Kerfeunteun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kerfeunteun
La façade de l'ancien grand séminaire de Kerfeunteun, construit par l'architecte Charles Chaussepied
La façade de l'ancien grand séminaire de Kerfeunteun, construit par l'architecte Charles Chaussepied
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Commune Quimper
Statut Ancienne commune
Code commune 29088
Géographie
Coordonnées 48° 00′ nord, 4° 06′ ouest
Historique
Date de fusion 1960
Commune(s) d’intégration Quimper
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 15.svg
Kerfeunteun

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 15.svg
Kerfeunteun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Kerfeunteun

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Kerfeunteun

Kerfeunteun est une ancienne commune située au Nord de Quimper et qui lui a été annexée au 1er janvier 1960.

Géographie[modifier | modifier le code]

Stibine trouvée à Kerfeunteun (Maison des minéraux de Crozon)

Kerfeunteun est désormais un quartier de Quimper. Le territoire de l'ancienne commune est assez étendu et constitue la majeure partie de la commune actuelle de Quimper avec laquelle elle a toujours vécu en étroite association, étant un lieu de passage obligé pour se rendre vers le Nord, en particulier vers Châteaulin, Landerneau et Brest. Cette route part de l'ancienne porte fortifiée du Nord de Quimper (dite "La Tourbie") et suit une ligne de crête entre deux vallons sur l'interfluve desquels sont établis le bourg et l'église.
Cette partie inférieure de l'ancienne commune est constituée d'une sorte de plateau raviné et incliné vers la vallée de l'Odet où se trouve Quimper. Un vallon sépare le haut de ce plateau d'une ligne de crêtes est-ouest au-delà de laquelle se trouve un autre plateau d'altitude plus élevée (vers 100 mètres) qui reste la partie non urbanisée du nord de l'agglomération quimpéroise. Entre les deux plateaux ont été créés à l'ouest une zone commerciale, dite de Gourvily, et à l'ouest une nouvelle zone d'urbanisation au nord de l'avenue de Ti-Pont.

La partie centrale de l'ancienne paroisse de Cuzon se trouve sur une éminence entre l'Odet à l'Est et son affluent, le Frout, à l'Ouest. La partie Sud de Cuzon englobait une petite plaine établie au confluent de l'Odet et du Jet qui a accueilli la gare de chemin de fer et la zone industrielle et commerciale de l'Hippodrome. Sous cette plaine s'étend un gisement de charbon mentionné par le professeur de paléobotanique, Charles Armand Picquenard.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Kerfeunteun est mentionnée au début du XIIIe siècle : la traduction latine est Villa Fontis, le « village (ou le Domaine) de la Fontaine ». la fontaine ainsi mentionnée existe toujours et il lui a été prêté des propriétés miraculeuses.

Histoire[modifier | modifier le code]

origines[modifier | modifier le code]

Kerfeunteun est une paroisse très ancienne dont l'église paroissiale ne se trouvait qu'à 1 km à peine de la cathédrale de Quimper. Le centre ancien, près de l'église, est souvent dénommé le « bourg » suivant l'habitude bretonne.
Avant 1791, ce qui est appelé aujourd'hui Kerfeunteun était constitué de deux paroisses imbriquées et de superficie presque égale, Kerfeunteun à l'Ouest et Cuzon à l'Est.

Kerfeunteun préhistorique et antique[modifier | modifier le code]

Les nombreuses fouilles du centre archéologique municipal de Quimper ont peu concerné Kerfeunteun et il n'y a guère que deux stèles de l'Âge du fer et un mince mobilier gallo-romain au village de Kermoguer (autrefois en Cuzon) qui aient retenu l'attention des archéologues. On a retrouvé aussi des traces d'établissements gallo-romains du genre villa à Beg ar Menez, ainsi qu'à Kervéguen, tous les deux aussi en Cuzon.
L'axe de route antique Nord-Sud, aujourd'hui, Avenue de France Libre, qui passe au bourg, est prolongé par une route allant vers Châteaulin et Brest, aujourd'hui encore dénommée La Voie romaine et il s'y embranche à la Croix-des-Gardiens une autre voie romaine probable passant par un autre site gallo-romain attesté, Ty Sanquer, et permettant l'accès à Briec-de-l'Odet, Châteauneuf-du-Faou et Carhaix.
Le Chemin de Troheïr qui est l'ancienne route antique de Locronan et de la Baie de Douarnenez traverse le territoire sur quelques kilomètres au Nord-Ouest. De l'autre côté du pont faisant la limite sur le Steïr ont été retrouvés en 2003 les vestiges d'un village gaulois.

Kerfeunteun dans la Vie en latin de saint Corentin[modifier | modifier le code]

Saint Corentin, selon sa Vie y aurait fait un miracle pour permettre au vieil ermite du lieu, saint Primel, d'avoir une eau plus accessible, en faisant jaillir cette nouvelle source près de sa cabane, qui serait devenue l'église dédiée à la Sainte-Trinité.
Dans la même Vie, une scène aux relents archaïques et nimbée de mythologie celtique est placée un 1er mai, jour qui est à la fois celui de la fête de Lug (voir Lugnasad) , dieu irlandais et celui de la dédicace de la cathédrale. Un étranger, qui aurait tué une anguille qui vivait dans le bassin de la fontaine aurait été sauvé de la colère divine par le saint évêque .
L'anguille est, selon Fernand Benoît, un animal divinatoire associé au dieu guérisseur, l'irlandais Lug ou le romain Mercure.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le manoir de Keramaner (ancienne paroisse de Cuzon)
Ancien manoir de la Forêt, détruit vers 1942 (gravure publiée dans Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France, d'après un dessin d'Adrien Dauzats et Auguste Mayer, 1843)

La création des paroisses au haut Moyen Âge est mal connue, d'autant qu'il semble avoir coexisté des paroisses dites gallo-romaines et des paroisses nouvelles fondées par les Bretons venant d'outre-Manche. Pourtant, Quimper (ville close) et Kerfeunteun ont pu appartenir à l'ensemble gallo-romain de Briec-de-l'Odet, si on considère l'origine latine possible de Briec (Brithiac en 1038) et les limites naturelles (Odet et Steïr pour le Sud). La dédicace de Saint Pierre pour l'église de Cuzon amène à penser à une grande ancienneté, tandis qu'un acte concernant la cathédrale Saint-Corentin rédigé en 1227 mentionne « Cuzon dans la paroisse de Kerfeunteun » (Cozon in parrochia Kerfronton), ce qui n'est plus le cas plus tard[1].
Le nom de Cuzon, qui est celui d'un saint breton qui se retrouve à Locuon, en Ploërdut (Morbihan), peut aussi faire voir dans Cuzon, la paroisse-mère de Saint-Corentin et de Kerfeunteun.

Proche d'une ville de pouvoir, Kerfeunteun, ainsi que Cuzon, ont accueilli de nombreux manoirs périurbains dont 18 ont été répertoriés. Beaucoup étaient des demeures nobles entourées de leur exploitation agricole. Parmi eux, ceux de Troheir, Kerpaen, Keramaner[2], Les Salles, Le Parc[3] et Missirien (possédé par la famille du Plessis)[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

François Talec[5] : L'Aumône (1847, huile sur toile, Musée des beaux-arts de Quimper). Cette œuvre montre un intérieur pauvre de Kerfeunteun en 1847

La paroisse de Kerfeuteun, qui comprenait alors 130 feux, élit deux délégués, Eloury et Jean-Baptiste Cariou, pour la représenter à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[6].

L'annexion de l'ancienne paroisse de Cuzon[modifier | modifier le code]

La paroisse de Cœuzon [Cuzon], qui comprenait alors 200 feux, élit deux délégués, De Bois-Jaffray et Yves Le Guennau, pour la représenter à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[6].

En 1791, la paroisse devient commune et elle est augmentée de celle de Cuzon, situé à l'Est et au-delà du ruisseau du Frout. Elle reste, pour sa plus grande partie, une dépendance rurale de Quimper.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La reconstruction de la chapelle de Menfouès[modifier | modifier le code]

La chapelle de Menfouès[7] fut reconstruite en 1801 avec les pierres de la chapelle Saint-Hervé détruite en expiation de l'assassinat le de Mgr Audrein, évêque de Quimper, à proximité de cette chapelle Saint-Hervé).

Jean-Marie Déguignet à Kerfeunteun[modifier | modifier le code]

Jean-Marie Déguignet, mémorialiste paysan non-conformiste, est instruit comme valet de ferme dans la ferme avant-gardiste de Kermahonet et y apprend à lire. Dans le récit de sa vie, il se moque de l'ignorance du maire de Kerfeunteun qui émettait une hypothèse fantaisiste sur le fonctionnement du télégraphe électrique qui venait d'être installé depuis Brest.

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le , Péron, curé de Kerfeunteun, fait partie des 31 prêtres du diocèse de Quimper dont les traitements[8] sont retenus par décision du gouvernement Combes « tant qu'ils ne feront pas emploi de la langue française dans leurs instructions et l'enseignement du catéchisme » car ils utilisaient le breton[9].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Chapelle de Ty Mamm Doué, vitrail représentant des combats de la Première guerre mondiale et, en bas, un pardon à Ty Mamm Doué vers 1920

Le monument aux morts de Kerfeunteun, édifié en 1920 par l'architecte Charles Chaussepied, porte les noms de 130 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale. Les noms de dix autres personnes sont indiqués sur ce même monument sans aucune indication de date et de lieu de décès[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un soldat originaire de Kerfeunteun, François Hénaff[11], soldat du 64e régiment d'infanterie, fit partie des soldats fusillés pour l'exemple le à Sainte-Menehould (Marne), accusé de « rébellion »[12].

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le grand séminaire de Quimper s'installe en 1932 à Kerfeuteun dans un bâtiment construit par l'architecte Charles Chaussepied.

La Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Kerfeunteun porte les noms de 34 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[10].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'urbanisation et l'incorporation au "Grand Quimper"[modifier | modifier le code]

Au XXe siècle, la commune se peuple du trop-plein de Quimper, dont le territoire est exigu et de plus en plus d'équipements liés à la ville doivent y être installés. C'est ce qui conduit à la fusion dans le Grand Quimper en 1960 avec la ville centre, Ergué-Armel et Penhars.
Kerfeunteun entre alors dans une phase d'urbanisation intense avec la construction de milliers de maisons individuelles sur le revers du plateau incliné vers Quimper. Elle accueille le grand stade de Penvillers en 1969, puis la zone commerciale de Gourvily en 1989 qui est la porte Nord de Quimper en bordure de la voie express vers Brest et Lorient.
Le cercle celtique (école et ballet de danse bretonne) Eostiged ar Stangala (Les Rossignols du Stangala), créé en 1947, est l'un des meilleurs de Bretagne, plusieurs fois couronné champion. Le Stangala est la profonde gorge boisée creusée par l'Odet et qui fait limite avec Ergué-Gabéric à l'Est.
L'avenue de la France libre où eut lieu en 1942 la première émission de radio clandestine (dans le grenier de l'ancienne poste au coin de la rue d'Estienne d'Orves) est un axe commerçant nord-sud de plus en plus important entre le centre-ville de Quimper et le rond-point de la Croix des Gardiens qui commande tous les accès Nord.

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

La transformation du centre de Kerfeunteun[modifier | modifier le code]

La rénovation de l'ancien grand séminaire, transformé en environ deux cent quarante appartements et bureaux[13] et le transfert de la mairie annexe dans l'ancien manoir de Missilien[14], totalement transformé, ont remodelé le centre du quartier. La chapelle de l'ancien grand séminaire, désaffectée pour le culte, a été transformée en lieu d'expositions et de concerts. Les 17 000 habitants de 2004 sont devenus environ 20 000 en 2016 du fait de l'extension de l'urbanisation en bordure de la nouvelle rocade Nord-Ouest.

Monuments et sites[modifier | modifier le code]

L'église de la Trinité[modifier | modifier le code]

L'église de la Trinité, construite de 1520 à 1595 en style gothique tardif et agrandie en 1953, est encore jouxtée par le cimetière et la fontaine. On y voit un vitrail de 1550, L'Arbre de Jessé. Le petit clocher de pignon reflète la modestie des ressources d'une paroisse restée longtemps rurale.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La chapelle de Ty Mamm Doué[modifier | modifier le code]

Au Nord-Ouest, près de la route de Plogonnec, se trouve la chapelle de Ty Mamm Doué (Maison de la Mère de Dieu) édifiée vers 1540 en style gothique tardif. Selon la tradition, le jésuite Julien Maunoir y aurait reçu le don de parler breton, langue qui lui était indispensable pour son travail de prêtre. Une des célébrations, liée à la chapelle et toujours pratiquée, est le « pardon muet », une procession silencieuse, en septembre, depuis le bourg de Kerfeunteun[15].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Article détaillé : Chapelle de Ti Mamm Doué.

La chapelle de Menfouest (Menfouès)[modifier | modifier le code]

La chapelle de Menfouest, dédiée à Notre-Dame, est située sur la route allant de Quimper à Pont-Quéau ; elle daterait du milieu du XVIIIe siècle[7]. La chapelle de Menfouès fut reconstruite en 1801 avec les pierres de la chapelle Saint-Hervé détruite en expiation de l'assassinat de l'évêque Audrein près de cette chapelle disparue le (28 brumaire an IX).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Les autres chapelles[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de l'ancien grand séminaire, construite à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle ; devenue la chapelle du grand séminaire de Quimper-Kerfeunteun.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • La chapelle de Kernilis, dédiée à Notre-Dame-du- Mont-Carmel, date du XVIe siècle et a été construite par les seigneurs de Brieux[16]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres monuments et sites[modifier | modifier le code]

  • Le manoir de Trequeffelec et son chêne séculaire[17].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1794 1794 Louis Ollivier    
1794 1801 Dornic    
1801 1806 Augustin Le Quéinnec    
1806 1808 Pierre Le Ster    
1808 1817 Chylarion Keratry    
1817 1831 Jean Corentin Danion[18]   Cultivateur.
1831 1832 Jean Pierre Morvan    
1832 1835 François Le Lay    
1835 1842 Yves Seznec[19]   Cultivateur.
1843 1846 Jean de La Forest    
1846 1848 François Le Lay    
1848 1868 Jean Corentin Danion[20]   Propriétaire cultivateur. Fils de Jean Corentin Danion, maire entre 1817 et 1831.
1870 1874 Jean Cornic[21]    
1874 1880 Clément François Olive[22]   Professeur d'agriculture.
1881 1891 Guillaume Danion[23]    
1891 1899 Ernest De L'Écluse[24]   Propriétaire du manoir de Tréqueffelec
1899 1907 Jean Cornic   Déjà maire entre 1870 et 1874.
1907 1909 Guillaume Danion   Déjà maire entre 1881 et 1891.
1909 1917 Pierre Le Gars    
1917 1919 François Kerbourc'h    
1919 1919 Louis Jaouen    
1919 1926 François Kerbourc'h    
1926 1935 Yves Le Floch    
1935 1944 François Danion[25]   Petit-fils de Guillaume Danion, maire entre 1881 et 1891, ainsi qu'entre 1907 et 1911.
1945 1946 Juste Boulais    
1946 1952 Pierre Patérour    
1952 1959 François Maillet    
mars 1959 décembre 1959 Adolphe Le Hir    
1960 1967 Jacques Guéguen   Maire-adjoint de Kerfeunteun
1967 1975 Jean Lemeunier   Maire-adjoint de Kerfeunteun
1975 1977 Jean Riou   Maire-adjoint de Kerfeunteun
1977 1989 Marc Dorval   Maire-adjoint de Kerfeunteun
1989 2001 Jeannine Pennanéac'h   Maire-adjoint de Kerfeunteun
2001 2008 Jean-Yves Bozec   Maire-adjoint de Kerfeunteun
2008 2014 Georges Kergonna   Maire-adjoint de Kerfeunteun
2014   Christian Le Bihan   Maire-adjoint de Kerfeunteun. Cadre France Télécom

