Alluyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alluyes
Alluyes
Le château d'Alluyes
Logo monument historique Inscrit MH (1925)[1].
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Intercommunalité Communauté de communes du Bonnevalais
Maire
Mandat
Jean-Marc Petit
2020-2026
Code postal 28800
Code commune 28005
Démographie
Gentilé Avallosiennes, Avallosiens.
Population
municipale
753 hab. (2018 en diminution de 1,83 % par rapport à 2013)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 47″ nord, 1° 21′ 42″ est
Altitude Min. 121 m
Max. 154 m
Superficie 19,58 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Chartres
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Châteaudun
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Alluyes
Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir
Voir sur la carte topographique d'Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Alluyes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Alluyes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Alluyes

Alluyes est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Alluyes, à 130 mètres d'altitude, est une des communes traversées par le Loir qui se jette dans la Sarthe. Sa superficie est de 19,58 km2. Le climat est océanique avec des étés tempérés. Paris se trouve à 101 km[2]. Le parc naturel régional du Perche est distant de 24 km.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la rivière le Loir, affluent de la Sarthe, sous-affluent du fleuve la Loire par la Maine.

Alluyes a bénéficié de 1971 à 1987 d'une station hydrologique sur le Loir : le débit moyen annuel ou module, observé durant cette période de 14 ans, est de 2,07 m3/s, soit 2 070 litres par seconde. La hauteur maximale instantanée, relevée à Alluyes le , est de 2,10 m[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Alluyes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Chartres, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 117 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (91,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (92,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (84,8 %), zones agricoles hétérogènes (3,2 %), prairies (3,1 %), forêts (2,5 %), zones urbanisées (2,4 %), eaux continentales[Note 3] (1,5 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1,4 %), mines, décharges et chantiers (1,1 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté en latin dans l'expression Avallocium (« le pays des pommes (de l'éternelle jeunesse) »)[11], Carnotensis Vicus dans l'Histoire des Francs écrite par Grégoire de Tours (539-594) où l'auteur nous informe que le village est peuplé de Carnutes, peuple celte, puis sous les formes Villa Alogia en 1008[12], Aluia en 1070 dans les archives du prieuré de Vieuvicq, Aluye en 1366.

La forme primitive d'Alluye, Avalloc en gaulois, se retrouve toujours en breton avec une forme proche, Avaleg qui désigne une pommeraie, de Aval (pomme) avec les suffixe -eg qui désigne un « lieu planté de pommiers »[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dolmen du Palet de Gargantua.
Dolmen du Palet de Gargantua.

Des vestiges de monuments préhistoriques attestent de la présence très ancienne des hommes sur le territoire de la commune. Notamment des peulvans et un dolmen à la Garenne des Clopiers[13]. On peut voir également le dolmen dit Palais de Gargantua, près du Loir et le menhir de la Trinité. Quelques polissoirs néolithiques y ont également été trouvés.

Le premier seigneur d'Alluyes[14] dont on a la trace en 978 est suivi par Guillaume 1er Göet.

C'est le comte de Nevers, Hervé IV de Donzy fils d'Hervé III et de Mathilde Gouët, qui organisa la mise en eau des fossés du château au XIIIe siècle, avec le détournement du Loir. Le château fort a été occupé par les Anglais au XIVe siècle et au début du XVe siècle.

Henri IV fit d'Alluyes un marquisat qui appartenait à Georges Babou de La Bourdaisière et à sa sœur Isabeau, deux des enfants de Jean II Babou, aussi oncle et tante maternels de Gabrielle d'Estrées par leur sœur Françoise Babou.

En 1793, le nom de la commune était Alluye.

En 1838, Alluye, capitale d'une des baronnies du Perche-Gouët, était défendu par son château fort dont il ne reste qu'une tour.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
    Gaëtan Lamirault Radical Agriculteur
Conseiller général du canton de Bonneval (1945-1951) et (1961-1982)
mars 1983 mars 1995 Raymond Bouhours PCF  
mars 1995 mars 2001 Armel Malaboeuf    
mars 2001 juillet 2020 Bernard Mercuzot UDI Retraité
juillet 2020 En cours Jean-Marc Petit    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Alluyes est jumelée avec Neuweiler, commune allemande du Bade-Wurtemberg.

Jumelages et partenariats d’Alluyes.Voir et modifier les données sur Wikidata
Jumelages et partenariats d’Alluyes.Voir et modifier les données sur Wikidata
VillePays
DEU Neuweiler COA.svgNeuweilerFlag of Germany.svgAllemagne

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2018, la commune comptait 753 habitants[Note 4], en diminution de 1,83 % par rapport à 2013 (Eure-et-Loir : −0,22 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
599638664547783819775851866
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
869859799778773774772765789
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
774734746760772741704623677
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
703720692548577619677756764
2018 - - - - - - - -
753--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame[modifier | modifier le code]

Logo monument historique Classé MH (1994)[19].

L'église paroissiale, du XIIe siècle[2] offre un Dit des trois morts et des trois vifs, représentation murale montrant trois jeunes gentilshommes interpelés dans un cimetière par trois morts, qui leur rappellent la brièveté de la vie et l'importance du salut de leur âme. Elle a bénéficié du mécénat de Florimond Robertet, trésorier de France, au XVIe siècle. La flèche d'ardoise a été refaite au XIXe siècle[20].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château[modifier | modifier le code]

Logo monument historique Inscrit MH (1925)[1].

Le château[21], qui date du XIIe siècle, conserve une superbe tour maîtresse de la première moitié du XIIIe siècle[22], qui appartient à une fondation, une porterie de la même époque, et une chapelle décorée de peintures gothiques qui est la chapelle Saint-Nicolas. D'autres parties ont été ajoutées aux XVe et XVIe siècles[23].

Vers 1268, le château est la propriété de Charles de France, roi de Sicile. Après une possession par les comtes de Bar, il revient à Louis de Luxembourg puis à Charles V d'Anjou. En 1463, Louis XI a fait un séjour dans ce château. En 1481, il revient à Jacques d'Armagnac, duc de Nemours et de Luxembourg, puis à Florimond Robertet, secrétaire du roi et des finances de Charles VIII, Louis XII et François Ier[24].

À partir de 1591, Henri IV rendait visite à sa maîtresse Gabrielle d'Estrées dans ce lieu.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Château », notice no PA00096954, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b Annuaire des mairies de France
  3. Banque Hydro - MEDDE, « Synthèse de la Banque Hydro - Le Loir à Alluyes (M1021610) » (consulté le 18 janvier 2018).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 26 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Bernard Robreau - 2007 -Histoire du pays dunois - Volume 1 - Page 58 - (id).
  12. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1484, (ISBN 2600028846).
  13. Histoire du Perche-Gouët
  14. « Alluyes », sur Racines & Histoire.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Église paroissiale Notre-Dame », notice no PA00132558, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. Annuaire des Mairies de France - Alluyes
  21. Article de Jean Mesqui publié en 1980 dans le Bulletin de la Société archéologique d'Eure-et-Loir « Alluyes et Bois-Ruffin. Deux donjons du XIIIe siècle » (consulté le 5 novembre 2013).
  22. « France Voyage » (consulté le 5 novembre 2013).
  23. Parties ajoutées - Histoire du Perche-Gouët
  24. Historique Alluyes
  25. (en) Alexandre le bienheureux sur l’Internet Movie Database.