Château de Tonquédec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Tonquédec
Image illustrative de l’article Château de Tonquédec
Vue aérienne.
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Coëtmen-Penthièvre
Propriétaire actuel Comte de Rougé
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
Site web http://www.tonquedec.com
Coordonnées 48° 40′ 36″ nord, 3° 24′ 42″ ouest[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bretagne
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Tonquédec
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Château de Tonquédec
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Tonquédec

Le château de Tonquédec est situé sur la commune du même nom, en Bretagne.

L'un des plus impressionnants vestiges médiévaux français, les ruines du château fort de Tonquédec, à 8,5 km de Lannion, se situent dans un beau cadre de verdure et dominent la vallée du Léguer.

Le début de la construction du château remonte au XIIe siècle. Le château fort se visite d'avril à octobre, et l'on peut le louer pour des tournages de films, des séances photo et des événements divers. Il fut le décor du film Que la fête commence, avec les acteurs Philippe Noiret et Jean Rochefort. Il est classé monuments historiques par la liste de 1862[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le château vu depuis le bord du lac.

Du haut d'une corniche rocheuse, les ruines du château de Tonquédec, avec leurs onze tours et une enceinte close, dominent la vallée du Léguer. C'est un véritable vestige de la Bretagne féodale.

Le début de la construction remonte au XIIe siècle par la famille de Coëtmen-Penthièvre, puînée des ducs de Bretagne. Il a été démantelé sur ordre du duc Jean IV en l'an 1395 à cause d'un conflit l'opposant aux Penthièvre. En effet, Roland II et Roland III de Coëtmen, vicomtes de Tonquédec, se sont alliés à la rébellion d'Olivier de Clisson.

La reconstruction de l'édifice débute à partir de 1406 par Roland IV de Coëtmen, grâce au duc de Bourgogne Jean Sans Peur. Il est ensuite passé, au gré des successions, chez les sires d'Acigné puis Goyon de La Moussaye, avant d'être classé comme place forte pour l'artillerie en 1577. Durant les Guerres de Religion, les vicomtes de Tonquédec sont issus de la maison de Goyon. Étant huguenote, elle soutient le parti du roi Henri IV contre les troupes de la Ligue dirigée par Philippe-Emmanuel de Lorraine, duc de Mercœur.

Le château, considéré comme dangereux pour le pouvoir royal, est finalement démantelé vers 1626 sur ordre de Richelieu. Par égard au loyalisme des Gouyon de La Moussaye, seigneurs de Tonquédec à l'époque, le château sera démantelé mais pas entièrement rasé[3].

La ruine est acquise en 1636 par René du Quengo, qui prend alors le nom de "Quengo de Tonquédec". Vers 1801, les Du Quengo, très endettés, doivent vendre Tonquédec. Antoine-Denis Périn, propriétaire à Excideuil, l'acquiert pour 60 000 francs. En 1828, il revend ses biens de Tonquédec à "Dame Magdeleine Coulomb, veuve du Quengo de Tonquédec". La veuve de son fils lègue le château au comte de Chambord dans son testament, à charge de "faire à cet édifice monumental toutes les réparations nécessaires, afin de rendre à toujours ce monument durable à perpétuité et inaliénable". Le comte de Chambord, exilé en Autriche, refuse une telle charge, et à de telles conditions, et c'est finalement la nièce de la comtesse du Quengo de Tonquédec qui en hérite et s'empresse de le vendre à un marchand de bien en 1878, celui-ci prévoyant de vendre toutes les pierres à l'unité. Enfin, en 1880, le marquis de Kéroüartz achète le château pour le donner à sa fille et son gendre Pierre de Rougé à l'occasion de leur mariage, la famille de Rougé descendant en ligne directe des seigneurs de Coëtmen, bâtisseurs de l'édifice, et les Rougé ayant ainsi été les derniers barons de Coëtmen avant la Révolution[3].

Depuis lors, le château est resté propriété des comtes de Rougé qui, génération après génération, restaurent peu à peu l'édifice et l'ont entièrement ouvert à la visite[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées prises sur Géoportail.
  2. Notice no PA00089667, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a b et c Aymeric de Rougé et Bertrand de Rougé, Le Château de Tonquédec, Éditions d'Art Jack, (ISBN 978-2-91691849-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :