Landudal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Landudal
Landudal
Mairie de Landudal.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Briec
Intercommunalité Quimper Bretagne occidentale
Maire
Mandat
Raymond Messager
2014-2020
Code postal 29510
Code commune 29107
Démographie
Gentilé Landudalais
Population
municipale
879 hab. (2015 en augmentation de 7,33 % par rapport à 2010)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 47″ nord, 3° 58′ 34″ ouest
Altitude Min. 62 m
Max. 165 m
Superficie 17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Landudal

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Landudal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landudal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landudal
Liens
Site web Site de la commune

Landudal [lɑ̃dydal] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de Landudal

Description[modifier | modifier le code]

Landudal est située à l'est-nord-est de Quimper, ville distante de 12 km et est limitée au sud par l'Odet. Le relief de la commune est assez accidentée (les altitudes varient de 163 m (au nord-est du finage communal, près du lieu-dit Kerguiniez) à 60 m dans la vallée de l'Odet au sud-ouest du territoire communal) en raison de la relative proximité des Montagnes noires, situées plus au nord, et de la traversée de la commune par plusieurs affluents de rive droite de l'Odet, les principaux étant le ruisseau de Trohanet et le ruisseau de Langelin.

L'absence de remembrement a permis à la commune de conserver un bocage dense et verdoyant. L'agriculture est traditionnellement l'activité la plus importante de la commune (polyculture, élevages et vergers). L'habitat est dispersé en de nombreux hameaux. La relative proximité de Quimper explique la création de plusieurs lotissements autour du bourg depuis quelques décennies.

La roche dominante affleurant à Landudal est du leucogranite formé à l'époque carbonifère[1].

La commune fait partie de Quimper Bretagne occidentale depuis janvier 2017.

Localisation[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Landudal
Briec Edern Edern
Briec Landudal Langolen
Briec Ergué-Gabéric, Odet Elliant

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Tref Budgual au XIe siècle, Lantudoal en 1541, Landugdoal en 1547.

Le nom de Landudal provient du mot lann (ermitage en breton) et de saint Tugdual, ou plutôt Tudgual[2], déformé en Tutual, puis Tudual.

Histoire[modifier | modifier le code]

origines[modifier | modifier le code]

Selon le Cartulaire de Landévennec, le roi Gradlon, à la suite de la mort de son fils Rivalen, aurait donné trois "trefs" à l'abbaye de Landévennec, dont "Tref Bug Dual"[3]. Au XVIe siècle, la trève est dénommée "Landugdoal", puis "Landudoal".

Landudal a été une trève de Briec jusqu'à la Révolution française, devint paroisse en 1825 et la commune fut créée en 1901[4].

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Vers 1874, des haches à douille ont été trouvées à Trohanet, signalées par Paul-Armand du Châtellier[5].

Le fragment de cavalier à l'anguipède trouvé à Buzudic témoigne d'une présence gallo-romaine.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La majeure partie de la trève de Landudal dépendait de la seigneurie de La Roche-Helgomarc'h, puis, à partir de 1576, du marquisat de La Roche-Laz.

La famille de Trémarec, seigneur dudit lieu, fut présente aux réformations et montres de l'évêché de Cornouaille de 1426 à 1536. Leur blason était '"D"azur à trois coqs d'argent, becqués et membrés de gueules". Cette famille fut fondue[6] en 1540 dans celle de Kergadalen[7].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le , à Briec et dans les environs, a lieu un épisode de la Révolte du papier timbré, connue aussi sous le nom de "Révolte des Bonnets Rouges" :

« (...) À Briec (...), le tocsin sonna. De plus de vingt villages des environs, 2 000 paysans, armés de fusils, de fourches, de « bâtons ferrés », c'est-à-dire probablement d'épieux et de piques, se rassemblèrent à l'issue de la messe dans le cimetière. Ils furent harangués par Allain Le Moign, dit le « grand Moign », « caporal » de la trève du Gorresquer [Gorrequer] en Briec, c'est-à-dire d'un hameau avec une chapelle dépendant de la paroisse de Briec, et par Germain Balbouez[8], « caporal » de la trève de Landudal (...). Qu'est-ce que ce titre de « caporal » ? Signifie-t-il chef élu, ou est-il l'équivalent de « coq de paroisse » (...), ou est-ce un grade dans les milices organisées (...) ? Menés par Le Moign, Balbouez et Laurent Le Quéau[9], meunier de Quéménéven (...), les paysans entraînant de force leurs prêtres, les recteurs de Briec et d'Edern, marchèrent sur le château de La Boissière[10], où ils croyaient trouver, chez Monsieur de Kéranstret[11], le marquis de la Coste et le sieur de la Garenne-Jouan, qu'on disait porteur de la gabelle. Leur but était de massacrer tous ces nobles. Pour ces paysans, tous les nobles étaient des gabeleurs. Ne trouvant pas ceux qu'ils cherchaient, ils défoncèrent les barriques de vin, s'emparèrent des armes et des munitions et mirent le feu au château[12]. »

Les trois meneurs de cette révolte cités dans ce texte furent exclus de l'amnistie accordée le par Louis XIV[13]. Laurent Le Quéau fut torturé par le feu à trois reprises puis « exécuté de mort » à Quimper le après avoir été jugé par le présidial de Quimper. Lors de son interrogatoire mené par l'avocat du roi Pierre du Disquay, il déclare :

« Le jour du dimanche de la Trinitté, au mois de juin dernier, il estoit en sa maison lorsque le toxin [tocsin] fust sonné dans la paroesse de Quéménéven et Saint-Venec [Saint-Vennec] et Briziac [Briec] au poinct du jour (...) accompagné de Jean Louarné, texier, demeurant chez l'interrogé. Interrogé, répond qu'il portoit un fusil et ledit Louarné qui l'accompagnoit une fourche de fer (...), qu'estant à Saint-Venec, il s'y estoit amassé quantité de personnes, tous armés; avec lesquels il alla au bourg de Briziac (...), qu'ayant appris que le sieur de La Garaine-Jouan [La Garenne-Jouan] estoit porteur de la gabelle, lequel ils croioient estre au manoir de la Boixière [Boissière] chez Monsieur de Keranstret, ils résolurent tous ensemble de s'y en aller à dessin de les exterminer, où estant arrivez au nombre de quatre à cinq centz personnes, ils demandèrent le dict La Garaine. (...) Enragés de ne point le trouver, ils demandèrent du vin. (...). Répond qu'ensuite ils étaient tous esprins de vin, apprès quoy il vit le feu (...) dans la crèche (...), dict que le feu fut aussy mis en la grange dudit manoir de La Boixière, (...) dans l'entrée dudict manoir (...), que l'on cassoit et brisoit tout ce que l'on trouvoit dans leur voye. (...) Dict qu'ils se retirèrent ensuitte tous chacun chez soy (...)[14]. »

Allain Le Moign et plusieurs autres furent aussi arrêtés et le même texte fournit aussi la retranscription de leurs interrogatoires. On ignore s'ils furent exécutés.

Au XVIIIe siècle, la famille de Kerguélen était seigneur de Trémarec. Parmi ses membres connus, Guillaume-Marie de Kerguélen (1701-1750)[15], chef de bataillon des milices garde-côtes ; son fils Yves-Joseph de Kerguélen (1734-1797), le célèbre navigateur ; Charles-Jean de Kerguélen (1767-1843)[16], le fils aîné du navigateur, comte de Kerguélen, fut officier supérieur de cavalerie.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Un vicaire de Landudal, M. Philippe, refusa de prêter serment à la Constitution civile du clergé ; devenu prêtre réfractaire, il se cacha et continua à célébrer des messes clandestinement[3].

Pierre Briand, ancien député à l'Assemblée législative, juge de paix et administrateur du canton de Briec, est assassiné (enfumé dans le tronc d'un arbre creux[17] avant d'être jeté dans l'Odet) par une bande de chouans dirigée par Michel-Armand de Cornouaille le 17 brumaire an VIII () à son domicile de Kerjosse en Landudal[18].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La section de Landudal[modifier | modifier le code]

En 1874, la section de Landudal, peuplée alors de 931 habitants, était représentée par quatre conseillers municipaux au sein du conseil municipal de Briec, composé en tout de 23 conseillers (la section de Briec, peuplée alors de 3 347 habitants était représentée par 14 conseillers municipaux et la section de Landrévarzec, peuplée alors de 1 214 habitants, par cinq conseillers municipaux)[19]. La section de Landudal disposait d'un adjoint spécial (en 1877 c'était Yves Le Grand[20] et en 1878 Pierre Croissant[21]).

