Philippe de Montaut-Bénac de Navailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montaut, Bénac et Navailles (homonymie).

Officier général francais 7 etoiles.svg Philippe de Montaut-Bénac
Duc de Navailles
Philippe de Montaut-Bénac de Navailles
Philippe de Montaut-Bénac, duc de Navailles.
Portrait anonyme, Paris, BnF, département des estampes, XVIIe siècle.

Surnom Maréchal de Navailles
Naissance 1619
Décès (à 65 ans)
Paris
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Arme infanterie
Dignité d'État Maréchal de France
Années de service 1635-1678
Commandement • gouverneur de Bapaume (1650)
• troupes du roi en Italie (1658)
• gouverneur du Havre (1660)
• gouverneur de La Rochelle et du pays d'Aunis (1666)
• troupes d'Alsace, de Lorraine, du Pays messin, de Bourgogne et de Champagne (1673)
• armée du Roussillon (1676)
Conflits guerre de Trente Ans
guerre de Dix Ans (Franche-Comté)
guerre franco-espagnole
Fronde
guerre de Dévolution
guerre de Candie
guerre de Hollande
Faits d'armes Franche-Comté (1674)
Bataille de Seneffe (1674)
Distinctions duc et pair
• chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit
Autres fonctions capitaine-lieutenant des chevau-légers de la garde
• gouverneur du duc de Chartres
Famille Susanne de Baudéan

Philippe II de Montaut-Bénac, vicomte puis duc de Navailles, né en 1619 et mort le , est un maréchal de France. Il est pair de France, chevalier des Ordres du roi, deuxième duc puis vicomte de Lavedan[1], duc-pair de Montaut (duché-pairie sis à Lavalette), marquis de Bénac, gouverneur-sénéchal de Bigorre etc.

Biographie[modifier | modifier le code]

Philippe II est le fils de Philippe Ier de Montaut[2] (1579-1654), baron puis marquis de Bénac, seigneur/baron de Navailles, premier duc de Lavedan, pair de France[3], et de Judith de Gontaut, dame de Saint-Geniès et de Badefol[4]. L'enfant est élevé dans les principes de la religion réformée[5].

Il devient à quatorze ans page du cardinal de Richelieu. À la demande de ce dernier, il abjure dix-huit mois plus tard, contrairement à son frère aîné Cyrus qui reste fidèle au protestantisme. Il obtient en 1635 l'enseigne colonelle du régiment Cardinal-Duc, qui devient l'année suivante régiment de La Marine[6]. Il est en 1638 au siège de Saint-Omer et au combat de Polincove, en 1639 au siège d'Hesdin, et en 1640 au siège d'Arras. Le cardinal lui envoie alors une commission de capitaine. Mais il quitte le régiment de La Marine pour devenir en 1641[5] colonel du régiment d'infanterie de Navailles, mis sur pied 40 ans plus tôt par son oncle, Bernard de Montaut[7]. Il conduit son unité en Piémont, dans l'armée d'Italie que commande le comte d'Harcourt[8]. Il participe à la plupart des sièges[5]. Il se distingue à celui de Tortone, en novembre 1642[9]. En 1643, il sert notamment au siège de la citadelle d'Asti[10].

Richelieu étant mort, il s'attache au cardinal Mazarin[11]. Le , il obtient du cardinal le régiment d'infanterie d'Artois, qu'il va conserver jusqu'en 1652[12]. Il sert au siège de Roses (mai 1645)[13]. En septembre, il est envoyé en Flandre. Il sert au siège de Lens (septembre-octobre)[14].

En 1646, Il est nommé sergent de bataille[15]. Au printemps, il retourne en Italie. Il sert au siège d'Orbetello[16] (mai à juillet). La même année, il est maréchal de camp sous le duc de Modène qui vient de se rattacher à la France[17]. En 1648, il est gravement blessé au siège de Crémone[18].

Durant la Fronde (1648-1653), il reste fidèle au cardinal Mazarin[11]. En 1650, Louis XIV le fait lieutenant général. Il participe à la bataille de Rethel (15 décembre), où il contribue à la défaite de Turenne[12]. En remerciement, le roi lui donne le gouvernement de Bapaume[19]. En 1651, Navailles conduit Mazarin de la frontière de Flandre à Poitiers, où se trouve le roi[12]. En 1652, il combat les frondeurs dans l'Orléanais et l'Anjou[19].

En 1653, il obtient la charge de capitaine-lieutenant des chevau-légers de la garde[20]. Il devient duc de Navailles à la mort de son père, en 1654.

En 1658, en qualité de capitaine général, il commande les troupes du roi en Italie sous le duc de Modène[4]. Il a en même temps le titre d'ambassadeur extraordinaire vers les princes d'Italie. Après la mort du duc de Modène (14 octobre), il commande en chef jusqu'à la paix, le [19].

