Château de Gizeux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Château de Gizeux
Image illustrative de l’article Château de Gizeux
Période ou style Médiéval et Renaissance
Type Château de la Loire
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Du Bellay (Famille)
Destination initiale Château
Propriétaire actuel Famille de Laffon
Protection Logo monument historique Classé MH (1945)
Coordonnées 47° 23′ 26″ nord, 0° 12′ 22″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Blason duche fr Anjou (moderne).svg Anjou
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Commune Gizeux

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Gizeux

Le château de Gizeux est un château datant du Moyen Âge et remanié au cours des siècles, notamment à la Renaissance et au XVIIIe siècle. Situé sur la commune de Gizeux, au sein du Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine, aux confins de l'ancienne province d'Anjou, il fait partie des châteaux de la Loire.

Ses façades se déploient sur 250 mètres de long, faisant de lui le plus long château de la Touraine angevine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le château de Gizeux se situe à une quinzaine de kilomètres au nord de Bourgueil et à 25 kilomètres de Saumur.

Il est intégré dans le parc naturel régional de Loire-Anjou-Touraine, région verdoyante et boisée. Le domaine est à mi-distance d'Angers et de Tours.

Le château faisait partie de l'ancienne province d'Anjou et se situe aujourd'hui dans la Touraine angevine. Il a été construit à l'emplacement d'un ancien château fort du XIVe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château de Gizeux dépendait de la seigneurie de Montsoreau[1], et passa sous l'administration de la sénéchaussée de Saumur (ancienne province d'Anjou) en 1544 après la signature de l'édit de Saint-Germain-en-Laye.

La sénéchaussée de Saumur en Anjou au XVIIIe siècle.

La seigneurie de Gizeux[2] appartenait à la maison de Doué[3] au moins depuis André (II) — qui le tenait peut-être de sa femme — dans la deuxième moitié du XIIe siècle, fils d'André (Ier), lui-même fils cadet de Geoffroi Ier de Doué et d'Eustache(i)e de Chemillé ; Mathieu II de La Jaille (branche loudunoise) sire de Montreuil et Chahaignes, fut aux alentours de 1200 seigneur de Gizeux par son mariage sans postérité avec Agnès de Doué fille d'André II. La succession de Gizeux fut assurée aux XIIIe et XIVe siècles par le frère d'Agnès, André (III), père de Guillaume, père d'André (IV), père d'Hugues dont la fille Aliénor de Doué le transmit à son mari Hugues VI du Bellay[4], épousé en 1328, sire du Bellay et de Villequier.

La famille du poète Joachim du Bellay posséda donc Gizeux de 1315 à 1660, dans sa branche aînée des sires du Bellay, barons de Thouarcé, princes d'Yvetot à partir de 1589. Vers 1450, la seigneurie fut unie à celle d'Avrillé. À la mort sans postérité survivante de Martin III du Bellay d'Yvetot en 1637, la succession passe à son petit-neveu Antoine-Saladin d'Anglure d'Etoges (1603-1675), fils de Charles-Saladin et de Marie Babou de la Bourdaisière de Sagonne, elle-même fille de Georges Babou et de Marie-Madeleine du Bellay (sœur de Martin III).

Antoine-Saladin d'Anglure doit céder Gizeux et Avrillé à Henri-Emmanuel Hurault marquis de Vibraye, puis à Anne de Frézeau de La Frézelière, † 1705, veuve de René de Rouxellé de Saché, et à leur fils Henri-Anne-René de Rouxellé de Saché, qui vend à René de Grandhomme en 1723. René est suivi par son fils René-Simon de Grandhomme en 1758, père de Marie-Anne-Renée de Grandhomme qui marie en 1747 Louis-Paul de Brancas (1718-1802), dernier fils du maréchal. Sans postérité survivante, Marie-Anne-Renée lègue Gizeux à sa filleule Julie-Constantin de La Lorie à l'occasion de son mariage en 1786 avec Louis-Gabriel de Contades, petit-fils du maréchal de Contades. Le château devint alors propriété de plusieurs "marquis de Gizeux" de la famille de Contades.

En 1789, lors de la Révolution française, le "marquis" Louis Gabriel de Contades (1759-1825), opposant aux révolutionnaires, doit fuir le sol de France et trouve refuge en 1794 à Saint-Domingue. Il ne reviendra à Gizeux qu'en 1801.

En 1790, cette partie de l'Anjou s'étirant de Bourgueil au sud jusqu'à Château-la-Vallière au nord et englobant Gizeux, est rattachée au département d'Indre-et-Loire.

Resté après la Révolution la propriété de la famille de Contades-Gizeux, le château de Gizeux s'est transmis par mariage au XXe siècle à la famille de Laffon.

Outre la visite, 5 chambres d'hôtes et 1 gîte permettent d'y séjourner.

Description[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du château de Gizeux

Les bâtiments conservent des parties édifiées à des périodes différentes. Ainsi le style médiéval côtoie celui de l'architecture Renaissance.

Le château possède deux grandes galeries de peintures qui en font l'originalité : la galerie François Ier décorée par des peintres italiens au début du XVIIe siècle et la grande galerie des châteaux décorée par une école de peinture à la fin du XVIIe siècle ; elle comprend des panneaux représentant des châteaux royaux et des scènes champêtres sur plus de 400 m2.

Le parc fut réalisé en 1829.

Près du château, s'élève l'église qui renferme les splendides tombeaux des Du Bellay. De rarissimes orants du XVIIe siècle furent réalisés en marbre blanc par Ghislain dit de Cambrai, directeur de l'Académie royale de sculpture de Paris.

Le château fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Château - POP », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le 5 avril 2019)
  2. « Gizeux - Avrillé, p. 96-97 », sur Dictionnaire géographique, historique et biographique d'Indre-et-Loire et de Touraine, par Jacques-Xavier Carré de Busserolle, t Ier, chez Rouillé-Ladevèze à Tours, 1878
  3. « André de Doué », sur GeneanetPierfit
  4. « Du Bellay, p. 3 à 6 », sur Racines & Histoire
  5. Notice no PA00097766, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]