Le costume glazik[modifier | modifier le code]

Les habitants ont, au moins depuis 1750 et jusque vers 1950, porté le costume glazik, dit aussi "bordelenn".

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Article détaillé : Pays Glazik#Le costume glazik.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

La forte influence religieuse[modifier | modifier le code]

La forte influence religieuse est illustrée par le succès des quêtes en nature alors pratiquées chaque année :

« Dans la plupart des communes de Cornouaille, les curés ou les vicaires procèdent eux-mêmes à cet impôt extraordinaire et vont de porte en porte, suivis des porteurs de sacs ou de paniers en lesquels s'empilent soit le beurre et les œufs, soit des grains, du blé, de la volaille, du lard, des pommes de terre et même des crins de cheval et des queues de vache faciles à vendre aux bourreliers. (...) C'est ainsi qu'au mois de juin, époque à laquelle a lieu la grande quête pour le séminaire de Quimper, le beurre manque sur les marchés de Quéménéven, Cast, Locronan, Plonévez, Landrévarzic (sic) [Landrévarzec], Briec, Langolin (sic) [Langolen], Caurey (sic) [Coray], Plogonnec, etc. où la quête spéciale se chiffre dans ces dernières paroisses à 2 000 kilogs en moyenne[22]. »

La création de la commune et les tensions politiques et religieuses[modifier | modifier le code]

Une loi du divise en deux la commune de Briec et crée la commune de Landudal[23]. Le premier maire de la commune fut Jacques Le Page, de tendance républicaine. Avant même la naissance de la commune, les relations furent tendues avec le clergé local comme en témoigne une lettre adressée le par l'adjoint au maire de la section de Landudal au Préfet du Finistère, dans laquelle l'adjoint se plaint : « Nous avons donné l'ordre de sonner les cloches en notre honneur comme c'est la coutume dans le pays »[24], mais « le bedeau a fait descendre tout le monde du clocher » ; l'adjoint au maire ajoute plus loin dans la même lettre que le curé sonne le décès des personnes dont il sait les opinions conservatrices, mais il refuse cet honneur aux personnes d'opinion républicaine[25]. En 1902 un procès est intenté devant le tribunal de Quimper par l'abbé Didou, vicaire à Landudal, à l'encontre du maire précité, pour « propos diffamatoires tenus publiquement » ; le , le maire fut condamné à 25 francs d'amende avec sursis et à 50 francs de dommages-intérêts en faveur de la partie civile[26].

Le , Jaffrès, curé de Landudal, fait partie des 31 prêtres du diocèse de Quimper dont les traitements[27] sont retenus par décision du gouvernement Combes « tant qu'ils ne feront pas emploi de la langue française dans leurs instructions et l'enseignement du catéchisme » car ils utilisaient le breton[28].

Les élections municipales de 1904, qui virent 3 candidats libéraux et 9 républicains élus[29], firent l'objet d'un pourvoi qui fut rejeté par le conseil de préfecture[30].

En 1905, le Préfet du Finistère et la Commission départementale donnent un avis favorable à l'agrandissement de l'école des filles de Landudal[31].

La querelle des inventaires[modifier | modifier le code]

En 1906, les inventaires des biens du clergé provoquèrent des tensions à Landudal. L'abbé Lesnevan fit un sermon incendiaire, dont un extrait est retranscrit dans le journal La Lanterne :

« Pour l'honneur de Landudal, on n'a trouvé personne ici pour donner la main aux crocheteurs[32] ; on n'a trouvé qu'un individu qui n'en est pas : M. Louarn, qui donne le mauvais exemple aux enfants. Ah ! Ah ! L'âme de ces pauvres enfants ! Veillez sur elles,mes chers frères et mes chères sœurs. Quand j'entendais les coups portés par les crocheteurs sur la porte de l'église, je songeais à la passion de Notre-Seigneur Jésus-Christ, et je me disais : par ce coup-ci, on lui casse un bras ; par celui-là on lui brise une jambe[33]. »

Le journal ajoute comme commentaire : « On juge de l'effet produit par de telles paroles sur cette population fanatisée ». Des violences s'ensuivirent, racontées par le journal Le Temps, s'inspirant d'articles parus dans Le réveil du Finistère :

« Le 23 novembre dernier [] (...) M. Louarn (...), à peine était-il entré dans l'église, qu'il se vit entouré par un certain nombre de femmes. Elles commencèrent par le taquiner, le traitant de « diable », de « damné », d'« excommunié », lui disant que sa place n'était pas dans l'église. Puis, s'enhardissant, elles le bousculèrent, lui donnèrent des coups de chaise, vidèrent sur lui tout le contenu d'un bénitier et cherchèrent à le pousser dehors. Pour se défendre, il fallut que M. Louarn prît sa chaise et s'en fît une sorte de paravent. (...) Enfin, il réussit à sortir et prit la fuite à travers les champs. Mais bientôt il tomba entre les mains de quatre individus qu'ils l'immobilisèrent pendant qu'une femme le giflait plusieurs fois. M. Louarn a porté plainte contre ses agresseurs. Mais il est lui-même poursuivi devant le tribunal corrctionnel par une femme, qui dans la bagarre reçut quelques égratignures[34]. »

Un autre article paraît dans le même journal quelques semaines plus tard :

« Lors de l'inventaire de l'église de Landudal, le receveur de l'enregistrement ne trouvant pas de témoin, prit l'instituteur M. Louarn. Le dimanche suivant, le recteur, l'abbé Lesnevan, prononça un sermon dans lequel l'instituteur se crut désigné à la vengeance des fidèles. Quoi qu'il en soit, comme l'instituteur se rendait deux jours après à l'église pour assister à une messe basse, il fut l'objet d'une manifestation hostile de la part de femmes qui l'entourèrent et le frappèrent. L'instituteur se défendit à coups de chaise. La justice s'en mêla et les faits furent déférés au tribunal correctionnel de Quimper[35]. »

L'abbé Lesnevan et l'institueur Louarn furent acquittés, mais cinq femmes furent condamnées, dont une à trois jours de prison et trois à deux jours de prison pour voies de fait.

Les premiers faits divers connus[modifier | modifier le code]

En décembre 1907, une jeune couturière de 22 ans vivant au bourg commit un infanticide sur son nouveau-né de sexe féminin, après avoir accouché clandestinement[36].

Le premier accident de bicyclette connu à Landudal survint le et est relaté dans le journal Ouest-Éclair, il s'agit d'un cycliste qui percute un char-à-bancs[37].

Le journal Ouest-Éclair relate en ces termes le premier grave accident de circulation connu survenu à Landudal en novembre 1913 :

« En compagnie de sa femme, sa fille et un domestique, le nommé Alain Lannuzel, propriétaire-cultivateur, demeurant à Coat-Drégat en Edern, revenait en char-à-bancs de Quimper quand, en descendant la côte de Pennaneach, à environ 1 500 mètres du bourg de Landudal, il aperçut, venant dans sa direction, filant à toute allure, un attelage dont le cheval paraissait emballé. Lannuzel dirigea aussitôt sa bête sur l'extrême-droite de la route, laissant ainsi celle-ci entièrement libre. À peine s'était-il garé que le véhicule qui suivait s'est jeté sur le sien, le heurtant avec une extrême violence. Le char-à-bancs, qui avait été accroché par l'arrière, fut renversé ainsi que la bête ; quant aux voyageurs, ils furent projetés sur le sol. M. Lannuzel et sa fille purent avec mille difficultés se dégager, mais il n'en fut pas de même de Mme Lannuzel et du domestique qui, pris sous la voiture, étaient gravement blessés. Le conducteur du véhicule tamponneur, M. Corentin Le Cœur, fut, ainsi que sa femme qui l'accompagnait également projetés sur le sol, sous la violence du choc, mais n'avaient reçu que quelques contusions sans gravité. L'état de M. Lannuzel, de sa femme, de sa fille et de son domestique, est grave[38]. »

La Première guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Selon la liste affichée sur le monument aux morts de la commune, 59 soldats de Landudal sont morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale[39].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Un soldat de Landudal, Laurent Galand, du 128e régiment d'infanterie, trouva la mort dans la catastrophe ferroviaire de Sillé-le-Guillaume, survenue le et provoquée par la collision entre un train militaire français et un train militaire américain (la catastrophe fit en tout 6 morts parmi les soldats français et 15 parmi les militaires américains et de nombreux blessés)[40].

Une mission dirigée par le père Barnabé, un capucin de Lorient, fut prêchée à Landudal en 1922[41].

La Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Selon la liste affichée sur le monument aux morts de la commune, 8 soldats de Landudal sont morts pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[39].

Yves Benoit, né le à Landudal, résistant FFI, qui participait aux combats dans la presqu'île de Crozon, fut tué le à Telgruc-sur-Mer lors d'un bombardement allié effectué par erreur, les aviateurs croyant ce bourg encore occupé par les Allemands[42].

Jean Pérès, Yvon Le Bras, Pierre Hémon, Mathias Collorec, Jean Bodolec, Jean Lennou, Hervé Le Nir, Alain Hémon, François Campion, Jean Mao, Guillaume Pennée, Claude Feunteuil, Jean Le Beus, Pierre Le Floch, Yves Louet, Jean Mévellec, Joseph Briand, André Jaouen, François Barret, Yves Rosparts, Corentin Taledec, Guillaume Cornec, etc. en tout 45 hommes de Landudal, sont cités sur les listes officielles des prisonniers de guerre en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale[43]

L'après-Seconde-guerre-mondiale[modifier | modifier le code]

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Les transformations récentes[modifier | modifier le code]

L'épicerie de Landudal a fermé ses portes à la fin de la décennie 1990, seul subsistant un dépôt de pain. Le conseil municipal a suscité la création d'un commerce de proximité multiservices, dénommé "Landulmarché", ouvert à l'emplacement d'un ancien garage, qui a ouvert le . Une nouvelle mairie a été installée dans les murs de l'ancienne salle municipale et un nouvel atelier municipal a été ouvert dans un ancien poulailler totalement transformé. L'école publique a été rénovée et un gite d'étape créé dans l'ancien presbytère[44].

L'opposition aux barrages écréteurs de crue[modifier | modifier le code]

Le SIVALODET, syndicat mixte chargé de la gestion du bassin versant de l'Odet, à la demande principalement de la ville de Quimper qui souffre d'inondations chroniques dues pour partie aux crues de l'Odet, projette la création de petits barrages écréteurs de crue en amont de Quimper et particulièrement à Langolen, Landudal et Coray, ce qui soulève des protestations de la part d'une partie des habitants et des municipalités concernées[45], et particulièrement à Landudal[46].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population  [ modifier ]
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1631 2381 2741 1451 0921 0531 0141 008890
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
824734674672680701732796872
2015 - - - - - - - -
879--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1901 ? Jacques Le Page    
         
1971 2001 Marcel Corre[49]    
2001 2008 Jean Conan    
2008 en cours Raymond Messager DVD
ex-UMP
Artisan
Conseiller départemental
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune est jumelée avec la ville de Ruthin au Pays de Galles.

Activités culturelles et sportives[modifier | modifier le code]

  • Landudal possède également un club de football (l'A.S. Landudal[50]) et de VTT(Landudal VTT).
  • Le trail de Landudal ("trail Kalonad")[51] est organisé chaque année depuis 2005 à Landudal. Les bénéfices sont reversés chaque année au centre de rééducation de kerpape dans le Morbihan pour l'achat de hand-bikes.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

  • L'église Notre-Dame de Populo[52], devenue l'église paroissiale lors de la création de la paroisse en 1825, a été construite en 1539 selon le vœu des seigneurs de Quélen et du Vieux Chastel : une inscription située au-dessus de la porte sud permet de dater la construction de l'église : « L'an 1548 décéda Jehan, seigneur de Quelen et du Vieux Chastel[53] lors commença François son fils[54] et damoiselle Anne du Quellenec[55] sa compagne à faire parachever cette chapelle ». L'église est de style gothique flamboyant, mais le clocher et la nef actuels sont plus tardifs, le clocher, composé d'une tour à galerie en encorbellement, d'une balustrade saillante et d'une flèche à deux dômes superposés, a été reconstruit au XVIIe siècle et restauré par la suite (la chambre des cloches porte la date de 1847) ; le chœur a été restauré en 1765 ; la chapelle des fonts baptismaux date du XIXe siècle. La voûte du plafond est en forme de berceau lambrissé. L'église possède de nombreuses statues datant des XVe siècle et XVIe siècle dont celles de Notre-Dame-de-Populo[56], de saint Nicolas, saint Alar, saint Hervé, sainte Anne et Marie, saint Roch, etc. et possède aussi une Pietà et un Christ en croix. Le maître-autel, de style baroque date du XVIIe siècle et la chaire à prêcher du XIXe siècle. Les vitraux de l'abside sont modernes et figuratifs, celui de l'Adoration des mages, dû à Pierre Toulhoat, date de 1954. L'église est classée monument historique depuis le [57]. Le pardon de Notre-Dame-de-Populo se déroulait le dernier dimanche de septembre[58].
  • Le manoir de Trémarec, où est né l'amiral de Kerguélen, fut antérieurement propriété successive des familles Trémarec (1426), Kergadalen (1540) et Kerguelen au XVIIe siècle. L'ancienne chapelle Sainte-Yves (construite en 1857), fut édifiée à l'emplacement d'une chapelle bâtie en 1605 par les seigneurs de Tremarec. Elle fut bénite le . Avant la Révolution, on vénérait dans la chapelle antérieure la relique d'un pouce de saint Yves renfermée dans un pouce en argent[60].
Le calvaire situé au nord-ouest du bourg
Le calvaire du placître de la chapelle Saint-Tugdual
  • Le calvaire de la chapelle Saint-Yves (1605), avec saint Yves et une Pietà. Saint Yves est vêtu d'un surplis, avec capuce sur la tête, et par-dessus une barrette. D'une main il tient un rouleau, et de l'autre une escarcelle, ou plus probablement un livre suspendu dans une gaine[61].
  • Le calvaire de l'ancien cimetière situé dans le placître de la chapelle Saint-Tugdual date du XVIe siècle. Il porte à sa base une Pietà ; son fût est à deux étages ; à son sommet se trouve une croix tréflée et un crucifix[62].
  • Un autre calvaire se trouve au nord-ouest du bourg sur la route de Briec ; il date aussi du XVIe siècle et est entouré d'un mur ; son fût est gravé d'une longue épée et il porte un écu (il a probablement été construit par le seigneur de Quélen, en même temps que la chapelle Notre-Dame-de-Populo) ; son croisillon porte des statues de la Vierge et de saint Jean ; sa croix sommitale porte un crucifix. Une inscription à sa base commémore la mission de 1957[62].
  • Les vestiges du manoir et du moulin de Kerolven
  • L'empreinte du pied de saint Éloi près du village de Kermadoret : il s'agit d'une pierre dont un creux laisse penser à la forme d'un pied ; selon la légende, il s'agirait du pied de saint Éloi (saint Alar en fait), près de laquelle se trouve une fontaine et, encore au début du XXe siècle, une statuette nichée dans un arbre qui faisait l'objet du "pèlerinage des trois lundis"[63]. Selon la légende toujours, le saint, voulant traverser l'Odet, en l'absence de pont, aurait pris son élan et traversé d'un saut, laissant miraculeusement l'empreinte de son pied droit dans cette pierre de 1,60 m de longueur et 0,75 m de largeur[64].
  • Un bloc de pierre représentant un fragment de cavalier à l'anguipède (très mutilé, il ne subsiste que le corps du cheval, de l'encolure jusqu'à la croupe) ont été trouvés vers 1977 dans une fontaine-lavoir du hameau de Buzudic[65]. Un fragment de colonne a été mis au jour quelque temps plus tard, vers 1985, ainsi que quelques blocs parallélépipédiques issus probablement du soubassement d'un monument disparu, probablement dédié à Jupiter[66].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Barrière, Joël Rolet et Pierre Thonon, « Le magmatisme, marqueur de l'évolution orogénique, en domaine hercynien ouest-armoricain », dans Comptes rendus des séances de l'Académie des sciences. Série 2, Mécanique-physique, Chimie, Sciences de l'univers, Sciences de la Terre ; session du 28 mars 1983.
  2. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 77, Editions Jean-paul Gisserot, ISBN 2877474828 »
  3. a et b http://www.infobretagne.com/landudal.htm
  4. Journal officiel de la République française. Débats parlementaires. Chambre des députés, 29 juin 1901.
  5. Joseph Déchelette, Manuel d'archéologie préhistorique, celtique et gallo-romaine. II, Archéologie celtique ou protohistorique. Appendices, 1910.
  6. Disparue par mariage de l'héritière, on dit aussi "tomba en quenouille"
  7. Pol Potier de Courcy, Nobiliaire et armorial de Bretagne, 2e  éd., tome 2, V. Forest et E. Grimaud, 1862.
  8. Germain Balbous (Balbouez), né le à Landudal
  9. Laurent Le Quéau, né au moulin de Kerolven (voir http://fr.topic-topos.com/mecanismes-de-moulin-landudal) en Landudal, vivant en 1675 au moulin de Coatsquiriou en Quéménéven
  10. Ce château était situé dans la paroisse d'Edern ; l'actuel château de la Boissière a été construit au XIXe siècle
  11. La famille Penandreff était seigneur de Kéranstret et de la Bouexière (Boissière) en Edern.
  12. Roland Mousnier, « Révolte du papier timbré en Bretagne (1675) », Congrès national des sociétés savantes, Strasbourg, 1970.
  13. https://fr.wikisource.org/wiki/fr:Liste_des_except%C3%A9s_de_l%E2%80%99amnistie_de_1676_en_Bretagne?oldid=cur
  14. Dr A. Corre, « Documents pour servir à l'histoire de la torture judiciaire en Bretagne », "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", tome XXIII, 1896.
  15. Né le ) Quimper, décédé le à Quimper
  16. Né le à Quimper, décédé le à Quimper
  17. Louis-François-Bernard Kerné, "Saint-Joseph, autrefois Bel-Air, maison de repos pour les prêtres âgés et infirmes, à Saint-Pol-de-Léon", 1891, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6112450m/f348.image.r=Landudal.langFR
  18. Daniel Bernard, « Recherches sur la Chouannerie dans le Finistère », dans Annales de Bretagne, 1937.
  19. Rapports et délibérations — Finistère, Conseil général, 1874.
  20. Journal Le Temps no 5916 du 29 juin 1877, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2269535/f3.image.r=Landudal.langFR.
  21. Journal officiel de la République française, n° du 12 mars 1878.
  22. Augustin De Croze, « La Bretagne païenne : le fétichisme et le clergé en Cornouaille », dans La Revue, Paris, 15 octobre 1900.
  23. "Bulletin des lois de la République française", juillet 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k215274j/f1237.image.r=Landudal.langFR.
  24. La tradition voulait que le curé fasse sonner les cloches lors de l'élection de nouveaux élus, mais cette tradition n'avait pas force de loi.
  25. Alain Corbin, "Les Cloches de la Terre", https://books.google.fr/books?id=7cw7AwAAQBAJ&pg=PT141&lpg=PT141&dq=maire+Landudal&source=bl&ots=saErl-t8ew&sig=cIB2z5ZTHgEand_K4aeD5ZVsM0A&hl=fr&sa=X&ei=lIlEVJr7GojUOJ7tgPgE&ved=0CEQQ6AEwBjgo#v=onepage&q=maire%20Landudal&f=false.
  26. "Bulletin du Diocèse de Reims : Revue religieuse historique et littéraire", 1902, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6337373v/f379.image.r=Landudal.langFR.
  27. En vertu du Concordat, les prêtres étaient alors payés par l'État.
  28. Journal La Croix n° 6064 du 18 et 19 janvier 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2199243/f1.image.r=Pouldreuzic.langFR.
  29. Journal Ouest-Éclair no 1717 du 2 mai 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6403262/f3.image.r=Landudal.langFR.
  30. Journal Ouest-Éclair no 1853 du 15 septembre 1904, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6404627/f4.image.r=Landudal.langFR.
  31. Journal Ouest-Éclair no 3076 du 11 août 1905, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6407926/f4.image.r=Landudal.langFR.
  32. Il s'agit des fonctionnaires venus faire l'inventaire.
  33. Journal La Lanterne n° 10824 du 11 décembre 1906.
  34. Journal Le Temps n° 16607 du 10 décembre 1906.
  35. Journal Le Temps n° 16660 du 2 février 1907.
  36. Journal Ouest-Éclair no 3259 du 18 décembre 1907.
  37. Journal Ouest-Éclair no 4646 du 13 octobre 1911.
  38. Journal Ouest-Éclair n° 5446 du 23 novembre 1913.
  39. a et b Memorialgenweb.org — Landudal : monument aux morts.
  40. Journal Ouest-Éclair no 7198 du 19 avril 1919, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k645790t.r=Landudal.langFR.
  41. Jean Rohou, "Fils de ploucs", tome 2, 2007, éditions Ouest-France, [ISBN 978-27373-3908-0]
