Jacques Andrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andrieux.
Jacques Andrieux
Naissance
Lorient (Morbihan)
Décès (à 87 ans)
Saint-Georges-de-Didonne (Charente-Maritime)
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau français République française
Royal Air Force Royal Air Force
Drapeau de la France Forces françaises libres
Arme Armée de l'air
Grade French Air Force-général de brigade aérienne.svg Général de brigade aérienne
Années de service 1937-1971
Commandement Groupe de chasse Alsace
12e escadre de chasse
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Distinctions Grand-Croix de la Légion d'Honneur
Compagnon de la Libération
Grand-Croix de l'Ordre national du Mérite
Croix de guerre 1939-1945
Croix de la Valeur militaire

Jacques Andrieux (Lorient, 15 août 1917 - Saint-Georges-de-Didonne, 21 janvier 2005) est un militaire français, Compagnon de la Libération. Aviateur refusant la défaite en 1940, il s'enfuit en Angleterre et combat pendant toute la guerre aux côtés de la Royal Air Force, remportant plusieurs victoires en combat aérien. Après le conflit, il exerce diverses fonctions au profit de l'armée de l'air puis, après sa retraite militaire, occupe des postes de direction et d'administration de sociétés civiles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et engagement[modifier | modifier le code]

Jacques Andrieux naît le 15 août 1917 à Lorient dans le Morbihan d'un père médecin-militaire qui disparaîtra en Allemagne en déportation pour résistance lors de la Seconde Guerre mondiale[1]. Après avoir obtenu son baccalauréat au collège Jésuite de Vannes, il décide de s'engager dans l'armée de l'air en 1937[2].

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, lorsque débute la guerre, il est sous-officier pilote[3]. Après l'armistice du 22 juin 1940, refusant la défaite, il cherche à fuir la Bretagne. Il y parvient le 16 décembre en appareillant à Camaret-sur-Mer à bord d'un langoustier et en débarquant à Penzance en Angleterre[1]. Après avoir été promu sous-lieutenant et suivi l'entraînement des pilotes de la Royal Air Force, il est affecté au no 130 Squadron RAF avec lequel il prend part à la bataille d'Angleterre puis à des opérations dans le ciel européen[2]. Enchaînant les missions de protection de bombardiers, d'attaques de navires et de destruction d'infrastructures ennemies, il s'illustre également en combat aérien en abattant deux Focke-Wulf Fw 190 et un Messerschmitt Bf 109 durant l'année 1943[4]. Cette même année, il est promu lieutenant et muté au no 91 Squadron RAF avec lequel il abat à nouveau un Fw-190 et un Bf-109[3]. Passé capitaine il prend, le 26 août 1944, le commandement du Groupe de chasse Alsace après la mort en combat aérien de son chef, Jacques-Henri Schloesing[2]. Continuant la lutte à la tête de cette unité jusqu'à la fin des hostilités, il se distingue encore en combat aérien, totalisant pendant toute la guerre 6 victoires homologuées et 4 probables[4]. Il a également détruit deux navires et gravement endommagé deux appareils allemands[2]. Il termine la guerre comme instructeur à l'Operationnal Training Unit no 80 avec le grade de Wing Commander[3]. Il totalise alors plus de 1 000 heures de vol[1].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Le conflit terminé, il prend le commandement du Centre d'Instruction de la Chasse sur la Base aérienne 708 Meknès où il forme les jeunes pilotes de chasse français jusqu'en 1950[2]. Il est ensuite commandant en second de la 2e escadre de chasse à Dijon puis de la 4e brigade aérienne en Allemagne[3]. Alors qu'il commande la 12e escadre de chasse à Cambrai, il est promu lieutenant-colonel en 1954 puis il prend la tête du poste de commandement de l'air à Batna et Nementcha de 1956 à 1957 pendant la guerre d'Algérie[2]. De retour en France, il commande la 12e brigade aérienne avant d'être attaché au chef d'état-major de l'armée de l'air[1]. En 1959, il étudie à l'Institut des hautes études de Défense nationale puis en 1961 au Collège de défense de l'OTAN[2]. Nommé général de brigade aérienne en 1966, il est détaché auprès de la commission de défense de l'Assemblée Nationale en tant qu'expert militaire Air[3]. En 1971, Jacques Andrieux est admis en 2e section des officiers généraux[1]. Passé dans le civil, il devient successivement directeur de Garonor, secrétaire général de Vibrachoc, directeur-général de la société Rellmitt Inter et administrateur du journal L'Aurore[1]. Il est également membre du conseil de l'Ordre national du Mérite. Jacques Andrieux meurt le 21 janvier 2005 à Saint-Georges-de-Didonne en Charente-Maritime où il est inhumé[1].

Décorations[modifier | modifier le code]

Grand-Croix de la Légion d'Honneur Compagnon de la Libération Grand-Croix de l'Ordre national du Mérite
Croix de Guerre 1939-1945 Croix de la Valeur militaire Médaille de l'Aéronautique
Chevalier de l'Ordre du Mérite agricole Distinguished Flying Cross
and Bar
(Royaume-Uni)
Silver Star (médaille)
(États-Unis)

Publications[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g « Biographie - Ordre National de la Libération »
  2. a, b, c, d, e, f et g Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, (ISBN 2-356-39033-2)
  3. a, b, c, d et e Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, (ISBN 2-262-01606-2)
  4. a et b PARRA Laurent, « ANDRIEUX Jacques », sur www.cieldegloire.com (consulté le 10 janvier 2018)
  5. « Général Jacques Andrieux (15/08/17-21/01/2005) », sur saintgeorgesdedidonnehier.blogs.sudouest.fr (consulté le 10 janvier 2018)
  6. « Rues Jacques Andrieux », sur Google Maps (consulté le 10 janvier 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Lafont, Aviateurs de la liberté : Mémorial des Forces Aériennes Françaises Libres, SHAA, (ISBN 2-904521-46-1).
  • Vital Ferry, Croix de Lorraine et Croix du Sud 1940-1942 : Aviateurs belges et de la France libre en Afrique, Editions du Gerfaut, (ISBN 2-914-62292-9).
  • Mémorial des Compagnons - 1940-1945 : Compagnons morts en le 18 juin 1940 et le 8 mai 1945, Paris, Imprimerie nationale, .
  • Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2).
  • Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, , 1230 p. (ISBN 2-356-39033-2).
  • « Les Forces Aériennes Françaises Libres. Juin 1940 : naissance des FAFL au Moyen-Orient », Icare (revue), no 128,‎ .
  • Yves Morieult, « Les French Flight des escadrilles françaises au sein de la RAF », Aéro Journal, no 33,‎ .
  • Dominique Breffort, « Les Forces Aériennes Françaises Libres et la reconstitution de l'armée de l'air (1940-1945) », Wing Masters, no HS n°3,‎ .
  • Thierry Le Roy, Les Bretons et l'aéronautique : Des origines à 1939, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 2-868476-56-2).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]