Le Cinquième Élément

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Cinquième Élément
Objet en pierre d'environ 30 cm de haut, de section triangulaire, la moitié basse étant gravée de six lignes un peu ondulées
Réalisation Luc Besson
Scénario Luc Besson
Robert Mark Kamen
Musique Éric Serra
Acteurs principaux
Sociétés de production Gaumont
Pinewood Studios
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Science-fiction
Durée 126 minutes
Sortie 1997

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Cinquième Élément est un film de science-fiction français tourné en langue anglaise, coécrit et réalisé par Luc Besson, sorti en 1997.

Nommé aux César et aux Oscars, le film obtient trois César dont celui du meilleur réalisateur[1].

Le film a été le plus grand succès au box-office France 1997, et fait partie des productions françaises ayant fait le plus de recettes à l'international. Malgré un accueil critique mitigé, il a également acquis le statut de film culte[2],[3],[4].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Présentation générale[modifier | modifier le code]

En 1914 dans un temple en Egypte, un archéologue fait une grande découverte sur un combat contre le Mal absolu. Mais à ce moment-là, une équipe extraterrestre arrive sur le lieu pour embarquer quatre pierres représentant quatre éléments et un être de forme humanoïde, un cinquième élément. En repartant, ils annoncent qu'ils reviennent dans 300 ans quand le mal reviendra.

300 ans plus tard, alors que le Mal prend forme dans la galaxie, le vaisseau extraterrestre censé ramener les cinq éléments est attaqué. Seul le cinquième élément (qui est une femme au surnom de Leeloo) survit et, ramenée à New York, rencontre par hasard le chauffeur de taxi Korben Dallas qui est un ancien militaire. Les deux protagonistes retrouvent le gardien du temple égyptien, le prêtre Cornelius, et tous trois doivent partir sur Phloston Paradise pour récupérer les pierres qui y sont cachées. Mais ils doivent faire vite avant que Zorg ne mette la main dessus pour le compte du Mal...

Synopsis détaillé[modifier | modifier le code]

Prologue[modifier | modifier le code]

Cosplay de Leeloo.

En 1914, dans un temple en Égypte, un archéologue italien décrit à son jeune assistant anglophone sa compréhension d'une fresque gravée sur un mur du bâtiment. Selon lui, il s'agirait d'un plan de bataille opposant d'un côté le Mal absolu, dont la venue est permise par un alignement de planètes qui a lieu tous les 5 000 ans, et de l'autre le Bien, dont l'arme est constituée de quatre éléments, entourant un être de forme humanoïde, un cinquième élément. Le prêtre, qui surprend la découverte, tente d'empoisonner les deux archéologues pour cacher ce qu'ils découvrent, mais sa tentative échoue.

Un immense vaisseau extraterrestre atterrit alors aux abords du temple, appartenant à des extraterrestres de grande taille, entièrement harnachés de métal. Avec une grande précaution, ils rapatrient dans leur vaisseau spatial une lourde statue métallique et quatre pierres triangulaires qui étaient dans une salle secrète juste derrière la fresque explicative. Le prêtre gardien, qui est terrien, reçoit comme explication de leurs actions qu'ils pressentent arriver une guerre sur la Terre. Ils estiment donc nécessaire de mettre ces reliques en sûreté avec eux. Ils précisent enfin au prêtre qu'ils les rapporteront dans trois siècles, lorsqu'elles seront nécessaires quand le Mal reviendra.

La menace du mal[modifier | modifier le code]

Plus de 300 ans plus tard[5], en 2263, une masse semblable à un petit astre rocheux sans atmosphère est apparu aux abords de la galaxie d'une manière indéterminée. L'astre est inerte, immobile, n'est pas assujetti à une quelconque rotation ou à une force de gravité. Un vaisseau spatial de combat qui assiste à la scène tente de détruire cette anomalie en tirant ses missiles les plus puissants, mais il se fait engloutir par cet objet qui n'a fait que grossir davantage.

À cette époque, le prêtre gardien du Temple est un humain nommé Vito Cornelius. Présent dans la salle du conseil où les décisions militaires se prennent en accord avec le Président des Territoires fédérés à New York, il est un « expert en astro-phénomènes ». Il tient un grimoire dans ses mains et s'en sert pour expliquer au chef d’État l'existence des cinq éléments. Les reliques sont en possession de l'ethnie extraterrestre appelée Mondo-Shawans. Le prêtre fait part au Président de la venue programmée de cet astre, qui n'est autre que le Mal absolu, dont le but est de faire disparaître toute vie dans l'Univers. Le chef d’État l'écoute attentivement. La façon dont le vaisseau spatial de combat s'est fait désintégrer de manière inexplicable l'incite à le croire. Il donne alors la permission d'entrer dans les territoires à un vaisseau Mondo-Shawan qui vient d'arriver à la frontière du système solaire. L'appareil est malheureusement attaqué par des vaisseaux belliqueux et l'engin s'écrase sur un satellite rocheux.

Le cinquième élément dans le taxi[modifier | modifier le code]

Cependant, les équipes de secours retrouvent sur les lieux du crash une main de métal contenant des cellules vivantes. Un laboratoire militaro-scientifique à New York parvient à en reconstituer et à ranimer l'être, le cinquième élément, qui a l'apparence d'une jeune femme dotée de facultés physiques et mentales exceptionnelles. Alors qu'elle s'enfuit du laboratoire où les militaires la retenaient captive, elle se retrouve à l'extérieur du bâtiment dans un New York mégalopolitaine verticale avec de nombreuses voitures volantes. Cernée par la police, elle saute dans le vide depuis une corniche et tombe dans un taxi volant conduit par Korben Dallas, un ancien major des Forces spéciales reconverti en chauffeur de taxi. Celui-ci devait normalement conduire son taxi à la révision.

La jeune femme, nommée Leeloo, réussit à convaincre Korben, mis devant le fait accompli, de semer avec difficulté la police avec son taxi (mais perd tous les points de son permis de conduire) et de la conduire chez le prêtre Cornelius. Lorsqu'ils se retrouvent, Leeloo explique alors à son référent que les pierres n'étaient pas à bord du vaisseau Mondo-Shawan, pour tromper les serviteurs du Mal, en la personne de Jean-Baptiste Emmanuel Zorg (un fabricant d'armes et magnat corrompu par le Mal en personne) et d'un groupe de guerriers mercenaires extraterrestres polymorphes à l'origine de l'attaque du vaisseau Mondo-Shawan, les Mangalores. Après l'attaque du vaisseau Mondo-Shawan par ces derniers, ceux-ci apportent la valise à Zorg en échange des armes. Mais constatant qu'elle ne contient pas les pierres, le magnat annule la transaction, provoquant un différend entre eux au sujet des armes. Leeloo explique au prêtre qu'elles ont été acheminées en secret à la diva Plavalaguna qui doit les lui remettre en mains propres sur la lointaine planète Fhloston. Zorg, vexé par cet échec, convoque le prêtre pour avoir une discussion avec lui pour savoir où sont passées les pierres, mais elle tournera court et le prêtre est chassé.

Korben Dallas gagne le concours[modifier | modifier le code]

Le Président est mis au courant de cette entrevue entre Leeloo et le prêtre, mais il est espionné par le bras droit de Zorg. Soucieux de garder l'affaire secrète du grand public, le Président fait truquer un concours alimentaire « Jiminy Crocket » dont la récompense est justement une croisière paradisiaque à bord du paquebot spatial Fhloston Paradise, où la diva fera un récital pour les passagers. De ce fait, Korben remporte officiellement le concours et possède la couverture idéale pour récupérer discrètement les pierres. Cela tombe à pic pour lui car il fait partie de la vague de licenciement de Zorg (qui l'emploie comme chauffeur de taxi). Mais ces billets sont très convoités et les vols pour Phloston Paradise sont complets depuis des mois. Le prêtre accompagné de Leeloo se rendent chez Korben pour partir sur Phloston. Au même moment, la police envoyée par Zorg arrive pour interpeller Korben dans le but que son bras droit prenne son billet, mais c'est le voisin qui est arrêté à cause d'un quiproquo. Les Mangalores interviennent, capturent le prisonnier et décident d'embarquer à bord de la croisière pour voler les pierres afin d'obliger Zorg à négocier avec eux.

Après diverses péripéties à l'astroport, Korben, Leeloo et Cornelius arrivent à bord du vaisseau spatial qui va les emmener vers le Fhloston Paradise où ils sont censés rencontrer la diva Plavalaguna. Autant Korben et Leeloo, qui se font passer pour un couple, y sont officiellement, autant le prêtre est un passager clandestin. Le militaire est accueilli par l'animateur de radio Ruby Rhod, un homme déjanté, exubérant et farfelu.

La croisière agitée[modifier | modifier le code]

A l'arrivée sur la croisière de Phloston Paradise, alors que Leeloo se cache à proximité de la suite de la diva en attendant la fin du concert, Korben et Ruby Rhod se rendent à l'opéra pour le récital donné lors de la croisière. Durant le concert, des Mangalores prennent d'assaut les appartements de la diva, tuent ses assistants et fouillent la cabine à la recherche des pierres. Ils n'auront pas le temps de les trouver : Leeloo intervient et les neutralise, faisant preuve d'une grande maîtrise des arts martiaux. À la fin du combat de Leeloo, qui correspond à la fin du récital de la diva, une bataille provoquée par les Mangalores a lieu dans la salle de spectacle. Pendant ce temps, Zorg ayant réussit à embarquer à bord de la croisière avec son vaisseau profite de la confusion générale pour se poser sur le vaisseau et rejoindre les appartements de la diva. Il tombe nez à nez avec Leeloo qui décide de fuir plutôt que de combattre. Malheureusement pour elle, Zorg réussit à la blesser gravement à l'aide de son arme et repart avec une valise précédemment présente dans la salle de la diva. Sur le chemin le conduisant à son vaisseau, il décide de poser une bombe. Pendant ce temps, dans la salle de spectacle, la diva est grièvement blessée. Elle parvient de justesse à décrire à Korben le lieu précis de la localisation des pierres avant de succomber. L'ancien militaire ayant récupéré les pierres affronte alors les Mangalores qui parsèment le bâtiment et parvient finalement à arrêter l'attaque des mercenaires en tuant leur chef. En parallèle, Ruby, qui continue son émission, fait profiter tout l'Univers de l'opération censée être secrète.

Le système de sécurité du Fhloston Paradise détecte la bombe dix minutes plus tard, ce qui provoque la panique générale et une évacuation précipitée. Le petit groupe composé de Korben, Leeloo, Cornelius et Ruby Rhod arrive trop tard pour prendre une capsule de sauvetage classique. Zorg, s’apercevant que la malle contenant les pierres est vide, revient en catastrophe et court débrancher sa bombe. Le petit groupe et l'antagoniste se croisent sans se voir dans une zone dévastée où se trouvent les ascenseurs. Le groupe de Korben court vers le hangar où sont stockés tous les vaisseaux spatiaux, trouve le vaisseau de Zorg et s'envole à son bord. Zorg parvient à arrêter sa bombe de justesse mais observe alors une boîte s'ouvrir à coté de lui, contenant une autre bombe appartenant aux Mangalores. Ces derniers, vaincus, l'actionnent alors afin de faire sauter le paquebot « pour l'honneur ».

Dernier acte[modifier | modifier le code]

Ses serviteurs vaincus, le Mal absolu entre alors en action et fonce vers la Terre comme un météore. A bord du vaisseau, Leeloo continue d'apprendre sur l'humanité, mais est terrifiée quand elle découvre la guerre, tandis que Korben, mis au courant de la situation, fonce vers la Terre. Le petit groupe arrive au temple égyptien quelques minutes avant l'impact prévu. Après être parvenus non sans mal à faire fonctionner les pierres, Korben avoue son amour pour Leeloo et parvient in extremis à activer le cinquième élément et, ainsi, sauver l'Humanité. Le Mal devient une planète morte qui tourne désormais en orbite de la Terre. Au temple, Ruby Rhod prend la fuite avant qu'un éventuel nouvel événement n'arrive. Plus tard, Korben et Leeloo sont emmenés au laboratoire à New York, mais sont trop occupés à consommer leur amour pour recevoir le Président...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (VF)[18],[19]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Luc Besson écrit la première ébauche de son scénario alors qu'il est au lycée[20],[21]. Il s'inspire du sketch Harry Canyon dans le film Métal hurlant (1981), dans lequel un chauffeur de taxi dans un futur dystopique recueille une jeune femme et la soustrait à la fois à ses poursuivants directs et aux forces de police[22]. Il est également influencé par Candide de Voltaire, qu'il vient alors de découvrir en classe, et il appelle d'abord son personnage principal Zaltman Bléros[23].

Lorsque la production devient une réalité, Luc Besson insiste pour que le film soit français, même si la majorité des acteurs sont américains. Le montage financier est donc entièrement assumé par Gaumont. De plus, des techniciens français sont nommés aux postes techniques clés (directeur de la photographie, compositeur de musique de film, monteur, etc.), ce qui est pris en compte notamment pour les César ou les Oscars. Cela permet également au film d'avoir une aide financière du Centre national de la cinématographie[20].

Au moment de sa sortie, Le Cinquième Élément est le film le plus cher à avoir été produit en Europe[24],[20],[21].

Luc Besson développe l'univers visuel de son film avec les dessinateurs français de bande dessinée Jean Giraud et Jean-Claude Mézières[25],[26].

Le personnage Ruby Rhod devait à l'origine s'appeler « Loc Rhod ». Le nom est resté dans les scripts et la novélisation du film[27]. Par ailleurs, le personnage serait inspiré par les artistes Prince et Lenny Kravitz[21].

Korben Dallas est incarné par Bruce Willis.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Mel Gibson et Jean Reno ont été envisagés pour jouer Korben Dallas.

Gary Oldman retrouve Luc Besson, avec lequel il avait tourné son précédent film, Léon (1994). Le réalisateur déclare à propos de l'acteur « one of the top five actors in the world » (« l'un des 5 meilleurs acteurs du monde »)[28].

Pour le rôle de Leeloo, 8 000 actrices se présentent aux auditions. Luc Besson n'en rencontre personnellement qu'entre 200 et 300, parmi lesquelles il retient Milla Jovovich : « Milla a cette chose physique, elle peut venir du passé comme du futur. Elle peut être égyptienne ou romaine. Elle peut être Néfertiti ou venir du fin fond de l'espace ». L'actrice Elizabeth Berkley avait également auditionné mais les producteurs étaient réticents en raison de l'échec de Showgirls (1995)[21]. Julia Roberts avait aussi été pressentie pour le rôle.

Kevin Costner était envisagé pour tenir le rôle du général Munroe et Jamie Foxx pour celui de Ruby Rhod[21].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a eu lieu aux Pinewood Studios dans le comté de Buckinghamshire, au Royaume-Uni, notamment sur le célèbre plateau Albert R. Broccoli 007[28].

Les scènes se déroulant en Égypte sont tournées en Mauritanie, alors que les scènes de l'opéra l'ont été au Royal Opera House de Londres[29],[30].

Postproduction[modifier | modifier le code]

Les effets spéciaux sont créés par les sociétés Digital Domain (pour les effets spéciaux visuels et l'animation numérique), Hollywood Digital, The Magic Camera Company et Vision Crew Unlimited.

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Éric Serra. L'album s'est vendu à plus de 750 000 exemplaires dans le monde et comporte une chanson interprétée par l'auteur, Little Light of Love (un clip avec Éric Serra et son groupe a été tourné en plein désert). Ce morceau a révélé la jeune chanteuse israélienne Nourith.

C'est la cantatrice Inva Mula qui interprète l'extrait de Lucia di Lammermoor de Gaetano Donizetti « Il dolce suono » (la première partie de la scène de la folie – scène 2, acte III) ainsi que la Diva Dance qui lui fait suite. Le compositeur Éric Serra a utilisé sa propre voix pour les notes les plus graves et celle d'Inva Mula pour les plus aiguës afin que le rendu final électroacoustique de la voix ait une tessiture le plus humainement impossible à réaliser.

On retrouve par ailleurs dans le film la chanson Alech Taadi de Khaled lors de la course-poursuite à New York. La chanson n'est pas présente sur la bande originale mais sur l'album N'ssi N'ssi du chanteur algérien.

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le film reçoit des critiques partagées. Ainsi, dans les Cahiers du cinéma, Emmanuel Burdeau décrit le film comme un « mélange, mi-insipide, mi-agréable, de grandiose (…) et de dérisoire »[31]. Dans Le Monde, on peut lire qu'il est « filmé avec une vivacité, un sens du show et assez d'humour pour que, côté montagnes russes, on s'amuse bien et de bon cœur », alors que pour Télérama c'est un « divertissement survitaminé, héroïque et léger »[31]. Pour Olivier Séguret de Libération, Le Cinquième Élément est plutôt un « récit naïf d'un combat mythologico-futuriste (...) singulièrement dépourvu de mystère et de folie »[31].

Aux États-Unis, le film totalise 71 % d'opinions favorables sur l'agrégateur Rotten Tomatoes, pour 58 critiques recensées[32] et obtient la note moyenne de 52/100 pour 22 critiques professionnelles sur Metacritic[33].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
63 820 180 $[34] [35] 15[35]
Monde reste du monde 200 100 000 $[34]
Monde Monde 263 920 180 $[34]
Drapeau de la France France 7 727 697 entrées[36] [37] 16[37]

Fin 2014, Le Cinquième Élément est le quatrième plus grand succès d'un long métrage français à l'étranger, toutes langues de tournage prises en compte, avec 43,4 millions d'entrées dans le monde, dont 7,7 millions d'entrées en France et 35,7 millions à l'international[38],[39], derrière Lucy (52,3 millions d'entrées, également réalisé par Luc Besson), Taken 2 (47,8 millions) et Intouchables (44,2 millions)[40].

Le film a reçu un accueil du public assez « froid » aux États-Unis (63 millions de dollars[34]), ce qui est assez étonnant compte tenu du casting pourtant très anglophone avec Bruce Willis en tête d'affiche. Les recettes hors États-Unis sont cependant plus importantes avec 200 millions de dollars[34].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Entre 1997 et 2018, Le Cinquième Élément a été sélectionné 51 fois dans diverses catégories et a remporté 10 récompenses[41],[42].

Distinctions 1997[modifier | modifier le code]

Cérémonie ou récompense Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
Communauté du circuit des récompenses
(Awards Circuit Community Awards (ACCA))
Meilleure direction artistique Anna Pinnock, Ira Gilford, Ron Gress, Michael Lamont, Jim Morahan, Kevin Phipps et Maggie Gray Nomination
Meilleure conception de costumes Jean-Paul Gaultier
Meilleur son -
Meilleurs effets visuels -
Ecran d'or Écran d'or des films ayant totalisé 3 millions d'entrées en 18 mois Le Cinquième Élément Lauréat
Le mauvais film de Stinkers
(The Stinkers Bad Movie Awards)
Pire film Le Cinquième Élément Nomination
Pire sens de l'orientation (arrêtez-les avant qu'ils ne dirigent à nouveau!) Luc Besson
Pire actrice dans un second rôle Milla Jovovich
Pire acteur dans un second rôle Chris Tucker
Prix Bogey
(Bogey Awards)
Prix Bogey d’argent[Note 2] Le Cinquième Élément Lauréat
Prix du cinéma européen Meilleur film européen de l'année Patrice Ledoux Nomination

Distinctions 1998[modifier | modifier le code]

Cérémonie ou récompense Catégorie / Récompense Nominé(es) / Lauréat(es)
Académie des films de science-fiction, fantastique et d'horreur - Prix Saturn Meilleur film de science-fiction Le Cinquième Élément Nomination
Meilleure actrice dans un second rôle Milla Jovovich
Meilleurs costumes Jean-Paul Gaultier
Meilleurs effets spéciaux Karen E. Goulekas et Mark Stetson
Association du cinéma et de la télévision en ligne Prix OFTA du meilleur acteur de science-fiction / fantaisie / d’horreur Gary Oldman Lauréat
Prix OFTA des meilleurs maquillages et coiffures Mark Coulier, Lois Burwell, Amanda Knight, Michelle Taylor, Sarah Love, Sue Love, Melissa Lackersteen et Lisa Tomblin
Meilleure film de science-fiction / fantastique / d'horreur Patrice Ledoux Nomination
Meilleur acteur de science-fiction / fantaisie / d’horreur Bruce Willis
Meilleure actrice de science-fiction / fantastique / d’horreur Milla Jovovich
Meilleure musique, partition musicale d’une comédie Éric Serra
Meilleure musique, chanson adaptée Gaetano Donizetti
Meilleure direction artistique Dan Weil, Anna Pinnock, Ira Gilford, Ron Gress, Michael Lamont, Jim Morahan, Kevin Phipps et Maggie Gray
Meilleure conception de costumes Jean-Paul Gaultier
Meilleur mixage sonore Chris Jenkins, Mark Smith, Bruno Tarrière et Ron Bartlett
Meilleur montage d'effets sonores Mark A. Mangini
Meilleurs effets visuels Karen E. Goulekas et Mark Stetson
César César du meilleur réalisateur Luc Besson Lauréat
César de la meilleure photographie Thierry Arbogast
César des meilleurs décors Dan Weil
Meilleur film Luc Besson Nomination
Meilleure musique originale Éric Serra
Meilleur son Daniel Brisseau
Meilleur montage Sylvie Landra
Meilleurs costumes Jean-Paul Gaultier
Éditeurs de sons de films Meilleur montage sonore - Effets sonores et bruitages Le Cinquième Élément Nomination
Lumières de la presse internationale Lumière du meilleur réalisateur Luc Besson Lauréat
MTV Movie Awards Meilleur combat Milla Jovovich Nomination
Oscars Meilleur montage sonore Mark A. Mangini Nomination
Prix du divertissement à succès Meilleure révélation féminine Milla Jovovich Nomination
Prix Hugo Meilleure présentation dramatique Luc Besson et Robert Mark Kamen Nomination
Prix Razzie Pire second rôle féminin Milla Jovovich Nomination
Pire révélation Chris Tucker
Prix Satellites Meilleurs effets visuels Mark Stetson Nomination
Récompenses des arts du cinéma et de la télévision de la British Academy British Academy Film Award des meilleurs effets visuels Mark Stetson, Karen E. Goulekas, Nick Allder, Neil Corbould et Nick Dudman Lauréat
Syndicat national des journalistes cinématographiques italiens Meilleur réalisateur étranger Luc Besson Nomination

Distinctions 2012[modifier | modifier le code]

Distinctions 2018[modifier | modifier le code]

  • Prix 20/20 (20/20 Awards) :

Sélections[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Procès[modifier | modifier le code]

Jean Giraud et l'éditeur Les Humanoïdes associés ont intenté un procès contre Luc Besson et Gaumont pour plagiat de la bande-dessinée L'Incal, citant « des emprunts manifestes au titre, aux décors, aux scènes, aux personnages et aux éléments graphiques et scénaristisques ». Le scénariste de L'Incal, Alejandro Jodorowsky, fit également une réclamation. En 2004 le tribunal donna raison à Besson, pour qui l'accusation reposait « sur des fragments infimes de l'œuvre »[43].

Clins d'œil[modifier | modifier le code]

  • Le film regorge d'hommages à la série de bandes dessinées Valérian et Laureline, notamment avec les voitures volantes (tirées de l'album Les Cercles du pouvoir), les vêtements, ou encore le melting pot entre les humains et les aliens. La série a influencé Luc Besson depuis sa jeunesse et il l'adaptera finalement au cinéma dans Valérian et la Cité des mille planètes (2017).
  • Les références au film Blade Runner (1982) de Ridley Scott sont également multiples : le héros retraité, les pyramides, la présence de l'acteur Brion Jamesetc.[20].
  • La secrétaire de Zorg a une façon spéciale de se vernir les ongles (ongle qui change de couleur au touché de son stylet) ; ceci est une référence au film Total Recall (1990) de Paul Verhoeven, où la secrétaire de Recall se vernit les ongles de façon similaire.
  • À la fin du film, on peut voir une référence à l'affiche du film Subway (1985), réalisé par Luc Besson, lorsque Ruby tient un néon dans le bâtiment égyptien.
  • Leeloo, surnom du cinquième élément (interprété par Milla Jovovich), est le nom de la seconde maison de production de Luc Besson créée en 1992, mais aussi celui d'une contraception populaire en France (mise sur le marché en mars 2008).
  • Certains hiéroglyphes au début du film rappellent la théorie des anciens astronautes.

Doublage[modifier | modifier le code]

Selon la plupart des sources, ce serait Luc Besson lui-même qui souhaitait que le doublage de la voix de Bruce Willis ne soit pas assuré par Patrick Poivey, pourtant déjà voix française régulière de la star américaine. C'est ici Bernard Métraux qui lui prête sa voix[44]. Cependant, Patrick Poivey déclare dans une interview avoir été écarté du doublage français après un différend salarial avec la boîte de doublage chargée de la version française du film, et rajoute que Luc Besson ne s'est jamais impliqué dans la préparation de cette version française.[45]

Par ailleurs, une légende urbaine veut que Vin Diesel prête sa voix en anglais à Finger (rumeur notamment présente dans les anecdotes sur la fiche Internet Movie Database du film[21]). Luc Besson dément cette information et précise que la voix est celle d'un ami de Bruce Willis qui n'est pas du tout de la profession[46].