  42. http://www.arkae.fr/index.php/tresors-darchives/239.
  43. Centre national d'information sur les prisonniers de guerre, " Liste officielle... des prisonniers de guerre français : d'après les renseignements fournis par l'autorité militaire allemande : nom, date et lieu de naissance, unité / Centre national d'information sur les prisonniers de guerre", consultable https://gallica.bnf.fr/searchInPeriodique?spe=Landudal&arkPress=cb34458709m%2Fdate&lang=FR.
  44. http://www.bruded.org/338.html et http://www.bruded.org/374.html.
  45. http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=24239 et http://www.agencebretagnepresse.com/article.php?id=23819.
  46. « http://www.paysan-breton.fr/article/12539/la-vallee-de-l%92odet-aura.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  49. Mory le .
  50. http://aslandudal.footeo.com/
  51. http://www.traildelandudal.org/
  52. On attribue traditionnellement son nom au datif du mot latin populus, ce qui signifierait "construite pour le peuple", l'église Saint-Tugdual étant alors trop petite les jours d'affluence correspondant aux marchés et foires qui se tenaient alors, mais cette hypothèse est douteuse, car il existe ou il a existé en France quatre autres sanctuaires dédiés à Notre-Dame-de-Populo, situés à Vieu, Bourg-en-Bresse, Draguignan et Barjols ; il existe aussi une paroisse Madonna del Popolo à Vérone (Italie) et une église Santa-Maria del Popolo à Rome; le nom proviendrait plutôt du culte en l'honneur de l'Immaculée conception institué par le pape Sixte IV, voir Vierge et démone, et Immaculée Conception. Notre-Dame-de-Populo à Landudal, consultable http://www.lavieb-aile.com/article-jesse-vierge-et-demone-et-immaculee-conception-notre-dame-de-populo-a-landudal-124634825.html
  53. Jean, sire de Quélen (le château de Quélen était situé dans la paroisse du Frêne en Locarn), chevalier, baron du Vieux Chastel, seigneur de Plounévez-Quintin, Troran, Kergasnou, Keraznon, (...) et Quistinic, époux de Jeanne de Troguindy, puis de Marie de Kergoët, partit faire le pèlerinage en Terre Sainte, puis revint à Landudal accompagné d'un Turc ; décédé le , voir « http://www.quelen.fr/UserFiles/File/6_Genealogie_de_la_maison_de_Quelen.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  54. François, sire de Quélen, chevalier, baron de Quélen et du Vieux Chastel, fils de Jean de Quélen et de Jeanne de Troguindy, décédé en 1558, voir « http://www.quelen.fr/UserFiles/File/6_Genealogie_de_la_maison_de_Quelen.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  55. Anne du Quélennec [Quelenec] (le château du Quélennec se trouve à Saint-Thégonnec), dame du Stang et de Coëtanfaou (Coët-an-Fao ou Coetanfao, en Séglien), fille d'Hervé du Quélennec et de Marie de Queriec, voir « http://www.quelen.fr/UserFiles/File/6_Genealogie_de_la_maison_de_Quelen.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  56. http://www.lavieb-aile.com/article-jesse-vierge-et-demone-et-immaculee-conception-notre-dame-de-populo-a-landudal-124634825.html
  57. http://fr.topic-topos.com/eglise-notre-dame-de-populo-landudal et notice d'information apposée à proximité de l'église
  58. Journal Ouest-Éclair no 4613 du 10 septembre 1911, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k643013g/f4.image.r=Landudal.langFR
  59. D'après la notice d'information affichée près de la chapelle Saint-Tugdual
  60. Chanoine Abgrall, Landudal : église, chapelles", "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207657j/f186.image
  61. http://nouvel-elan-landul.skyrock.com/1560980690-Landudal-un-patrimoine-a-entretenir-et-valoriser.html
  62. a et b http://www.croix-finistere.com/commune/landudal/landudal.html
  63. Chanoine Abgrall, Landudal : église, chapelles", "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1901, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k207657j/f191.image
  64. Antoine Favé, "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1895 et H. Gaidoz, Saint-Éloi, revue "Mélusine", 1896-1897, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57904951/f72.image.r=Landudal.langFR
  65. http://fr.topic-topos.com/vestiges-de-cavalier-a-languipede-landudal
  66. Yvan Maligorne et Jean-Yves Éveillard, Colonnes de Jupiter en Bretagne : trois exemples attestés, "Revue archéologique de l'Ouest", 1996, consultable http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rao_0767-709x_1996_num_13_1_1045

Liens externes[modifier | modifier le code]