NB : À partir de 1960, il s'agit de maires-adjoints de Kerfeunteun au sein du Grand Quimper créé par l'arrêté préfectoral du .

Personnalités liées à l'ancienne commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Quimper, sous la direction de Jean Kerhervé, Société archéologique du Finistère-Éditions Privat, 1994. (ISBN 2-7089-8312-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Erwan Vallerie, Communes bretonnes et paroisses d'Armorique, Éditions Beltan, 1986, p. 199 et p. 204.
  2. http://www.infobretagne.com/kerfeunteun.htm
  3. Julien Trévédy, Promenade aux manoirs de Troheir, Kerpaen, Les Salles et Le Parc (commune de Kerfeuteun), "Bulletin de la Société archéologique du Finistère", 1888, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f121.image.r=Ploar%C3%A9
  4. http://www.infobretagne.com/kerminihy-plessis.htm
  5. François Talec, peintre quimpérois né à Quimper en 1822 et mort à Paris en 1850
  6. a et b "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  7. a et b http://paroisse.kerfeunteun.free.fr/pat_men.htm
  8. En vertu du Concordat, les prêtres étaient alors payés par l'État
  9. Journal La Croix no 6064 du 18 et 19 janvier 1903, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2199243/f1.image.r=Pouldreuzic.langFR
  10. a et b Memorialgenweb.org - Quimper : monument aux morts de Kerfeunteun
  11. François Hénaff, né en 1886 à Kerfeunteun
  12. http://www.letelegramme.fr/histoire/fusilles-pour-l-exemple-ils-furent-51-en-bretagne-15-11-2014-10426033.php
  13. https://www.ouest-france.fr/grand-seminaire-un-quartier-neuf-kerfeunteun-521361
  14. http://architecte-legoaziou.fr/Mairie-annexe-de-Kerfeunteun
  15. http://fr.topic-topos.com/chapelle-de-ty-mamm-doue-quimper
  16. http://www.armorique.net/patrimoine/pat_cha006.htm
  17. http://queffelecadrak.canalblog.com/archives/2013/10/08/28176527.html
  18. Jean Corentin Danion, né le à Guerlac'h en Kerfeunteun, décédé le à Guerlac'h en Kerfeunteun
  19. Yves Seznec, né le à Kerfeuteun, décédé le à Kerfeunteun
  20. Jean Corentin Danion, né le à Guerlac'h en Kerfeuteun, décédé le à Guerlac'h en Kerfeunteun
  21. Jean Marie Cornic, né le à Kerfeuteun, décédé le à Kerfeuteun
  22. Clément François Olive, né en 1819
  23. Guillaume François Danion, né le à Kerfeunteun, décédé le à Kerfeunteun
  24. Ernest Jean Baptiste Marie de l'Écluse, né en 1836 à Quimper, décédé le au manoir de Trequefellec en Kerfeuteun
  25. François Danion, né le à Kerfeunteun, décédé le à Kerfeuteun
  26. http://www.quimper-tourisme.com/decouvrir-quimper/personnages-celebres.asp
  27. http://www.mairie-quimper.fr/89567949/0/fiche___pagelibre/&RH=ARUN