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le film fait l'objet d'une novélisation écrite par Terry Bisson, et de deux adaptations en jeu vidéo développées par Kalisto Entertainment : Le Cinquième Élément (1998) et NYR: New York Race (2001).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Classification États-Unis : « Classé PG-13 pour une violence de science-fiction intense, un peu de sexualité et une brève nudité. »
  2. Prix Bogey d’argent : « vu par deux millions de personnes en vingt jours. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Williams, « Resnais seizes 7 Cesars » [archive du ], sur Variety, (consulté le )
  2. Martha Teichner, « Jean Paul Gaultier: Fashion's wild child » [archive du ], sur CBS News, (consulté le )
  3. Jen Yamato, « Milla Jovovich on Resident Evil And Her Ultraviolet Beef » [archive du ], sur Rotten Tomatoes, (consulté le )
  4. Meredith Woerner, « Luc Besson's next film is 'The Fifth Element to the power of ten' » [archive du ], sur io9, (consulté le )
  5. Lorsque Korben Dallas se réveille, la date exacte est visible : le . Le 18 mars est l'anniversaire de Luc Besson, et la veille de celui de Bruce Willis. Cela indique également que l'action ne se passe pas stricto sensu « 300 ans après » le début du film (qui se déroule en 1914), mais plus précisément 349 ans après.
  6. a et b (en) « Le Cinquième Élément - Dates de sortie » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  7. Guénolée Milleret (préf. Alexis Mabille), Haute couture : Histoire de l'industrie de la création française des précurseurs à nos jours, Paris, Eyrolles, , 192 p. (ISBN 978-2-212-14098-9, lire en ligne), « La couture, star du 7e art », p. 153
  8. (en) « Le Cinquième Élément - Société de Production / Sociétés de distribution » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  9. « Budget du film Le Cinquième Élément », sur JP box-office.com (consulté le ).
  10. (en) « Le Cinquième Élément - Spécifications techniques » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  11. a et b « Le Cinquième Élément », sur cinebel.dhnet.be (consulté le ).
  12. a et b « Le Cinquième Élément », sur cinoche.com (consulté le ).
  13. (en) « Le Cinquième Élément - Guide Parental » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  14. « Visa et Classification - Fiche œuvre Le Cinquième Élément », sur CNC (consulté le ).
  15. a et b (en) « Classification Parentale au Royaume-Uni », sur bbfc.co.uk (consulté le ).
  16. « Guide Parental belge », sur kinepolis.be (consulté le ).
  17. « Guide Parental suisse », sur filmrating.ch (consulté le ).
  18. « Fiche de doublage VF du film » sur Voxofilm, consulté le 26 janvier 2013
  19. « Fiche de doublage VF du film » sur AlloDoublage, consulté le 26 janvier 2013
  20. a b c et d « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le ).
  21. a b c d e et f (en) Le Cinquième Élément sur l’Internet Movie Database (section sur les anecdotes)
  22. Métal Hurlant - DevilDead.com
  23. Luc Besson, Enfant terrible, XO éditions, , p. 133.
  24. Alice LaPlante, Playing for Profit : How Digital Entertainment is Making Big Business Out of Child's Play, John Wiley & Sons, , 287 p. (ISBN 978-0-471-29614-0, lire en ligne), p. 58
  25. (en) « R.I.P. Moebius, comics legend and Métal Hurlant co-founder », sur The A.V. Club, (consulté le ).
  26. (en) « Luc Besson adapting classic time-travel comic created by Fifth Element concept artist », sur io9.com, (consulté le ).
  27. (en) « The 404 Yuletide Mini-sode: Where The 404 is the Fifth Element », sur Cnet.com, (consulté le ).
  28. a et b (en) « Filmmaker Luc Besson explains how a childhood fantasy became a hit sci-fi epic. », sur IndustryCentral.net (consulté le ).
  29. (en) 15 scifi movies 15 famous architectural locations: Royal Opera House London - Fifth Element - oobbject.com
  30. (en) Le Cinquième Élément sur l’Internet Movie Database (section sur les lieux de tournage)
  31. a b et c « Critiques presse du Cinquième Élément », sur Allociné (consulté le ).
  32. (en) « The Fifth Element (1997) », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  33. (en) « The Fifth Element », sur Metacritic (consulté le ).
  34. a b c d et e (en) « The Fifth Element », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  35. a et b (en) « The Fifth Element - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  36. « Box-office Le Cinquième Élément », sur JP's box-office (consulté le ).
  37. a et b « Box-office Le Cinquième Élément - en France », sur JP's box-office (consulté le ).
  38. Statistiques, sur Unifrance
  39. Résultats, sur Lumière.obs.coe.int
  40. article sur Le Monde, consulté le 8 novembre 2014
  41. (en) « Le Cinquième Élément - Distinctions » sur l’Internet Movie Database (consulté le ).
  42. a b et c « Palmares du film Le Cinquième Élément », sur Allociné (consulté le ).
  43. « Moebius perd un procès pour plagiat contre Luc Besson », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. Interview de Bernard Métraux sur Voxofilm
  45. [1]
  46. « Non, Vin Diesel ne joue PAS dans Le Cinquième Elément », sur Allociné, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]