50. Conseil d'État 3 avril 2015 renvoi devant le conseil constitutionnel de QPC
  51. http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/uber-la-societe-de-vtc-est-immatriculee-dans-un-paradis-fiscal_1493925.html
  52. https://www.uber.com/legal/fra/terms
  53. http://www.atlantico.fr/decryptage/ni-salaries-ni-independants-prix-liberte-selon-uber-julien-boutiron-irene-pereira-2041075.html
  54. « La grande offensive d’Uber : un sondage et une pétition », sur PresseCitron,‎ (consulté le 11 décembre 2014)
  55. « Uber peut continuer de proposer son offre de transport entre particuliers UberPOP », sur lefigaro.fr,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  56. « Le tribunal de commerce de Paris n'interdit pas Uberpop : plusieurs conseils sur le dossier », sur La lettre des juristes d'affaires,‎
  57. « UberPop sera interdit dès le 1er janvier », sur Le Monde,‎
  58. « Uber ne renoncera pas à poursuivre le service UberPop après le 1er janvier », sur 01net,‎
  59. « UberPOP condamné à 100 000 euros d'amende pour pratiques trompeuses », sur Clubic pro,‎
  60. Libération 16/10/2014 Uber condamné à 100 000 euros d'amende
  61. « Réaction à la décision uberPOP », sur uber,‎
  62. « Uber lance Uberpool, un service d'auto partage », sur Les Echos,‎
  63. Pascal Samama, « Thibaud Simphal (Uber France) : "en nous attaquant, on vise l'économie du partage" », sur 01net,‎
  64. UberFresh, UberCargo, UberKittens... Uber continue son " uberisation " de la société, emarketing.fr, 12 janvier 2015
  65. (en)Uber Stumbles in Sydney Standoff The New-York Times, 15 décembre 2014
  66. Prise d'otages : Uber critiqué pour avoir augmenté le prix de ses courses à Sydney, Le Figaro, 15 décembre 2014
  67. Nuit du réveillon: les majorations de tarifs d'Uber ont fait mal En savoir plus sur http://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/nuit-du-reveillon-les-majorations-de-tarifs-d-uber-ont-fait-mal_1636993.html#IPMkaFThFLROi5tB.99], L'Express, 2 janvier 2015
  68. Uber accusé de publicité mensongère : la justice veut voir les mails du directeur général L'Usine digitale, 4 janvier 2015
  69. Pourquoi Uber dérange-t-il autant ?, Le Monde, 21 août 2014
  70. Comment la qualité de mon trajet est-elle surveillée ? FAQ du site français UBER
  71. a et b Viol en Inde : pourquoi Uber ne sera pas inquiété, Les Inrocks, 9 décembre 2014
  72. Uber: nouvelle affaire de viol dans un véhicule de la startup américaine, Le Huffington Post, 18 décembre 2014
  73. Australie: un chauffeur Uber arrêté pour agression sexuelle présumée, rtbf.be, 10 janvier 2015
  74. VTC: des clientes d'Uber harcelées sexuellement par des chauffeurs, BFMTV, 8 janvier 2015
  75. [1]Uber's Android app caught reporting data back without permission
  76. [2]Uber’s data-sucking Android app is dangerously close to malware
  77. [3]App Uber : spyware en puissance ou sage application ?
  78. « Guerre des taxis : cow-boys contre monopole », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 25 juin 2015) : « Mais Uber a franchi un pas supplémentaire avec son application UberPop, lancée en France depuis un an, et qui permet à des particuliers sans formation sérieuse, sans contrôle ni protection sociale, d’utiliser à leur guise leur voiture personnelle pour exercer une activité de taxi d’autant plus attractive qu’elle est pratique et meilleur marché. »
  79. Jean-Baptiste Jacquin, « Premières interpellations en France de chauffeurs du service UberPop », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 25 juin 2015)
  80. « Face à Uber, les taxis estiment que leur « survie est en jeu » », sur Le Monde,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  81. Richard Poirot, « Taxi : «Même quand on travaille, on ne gagne rien» », sur Libération,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  82. « francois hollande demande la dissolution d'uberpop », sur figaro.fr,‎ (consulté le 26 juin 2015)
  83. « Uber France et ses deux dirigeants jugés en correctionnelle en Septembre », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 30 juin 2015)
  84. « Le service UberPop sera fermé le 3 juillet à 20 heures, annonce le dirigeant d'Uber au journal Le monde », sur huffingtonpost.fr,‎ (consulté le 3 juillet 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]