Université du Québec à Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Université de Montréal.
Université du Québec à Montréal
Image illustrative de l'article Université du Québec à Montréal
Devise Prenez position
Informations
Fondation
Type Université publique
Régime linguistique Français
Budget 395 millions $ (2012)[1] et 171 millions $ de dotation (2014)
Localisation
Coordonnées 45° 30′ 50″ Nord 73° 33′ 37″ Ouest / 45.513888888889, -73.560277777778
Ville Montréal, Québec
Pays Drapeau du Canada Canada
Campus Urbain
Direction
Recteur Robert Proulx (en poste depuis le )
Chancelier Réal Raymond (en poste depuis le )
Chiffres clés
Étudiants 43 703 (2014)
Divers
Affiliation Association des bibliothèques de recherche du Canada
Site web www.uqam.ca

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Université du Québec à Montréal

L’Université du Québec à Montréal (UQAM[2]) est un établissement d'enseignement universitaire situé à Montréal, au Canada. Elle est affiliée à l'Université du Québec. En 2015, selon les classements du QS World University Rankings et du Times Higher Education, l'UQAM figure parmi les 100 meilleures universités au monde ayant été créées ces 50 dernières années[3],[4]. Elle s’est vu décerner à neuf reprises au cours des onze dernières années le prix le plus prestigieux de la simulation des Nations Unies à New York (NMUN), soit le «Outstanding Delegation Award»[5].

L'université accueillait à l'automne 2015 quelques 43 314 étudiants dont 3599 étudiants étrangers provenant de 90 pays[6]

L'UQAM gère plus de 714 ententes avec plus de 417 partenaires (Sciences Po Paris, University College London ...), dans 63 pays et dans une centaine de domaines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été créée le par le gouvernement du Québec, à la suite de la fusion de l'École des beaux-arts de Montréal, du collège Sainte-Marie et de trois écoles normales[7].

Au milieu des années 1970, la construction du campus de l'Université du Québec à Montréal se confirme dans le quartier Saint-Jacques. La vieille église Saint-Jacques de Montréal est condamnée et les fidèles sont déplacés vers la chapelle Notre-Dame-de-Lourdes de Montréal. L'architecte de l'université, Dimitri Dimakopoulos, choisit de respecter les plans de John Ostell et de Victor Bourgeau en décidant de greffer la nouvelle construction autour du mur de la nef de l'église donnant sur la rue Sainte-Catherine et en mettant en relief le clocher et son portail. Ces vestiges sont classés monuments historiques par le gouvernement du Québec. Le nouveau campus de l'UQAM est inauguré en septembre 1979.

Activités[modifier | modifier le code]

Campus de l'université

L'Université du Québec à Montréal est située au centre-ville de Montréal : le campus central est près de la station de métro Berri-UQAM (quartier auquel elle donne le nom de Quartier Latin), alors que le Complexe des sciences Pierre-Dansereau est près de la station Place-des-Arts (où la construction d'un nouveau pavillon a débuté en 2004).

L'Université offre de la formation sur son campus montréalais ainsi que dans ses quatre campus en région métropolitaine : Campus de Lanaudière, Campus de Laval, Campus de Longueuil et Campus de l'Ouest-de-l'île.

L’environnement de l'UQAM propose un milieu de vie citadin.

L'aménagement des bâtiments est tel qu'il permet la coexistence d'une piste cyclable et de plusieurs stations de vélo bixi près de tous les pavillons[8]. Une exposition virtuelle[9] permet de découvrir l'université sur trois volets.

Facultés, départements et écoles[modifier | modifier le code]

En 2016, l'UQAM compte sept facultés :

* Faculté des sciences de l'éducation

  • Faculté des sciences humaines

Les facultés sont subdivisées en 40 départements et écoles, parmi lesquels on retrouve[10] :

