Landrévarzec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Landrévarzec
Landrevarzeg
Landrévarzec
La mairie.
Blason de Landrévarzec Landrevarzeg
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Briec
Intercommunalité Quimper Bretagne occidentale
Maire
Mandat
Hervé Trellu
2014-2020
Code postal 29510
Code commune 29106
Démographie
Gentilé Landrévarzécois
Population
municipale
1 836 hab. (2016 en augmentation de 7,12 % par rapport à 2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 25″ nord, 4° 03′ 33″ ouest
Superficie 20,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Landrévarzec
Landrevarzeg

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Landrévarzec
Landrevarzeg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Landrévarzec
Landrevarzeg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Landrévarzec
Landrevarzeg
Liens
Site web Site de la commune

Landrévarzec [lɑ̃dʁevaʁzɛk] (en breton : Landrevarzeg) est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du Pays Glazik.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Lan Trefharthoc[1],[2], Tref Harthoc aux XIe et XIIe siècles, Landrevarzec en 1426.

Landrévarzec vient du breton lan(n) (ermitage, monastère), de tre(f) (village)[3] et de Harthog[4] ou Harthoc, personnage venu d'outre-mer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Landrévarzec fut à l'origine un prieuré dépendant de l'abbaye de Landévennec.

Quilinen[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Quilinen.

Révolution française[modifier | modifier le code]

La paroisse de Landrévarzec et sa trève de Tréflès, qui comprenaient alors 134 feux, élurent deux délégués, Laurent Kerbouach et Hervé Suignar, pour les représenter à l'assemblée du tiers-état de la sénéchaussée de Quimper au printemps 1789[5].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Une section de la commune de Briec[modifier | modifier le code]

En 1874, la section de Landrévarzec, peuplée alors de 1214 habitants, par 5 conseillers municipaux au sein du conseil municipal de Briec, composé en tout de 23 conseillers (la section de Briec, peuplée alors de 3 347 habitants était représentée par 14 conseillers municipaux et la section de Landudal, peuplée alors de 931 habitants, était représentée par 4 conseillers municipaux)[6].

L'indépendance communale[modifier | modifier le code]

Landrévarzec est détaché de Briec par la loi du [7].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

En réponse à une enquête épiscopale organisée en 1902 par Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon en raison de la politique alors menée par le gouvernement d'Émile Combes contre l'utilisation du breton par les membres du clergé, le recteur de Landrévarzec, l'abbé Souben, écrit : « Les instructions paroissiales se font toujours ici en breton » ; dans un rapport daté de décembre 1902, le préfet du Finistère indique qu'à Landrévarzec « le breton est seul en usage »[8].

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Yann Bothorel, de Landrévarzec, fut assassiné par des résistants pour faits de collaboration avec l'Allemagne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent aux trois fasces de gueules accompagnées, en chef, d'une volute de crosse de sable issant de la première fasce, accostée de quatre mouchetures d'hermine du même, à la bordure d'azur chargée de neuf quintefeuilles du champ.
Commentaires : Armoiries inscrites à l'armorial officiel du Finistère[9],[10].
Le blason est entouré d'une bordure d'azur, couleur du Pays Glazik, décorée de quintefeuilles d'argent. La crosse de sable qui se trouve entre les mouchetures d'hermines rappelle le lien étroit entre l'abbaye de Landévennec et la paroisse de Landrévarzec pendant des siècles à travers le personnage de Saint-Guénolé. Le fond de l'écu d'argent à trois fasces de gueules surmontées en chef de quatre hermines de sable reprennent les armes de la famille Kerguelen Blason famille bzh Kerguelen.svg qui a vécu un temps à Landrévarzec.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? En cours Hervé Trellu DVG Retraité Fonction publique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

  • L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le conseil municipal le 7 novembre 2008.

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Guénolé.

Événements[modifier | modifier le code]

La paroisse de Landrévarzec apparaît pour la première fois en 1248, créée aux dépens de celle de Briec au profit de l'abbaye de Landévennec qui y tient le chef-lieu de sa seigneurie des Salles.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Le village est jumelé avec le village de Charnay, une commune qui se trouve au nord de Lyon, dans le département du Rhône.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1896. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2016, la commune comptait 1 836 habitants[Note 1], en augmentation de 7,12 % par rapport à 2011 (Finistère : +0,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 4531 5581 5271 5431 5131 3651 2421 1821 134
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009
1 0951 0541 0251 0901 2401 3721 4521 5461 612
2014 2016 - - - - - - -
1 8221 836-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans la charte XIII du Cartulaire de Landévennec
  2. Francis Gourvil - Noms de famille bretons d'origine toponymique, page XIII.
  3. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 36, Editions Jean-paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) » (consulté le 20 janvier 2017)
  4. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France, Volume 2, page 1050
  5. "Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages", série 1, tome 5, 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49520z/f514.image.r=Plovan?rk=4206029;2
  6. " Rapports et délibérations - Finistère, Conseil général", 1874, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55647045/f664.image.r=Landudal.langFR
  7. Albert-Sylvain Grenier, "Répertoire des faits politiques, sociaux, économiques et généraux", Berger-Levrault, Paris, 1896, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k65478681/f41.image.r=Guipavas%20.langFR
  8. Fanch Broudic, L'interdiction du breton en 1902, Coop Breizh, (ISBN 2-909924-78-5)
  9. Site sur la commune de Landrévarzec
  10. Site de la commune de Landrévarzec sur le site de la communauté de commune
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :


Erreur de référence : Des balises <ref> existent pour un groupe nommé « Note », mais aucune balise <references group="Note"/> correspondante n’a été trouvée, ou bien il manque une balise fermante </ref>