Le , il est nommé gouverneur du Havre. En décembre, il fait transférer sur sa terre de La Valette, en Angoumois[21], les titre et dignité de duché-pairie, sous le nom de duché-pairie de Montaut[4]. Il est reçu chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit le [4].

Il connaît une première disgrâce en 1664, du fait de son épouse, et doit s'exiler sur ses terres[22].

En 1666, il obtient le commandement de La Rochelle et du pays d'Aunis[23]. Il est envoyé au secours de Candie (juin-août 1669), mais n'y obtient aucun succès. Il est, à son retour, exilé une nouvelle fois dans ses terres, et pour trois ans[19].

Il rentre en grâce en 1673. Il reçoit le commandement des troupes d'Alsace, de Lorraine, du Pays messin, de Bourgogne et de Champagne[24]. En 1674, il prend une part active et glorieuse à la deuxième conquête de la Franche-Comté. Son armée est regroupée le long du court tracé de la Saône (vers Pontailler-sur-Saône et Heuilley-sur-Saône) qui matérialise la frontière entre la Comté et la France. En février, il fait pénétrer son armée en Comté par un pont de bateaux installé au gué du Port-Saint-Pierre (Heuilley-sur-Saône) et par le pont de Pontailler. Puis il remonte vers le nord, pour prendre, le 28 du même mois, la ville de Gray, position très importante[19] puis à la prise de Vesoul le 11 mars. Il contribue ensuite à la prise de Besançon en mai, et à la conquête totale de la province, achevée en juillet. Le 11 août, il commande l'aile gauche à Seneffe[19]. Il est créé maréchal de France le .

Il obtient le commandement de l'armée du Roussillon en 1676[25], en remplacement du comte de Schomberg. Il y arrive fin janvier[26]. Il franchit la frontière, entre dans l'Empordan et prend Figueres. Le , il prend Puigcerdà[27]. Après le traité de Nimègue, il quitte le service[28].

Il est nommé en août 1683 gouverneur du duc de Chartres, le futur régent. Il meurt à Paris, frappé d'apoplexie, le [28].

Famille[modifier | modifier le code]

Il épouse le Suzanne de Beaudéan-Parabère (1627-), fille de Charles, comte de Neuillan[28], gouverneur de Niort. Celle-ci, fille d'honneur d'Anne d'Autriche, gagne la confiance du cardinal Mazarin. En 1660, elle est nommée dame d'honneur de la reine Marie-Thérèse[19]. Cette charge fait d'elle la surveillante des filles d'honneur. Elle la perd en juin 1664, par un zèle qui contrarie les écarts amoureux de Louis XIV, et par une calomnie[29],[30]. Son mari est alors contraint de se démettre de son gouvernement du Havre et de sa compagnie de chevau-légers de la garde, et de renoncer à ses pensions. Deux ans plus tard, en mourant, Anne d'Autriche obtient du roi le pardon du duc et de la duchesse[31].

Le couple a sept enfants :

Mémoires[modifier | modifier le code]

Le duc de Navailles laisse des Mémoires couvrant les années 1630 à 1682[37]. Il emploie une partie du livre quatrième à justifier son départ de Candie[19].

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg
Blason Philippe de Montault-Benac (v 1619-1684).svg
Armes de Philippe de Montault-Benac (1619-1684), vicomte de Navailles, puis duc de Lavedan et pair de France, puis duc de Montault et pair de France, seigneur du duché de La Valette, maréchal de France, chevalier du Saint-Esprit (reçu le 31 décembre 1661)

