Theillay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Theillay
Theillay
L'église Saint-Sulpice.
Blason de Theillay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Romorantin-Lanthenay
Canton Selles-sur-Cher
Intercommunalité Sologne des Rivières
Maire
Mandat
Gérard Chopin
2014-2020
Code postal 41300
Code commune 41256
Démographie
Population
municipale
1 308 hab. (2015 en augmentation de 2,67 % par rapport à 2010)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 52″ nord, 2° 02′ 28″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 168 m
Superficie 96,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Theillay

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Theillay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Theillay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Theillay

Theillay est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher, en région Centre-Val de Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la Commune de Theillay dans l'arrondissement de Romorantin-Lanthenay (Loir-et-Cher)
Localisation de la Commune de Theillay dans le canton de Selles-sur-Cher (Loir-et-Cher)
Localisation de la Commune de Theillay dans la Communauté de communes de la Sologne des Rivières (Loir-et-Cher)

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située à environ 12 kilomètres au nord du centre de Vierzon. Elle fait partie des 127 communes[1] composant la région naturelle française de Sologne, dont la capitale officielle est Romorantin-Lanthenay.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2014, le nombre total de logements dans la commune était de 789 (dont 94,1% de maisons et 3% d‘appartements).

Parmi ces logements, 79% étaient des résidences principales, 14,5% des résidences secondaires et 6,4% des logements vacants.

La part des ménages propriétaires de leur résidence principale s’élevait à 72,2% contre 23,9% de locataires. La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 3,4% [2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Son nom pourrait provenir d'une déformation du mot tilleul. Cette hypothèse est d'autant plus probable que la place de l'église de ce village est couverte de cet arbre. Une autre hypothèse serait qu'il vienne de teillage, signifiant le broyage du chanvre[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un château-fort y a été construit, détruit depuis. Par la suite, la paroisse dépendait du diocèse de Bourges. L'église Saint-Sulpice date du XIIe siècle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Gérard Chopin DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2015, la commune comptait 1 308 habitants[Note 1], en augmentation de 2,67 % par rapport à 2010 (Loir-et-Cher : +0,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 227 1 066 1 201 1 381 1 374 1 480 1 374 1 483 1 403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 382 1 362 1 477 1 480 1 567 1 720 1 803 1 803 1 870
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 850 1 833 1 832 1 572 1 507 1 440 1 324 1 330 1 221
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 332 1 288 1 198 1 245 1 354 1 293 1 267 1 263 1 313
2015 - - - - - - - -
1 308 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,2 %, 15 à 29 ans = 14,1 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans = 27,8 %, plus de 60 ans = 25,7 %) ;
  • 50 % de femmes (0 à 14 ans = 14,4 %, 15 à 29 ans = 12,2 %, 30 à 44 ans = 17,7 %, 45 à 59 ans = 25,7 %, plus de 60 ans = 30 %).
Pyramide des âges à Theillay en 2007 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,9 
90  ans ou +
1,3 
9,8 
75 à 89 ans
13,8 
15,0 
60 à 74 ans
14,9 
27,8 
45 à 59 ans
25,7 
18,0 
30 à 44 ans
17,7 
14,1 
15 à 29 ans
12,2 
14,2 
0 à 14 ans
14,4 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[9]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Monument aux morts des deux guerres dans le square paysager au centre du village.
  • Le château de Rère, dont les fondations datent du XIVe siècle, appartenant alors et depuis à la famille d'Orléans, reconstruit à partir de 1658 et restauré en 1898[10]. Il s'agit d'un château privé.
  • Le château de la Frégeolière, maison de maître du XVIIe siècle et ses dépendances du XIXe siècle, proposant chambres et table d'hôtes juste en face de l'étang du même nom[11]. Il s'agit d'un château privé ne présentant aucun lien avec la famille de Renaud de la Frégeolière.
  • Gare de Theillay.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr theillay (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Theillay se blasonnent ainsi :

D'azur aux broyes d'argent posées en chevron renversé, à la bordure cousue de gueules chargée d'un trescheur d'or câblé de sable.

Création : Atelier Français d'Edition et de Publicité (1994).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site sologne-nature.org.
  2. Statistiques officielles de l‘INSEE.
  3. Theillay : un peu d'histoire, Le Petit Solognot, 2008, n°44 p 10-11
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. « Évolution et structure de la population à Theillay en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  9. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  10. Bardon G, Le Château de Rère, le Petit Solognot, automne 2011, p26-30
  11. « Chambres et table d'hôtes du château de la Frégeolière » (consulté le 17 mai 2013).


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]