Rouville (Seine-Maritime)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouville.
Rouville
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Canton de Bolbec
Intercommunalité Caux-Vallée de Seine
Maire
Mandat
Christian Berne
2014-2020
Code postal 76210
Code commune 76543
Démographie
Gentilé Rouvillais
Population
municipale
633 hab. (2014)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 57″ nord, 0° 30′ 00″ est
Altitude Min. 109 m – Max. 143 m
Superficie 9,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Rouville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Rouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rouville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rouville

Rouville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune est formée au début XIXe siècle par la fusion des paroisses de Rouville (« Roevilla », cité en 1142) et de Bielleville-en-Caux.

Un seigneur de Rouville se distingue dans une expédition en mer au début du règne de Charles VI ; Pierre de Rouville devient ensuite conseiller du roi d'Angleterre.

La châtellenie de Rouville obtient en 1762 le titre de comté.

Jusqu'en 1856, Bielleville-en-Caux abrite deux buttes formant une sorte de camp hexagonal où l'on a trouvé du mobilier antique.

Anne de Pardieu, veuve, épouse Pierre Davy de la Pailleterie (décédé en 1575 ou 1576) le 17 janvier 1570[1]. Puis elle se marie en troisièmes noces avec Charles de Thiboutot, seigneur de Lévemont, le 7 janvier 1582. À la mort de ce dernier, elle fait bâtir ou rebâtir le manoir de la Pailleterie. Elle y fait graver en lettres capitales une inscription au fronton de la mansarde : « Dame Anne de Pardieu Qui a fait bâtir ce lieu Par la grâce de Dieu L'an de grâce 1602 »[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 30 avril 2014)
Christian Berne    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 633 habitants, en augmentation de 12,43 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
502 500 572 546 769 733 683 718 721
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
690 735 769 794 776 771 755 730 700
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
660 615 504 494 502 500 474 505 487
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
445 377 358 392 471 508 560 628 633
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le manoir a été construit par Anne de Pardieu en 1602. En briques rouges et calcaire blanc, il est surmonté d'une toiture d'ardoises.
  • Chapelle Notre-Dame de Bielleville.
  • Église Saint-Hermès.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Revue des sociétés savantes de Haute-Normandie, pages 30,42
  2. Châteaux, manoirs, monuments et sites de la région bolbécaise Par Jacques Vauquelin, page 92
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .