Épône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Épône
Mairie.
Mairie.
Blason de Épône
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Mantes-la-Jolie
Canton Limay
Intercommunalité Grand Paris Seine et Oise
Maire
Mandat
Guy Muller
2014-2020
Code postal 78680
Code commune 78217
Démographie
Population
municipale
6 474 hab. (2014)
Densité 507 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 57′ 23″ nord, 1° 48′ 58″ est
Altitude Min. 17 m – Max. 142 m
Superficie 12,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Épône

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Épône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Épône

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Épône

Épône est une commune française située dans le département des Yvelines et de la région Île-de-France. Elle est située le long de la Seine sur sa rive gauche à 45 km à l'ouest de Paris. Épône forme avec Mézières-sur-Seine une agglomération d'environ 10 000 habitants, l'unité urbaine d'Épône. La commune fait partie depuis le 1er janvier 2016 de la Communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise. Ses habitants sont appelés les Épônois.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Spedona en 980[1] et en 1075[2], Speonna villa[Quand ?][3], Spedona ad Maldram[Quand ?], Spedotenum[Quand ?], Espona[Quand ?][4], Espone au XIIIe siècle[1].

Le nom d'«Épône » est issu d'un pré-latin *spedona, de sens obscur[5] et n'aurait, selon Daniel Bricon[6] qui cite l'hypothèse parmi les « serpents de mer » d'Épône, pas de rapport avec Épona, déesse gauloise des chevaux et protectrice des cavaliers. En effet, les formes anciennes du toponyme de type Spedona ne ressemble en rien au nom d'Épona, théonyme basé sur le gaulois epos « cheval ». De manière phonétique, Spedona a régulièrement abouti à Épône par un phénomène d'épenthèse dans le groupe [s] + consonne en gallo-roman, ici le [p], et par lénition de la consonne intervocalique [d].

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le nord-ouest du département des Yvelines, au confluent de la Mauldre et de la Seine, la commune d'Épône se trouve dans le Mantois, à environ 10 kilomètres à l'est de Mantes-la-Jolie et 36 kilomètres au nord-ouest de Versailles.

Les communes limitrophes sont Gargenville au nord (rive droite de la Seine), à l'est Aubergenville, Nézel et La Falaise, au sud-est Maule, au sud-ouest Jumeauville et Goussonville et à l'ouest Mézières-sur-Seine.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

carte montrant les contours de la commune d'Épône (en beige clair) et des communes environnantes (en ocre clair).
Communes limitrophes.

Son territoire, relativement étendu, couvre 1 300 hectares (plus que la moyenne des Yvelines de 872 hectares). Il se compose de trois parties :

  • au sud, la zone des plateaux limoneux, de 130 à 140 mètres d'altitude, consacrée essentiellement à la culture de céréales et protéagineux ; on y trouve le hameau de Vélannes ;
  • au nord, la basse vallée alluviale, de 20 à 25 mètres d'altitude, correspond au lit majeur de la Seine et pour partie à celui de la Mauldre ; la zone est consacrée à l'agriculture, en partie irriguée (notamment des cultures maraîchères) mais accueille aussi des entrepôts, des petites entreprises et des commerces) ainsi que les grandes voies de communication ; on y trouve des zones d'habitat autour de la gare et dans le quartier d'Élisabethville.
  • entre les deux, à flanc de coteau, autour de l'église du Xe siècle, se trouve la zone d'habitat ancien du vieux bourg qui étend désormais ses lotissements pavillonnaires en direction du hameau de Vélannes.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Carte des chasses du roi Louis XIV (1764-1774)

Le sous-sol d'Épône, comme en Île-de-France, est un empilement de couches sédimentaires de l'ère tertiaire, quasi horizontales (il existe un léger pendage en direction du nord), couches entaillées par les vallées de la Seine et de la Mauldre.

De haut en bas les couches affleurant[7] à Épône, sur les pentes où s'est installé le bourg, sont :

  • le limon des plateaux (50 cm à 1 m au sud de Vélannes) formé de dépôts éoliens du quaternaire. Ce limon constitue de riches sols pour l'agriculture ; on y a trouvé fréquemment des silex taillés de l'époque néolithique,
  • le calcaire de Champigny du Bartonien supérieur (10 à 12 mètres d'épaisseur à Vélannes),
  • le calcaire de Saint-Ouen du Bartonien inférieur surmontant une couche de sable (environ 40 millions d'années),
  • le calcaire grossier du Lutétien (environ 80 millions d'années), avec à sa base le « banc vert » de marnes imperméables ; ce calcaire était exploité comme pierre de taille dans une carrière du Val d'Aulnay à 3 km au sud d'Épône,
  • une couche de sable (Yprésien supérieur),
  • une couche d'argile (Yprésien inférieur) à la côte 100 mètres environ, marquée par la présence de sources anciennes[8],
  • la craie blanche à silex du Santonien et du Campanien (70 à 80 millions d'années), qui constitue l'assise géologique du secteur.

Le plateau d'Épône se trouve sur l'axe anticlinal de la Seine, orienté nord-ouest - sud-est, et fait suite aux hauteurs couronnées plus à l'est par les forêts des Alluets et de Marly.

Les vallées sont couvertes d'alluvions récentes, quaternaires, qui ont formé des sols agricoles profonds. Ces alluvions ont été exploitées pour l'exploitation de sables et graviers, notamment lors de la construction de l'autoroute).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Mauldre à son embouchure dans la Seine, face à l'île de Rangiport.

Le territoire d'Épône longe la rive gauche (ou sud) de la Seine sur un kilomètre environ. Il s'agit en fait d'un bras, le cours du fleuve étant à cet endroit divisé par l'île de Rangiport, rattachée administrativement à la commune de Gargenville. Il est traversé par le cours sinueux de la Mauldre sur environ quatre kilomètres.

La Seine ne joue pas actuellement, contrairement à certaines périodes du passé, de rôle direct dans la vie de la commune, sinon dans son approvisionnement en eau potable (par des réinjections dans la nappe phréatique). La nappe aquifère des alluvions est incluse dans les champs captants de l'usine d'eau potable d'Aubergenville (exploitée par la société Lyonnaise des eaux). Plusieurs forages se trouvent dans le nord du territoire épônois qui se trouve de ce fait assujetti à un périmètre de protection[9].

La commune est concernée par les risques d'inondations liés aux crues de la Seine et de la Mauldre. Notamment la zone industrielle et le quartier de la gare se trouvent classés en zone inondable[10] dans le cadre du PPRI (Plan de prévention des risques d'inondation) des Yvelines.

Des sources situées à environ 100 mètres d'altitude ont longtemps assuré l'alimentation du bourg en eau potable.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat à Épône est un climat tempéré de type océanique dégradé[11] caractéristique de celui de l'Île-de-France. Les températures moyennes s'échelonnent entre 2 à 5 °C en hiver (janvier) et 14 à 25 °C en été (juillet). La pluviométrie moyenne, relativement basse, s'établit à environ 600 mm par an. Les mois les plus pluvieux vont d'octobre à janvier.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'autoroute de Normandie à Épône.
Pont de Rangiport sur la Seine.

Sur le plan routier, la commune est desservie par la départementale no 113, anciennement connue sous le nom de « route de Quarante Sous ». Il s'agit d'un tronçon déclassé de la route nationale 13 Paris-Caen-Cherbourg qui traverse le nord de la commune dans le sens est-ouest. Cette route a été déviée et évite le centre des deux localités d'Épône et de Mézières-sur-Seine. Elle est doublée par l'autoroute de Normandie (A13, tronçon ouvert en 1966) accessible par un échangeur (no 10) situé près de la gare. Une aire de repos se trouve dans la commune (dans chaque sens de circulation).

Dans le sens nord-sud, la route départementale 191 (ex-route nationale 191), qui rejoint Rambouillet vers le sud, débouche sur la RD 113 de la vallée de la Mauldre au lieu-dit « le poteau d'Épône ». Vers le nord, la route départementale D 130 rejoint Gargenville sur l'autre rive de la Seine, franchissant le fleuve par les ponts de Rangiport, reconstruits après guerre, au droit de l'île du même nom. Cette route se prolonge vers le sud, traversant le centre de Mézières-sur-Seine, rejoignant le sud de la commune vers le hameau Canada.

Deux projets[12] de nouvelles liaisons routières pourraient concerner la commune dans un avenir indéterminé et occuper une partie des terres agricoles de la vallée, ce qui soulève localement l'opposition des agriculteurs et d'une partie de l'opinion[13]. Il s'agit :

  • d'une part de la liaison dite F13, devant relier l'autoroute A13 à l'autoroute projetée (C13) entre les pôles de Cergy-Pontoise et Mantes-la-Jolie, qui devrait traverser la Seine entre Gargenville et Épône et se greffer sur l'autoroute par un nouvel échangeur,
  • d'autre part de la « voie nouvelle de la vallée de la Mauldre » destinée à relier l'autoroute de Normandie à la nationale 12 au sud.

Ces projets, mis en avant par le Conseil général des Yvelines, sont contestés par le conseil régional d'Île-de-France à majorité PS-Verts.

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

TGV Le Havre-Lyon passant à Épône
TGV Le Havre-Lyon passant à Épône.

Sur le plan ferroviaire, la commune est traversée d'est en ouest par la ligne Paris-Saint-Lazare - Rouen via Poissy et Mantes-la-Jolie. Une bifurcation en triangle, équipée d'un saut-de-mouton, est greffée à quelques centaines de mètres à l'est de la gare et permet une liaison directe avec Paris-Montparnasse via Versailles-Chantiers par la ligne de la vallée de la Mauldre. Il s'agit dans les deux cas de lignes électrifiées à double voie, toutefois entre Épône et Mantes-la-Ville une troisième voie banalisée a été posée il y a quelques années pour fluidifier le trafic qui mélange trains rapides de grandes lignes et trains plus lents de banlieue ou de marchandises.

La commune est desservie par la gare d'Épône - Mézières, partagée avec la commune voisine (la limite intercommunale passant au niveau de la passerelle qui enjambe les voies). Cette gare n'assure plus qu'un service de voyageurs de banlieue.

Un projet à long terme de « liaison rapide Normandie-Val de Seine[14] » prévoit la création d'une ligne nouvelle entre Épône et Achères qui se débrancherait à l'est de la gare d'Épône -Mézières pour s'inscrire au sud de la ligne actuelle dans le couloir de l'autoroute A13[15].

Oléoduc[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'est en ouest par un oléoduc de la Trapil le long de la route de La Falaise et de l'autoroute A 13. Il s'agit de canalisations de 20" (50 cm de diamètre) appartenant au réseau LHP (Le Havre-Paris)[16] et assurant le transport d’hydrocarbures liquides (supercarburant, gazole, fioul domestique, kérosène, produits semi-finis).

Voies pédestres[modifier | modifier le code]

Un sentier de grande randonnée, le GR 26, dont le tracé relie Paris à Deauville, traverse la commune dans sa partie sud, dans le bois de l'Étibot. Deux « diverticules » balisés relient ce sentier à la gare d'Épône-Mézières[17].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les services ferroviaires sont assurés par le Transilien de la SNCF à l'aide de trains à deux niveaux. Des services directs permettent de rejoindre deux gares de Paris (Saint-Lazare et Montparnasse) et vers l'ouest Mantes-la-Jolie et Vernon. Depuis le service d'hiver 2008-2009, sur les deux lignes vers Paris Saint-Lazare et Paris-Montparnasse, un cadencement des horaires a été mis en place, améliorant nettement la fréquence aux heures creuses. Auparavant la fréquence aux heures de pointe était de trois trains par heure vers Saint-Lazare et d'un train par heure vers Montparnasse, les temps de parcours étant respectivement de 50 et 65 minutes.

Rame automotrice électrique Z 8800 en gare d'Épône-Mézières.

Plusieurs services de bus urbains assurent en semaine le rabattement des usagers du train depuis les quartiers d'Épône (Vélannes, château) et les communes voisines (Mézières, Goussonville, Boinville, Jumeauville, Issou, Gargenville). Ce rabattement se fait cependant principalement par les voitures particulières, les bus assurant moins de 20 % du trafic selon une enquête réalisée début 2009[18]. Des parcs de stationnement ont dû être aménagés autour de la gare, notamment dans l'ancienne cour des marchandises, et sont largement saturés.

Le quartier d'Élisabethville est desservi par une ligne de bus (ligne 42[19]) assurant le rabattement sur la gare d'Aubergenville - Élisabethville.

Des services de bus interurbains intéressent aussi la commune :

  • la ligne Maule - Meulan (ligne 18[20], arrêt au « Poteau d'Épône »),
  • les lignes 9, 10, 18, 42, 511 et 512 de la société de transport Transdev Ecquevilly.
  • les lignes 501 et SMTS de la société de transport Transdev Houdan.

Une ligne de bus directe vers La Défense, empruntant l'autoroute A14, est envisagée, à l'instar de celle déjà en service au départ de Mantes-la-Jolie[18]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 20 % 261,35
Espace urbain non construit 7 % 88,29
Espace rural 74 % 983,51

Le territoire de la commune est essentiellement rural (74 %)[21], l'espace urbain construit représentant 20 % du total, soit 261 hectares, dont 56 affectés aux zones d'activités.

L'espace habité se répartit en trois groupes principaux, entre le bourg ancien, le hameau de Vélannes et le quartier d'Élisabethville dans la plaine alluviale. L'urbanisation s'est un peu développée vers l'est de la commune, en lisière du hameau de la Villeneuve (Mézières) et un petit hameau d'une dizaine d'habitations s'est formé au lieu-dit « Canada » dans la partie sud.

Rue du Pavé.

Épône comprend une partie (1500 habitants sur 4000 environ) de la « cité-jardin » d'Élisabethville. Fondée dans les années 1920 et nommée ainsi en l'honneur de la reine des Belges de l'époque, cette cité pavillonnaire, qui s'étend surtout sur la commune voisine d'Aubergenville, vivait par sa plage des bords de Seine, son casino, et son golf 18 trous, qui attiraient les Parisiens en quête d'évasion durant les années folles. Elle a conservé l'une des premières églises en béton armé, construite en 1928 par l'architecte Paul Tournon, et consacrée à sainte Thérèse de L'Enfant-Jésus.

Logements[modifier | modifier le code]

L'habitat est très majoritairement composé de maisons individuelles (environ 75 %[22]), mais compte environ 600 logements en immeubles collectifs, situés dans le centre du village. Ce sont en majorité des logements sociaux construits dans les années 1960 pour loger les employés de l'usine Renault de Flins toute proche. Un nouveau programme de 90 logements collectifs, baptisé « Épône-Village », va être construit dans le centre du village en 2007, premier programme de ce genre depuis longtemps.

La commune compte environ 16 % de logements sociaux[23] au sens de la loi SRU du 13 décembre 2000. Le conseil municipal réfléchit à une politique du logement aidé pour atteindre à terme 20 % de logements sociaux, bien que la commune, compte tenu de sa taille, ne soit pas soumise à l'obligation de respecter ce seuil.

Les activités économiques se répartissent autour de la gare, dans la zone industrielle, essentiellement occupée par des entrepôts, située entre l'autoroute et la RD 133, ainsi que dans le secteur du « Poteau d'Épône ».

L'espace rural est essentiellement consacré à l'agriculture mais compte aussi environ 20 % de surfaces boisées, dont le bois Lourdet, près de Vélannes, et le bois de l'Étibot dans la partie sud de la commune. On compte aussi un étang dans la vallée de la Seine près d'Élisabethville, au lieu-dit le Bout du Monde, site d'une ancienne gravière reconvertie en réserve naturelle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Le passé d'Épône remonte à la préhistoire la plus ancienne puisque des vestiges du Paléolithique ont été retrouvés tant dans la basse plaine alluviale que sur le plateau, notamment divers objets en silex du Moustérien[24].

Allée de la Justice, sépulture néolithique (Élisabethville).

Ce territoire a révélé de riches vestiges de monuments mégalithiques du Néolithique, sépultures collectives et temples hypogées (allées couvertes) appartenant à la civilisation dite « Seine-et-Oise - Marne ». Ces monuments, dont plusieurs ont été détruits, témoignent d’une population déjà relativement dense et d’une organisation sociale développée. Les restes de l'un d'eux, « l'allée couverte de la Justice », sont encore visibles à Élisabethville. Un autre, « allée couverte du trou aux Anglais[25],[26] », a été reconstitué dans les fossés du château de Saint-Germain-en-Laye car il était menacé de destruction. Il présente un dessin gravé[27] représentant un homme tenant une charrue à deux mancherons. C'est le plus ancien témoignage d'une activité agricole dans la région.

À l’âge du bronze, Épône se trouvait sur une des routes de l’étain qui empruntait la Seine. Quelques vestiges ont été retrouvés non loin du fleuve.

À l’Âge du fer, les Celtes installés dans la région ont laissé peu de traces.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Épône dans le territoire des Carnutes, IIe siècle av. J.-C.

Avant la conquête romaine, la région d’Épône se trouvait dans le nord du territoire des Carnutes, au contact des Véliocasses (Vexin) et des Bellovaques au nord de la Seine et des Aulerques Éburovices vers l’ouest (Évreux).

À l’époque gallo-romaine, Épône constituait une petite agglomération éparpillée installée dans les pentes basses du coteau, dont des vestiges ont été mis au jour en 1975 lors de l’aménagement de la zone industrielle[28]. Un cimetière mérovingien, daté du IVe au VIIe siècle, partiellement mis au jour en 1973 lors de l'aménagement du lotissement de « la Roseraie », montre l'importance de l'agglomération à cette époque. Plus de trois-cents tombes contenant des sarcophages de pierre ou de plâtre ont été découvertes[29].

Une fausse légende : le concile d'Épône (517)

Certains auteurs[30] citent un prétendu « concile d'Épône » qui se serait tenu en l'an 517. Il s'agit en fait du Concile d'Épaone qui a réellement eu lieu à cette date, mais réunissait l'Église burgonde dans la grande région du Rhône à Albon (Drôme) alors appelé Epaone. Il y aurait eu confusion[31] avec le nom d'Epaona..

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 845, le village fut incendié par les Vikings établis dans l'Île de Jeufosse à une vingtaine de kilomètres en aval[32].

Vers 980, la seigneurie d'Épône est confiée par le roi Lothaire à l'évêque de Paris, Élisiard, qui la transfère, ainsi que l'église Saint-Béat, aux chanoines du chapitre de Notre-Dame de Paris.

Rue de la bBrèche, la tour d'angle couronnée de lierre est le dernier vestige des remparts médiévaux d'Épône.

L'église actuelle est terminée avec son clocher vers 1150. En 1190, le Chapitre voit ses droits et privilèges confirmés par le roi Philippe II et restera jusqu'à la Révolution le principal seigneur d'Épône.

La guerre de Cent Ans est une période noire pour la région qui subit tour à tour les invasions étrangères, en 1346, le roi d'Angleterre, Édouard III, débarque en Normandie et ravage la vallée de la Seine, la peste noire qui touche la région en 1348, et des bandes de brigands qui pillent villages et campagnes. Robert Knolles, au service de Charles le Mauvais, prend Épône probablement en 1359.

la Renaissance[modifier | modifier le code]

Vers 1540 émerge le fief de Cocheret, avec son manoir au-dessus de l'église. Il est vendu en 1566 à Denis de Fossez. Celui-ci agrandit le domaine et c'est probablement sa petite-fille, Marie de la Vallée-Fossez, mariée à Henri de Mesmes, deuxième du nom, seigneur de Roissy et marquis de Malassise, qui construit le château vers 1650. La première fille de cette dernière, duchesse de Créqui car elle a épousé Charles II, duc de Créqui, en héritera en 1661. Les seigneurs successifs ont cherché à étendre leur domaine et à s'affranchir, sans vraiment y parvenir, de la suzeraineté du chapitre de Notre-Dame.

Blason des anciens seigneurs d'Épône

En 1588, Épône s’entoure d’un mur d’enceinte pour se protéger des pillards. Dernier vestige de ces fortifications, une tourelle est encore visible rue de la Brèche.

En 1590, Henri IV de Navarre défait Henri de Mayenne à Ivry-la-Bataille, ce qui lui ouvre les portes de Mantes puis, quatre ans plus tard, celles de Paris. Épône, liée au camp opposé par ses seigneurs et par le chapitre, est saccagée vers 1590[33]. Henri IV attribue à Sully, seigneur de Rosny, les revenus des seigneuries d’Épône et de Mézières.

Rue d'Antar, ancienne borne portant la marque ND (pour Notre-Dame).

Un accord signé en 1697 entre le chapitre de Notre-Dame et madame de Créqui permet de délimiter les fiefs respectifs et de procéder à un bornage. Des bornes carrées installées à l'époque, vingt-et-une subsistaient encore dans les années 1960.

Le château est mis en vente par la duchesse de Créqui, par un acte du 13 novembre 1706 qui en donne la première description détaillée. Il est racheté par Louis Hérault, noble d’origine normande.

La Révolution[modifier | modifier le code]

Les premières élections municipales se tiennent le 14 février 1790 et le premier maire élu est Philippe Desvignes, notable local (notaire royal et greffier) qui occupait précédemment la fonction de syndic.

Le chapitre de Notre-Dame de Paris est dissous le 29 novembre 1790, ses biens, notamment des terres à Épône et à Mézières, sont nationalisés comme biens ecclésiastiques et vendus aux enchères au cours de l'année 1791. Le dernier seigneur d'Épône, Marie-Jean Hérault de Séchelles participe activement aux événements de la Révolution et finit guillotiné le 5 avril 1794. Ses biens, dont le château, sont saisis et mis en vente la même année. Les acheteurs sont souvent des notables locaux.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au cours du XIXe siècle, Épône subit une crise démographique et voit sa population régresser de 21 % entre 1800 et 1851, année où elle atteint son minimum à 841 habitants. C'est une période de stagnation économique marquée par les pertes humaines dues aux guerres napoléoniennes et par de nombreux épisodes épidémiques (malaria, peste, variole). Vers la fin du siècle la population se stabilise puis s'accroît progressivement grâce à des apports extérieurs mais ne retrouvera son niveau initial qu'à la veille de la Première Guerre mondiale.

En 1814 et 1815, la région est occupée par les armées alliées qui ont vaincu Napoléon et la population doit subir réquisitions et contributions de guerre pour loger et nourrir hommes et chevaux.

Le 4 mai 1843, c'est l'inauguration de la ligne de chemin de fer Paris-Rouen[34] et de la gare, établie à la limite des deux communes d'Épône et de Mézières, ouverte au trafic de voyageurs le 9 mai. Le 1er juillet 1883, c'est la mise en service du tramway d'Épône à Mareil-sur-Mauldre, dont l'exploitation est interrompue au bout de quelques mois, le 7 janvier 1884[35]. Il s'agit du premier tronçon d'une ligne de tramway à vapeur à voie métrique qui sera ensuite réalisée entre Épône et Versailles, puis prolongée jusqu'à Meulan et dont l'exploitation perdurera au moins partiellement jusqu'en 1933, malgré une exploitation difficile et toujours déficitaire. Le 30 août 1900 est mise en service la jonction à voie normale entre Épône et Plaisir, qui permet encore aujourd'hui une liaison directe avec Versailles et la gare de Paris-Montparnasse.

En 1870, l'armée prussienne occupe la région et Épône doit subir des réquisitions coûteuses, mais échappe aux pillages et destructions qui frappent ses voisines, Maule et Mézières-sur-Seine. Cette dernières est incendiée par représailles contre les francs-tireurs le 22 septembre 1870.

La gare d'Épône inondée en 1910.

En 1908, l'« Avenir social[36] », orphelinat fondé par Madeleine Vernet, militante syndicaliste et féministe, s'installe à Épône, créant une certaine tension dans cette commune plutôt conservatrice.

En 1910, la crue historique de la Seine touche également la commune noyant tous les terrains jusqu'à la route nationale, y compris la gare[37].

Monument aux morts.

Pendant la Première Guerre mondiale, Épône, en arrière du front, accueille divers régiments, dont un centre d'instruction de l'infanterie. Des chantiers de réparation navale sont installés en bord de Seine par les Français puis par les Américains en 1918. La commune déplore trente-et-un morts et disparus. Le monument aux morts communal qui les honore est inauguré le 30 octobre 1921.

En 1923 commence l'aménagement de la cité-jardin d'Élisabethville, à cheval sur les deux communes d'Épône et d'Aubergenville, destinée à l'origine aux anciens combattants et victime de la guerre français et belge et qui devint dans les années 1930 une villégiature pour les parisiens avec golf, casino et plage de sable aménagée en bord de Seine.

Après la débâcle de 1940, Épône est occupée, comme le reste des Yvelines, dès le 13 juin 1940. Les Allemands s'emparent de l'émetteur privé qui venait d'être installé dans le château par Radio-Normandie, pour diffuser leur propagande vers la Grande-Bretagne. Le maire, René Dreyfus, de confession israélite est destitué et s'éclipse.

En 1944 les bombardements alliés détruisent la gare et les ponts sur la Seine. Le 18 août, les Allemands font exploser le château, et le poste émetteur de radio. Il n'en reste plus que les communs, qui seront convertis plus tard en centre culturel. Le lendemain la commune est libérée par les premiers éléments de la 79e division d'infanterie de l'armée américaine[38].

Borne « Voie de la Liberté » commémorant la libération d'Épône (parc du château).
Plaque commémorative.

Après la guerre commence l'industrialisation de la vallée de la Seine qui voit s'implanter de gros établissements industriels tout autour d'Épône, mais pas dans la commune qui les refuse : raffinerie de pétrole à Gargenville, centrale thermique de Porcheville, usine Renault entre Aubergenville et Flins-sur-Seine. La régie Renault construit à Épône plusieurs immeubles pour loger ses employés. La population de la commune augmente rapidement, passant de 1 181 habitants en 1946 à 3 239 en 1962 et 6 706 en 1990.

Les infrastructures de transports sont rétablies et fortement développées : déviation de la route nationale 13 qui contourne Épône et Mézières-sur-Seine par le nord, nouveaux ponts de Rangiport en 1964, électrification de la ligne de Paris-Saint-Lazare fin 1965, autoroute de Normandie en 1966...

Lors des événements de mai 68, des échauffourées entre manifestants et forces de l'ordre à la suite de l'évacuation de l'usine Renault de Flins, se produisirent à Élisabethville et trois barricades furent même érigées à l'entrée d'Épône sur la route nationale.

En 1969, le maire, Albert Maurice fait adopter un projet de création d'une zone d'aménagement concerté (ZAC) sur le plateau entre le bourg et Vélannes (qui prévoit la construction d'environ 1 800 logements) et d'une zone industrielle entre la route et la voie ferrée. Il rencontre une forte opposition qui bloque le projet (seule la zone industrielle sera réalisée) et provoque sa démission en 1970[39]. À cette époque s'installent à Épône de nombreux immigrés originaires de la péninsule Ibérique et du Maghreb, venus travailler chez Renault.

L'ancienne mairie (abrite la bibliothèque municipale)

La réalisation du parc d'activité de la Couronne des prés en 1975 permet à la commune d'accueillir de nombreuses entreprises au fil des années, même si les débuts furent assez laborieux.

Dans les années 1970-1980, Épône connaît une forte urbanisation essentiellement pavillonnaire. Une série de lotissements sont aménagés dont les plus importants sont « Les Dolmens » à Élisabethville, la « Résidence du château » dans le bourg et le « Moulin à vent » à Vélannes.

En 2007, une opération immobilière de 99 logements en immeubles collectifs, « Épône-Village », est lancée sur un terrain cédé par la municipalité au centre du bourg.

Le 6 octobre 2010, le conseil municipal démissionne collectivement par suite de divisions dans la majorité élue en 2008[40]. Le 26 octobre, le sous-préfet installe une délégation spéciale de trois membres, présidée par Yves Guibert, ancien maire de Marly-le-Roi et président de l'association des anciens maires et adjoints des Yvelines (Adamy), pour gérer les affaires courantes[41].

Le 5 décembre 2010, au deuxième tour des élections municipales, la liste de Gérard Raspaud arrive en première place.

Images d'Épône au début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Centre administratif, rue Émile-Sergent.

Le conseil municipal est composé du maire et de vingt-huit conseillers dont sept sont adjoints au maire, proportionnellement au nombre d'habitants[42]. Une mairie annexe est installée à Élisabethville.

Composition du conseil municipal élu le 30 mars 2014[43]
Groupe Président Effectif Statut
« Dynamic Épône »,,
divers droite
Guy Muller 22 majorité
« Tous pour Épône », divers Philippe de Laulanié de Sainte Croix 4 opposition
«  Avançons pour Épône », union de la gauche Dominique Francesconi 2 opposition
« Épône bleu Marine », front national Alexandre Delport 1 opposition

Instances administratives et judiciaires[modifier | modifier le code]

La commune d'Épône appartient au canton de Guerville et est rattachée depuis le 1er janvier 2016 à la Communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise.

Sur le plan électoral, la commune est rattachée à la neuvième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale (à l'exception de la commune des Mureaux) du nord-ouest des Yvelines, dont le député est Jean-Marie Tétart (UMP). La commune appartient à l'aire urbaine de Paris.

Épône est incluse dans le périmètre de l'opération d'intérêt national Seine-Aval[44], lancée en 2006, qui vise à relancer le développement de la vallée de la Seine entre Poissy et Bonnières-sur-Seine qui souffre d'une relative désindutrialisation et de certains déséquilibres sociaux.

Sur le plan judiciaire, Épône fait partie de la juridiction d’instance de Mantes-la-Jolie, et de grande instance ainsi que de commerce de Versailles[45],[46].

La commune accueille quelques services publics sur son territoire : un bureau de poste, une agence du Trésor public, et dispose d'une police municipale. Épône est l'une des villes pilotes en Île-de-France pour le déploiement, à partir de 2007, du système WiMax permettant de se connecter à Internet haut débit dans les quartiers éloignés par voie hertzienne[47].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient depuis le 1er janvier 2016 à la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise. Cependant, lors du conseil municipal du 2 juillet 2009, le principe de l'adhésion à la communauté de communes Seine-Mauldre (CCSM) à compter du 1er janvier 2010 avait été adopté à la majorité[48]. Cette décision est restée sans suite.

Elle participe par ailleurs à huit syndicats intercommunaux, sans fiscalité propre, dont le périmètre est variable en fonction de leur objet : énergie, assainissement, ordures ménagères, transports scolaires, gestion du bassin de la Mauldre, lycée d'Aubergenville, etc. Ce sont les suivants[49] :

  • syndicat intercommunal d'assainissement Épône-Mézières-sur-Seine,
  • syndicat intercommunal de la Mauldre inférieure et du ru de Riche,
  • syndicat intercommunal de transports scolaires de Mantes, Maule, Septeuil,
  • syndicat intercommunal d'électricité des vallées de la Vaucouleurs, de la Mauldre et de la Seine-aval (SIVAMASA),
  • syndicat intercommunal du lycée d'Aubergenville (SILYA),
  • syndicat intercommunal à vocations multiples de la région d'Épône (SIRÉ),
  • syndicat d'énergie des Yvelines (SEY),
  • syndicat mixte de ramassage et de traitement des ordures ménagères du Vexin (Smirtom du Vexin).

Dans le cadre du SIRÉ, la commune participe à diverses opérations communes avec ses deux voisines, Mézières-sur-Seine et La Falaise. Ce syndicat, créé en 1979, gère notamment le collège « Benjamin-Franklin », la maison de la petite enfance « Les Ifs » et la station d'épuration située à Mézières-sur-Seine[50].

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Évolution de la CAF nette[51] de 2000 à 2009, comparée à la moyenne de la strate[52].

Pour l'exercice 2009, les dépenses de fonctionnement de la commune se sont élevées à 6,797 millions d'euros, dont 74,5 % de charges de gestion, y compris charges de personnel, pour des recettes de 6,768 millions d'euros, faisant apparaître un résultat comptable négatif de - 29 000 euros, contre un résultat positif de 605 000 euros lors de l'exercice précédent. La capacité d'autofinancement nette s'est élevée à 407 000 euros, en baisse de 58 % par rapport à 2008 (977 000 euros). Les dépenses d'investissements se sont élevés à 2,235 millions d'euros, dont 143 000 euros consacrés au remboursement d'emprunts[53].

Les taux des quatre taxes locales sont inchangées en 2009, soit 7,69 % pour la taxe d'habitation, 10,22 % pour la taxe foncière bâti, 43,96 % pour la taxe foncière non bâti, et 12,56 % pour la taxe professionnelle[54]. Ces taux sont inférieurs à la moyenne départementale (11,0 %, 13,0 % et 49,6 % respectivement) pour les trois premiers et supérieur pour le quatrième (7,5 %) (valeurs 2001[55]).

La fiscalité directe locale est très modérée, les taux sont inchangés depuis près de trente ans (en fait depuis le premier mandat de Pierre Amouroux[56]).

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[57]
Période Identité Étiquette Qualité
2014 2019 Guy Muller UMP Conseiller départemental du canton de Limay
2010 2014 Gérard Raspaud[58] SE retraité
2008 2010 Pascal Lazerand DVD[59] ingénieur aéronautique
2004 2008 Gérard Raspaud[60] DVD retraité
1977 2004 Pierre Amouroux UMP instituteur, vice-président du conseil général
1971 1977 Robert Pansard   secrétaire général de la Prévention routière
1970 1971 Gilbert Magnier   employé
1970 1970 Louise Morvan   (intérim)
1959 1970 Albert Maurice   fonctionnaire
1950 1959 Charles Léger   industriel
1945 1950 René Dreyfus   industriel

Élections[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Élections municipales à Épône.

Les électeurs d'Épône votent régulièrement à droite, à l'image de la moyenne des Yvelines.

Ainsi lors du second tour de l'élection présidentielle du , avec 96,92 % de votants sur 4235 inscrits, Nicolas Sarkozy (UMP) obtient 57,53 % des suffrages (53,06 % au niveau national) et Ségolène Royal (PS), 42,47 % (46,94 %)[61]. Et lors des élections législatives du , Henri Cuq (UMP), élu au premier tour dans la neuvième circonscription des Yvelines, obtient 50,23 % à Épône[62].

Au référendum sur le traité constitutionnel pour l'Europe du , les Épônois se sont partagés presque à égalité, votant « non » à 50,64 % contre 49,36 % de « oui » avec un taux d’abstention de 26,58 % (France entière : « non » à 54,67 % ; « oui » à 45,33 %)[63].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Ce parrainage est organisé par une association, « Les Amis de Doïna Girov » qui organise chaque année un loto pour apporter une aide humanitaire à ce village de Roumanie.

  • Flag of Serbia.svg Jumelage avec Prokuplje (Serbie). Une rencontre avec une délégation de la ville de Prokuplje s'est tenue à Épône le 1er novembre 2014, en présence de l'ambassadeur de Serbie en France en vue d'un jumelage entre les deux villes[64]. Selon le bulletin municipal, ce ne serait qu'un projet à plus long terme[65]..

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[66]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[67],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 6 474 habitants, en augmentation de 1,97 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
939 1 028 961 912 906 890 854 835 810
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
821 830 837 846 860 901 986 972 984
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
947 971 1 035 1 055 1 083 1 130 1 101 1 181 1 682
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
3 239 3 865 5 008 5 233 6 706 6 418 6 332 6 462 6 474
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[68] puis Insee à partir de 2006[69].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois supérieur au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,3 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 19,9 %, 45 à 59 ans = 21,7 %, plus de 60 ans = 18 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 18,5 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 23,7 %, plus de 60 ans = 18,9 %).

La pyramide des âges de la commune en 1999[70] fait apparaître une répartition assez conforme à la moyenne de l'Île-de-France, avec toutefois deux pics marqués pour les tranches 15-20 ans et 45-55 ans tandis que les tranches 0-5 ans, 20-40 ans et 70 ans et plus sont en retrait.

On constate un vieillissement de la population entre 1990 et 1990, les moins de 30 ans perdant en moyenne cinq points tandis que les 60 ans et plus gagnent cinq points, la part des 30-60 ans restant sensiblement égale.

Les jeunes adultes (15-24 ans), stables par rapport au recensement de 1990, sont mieux représentés, surtout chez les hommes (24,1 %), que dans l'ensemble de l'Île-de-France. En revanche les plus jeunes (0 à 14 ans) sont en diminution de cinq points par rapport à 1990.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Épône en 2007 en pourcentage[71]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
0,4 
4,2 
75 à 89 ans
6,2 
13,7 
60 à 74 ans
12,3 
21,7 
45 à 59 ans
23,7 
19,9 
30 à 44 ans
20,0 
20,2 
15 à 29 ans
18,5 
20,3 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[72]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le collège Benjamin-Franklin.

La commune relève de l'académie de Versailles.

  • Établissements scolaires :
    • trois écoles maternelles : Les Pervenches, Les Lavandes et Les Perce-Neiges (Élisabethville),
    • Deux écoles primaires : Madeleine Vernet et Louis-Pasteur (Élisabethville).
    • Le collège Benjamin-Franklin a été ouvert le 8 janvier 1982. Il accueille environ 650 élèves des trois communes d'Épône, Mézières-sur-Seine et La Falaise[73]. Il est géré par le SIRÉ. Son nom rappelle que Benjamin Franklin s'est arrêté à Épône alors qu'il était ambassadeur en France de la jeune république américaine.

À partir de la seconde, les élèves fréquentent généralement le lycée Vincent-Van-Gogh d'Aubergenville.

  • Centre de formation d'apprentis de l'association ouvrière des Compagnons du devoir[74]. Ce centre forme aux métiers suivants : couvreur, maçon, tapissier, sellier, tailleur de pierre, maintenance mécanique[75].
  • Le centre culturel assure l'enseignement de la musique, de la danse, du théâtre et des arts graphiques.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

brocante dans le parc du château
Brocante dans le parc du château.
  • Chaque année en juin une brocante est organisée dans le parc du château et une autre dans les rues du centre-ville au mois de septembre.
  • Le festival du jeux vidéo "Numérique Épône Show" y est également organisé au mois de novembre.
  • Un marché de Noël est installé dans le centre-ville pendant deux jours au mois de décembre.
  • La fête de la Saint Jean qui correspond à la fête de la ville est organisée dans le parc du château où un feux d'artifice est tiré et plusieurs animations sont proposées durant un week-end de quatre jours au mois de juin.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le stade des Aulnes
Le stade des Aulnes.

Épône compte dix-huit associations et clubs sportifs[76].

La commune dispose de diverses installations sportives : stades de football et de rugby, courts de tennis, gymnase...

Cultes[modifier | modifier le code]

Pour le culte catholique, Épône est rattachée au groupement paroissial d’Aubergenville - Route 113 (dont la compétence s'étend à onze communes). Cette paroisse dépend du doyenné de Meulan et du diocèse de Versailles[77]. Un lieu de culte existe à Épône : l'église Saint-Béat.

Économie[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Ateliers des Compagnons du devoir à Épône.
Parc d'activité de la Couronne des Prés.

Bien qu'elle occupe environ 60 % du territoire communal, l'agriculture est devenue une activité marginale représentant moins de 1 % des emplois (12 emplois au recensement de 1999)[78]. Elle est présente avec de grandes cultures céréalières et l'arboriculture sur le plateau et du maraîchage dans la vallée de la Seine. Il subsiste sept exploitations agricoles (242 ha de terres labourables) contre quinze en 1988[79].

La commune possède plusieurs zones d'activités qui accueillent diverses entreprises, notamment des entrepôts. Il s'agit de la zone industrielle de la Couronne des prés située entre la route départementale 113 et les voies ferrées, et de la zone d'activité des Beurrons, au lieu-dit le Poteau d'Épône, qui est quasi exclusivement une zone commerciale. Quelques entreprises sont implantées plus anciennement dans le quartier de la gare.

Épône accueille une maison des Compagnons du Devoir, installée depuis 1969 dans le moulin Saint-Christophe (route départementale 113), qui forme des apprentis dans différents métiers manuels. À côté se trouve une entreprise de carrosserie industrielle de poids lourds, les « Ateliers Sainte-Catherine ». Devenue ASCA Carrossier Constructeur, sous le statut de SCOP, c'est la première entreprise d'Épône avec 200 salariés.

Le commerce de proximité est encore présent dans la commune, mais a fortement décliné au cours des dernières décennies du fait du développement de la grande distribution (quatre hypermarchés dans un rayon de douze kilomètres). Le bourg offre cependant les commerces de proximité[80] essentiels tels que boulangeries, épicerie, pharmacies, bar-tabacs, journaux, salons de coiffure, agence bancaire, complété par deux supermarchés (dont un sur Mézières en limite de commune, dans le quartier de la gare).

Il existe également une petite activité touristique : cinq restaurants, quatre hôtels (notamment à proximité de l'échangeur autoroutier), un terrain de camping au lieu-dit Canada dans le sud de la commune.

La fonction résidentielle de la commune est sans doute la plus importante sur le plan économique. Bien que peu de logements neufs soient construits, la période des grands lotissements semblant révolue, le marché immobilier est très actif et les prix augmentent régulièrement. Cela s'explique par la relative proximité de Paris et la présence de bonnes communications avec la capitale, ainsi que par la cadre de vie préservé. Ainsi le prix moyen d'une maison individuelle évoluait en 2005 entre 250000 et 300 000 euros[81].

Emploi[modifier | modifier le code]

Stationnement à la gare. Plus de 17 % des Épônois se rendent à leur travail par les transports en commun[82].

En 1999, la commune comptait 1985 emplois principalement dans le secteur tertiaire (commerce 18,5 %, hors commerce 50,2 %)[83], toutefois seule une minorité d'Épônois, 414 emplois pour 2855 actifs (soit 14,5 %), travaillaient dans la commune. Ce chiffre a diminué de 28 % entre 1990 et 1999[84]. Le taux de chômage s'élevait à 8,8 % en 1999 (soit 277 personnes), chiffre inférieur à la moyenne nationale : 12,9 % en 1999). Le revenu moyen par ménage s'élevait à environ 21 155 par an (moyenne nationale : 15 027 par an)[85].

La structure de la population active d'Épône se rapproche de la moyenne régionale pour les professions intermédiaires et les employés (respectivement 26,4 et 28,1 % à Épône contre 25,6 et 29,5 en région) mais compte plus d'ouvriers (23,3 contre 16,5 %) et moins de cadres (18,6 contre 22,8 %), plus cependant que la moyenne nationale qui est de 13,1 %)[86].

La proportion d'Épônois ayant suivi des études intermédiaires (BEPC, CAP) est supérieure à la moyenne nationale (respectivement 7,8 et 24,6 % à Épône contre 6,5 et 20,5 % en moyenne nationale) tandis que ceux ayant le baccalauréat ou des diplômes supérieurs représentent 25,7 % contre 30 % au niveau national[87].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Béat d'Épône.
Église Saint-Béat.
Croix Saint-Aubin.

L'église Saint-Béat[88] : située au centre du village, cette église de style roman est dotée d'un clocher-tour octogonal, surmonté d'une flèche de pierre. Intérieurement, la nef est lambrissée en forme de carène renversée. L'église aurait été dédiée à saint Béat en l'an 982 et est mentionnée dans une donation faite au chapitre de Notre-Dame de Paris en 984. Elle a été fortement restaurée entre 1865 et 1871, en partie reconstruite, notamment la flèche déposée pierre à pierre et remontée. L'intérieur a été restauré en 2003-2004. La porte sous le porche et le clocher ont été classés en 1909 et l'église en 1988. Selon la tradition, la flèche de pierre aurait été édifiée, comme seize autres clochers du Vexin et du Pincerais, par Agnès de Montfort, épouse de Galéran II de Meulan[89].

Dans le clocher, se trouvent trois cloches de bronze, dont la « Béate » fondue sur place en 1597 et, seule rescapée des destructions de la période révolutionnaire, classée en 1905[90]. Deux autres cloches, « Adolphine Emma Alphonsine » et « Alphonsine Adolphine Emma[89] », ont été installées le 11 août 1901, offertes par le maire et le propriétaire du château de l'époque[6].

L'église renferme les dalles funéraires en pierre de Jacques Thibault l'Aîné, datant de 1544, et de Jacques Thibault le Jeune, datant de 1545. Ces dalles font partie de l'inventaire des monuments historiques depuis 1905[91].

Le temple de l'Amitié, appelé parfois temple de David[92] : ce petit pavillon néo-classique, de proportions modestes mais classé monument historique par arrêté du 28 août 1947, qui trône au fond de la pelouse dans le parc du château, est une de ces fabriques comme il était d'usage d'en peupler les parcs à l'époque romantique. Il date de la fin du XVIIIe siècle et serait le plus ancien temple maçonnique subsistant en France[93]. Le plan en aurait été établi par le peintre Louis David.

La croix Saint-Aubin, située au bord du CD 130 près de la Villeneuve, croix discoïdale monolithe qui portait un Christ naïf grossièrement sculpté, effacé ces dernières années par suite de vandalisme, pourrait être un ancien menhir christianisé[94].

Patrimoine archéologique[modifier | modifier le code]

L'allée couverte de la Justice[95] : ce monument mégalithique que l'on peut voir avenue Foch à Élisabethville, est une allée couverte, parfois appelée, à tort, dolmen, qui a servi de sépulture collective. Découverte en 1793, elle a été fouillée en 1881, puis en 1954, et classé monument historique en 1887. On y a découvert une soixantaine de corps ensevelis et divers objets préhistoriques.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le biotope du Bout du Monde[96] est une réserve naturelle qui occupe une ancienne gravière abandonnée dans le nord de la commune, près de la Seine. Ce site est géré par le département des Yvelines. La biodiversité dans cette zone est remarquable ; on y recense 226 espèces de plantes, 163 espèces d'oiseaux, dont 110 sont protégées, ainsi que de nombreuses espèces de poissons et batraciens. Cette réserve, gérée par le conseil général des Yvelines, n'est pas ouverte au public de façon à préserver la population d'oiseaux nicheurs. Elle a été classée en ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêts écologique faunistique et floristique).

Trois espèces de plantes protégées ont été répertoriées dans la commune : l'orobanche pourprée (Orobanche purpurea Jacq.), le polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum (L.) Roth) et la zannichellie des marais (Zannichellia palustris L)[97].

Équipements socio-culturels[modifier | modifier le code]

Les Cytises, résidence pour personnes âgées.
Centre culturel Dominique-de-Roux.
  • Maison de la petite enfance « Les Ifs » (crèche),
  • Centre culturel Dominique-de-Roux,
  • Salles municipales : salle Jean-Monnet, salle du Village, salle du Bout-du-Monde,
  • Résidence pour personnes âgées Les Cytises.
  • Centre de recherches archéologiques de la région mantaise (CRARM), association créée en 1969 par Daniel Bricon et consacrée aux ressources archéologique locales[98].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Marie-Jean Hérault de Séchelles
  • Hérault de Séchelles (1759-1794), ancien seigneur d'Épône, député de Seine-et-Oise à la Convention nationale, guillotiné en 1794 ; on lui doit notamment un manifeste intitulé « Théorie de l'ambition, codicille politique pratique d’un jeune habitant d’Épône » ;
  • Alphonse Durand (1814-1882), architecte des monuments historiques, élève de Viollet-le-Duc, qui a notamment restauré la collégiale Notre-Dame de Mantes-la-Jolie, est décédé à Épône le 4 août 1882.
  • Émile Sergent (1867-1943), professeur de médecine, fut président de l'Académie de médecine et dirigea l'hôpital Boucicaut à Paris durant la Seconde Guerre mondiale[6] ;
  • Madeleine Vernet(1878-1949), éducatrice, écrivaine et militante pacifiste, installa à Épône en 1908 un orphelinat, l'« Avenir social »[99] ;
  • Max Brusset (1909-1992), homme politique (maire de Royan) et administrateur de sociétés, a acquis après la Seconde Guerre mondiale le domaine du château d'Épône, dont il a fait réaménager les communs ;
  • Daniel Bricon (1928-2004), instituteur et historien, auteur d'une histoire d'Épône (voir Bibliographie) parue en 1982, fut aussi le fondateur et l'animateur du Centre de recherches archéologiques de la région mantaise (CRARM)[100] ;
  • Dominique de Roux (1935-1977), écrivain, journaliste et éditeur, a travaillé au château d'Épône propriété de son beau-père, Max Brusset[6] ;
  • Pierre Amouroux (1937-2009), conseiller général des Yvelines de 1979 à 2009, maire d'Épône de 1977 à 2004, député[101] des Yvelines de 2004 à 2007.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes

Les armes d'Épône se blasonnent ainsi :

parti, au premier d'or à une tour d'argent surmontée d'une fleur de lys du même, au second d'azur à une médaille de la Sainte Vierge portant l'Enfant Jésus aussi d'argent

Elles rappellent que la ville était sous l'Ancien régime sous la double tutelle du chapitre des chanoines de Notre-Dame de Paris et du châtelain local.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mantes et son arrondissement, Victor Bourselet et Henri Clérisse, distribution : Société française du Livre, Mantes, 1933.
  • Lachiver Marcel, Histoire de Mantes et du Mantois à travers chroniques et mémoires des origines à 1792, Meulan, 1971.
  • Bardy Monique, La grande histoire des Yvelines, Édijac, 1989, (OCLC 21600204).
  • Bricon Daniel, Épône et les Épônois à l'articulation de deux siècles - Document réalisé selon les données du recensement de 1911, Centre de recherches archéologiques de la région mantaise, bulletin no 10, 1993, (ISSN 0339-4131).
  • Bricon Daniel, Épône raconté aux Épônois, histoire d'une petite ville de l'ouest parisien, Édition ville d'Épône, 2002 (2e édition), (ISBN 2-904417-01-X).
  • Monographie de la commune d'Épône, Archives départementales des Yvelines, 1899.
  • L'église Saint-Béat d'Épône, Centre de recherches archéologiques de la région mantaise, bulletin spécial, 2007.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Clocher roman.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  2. TARDIF (Jules). Monuments historiques, (1866), p. 184.
  3. ARBOIS de JUBAINVILLE (Henry). Recueil des actes de Philippe Ier roi de France. (1908), p. 552.
  4. VILEVAULT (de), BREQUIGNY (de). Ordonnances des roys de France de la troisième race, recueillies, t. 11, (1769), p. 269.
  5. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud Paris 1978, (ISBN 2-85023-076-6)
  6. a, b, c et d Épône racontée aux Épônois (cf. Bibliographie)
  7. Carte géologique de la France, feuille Versailles, 1/50 000, BRGM
  8. Comme le rappelle l'« allée des Sources », située au pied du parc du Château
  9. La distribution de l'eau potable dans les Yvelines en 2004, DRASS Île-de-France, p. 11 [PDF]
  10. Zonage du plan de prévention des risques d'inondation dans commune d'Épône[PDF]
  11. Climat des Yvelines sur le site de Météo-France
  12. Schéma départemental d’aménagement pour un développement équilibré des Yvelines, p. 25 [PDF]
  13. La fronde des paysans contre la déviation de la Mauldre, le Courrier de Mantes, 10 mai 2006
  14. Projet « Normandie- Val de Seine » sur le site de RFF
  15. Schéma du tracé Normandie-Val de Seine sur le Courrier de Mantes, 28 novembre 2001
  16. Carte du réseau LHP de la Trapil
  17. Les Yvelines à pied topoguide de la Fédération française de la randonnée pédestre, (ISBN 2-85699-925-5), p.137
  18. a et b 410 voyageurs prêts à utiliser une desserte pour La Défense, Le Courrier de Mantes, 14 janvier 2009, p. 19
  19. Veolia Transport, ligne 42
  20. Véolia Transport, ligne 18
  21. Mode d'occupation du sol en 1999, Iaurif
  22. Source Insee, recensement 1999)
  23. Compte rendu du Conseil municipal du 29 mars 2007
  24. Daniel Bricon, Épône racontée aux Épônois, p. 3, Cf. bibliographie
  25. Lors de sa découverte, ce monument se trouvait dans la commune d'Épône, le déplacement ultérieur de la limite intercommunale l'aurait placé à Aubergenville, mais le site est aujourd'hui méconnaissable
  26. Le « Trou aux Anglais » sur le site du service archéologique des Yvelines
  27. John Peek, Inventaire des mégalithes de France, 4 - Région parisienne, CNRS, 1975, p. 37
  28. Daniel Bricon, Épône racontée aux Épônois, p. 15, Cf. bibliographie.
  29. « Le cimetière mérovingien d'Epone », Centre de recherches archéologiques de la Région mantaise, no 4,‎ (lire en ligne)
  30. Notamment Bourselet et Clérisse dans Mantes et son arrondissement, 1933
  31. Daniel Bricon, Épône racontée aux Épônois, Cf. bibliographie
  32. La grande histoire des Yvelines, Monique Bardy, Édijac, CF. bibliographie
  33. Daniel Bricon, Épône racontée aux Épônois, p. 71, Cf. bibliographie
  34. De Paris à la mer, la ligne Paris-Rouen-Le Havre, APPIF, Paris, 2005, (ISBN 2-905913-46-0), p. 18
  35. Les petits trains et les tramways des Yvelines et de l'Ouest parisien du XIXe siècle aux années 2000, Claude Wagner, Valhermeil, 1997, (ISBN 2-905684-85-2), p. 123
  36. Histoire de l'Avenir social sur le site de l'institution
  37. Photos de la crue de 1910 à Épône
  38. Vivre à Épône, novembre 2003, p. 14. [PDF]
  39. Daniel Bricon, Épône racontée aux Épônois, p. 260, Cf. bibliographie
  40. Delphine Goron, Après des mois de discorde, le conseil municipal a démissionné,Le Courrier de Mantes, p. 19, 6 octobre 2010
  41. Épône - La ville est désormais dirigée par une délégation spéciale,Le Parisien, p. V - Yvelines, 28 octobre 2010
  42. « Le Conseil municipal : personnalités et fonctionnement », commune d'Épône (consulté le 17 septembre 2009)
  43. « Élections municipales à Épône, ville d'Épône » (consulté le 26 janvier 2015)
  44. Communiqué du conseil municipal d'Épône sur l'OIN Seine-Aval
  45. Compétence territoriale du tribunal d'instance de Mantes-la-Jolie
  46. Ministère de la justice - Conseil départemental de l'accès au droit des Yvelines
  47. Ville pilote de l'Internet par voie des airs, Courrier de Mantes, 31 janvier 2007
  48. « Conseil municipal du 2 juillet 2009 », commune d'Épône (consulté le 16 septembre 2009) [PDF]
  49. « Épône », sur base Aspic, Ministère de l'Intérieur (consulté le 12 juin 2011).
  50. Syndicat intercommunal de la région d'Épône
  51. La CAF nette est la capacité d'autofinancement nette, c'est-à-dire déduction faite du remboursement en capital des emprunts
  52. La strate de comparaison est composée des villes de 500 à 10000 habitants n'appartenant à aucun groupement ficalisé
  53. « Les comptes des communes - Épône - Yvelines », Ministère de l'Économie, de l'Industrie et de l'Emploi - Bercy Colloc (Finances locales) (consulté le 24 novembre 2010)
  54. Vivre à Épône, juin 2007, p. 5 [PDF]
  55. INSEE - Fiscalité locale, fiche profil Yvelines
  56. Les taux des taxes communales restent stables, le Courrier de Mantes, 31 mars 2004
  57. Mairie d'Épône
  58. « Élection du Maire et des Adjoints », mairie d'Épône (consulté le 13 décembre 2010)
  59. Résultats des élections municipales 2008, ministère de l'Intérieur
  60. Élu en juin 2004 à la suite de la démission de Pierre Amouroux
  61. Site du ministère de l'intérieur, Élections présidentielles de 2007 à Épône
  62. Site du ministère de l'intérieur, élections législatives de 2007 à Épône
  63. Résultats du référendum de 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur
  64. « La ville jumelée avec la Serbie - En présence de l'ambassadeur de Serbie, les élus ont officiellement jumelé leur commune avec celle de Prokuplje », Le Courrier de Mantes,‎ , p. 16.
  65. « Épône à l'international », Vivre à Épône, no 216,‎ novembre-décembre 2014, p. 15 (lire en ligne [PDF]).
  66. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  67. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  68. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  69. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  70. INSEE : pyramide des âges 1999 - Épône
  71. « Évolution et structure de la population à Épône en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  72. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 21 avril 2011)
  73. Histoire du collège Benjamin Franklin d'Épône
  74. Maison des Compagnons d'Epône
  75. L'apprentissage en Île-de-France
  76. La vie associative, plaquette Épône, p. 9 [PDF]
  77. Le groupement paroissial d’Aubergenville - Route 113 sur le site du diocèse de Versailles
  78. INSEE - Population active selon l'activité économique
  79. Recensement agricole de 2000 - Agreste
  80. Insee - Inventaire des équipements essentiels de la commune en 1998
  81. Immobilier dans le Sud Mantois, des prix qui font peur, Le Courrier de Mantes, 16 mars 2005
  82. INSEE - Mobilité
  83. INSEE - Emplois par catégorie socioprofessionnelle et activité économique des individus
  84. INSEE - Lieu de résidence - lieu de travail
  85. L'Internaute - Épône, données économiques
  86. INSEE - Population active ayant un emploi par catégorie socioprofessionnelle
  87. INSEE - Population de quinze ans ou plus par sexe et âge selon le niveau d’études
  88. Notice no PA00087427, base Mérimée, ministère français de la Culture
  89. a et b L'église Saint-Béat sur le site de la Communauté catholique du secteur de la route 113.
  90. Notice no PM78000142, base Palissy, ministère français de la Culture
  91. Notice no PM78000143, base Palissy, ministère français de la Culture et Notice no PM78000144, base Palissy, ministère français de la Culture
  92. Notice no PA00087428, base Mérimée, ministère français de la Culture
  93. Hendrik Delaire, « Épône : le plus ancien temple maçonnique de France va être restauré », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne).
  94. Le patrimoine des communes des Yvelines, éditions Flohic, Paris, 2000, (ISBN 2-84234-070-1), p. 246
  95. Notice no PA00087426, base Mérimée, ministère français de la Culture
  96. Page sur le biotope du Bout du Monde sur le site du Conseil général des Yvelines
  97. Gérard Arnal, Les plantes protégées d'Île-de-France, Biotope, 1996, (ISBN 2-9510379-0-2)
  98. Vivre à Épône, janvier 2007
  99. L'avenir social, notre histoire, de 1906 à 144, L'Avenir social
  100. Biographie de Daniel Bricon sur le site de la commune
  101. Fiche consacrée à Pierre Amouroux sur le site de l'Assemblée nationale
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 24 août 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 24 août 2007 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.