  • Département de finance
  • Département de management et technologie
  • Département de marketing
  • Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale
  • Département des sciences comptables
  • Département des sciences économiques
  • Département d'études urbaines et touristiques
  • Département d'organisation et ressources humaines
  • Département de communication sociale et publique
  • École de langues
  • École des médias
  • Département de science politique
  • Département des sciences juridiques
  • Institut d'études internationales de Montréal
  • Département de danse
  • Département de musique
  • Département d'études littéraires
  • Département d'histoire de l'art
  • École de design
  • École des arts visuels et médiatiques
  • École supérieure de théâtre
  • Institut du patrimoine
  • Département de chimie
  • Département des sciences de l'activité physique
  • Département de mathématiques
  • Département des sciences biologiques
  • Département des sciences de la Terre et de l'atmosphère
  • Département d'informatique
  • Institut des sciences de l'environnement
  • Département de didactique
  • Département de didactique des langues
  • Département d'éducation et formation spécialisées
  • Département d'éducation et pédagogie
  • Département de géographie
  • Département de linguistique
  • Département de philosophie
  • Département de psychologie
  • Département de sciences des religions
  • Département de sexologie
  • Département de sociologie
  • Département d'histoire
  • École de travail social
  • Institut de recherches et d'études féministes
  • Institut des sciences cognitives

Exemples de centres de recherches associés à l'université[modifier | modifier le code]

Chaire Raoul-Dandurand en études stratégiques et diplomatiques[modifier | modifier le code]

La Chaire Raoul-Dandurand de l'Université du Québec à Montréal (UQAM), est une des chaires en études stratégiques et diplomatiques les plus prestigieuses au Canada. Dirigée par le professeur Charles-Philippe David depuis sa création en 1996, elle a une mission d'analyse, de formation et de diffusion auprès des étudiants, des chercheurs, des médias, des décideurs politiques et économiques ainsi qu'auprès du public. Elle est constituée de quatre observatoires:

Une voiture d'UQÀM.jpg

L’observatoire sur les États-Unis (OSEU) est coprésidé par Ginette Chenard, ex déléguée du Québec à Atlanta et Charles-Philippe David, diplômé de Princeton et professeur titulaire au Département de science politique de l'UQAM. Il est dirigé par Frédérick Gagnon, professeur au Département de science politique de l'UQAM. Cet observatoire analyse, depuis 2002, les débats de société aux États-Unis et la politique étrangère américaine. Il rassemble les experts de la recherche canadienne sur les États-Unis et un réseau international d'américanistes provenant de diverses disciplines.

L’observatoire sur les missions de paix et opérations humanitaires (OMPOH) est présidé par Michel Duval, ancien ambassadeur canadien à l'ONU de 1997 à 2002 et dirigé par Bruno Charbonneau, professeur agrégé au département de science politique de l'Université Laurentienne. L'OMPOH s'intéresse, depuis 2006, à la prévention des conflits, aux missions de paix et aux opérations humanitaires. Suivant une approche multidisciplinaire, ses travaux ont notamment pour objectif de faire le lien entre la recherche et la pratique sur le terrain. Chaque printemps, l'Observatoire organise également 3 écoles d'été sur les missions de paix, opérations humanitaires et la consolidation de la paix.

L’observatoire de géopolitique (OG) est présidé et dirigé par Charles-Philippe David, diplômé de Princeton et professeur titulaire au Département de science politique de l'UQAM. Fruit d'un partenariat entre la Chaire Raoul-Dandurand et le Département de géographie de l'UQAM depuis 2006, cet Observatoire s'intéresse aux enjeux géopolitiques internes et externes des États et des grands ensembles géopolitiques, aux frontières et murs frontaliers, aux migrations, aux questions de cyberguerre, de drones, de robotisation de la guerre.

L’observatoire sur le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord (OMAN) est présidé par Jean-François Lépine, analyste international, ancien présentateur-animateur d'Une heure sur terre sur les ondes de Radio-Canada et dirigé par Sami Aoun, professeur à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke. L'observatoire développe, depuis 2008, ses recherches autour de deux grands axes, soit la violence et la mondialisation. Ses travaux ont pour objectif de nourrir les débats théoriques autour de ces thèmes, tout en produisant des connaissances concrètes sur la région.

La Chaire Raoul-Dandurand et ses observatoires travaillent collectivement sur des thèmes transversaux comme la sécurité, le terrorisme et les conflits armés.

Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie[modifier | modifier le code]

Le Centre de recherche et d’intervention sur le suicide et l’euthanasie (CRISE) est un organisme pluridisciplinaire voué à l’étude des questions relatives au suicide et à l’euthanasie. Il est rattaché à la Faculté des sciences humaines de l’UQAM.

Fondé en 1997, le CRISE est l’initiative de professeurs et d'étudiants au doctorat en psychologie communautaire à l’UQAM désireux de mettre au point une approche écologique et interdisciplinaire des problèmes liés au suicide et à l’euthanasie. Le but visé est de profiter de l’expertise de chercheurs issus d’institutions et d’associations diverses, dont l’Association québécoise de prévention du suicide, pour mieux comprendre la problématique du suicide et de sa prévention. Auparavant, les spécialistes du domaine ne disposaient d’aucune plateforme d’échange et demeuraient isolés[11].

Le CRISE poursuit quatre objectifs ayant comme finalité la diminution du nombre de suicides et des comportements suicidaires. À savoir :

  • développer la recherche sur le suicide et l’euthanasie ;
  • améliorer le transfert et l’application des connaissances sur le sujet ;
  • soutenir le développement de l’expertise en recherche ;
  • accroître le partenariat entre les chercheurs, les milieux de pratique et les gestionnaires pour favoriser l’avancement des connaissances[12].

La direction du CRISE se compose d’un directeur général, d’un directeur adjoint, d’un coordonnateur de recherche, d’un bibliothécaire de recherche, d’un secrétaire et d’un agent de communication. L’ensemble des membres se rencontre quatre fois par semestre pour faire connaître les résultats de recherche, discuter de problèmes variés et planifier des projets. Un comité de direction constitué de professionnels, de chercheurs et d’étudiants assiste le directeur général dans ses fonctions[13].

Le CRISE regroupe une soixantaine de professeurs, chercheurs, étudiants et intervenants provenant d’universités, d’hôpitaux, de centres de recherche, de centres de santé et de services sociaux (CSSS) ainsi que de l’Institut national de santé publique du Québec. De nombreux organismes sont des partenaires du CRISE, notamment l’Association des centres jeunesse du Québec, l’Association québécoise de prévention du suicide, l’Association québécoise de schizophrénie, les centres de prévention du suicide (CPS) et quelques centres locaux de services communautaires (CLSC)[14].

Depuis sa création, le CRISE accueille des stagiaires postdoctoraux grâce à des subventions octroyées par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et par le Fonds de recherche en santé du Québec (FRSQ). Les stages visent à développer des habiletés en recherche de pointe chez des chercheurs spécialisés dans des disciplines différentes : psychiatrie, psychologie, anthropologie, épidémiologie, santé publique, neurosciences et disciplines connexes[15]. Le Centre offre aussi des instituts d’été pour mettre à jour les connaissances et trouver de nouvelles méthodes de recherche[16].

Le CRISE dispose d’un centre de documentation répertoriant plus de 30 000 documents : revues savantes, monographies, actes de congrès, rapports, manuscrits, statistiques, mémoires, thèses, programmes de prévention et ressources audiovisuelles[17].

Le CRISE sera l'hôte du 28e congrès mondial de l'Association internationale pour la prévention du suicide (IASP), qui aura lieu à Montréal du 16 au 20 juin 2015[18].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Le logotype de l'Université du Québec à Montréal a été créé en 1997 par le designer Frédéric Metz, professeur associé au département de Design graphique de l'École de design de l'UQAM.

Lors du dévoilement de l'identité visuelle de l'université, un tollé est soulevé quant à l'utilisation de l'accent grave (À) dans le logotype. En effet, un acronyme (qu'il soit en majuscules ou en minuscules) ne doit pas contenir de caractères accentués[19].

Enfin, les normes graphiques de l'UQAM[20] stipulent clairement que son logotype contient un À mais que son acronyme ne devrait jamais inclure d'accent. Le À est donc uniquement considéré comme un dessin stylisé.

