Archiac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Archiac
Archiac
Le centre-ville d'Archiac.
Blason de Archiac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement Jonzac
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Saintonge
Maire
Mandat
Maurice Gonzalez
2020-2026
Code postal 17520
Code commune 17016
Démographie
Gentilé Archiacais
Population
municipale
775 hab. (2020 en augmentation de 1,71 % par rapport à 2014)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 21″ nord, 0° 18′ 02″ ouest
Altitude Min. 48 m
Max. 116 m
Superficie 4,48 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Jonzac
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Archiac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Archiac
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Archiac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Archiac

Archiac est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Archiac se situe dans le Sud du département de la Charente-Maritime, dans l'ancienne province de Saintonge. Appartenant au Midi de la France — on parle plus précisément de « Midi atlantique »[1], elle est partie intégrante du Grand Sud-Ouest français, et est parfois également incluse dans un Grand Ouest aux contours plus flous.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Archiac est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,4 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (89,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (45,2 %), zones agricoles hétérogènes (24,4 %), zones urbanisées (18,6 %), terres arables (11,8 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune d'Archiac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), mouvements de terrains et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[8]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[9].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux d'Archiac.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[10].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 5 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (54,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 416 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 11 sont en en aléa moyen ou fort, soit 3 %, à comparer aux 57 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[11],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[12].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1999 et 2010. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2003, 2005 et 2011 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2010[8].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[13].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté sous la forme Archiaco au XIe siècle[14].

Du nom d'un domaine gallo-romain portant le nom du propriétaire Arricius augmenté du suffixe -acum[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès le règne de Charlemagne, Archiac était le siège d'une viguerie.[réf. nécessaire]

Lors de l'enlèvement d'Emma, femme du seigneur de Cognac, par le seigneur de Barbezieux au XIe siècle, le seigneur d'Archiac leur donne asile ; le château fut attaqué, pris et brûlé[15].

En 1219, le seigneur est Guillaume d'Archiac. Durant la guerre de Cent Ans, le château est pris et repris, puis, devenu repaire de brigands anglo-gascons, repris et démoli.

Archiac appartenait au comté d'Angoulême jusqu'en 1243, puis à nouveau à partir de 1352 (à la demande de Charles d'Espagne)[16].

En mai 1609, la baronnie d'Archiac est érigée en marquisat en faveur d'Henri de Bourdeilles, sénéchal et gouverneur du Périgord, fait chevalier du Saint-Esprit en 1619[17].

Il a été interdit d'exercer aux ministres du culte protestant Jacques Fontaines et Jean Hoummeau, et le temple est démoli en 1673[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 1995 Jacques Dusaud DVD Pharmacien
1995 2008 François Robin DVD puis UMP Docteur vétérinaire, conseiller général
2008 2014 Carole Blanchard    
2014 2020 Didier Braud   Agriculteur
2020 En cours Maurice Gonzalez    

Élections municipales et communautaires[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Archiacais[18].

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[20].

En 2020, la commune comptait 775 habitants[Note 2], en augmentation de 1,71 % par rapport à 2014 (Charente-Maritime : +2,92 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4271 5331 5581 6919259651 0021 0661 124
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1481 2631 2271 1721 1781 1101 097974927
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
855874802728805793779750737
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
813856890868837864823815812
2014 2019 2020 - - - - - -
762782775------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (29 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 39,1 % la même année, alors qu'il est de 34,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 357 hommes pour 420 femmes, soit un taux de 54,05 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (52,15 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,7 
90 ou +
6,6 
11,1 
75-89 ans
15,6 
21,7 
60-74 ans
20,8 
19,2 
45-59 ans
18,0 
16,4 
30-44 ans
12,8 
12,8 
15-29 ans
12,3 
17,0 
0-14 ans
14,0 
Pyramide des âges du département de la Charente-Maritime en 2018 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,5 
9,5 
75-89 ans
12,3 
21,6 
60-74 ans
22,6 
20,2 
45-59 ans
19,8 
16,5 
30-44 ans
15,9 
15,2 
15-29 ans
12,8 
15,9 
0-14 ans
14,1 

Remarques[modifier | modifier le code]

Archiac a cédé Arthenac en 1831[21].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture est une ressource économique importante de la commune, qui est située en Petite Champagne, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[25].

Commerce et artisanat[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Pierre actuelle a été édifiée au XVIIe siècle à partir d'un temple calviniste[26]. Elle a été précédée à l'époque médiévale, par deux églises qui sont mentionnées comme « Saint-Martin au château » et « Saint-Pierre ». Cette première église Saint-Pierre, située dans le quartier du même nom fut saccagée en 1570 pendant la troisième guerre de religion[26]. L'église paroissiale possède un fragment de sculpture datant du Moyen Âge et représentant une tête mitrée qui a été classée monument historique au titre objet le 8 mars 1994[27].
  • Dolmen près de Lavaure.[réf. nécessaire]
  • Tour partiellement restaurée de l'ancien château, au sommet de la colline. Aujourd'hui disparu, le château du IXe siècle, réparé au XIe siècle, fut détruit pendant la Révolution. Il comportait les chapelles Notre-Dame et Saint-Martin.[réf. nécessaire]
  • La Maison de la vigne et des saveurs[28]
  • Le château Bernier avec son parc à l'anglaise, en face de la mairie, est une villa bourgeoise privée construite en 1914, non loin de l'emplacement de l'ancien château[29].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Archiac est le lieu de naissance du cardinal Simon d'Archiac (XIVe siècle).

Archiac dans la littérature[modifier | modifier le code]

« L’Evesque de Xaintes a fait un trait de bon Pasteur : quatre gueux ayant contrefaict les aveugles allerent prescher leur guerison par une source nouvellement trouvee à Sainte Lurine prés Archiac : le miracle print si bien feu que des paroisses de six lieues environ on y porta en deux mois prés de deux mille charretés de pierres, l’Evesque alla sur le lieu et ayant faict enqueste, contraignit chacun de remporter sa pierre. »[30].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
De gueules aux deux pals de vair, au chef d’or[31].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Papy, Le midi atlantique, atlas et géographie de la France moderne, Flammarion, Paris, 1984
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. a et b « Les risques près de chez moi - commune d'Archiac », sur Géorisques (consulté le )
  9. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  10. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  11. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  12. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune d'Archiac », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  13. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  14. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, , 708 p. (ISBN 978-2-600-02883-7, lire en ligne)
  15. a et b Histoire de Cognac, Jarnac et Segonzac, abbé Cousin, 1882, réédition 2007, (ISBN 2-84618-496-8)
  16. Jean Combes (dir.) et Michel Luc (dir.), La Charente de la Préhistoire à nos jours (ouvrage collectif), St-Jean-d'Y, Imprimerie Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », , 429 p. (ISBN 2-903504-21-0, BNF 34901024, présentation en ligne), p. 130
  17. Père Anselme, Histoire de la maison royale... (1733), IX-142
  18. Les gentilés de Charente-Maritime
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  23. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune d'Archiac (17016) », (consulté le ).
  24. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente-Maritime (17) », (consulté le ).
  25. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Liste des communes par circonscriptions », (consulté le )
  26. a et b « Archiac, église Saint-Pierre », sur eglises-en-charente-maritime.fr (consulté le )
  27. « Tête sculptée », notice no PM17000628, base Palissy, ministère français de la Culture
  28. Site de la maison de la vigne et des saveurs
  29. Site municipal
  30. Miracles de La Rochelle, de Saincte Leurine, du sainct homme de Billouet, et de la Mer Rouge, t. II, édition Garnier, coll. « Les Aventures du baron de Fæneste », , p. 185
  31. Gaso.fr