Nohant-en-Graçay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nohant-en-Graçay
Clocher tors de l'église Saint-Martin de Nohant-en-Graçay
Clocher tors de l'église Saint-Martin de Nohant-en-Graçay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Cher
Arrondissement Vierzon
Canton Vierzon-2
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées vertes du Cher Ouest
Maire
Mandat
Serge Perrochon
2014-2020
Code postal 18310
Code commune 18167
Démographie
Population
municipale
301 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 08′ 15″ nord, 1° 53′ 41″ est
Altitude Min. 112 m
Max. 167 m
Superficie 23,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nohant-en-Graçay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nohant-en-Graçay

Nohant-en-Graçay est une commune française située dans le département du Cher en région Centre-Val de Loire. Le territoire communal possède les sources de la rivière Fouzon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Nohant-en-Graçay est situé au sud-ouest de Vierzon, sur la route départementale 68 entre Graçay et Reuilly, à trois kilomètres de l'autoroute A20, sans y avoir accès directement. La commune se trouve dans l'aire géographique et dans la zone de production du lait, de fabrication et d'affinage du fromage Valençay[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Genouilly Dampierre-en-Graçay Rose des vents
Graçay N Massay
O    Nohant-en-Graçay    E
S
Luçay-le-Libre Saint-Pierre-de-Jards

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 27 septembre 2014)
Serge Perrochon[2] DVD Agriculteur
Vice-président de la Communauté de communes des Vallées vertes du Cher Ouest

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 301 habitants, en diminution de -6,23 % par rapport à 2009 (Cher : -0,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
746 496 454 655 485 753 773 783 846
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
863 822 783 763 775 776 726 722 721
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
710 680 679 555 570 545 537 520 489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2012 2014
427 398 370 318 296 306 312 298 301
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin est une église romane datant du XIIe siècle, mais elle a été fortement remaniée. Au XIVe siècle on ajouta des voûtes d'ogive au chœur. En 1889 la nef fut reconstruite. Comme la collégiale de Saint-Outrille, située à cinq kilomètres, elle possède un clocher tors recouvert de bardeaux de châtaignier ; il tourne de gauche à droite de 1/16e de tour. À l'intérieur jolis chapiteaux historiés, et un lavabo liturgique du XIIe siècle. L'église est classée monument historique en 1921[8].
  • Maison de Zulma Carraud. Elle est située juste à côté de l'église, entourée d'un parc arboré.
  • Double lavoir datant de 1853, restauré récemment.
  • Château du Chesne. Château du XVIIIe siècle situé près du hameau de Lenay à 3 km du bourg.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Zulma Carraud, amie de Balzac, a vécu à Nohant-en-Graçay, de 1848 à 1882 dans la maison de son frère Silas Tourangin qui fut maire de 1848 à 1850. Son mari le commandant Carraud y mourut le 13 février 1864. Zulma quitta Nohant en 1882 et mourut à Paris le 24 avril 1889 à l'âge de 93 ans. Ses obsèques eurent lieu à Nohant où elle repose dans le carré familial en haut et à gauche du cimetière.
  • Gaston Carraud (1864-1920), son petit-fils, compositeur, premier Grand Prix de Rome (1890), qui repose à ses côtés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site de l'Institut national de l'origine et de la qualité : Valençay, consulté le 15 août 2014.
  2. Liste des maires du Cher et appartenance des communes aux cantons sur le site de la préfecture (consulté le 27 septembre 2014).
  3. Site des villes et villages fleuris, consulté le 23 décembre 2016.
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « Église Saint-Martin », notice no PA00096858, base Mérimée, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]