Subway (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Subway.
Subway
Réalisation Luc Besson
Scénario Pierre Jolivet
Alain Le Henry
Marc Perrier
Sophie Schmit
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Loup
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Policier
Durée 104 minutes
Sortie 1985

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Subway est un film policier dramatique français réalisé par Luc Besson, sorti en 1985.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir dérobé des documents compromettants, un homme se réfugie dans l'univers fascinant et agité du métro parisien. Une impitoyable chasse à l'homme s'organise. D'étranges liens se tissent entre le cambrioleur, Fred, et la femme de sa victime, Helena.

Au-delà de l'histoire de vol de documents et de chantage, Subway est aussi une plongée dans le monde de la marginalité et de la culture punk. Fred parcourt les sous-sols du métro et découvre « sa faune » nocturne. Au détour des couloirs, il rencontre des musiciens, chacun dans leur coin. Il décide de les réunir et de les inciter à former un groupe.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Le couple incarné dans le film par Christophe Lambert et Isabelle Adjani devait initialement être interprété par Sting et Charlotte Rampling. Les défections successives du chanteur et de la comédienne anglaise ont conduit Luc Besson à faire appel à Christophe Lambert ainsi qu'à Isabelle Adjani qu'il avait déjà dirigée pour le clip Pull marine[3].

Luc Besson apparaît brièvement dans le rôle du conducteur d'un train du RER B, braqué par Richard Bohringer.

Tournage[modifier | modifier le code]

Un quai de la gare Auber, sur la ligne A du RER, qui a servi pour le tournage du film.

La RATP imposa des horaires stricts, en dehors des heures de pointe, à Luc Besson pour le tournage : de h à 16 h et de h à h. Le tournage se déroula principalement à Auber et Opéra et dura dix-neuf semaines. On reconnaît cependant d'autres gares du RER comme Charles de Gaulle - Étoile, Châtelet - Les Halles, La Défense, Nation et d'autres stations de métro comme Porte de Versailles, Concorde, La Motte-Picquet - Grenelle ou Dupleix[3].

La séquence d'ouverture du film, la course-poursuite en voiture, est un hommage au film de 1971 The French Connection, et la fin du film est vaguement basée sur celle du film de 1960 À bout de souffle[4].

Jean-Hugues Anglade a été doublé pour les cascades en roller par Thierry Penot, champion du monde de roller de vitesse[5].

Musique[modifier | modifier le code]

En dehors de sa collaboration avec Jacques Higelin jusqu'en 1988, Éric Serra travaille à la bande originale du film. Son travail est récompensé par la Victoire de la meilleure musique du film en 1985 et par une nomination au César de la meilleure musique originale. La bande originale est également certifiée double disque d'or en France. Il jouait d'ailleurs un petit rôle dans ce film, celui d'Enrico le bassiste, aux côtés de Jean Reno en batteur et du chanteur Arthur Simms.

  1. Subway (1'45)
  2. Guns & People (3'53) (paroles : Corine Marienneau)
  3. Burgaly (2'30)
  4. Masquerade (3'40)
  5. Childhood Drama (2'17)
  6. Man Y (2'30)
  7. Congabass (1'32)
  8. Song to Xavier (2'25)
  9. Speedway (3'38)
  10. It's only Mystery (4'32) (interprété par Arthur Simms) (paroles et musique : Corine Marienneau, Louis Bertignac, Éric Serra)
  11. Drumskate (1'50)
  12. Dolphin Dance (2'30)
  13. Racked Animal (3'00)
  14. Pretext (5'00)
  15. Dark Passage II (1'05)

La chanson A Lucky Guy de Rickie Lee Jones est utilisée durant la scène où Christophe Lambert, puis Jean-Hugues Anglade, dansent avec Isabelle Adjani.

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est un très bon succès en France, avec 2 920 588 entrées, dont 809 541 à Paris[6]. C'est le 7e meilleur film de l'année au box-office français de 1985, et le 3e meilleur film français derrière Trois hommes et un couffin (10 251 465 entrées) et Les Spécialistes (5 319 542 entrées)[7].

Le film rapporte 390 659 $ aux États-Unis[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film obtient 13 nominations lors de la 11e cérémonie des César en 1986 et décroche 3 prix[3] :

Intitulé Nom Résultat
Meilleur film Luc Besson Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur acteur Christophe Lambert Lauréat
Meilleure actrice Isabelle Adjani Nomination
Meilleur acteur dans un second rôle Jean-Hugues Anglade Nomination
Jean-Pierre Bacri Nomination
Michel Galabru Nomination
Meilleure musique écrite pour un film Éric Serra Nomination
Meilleur décor Alexandre Trauner Lauréat
Meilleure photographie Carlo Varini Nomination
Meilleur son Gérard Lamps Lauréat
Meilleur montage Sophie Schmit Nomination
Meilleure affiche Bernard Bernhardt Nomination

Le film est également nommé lors de la 39e cérémonie des British Academy Film Awards en 1986 pour le prix du meilleur film en langue étrangère. La musique d'Éric Serra est quant à elle récompensée lors des Victoires de la musique 1985, dans la catégorie album de musique originale de cinéma ou de télévision[8].

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guénolée Milleret (préf. Alexis Mabille), Haute couture : Histoire de l'industrie de la création française des précurseurs à nos jours, Paris, Eyrolles, , 192 p. (ISBN 978-2-212-14098-9), « La couture, star du 7e art », p. 153
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database.
  3. a, b et c « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 8 mars 2015).
  4. (en) Guy Austin, Contemporary French Cinema: An Introduction, Manchester University Press, (ISBN 978-0-7190-7829-3), p. 151
  5. Alain Metreau, « Un champion du monde entraine en Essonne » sur roller91.fr, 21 février 2009.
  6. a et b « Subway », sur JP box-office.com (consulté le 8 mars 2015).
  7. voir Box-office France 1985.
  8. (en) Distinctions sur l’Internet Movie Database.

Liens externes[modifier | modifier le code]