Ecartelé : au I, contre-écartelé d'or et de gueules (Gontaut-Biron) ; au II, de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (de Navarre) ; au III, d'or aux trois pals de gueules (de Foix) ; au IV, d'or aux deux vaches de gueules, accornées, colletées et clarinées d'azur, passant l'une sur l'autre (de Béarn) ; sur le tout, écartelé, aux 1 et 4 partis, a, d'azur à deux mortiers de guerre d'argent, posés en pals, l'un sur l'autre (Montault), b, de gueules, à quatre otelles d'argent, posées en sautoir (Comminges), 2 et 3, d'azur aux deux lièvres d'or courant l'un sur l'autre (Bénac)[38].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En mai/décembre 1650, le jeune Louis XIV érige la vicomté de Lavedan et la baronnie de Baussens en duché-pairie de Lavedan (non enregistré) pour Philippe Ier de Montaut marquis de Bénac, baron de Navailles en Béarn, sénéchal et gouverneur de Bigorre, qui tenait Lavedan de sa femme Judith de Gontaut de St-Geniès et Badefol, fille d'Hélie de Gontaut et Jacqueline de Béthune sœur du grand Sully, et petite-fille paternelle de Jeanne de Foix-Navarre. Confirmation en septembre 1654 pour notre Philippe II de Montaut, mais avec transfert du duché-pairie, sous le nom de Montaut, à Lavalette en décembre 1660, Lavedan retrouvant alors son statut de vicomté.
  2. À distinguer des seigneurs de Montaut en Astarac ; et des barons de Montaut en Armagnac (baronnie du Fezensac aux confins de la Lomagne), qui eurent aussi Augnax, Nougaroulet, Tourrenquet, Bajonette, Castelnau (avec le château de Quinsac), Gramont..., encore qu'il semble y avoir une origine commune par les de Noé (Noé et L'Isle-de-Noé ; blason losangé d'or et de gueules) dont descendraient les Montaut (losangé d'argent et d'azur), et dont sont issus les seigneurs toulousains de Montaut (d'azur à deux mortiers de guerre d'argent allumés de gueules posés en pal) et de Noé. Le maréchal-duc de Navailles représente la branche bigourdane et béarnaise de la famille toulousaine de Montaut, qui d'ailleurs conserva les seigneuries de Montaut et Noé au sud de Toulouse et Muret, et eut également Sarriac-Bigorre, Saint-Sivié(s)/Saint-Sivier et Broilh(s), la vicomté de Saumont-en-Brulhois ; il y avait aussi une branche ariégeoise (d'or au pin de sinople arraché, accosté de deux vautours/faucons de sable sur un monceau du même), fieffée à Brassac, Labat à Saint-Paul, Puydaniel, Hauterive, Miremont.
  3. Duc de Navailles, Mémoires, dans Mémoires du marquis de Chouppes suivis des Mémoires du duc de Navailles et de La Valette, sur gallica.bnf.fr, Paris, Techener, 1861, liv. I, p. 2, note 1.
  4. a, b, c et d De La Chenaye-Desbois et Badier, Dictionnaire de la noblesse, Paris, Schlesinger, 1869, t. XIV, col. 83.
  5. a, b et c Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Paris, Desplaces, 1843-1865, t. XXX, p. 247.
  6. Ce régiment appartient au cardinal de Richelieu, en tant que chef et surintendant de la navigation et du commerce. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 3.
  7. Bernard II de Montaut, seigneur de Puntous, tué le au premier siège de La Mothe. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 6, note 2.
  8. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 7.
  9. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 12.
  10. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 15.
  11. a et b Saint-Simon, Mémoires, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », Gallimard, 1953, t. I, p. 707.
  12. a, b et c Général Susane, « Régiments d'Artois », sur ancestramil.fr.
  13. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 18.
  14. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 20.
  15. Grade alors au-dessus de mestre de camp. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 21.
  16. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 22-27.
  17. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 30.
  18. Duc de Navailles, op. cit. , liv. I, p. 45.
  19. a, b, c, d, e, f, g et h Michaud, op. cit., t. XXX, p. 248.
  20. « Compagnie des chevaux légers de la garde », sur cour-versailles.fr.
  21. Il avait acheté cette terre au duc d'Épernon. Duc de Navailles, op. cit. , liv. V, p. 196, note 2.
  22. Saint-Simon, op. cit., t. I, p. 709.
  23. Duc de Navailles, op. cit. , liv. III, p. 138.
  24. Duc de Navailles, op. cit. , liv. IV, p. 173.
  25. Dr Hoefer (dir.), Nouvelle biographie générale, Copenhague, Rosenkilde et Bagger, 1968, t. XXXVII, col. 536.
  26. Duc de Navailles, op. cit. , liv. V, p. 197.
  27. Duc de Navailles, op. cit. , liv. V, p. 212.
  28. a, b, c, d, e et f De La Chenaye-Desbois et Badier, op. cit., t. XIV, col. 84.
  29. Michaud, op. cit., t. XXX, p. 248 et 249.
  30. Duc de Navailles, op. cit. , liv. III, p. 135.
  31. Saint-Simon, op. cit., t. I, p. 708 et 709.
  32. Gonzague Truc, dans Saint-Simon, op. cit., t. I, p. 1197, notes 56 et 57.
  33. Il a levé le un nouveau régiment de Navailles, à l'origine du 70e régiment d'infanterie de ligne. « Création du régiment de Navailles », sur ancestramil.fr.
  34. Gonzague Truc, op. cit., t. I, p. 1197, notes 52 et 53.
  35. Gonzague Truc, op. cit., t. I, p. 1197, note 54.
  36. De La Chenaye-Desbois et Badier, op. cit., t. XIV, col. 85.
  37. Mémoires du duc de Navailles et de La Valette ; Amsterdam, Malherbe ; Paris, Barbin ; 1701. Réédité en 1861, op. cit.
  38. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud Vendryes, Les Amaurandes, Pratz et Lamartine in Société d'Emulation du Jura, Travaux 2010 pp. 173-203 (évoque le duc de Navailles à l'occasion de la conquête de la Franche-Comté en 1674).

Lien externe[modifier | modifier le code]