Campus et pavillons[modifier | modifier le code]

UQAM Pavillon Athanase-David

Le campus principal de l'UQAM est composé des pavillons suivants[21]

  • Hubert-Aquin
  • Hubert-Aquin Annexe
  • Saint-Denis
  • Berri
  • Maisonneuve
  • Centre sportif de l'UQAM
  • Athanase-David
  • Du Faubourg
  • Design
  • Mode
  • J.-A.-DeSève
  • Design, Annexe
  • Musique
  • Judith-Jasmin
  • Judith-Jasmin Annexe
  • Danse
  • 1001 de Maisonneuve Est
  • Paul-Gérin-Lajoie
  • Centre Pierre-Péladeau
  • Sciences de la gestion
  • Résidences universitaires
  • Sainte-Catherine Est
  • Hôtel-de-ville
  • Thérèse-Casgrain

Complexe des Sciences (métro Place-des-Arts)

  • Chimie et biochimie
  • Cœur des sciences
  • Bibliothèque des sciences
  • Président-Kennedy
  • Résidences universitaires Saint-Urbain
  • Sciences biologiques
  • Sherbrooke
  • Adrien-Pinard

Et des pavillons situés à proximité :

  • Centre des sciences de Montréal
  • 1001 Sherbrooke Est

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Douze bibliothèques sont au services des étudiants :

  • Audiovidéothèque
  • Bibliothèque centrale
  • Bibliothèque des arts
  • Bibliothèque de musique
  • Bibliothèque des sciences
  • Bibliothèque des sciences de l'éducation
  • Bibliothèque des sciences juridiques
  • Cartothèque
  • Centre des collections spécialisées
  • Didacthèque
  • Livres rares
  • Publications gouvernementales et internationales

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]

Professeurs[modifier | modifier le code]

Équipes sportives[modifier | modifier le code]

L'UQAM possède des équipes (Citadins) dans 9 disciplines sportives :

  • Badminton
  • Basketball féminin
  • Basketball masculin
  • Cheerleading
  • Cross-country
  • Golf
  • Soccer féminin
  • Soccer masculin
  • Volley-ball féminin

L'UQAM permet aussi à plusieurs athlètes d'évoluer, dans plusieurs disciplines, sur les différents circuits d'excellence :

  • Athlétisme
  • Escrime
  • Natation
  • Karate

Réseau Orbicom[modifier | modifier le code]

L'Université du Québec à Montréal est à l'origine de la création, en mai 1994, conjointement avec l'Unesco, du réseau Orbicom, réseau mondial associant des universitaires et des professionnels de la communication et des médias, ayant pour objet de stimuler l'échange d'informations et le développement de projets conjoints, afin d'examiner comment ce domaine en constante évolution peut contribuer à promouvoir la démocratie et un développement durable.Situé au carrefour de l’enseignement, de la recherche et des pratiques professionnelles, il s'est fixé pour mission première de « développer et promouvoir le partage de savoir et d'expertise en communication par l'éducation, la recherche et l'action concrète[22]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. L'institution écrit : « L'acronyme UQAM coiffé de l'accent grave est la signature promotionnelle de l'Université du Québec à Montréal. Il s'agit donc d'un logo et non d'une règle d'écriture. Ainsi, lorsque l'acronyme UQAM est utilisé dans des textes courants, il doit être écrit sans accent. » – Utilisation de l'acronyme et du logo UQAM
  3. « Université du Québec », sur Top Universities,‎ (consulté le 16 mai 2016)
  4. « Université du Québec à Montréal » (consulté le 3 août 2015)
  5. « UQAM | FSPD | Simulation des Nations Unies », sur actualités.uqam.ca (consulté le 5 avril 2016)
  6. « UQAM | À propos de l'UQAM », sur www.uqam.ca (consulté le 24 février 2016)
  7. « UQAM | À propos de l'UQAM | Historique », sur www.uqam.ca (consulté le 12 janvier 2016)
  8. Présentation de l'UQAM - Université du Québec à Montréal
  9. Se laisser raconter l'UQAM - 1960 à 2001
  10. http://www.uqam.ca/facultes/
  11. Historique du CRISE
  12. Mission, objectifs et actions
  13. Fonctionnement du CRISE
  14. Les membres du CRISE
  15. Formation postdoctorale
  16. Instituts d'été
  17. Centre de documentation
  18. « Accueil - 28e congrès mondial de l'Association international de prévention du suicide (IASP) »,‎
  19. Logo UQAM, acronyme et normes graphiques
  20. À propos de l'acronyme UQAM
  21. http://www.uqam.ca/campus/#liste
  22. Voir le site officiel du réseau Orbicom

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]