Subway (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Subway
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Réalisation Luc Besson
Scénario Luc Besson
Pierre Jolivet
Alain Le Henry
Marc Perrier
Sophie Schmit
Musique Éric Serra
Acteurs principaux
Sociétés de production Les Films du Loup
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Thriller
Durée 104 minutes
Sortie 1985


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Subway est un film français réalisé par Luc Besson, sorti en 1985.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après avoir dérobé des documents compromettants, un homme, Fred, se réfugie dans le métro parisien. Au sein de cet univers fascinant et agité, une impitoyable chasse à l'homme s'organise. D'étranges liens se tissent entre le cambrioleur et la femme de sa victime, Héléna.

Au-delà de l'histoire de vol de documents et de chantage, Subway est aussi une plongée dans le monde de la marginalité et de la culture punk. Fred parcourt les sous-sols du métro et découvre sa « faune » nocturne. Au détour des couloirs, il rencontre aussi des musiciens, chacun dans leur coin. Il décide de les réunir et de les inciter à former un groupe.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Luc Besson développe les prémices du scénario au début des années 1980, alors qu'il squatte chez Pierre Jolivet[4]. Après avoir tourné son court-métrage L'Avant-dernier (1981), Luc Besson retravaille le script avec Pierre Jolivet[5]. Le cinéaste démarche alors des producteurs. Il se fait alors connaitre chez Gaumont grâce à Marie-Christine de Montbrial, qui l'a découvert avec son court-métrage L'Avant-dernier (1981)[5]. Mais le projet ne se concrétise pas. Déçu, Luc Besson décide sur les conseils d'une connaissance d'adapter son court métrage en long métrage. Son premier long métrage sera donc Le Dernier Combat (1983)[6]. Le film sera ensuite projeté devant certains cadres de Gaumont, grâce à Marie-Christine de Montbrial. Le film séduit le directeur général du studio, Daniel Toscan du Plantier qui demande alors ce que Luc Besson a prévu ensuite. Ce dernier lui parle brièvement de Subway. Daniel Toscan du Plantier est d'emblée partant et souhaite que Gaumont le produise[7]. Après avoir écrit plusieurs versions du scénario, Luc Besson n'est toujours pas satisfait. Sur les conseils d'Alexandre Arcady, il le réécrit avec l'aide d'Alain Le Henry[8]. Marc Perrier et Sophie Schmit sont également crédités au générique pour leur participation au scénario. Cette dernière, qui a un temps été la compagne du réalisateur, officie également comme monteuse.

Alors que le projet avance, Gaumont connait de nombreux problèmes financiers. Alors que plusieurs films sont annulés, Subway voit son budget passer de 22 à 14 millions de francs[9].

La RATP demandera de nombreuses réécritures avant de donner son autorisation. Plusieurs changements ne seront finalement pas appliqués et cachés à la RATP[10],[11].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Au tout début du développement du film, Luc Besson envisage François Cluzet pour le rôle principal, mais Gaumont ne le trouve pas assez connu[5].

Pour le rôle féminin principal, Luc Besson envisage l'actrice britannique Charlotte Rampling, alors très populaire. L'actrice insistera pour que son compagnon de l'époque Jean-Michel Jarre compose la musique mais Luc Besson reste fidèle à Éric Serra[12]. Pour le rôle masculin principal, Luc Besson s'est inspiré de Sting, leader du groupe The Police. Un ami lui conseille de l'engager. Après avoir vu une copie du Dernier Combat, Sting accepte et est entousiaste[13]. Finalement, Charlotte Rampling est trop indécise et Luc Besson propose le rôle à Isabelle Adjani, dont il vient de réaliser le clip de Pull marine[14].. Séduite par le script, l'actrice française accepte très rapidement[15]. La participation de Sting est cependant remise en cause en raison des dates de sa tournée mondiale[16]. Luc Besson pense à nouveau à François Cluzet, avec qui Isabelle Adjani vient de tourner L'Été meurtrier (1983). Mais en raison du style novateur du film, l'actrice suggère un duo inédit et d'engager un acteur inconnu[16]. Par l'intermédiaire de l'agent d'Isabelle Adjani, Luc Besson rencontre Christophe Lambert. Inconnu du grand public, l'acteur franco-américain vient d'achever le tournage de Greystoke, la légende de Tarzan, qui n'est pas encore sorti. L'acteur et Luc Besson « accrochent » très vite et signent très rapidement le contrat[17].

Le rôle du commissaire Gesberg est proposé à Michel Galabru, que Luc Besson a rencontré sur le tournage de Les Bidasses aux grandes manœuvres (1981) sur lequel il est assistant-réalisateur[18]. Quant à Jean-Pierre Bacri, Luc Besson l'a rencontré lors du tournage de Le Grand Carnaval (1983) d'Alexandre Arcady[19],[17].

Luc Besson apparaît brièvement dans le rôle du conducteur d'un train du RER B, braqué par Richard Bohringer.

Le rôle du roller est initialement prévu pour Richard Anconina, que Luc Besson rencontre alors que l'acteur vit chez son ami Pierre Jolivet[4]. Mais quelques années plus tard, alors que le film se concrétise, l'acteur trouve que le rôle est trop petit[12]. C'est finalement Jean-Hugues Anglade qui est engagé, l'acteur ayant le même agent qu'Isabelle Adjani[20].

Pour le rôle du batteur, Luc Besson pense d'emblée à Jean Reno, qui a joué dans son court-métrage L'Avant-dernier (1981) et dans Le Dernier Combat (1983)[20]. Le réalisateur propose ensuite le rôle du bassiste à son ami et futur compositeur fétiche, Eric Serra, et celui du chanteur à Arthur Simms (rencontré lors du tournage de Le Grand Carnaval (1983) d'Alexandre Arcady)[20]. Pour le rôle du mari de Héléna, Luc Besson engage Constantin Alexandrov, un homme d'affaires d'origine russe qui avait en partie financé son premier film, Le Dernier Combat (1983)[20].

Tournage[modifier | modifier le code]

Un quai de la gare d'Auber, sur la ligne A du RER, qui a servi pour le tournage du film.

La RATP impose des horaires stricts, en dehors des heures de pointe, pour le tournage : de h à 16 h et de h à h. Le tournage, qui se déroula principalement à la gare d'Auber et à la station Opéra, dura dix-neuf semaines. On reconnaît cependant d'autres gares du RER comme celles de Charles de Gaulle - Étoile, Châtelet - Les Halles, La Défense, Nation et d'autres stations de métro comme Porte de Versailles, Concorde, La Motte-Picquet - Grenelle ou Dupleix[14].

La séquence d'ouverture du film, la course-poursuite en voiture, est un hommage au film de 1971 French Connection, et la fin du film est vaguement basée sur celle du film de 1960 À bout de souffle[21].

Jean-Hugues Anglade est doublé pour les cascades en roller par Thierry Penot, champion du monde de roller de vitesse[22].

Subway est l'un des premiers films français à utiliser la Steadicam. L'équipe a par ailleurs recours à plusieurs techniques pour les prises de vues. Un karting est ainsi utilisé pour filmer des plans du roller et de poursuite dans le métro[23],[24].

Musique[modifier | modifier le code]

Subway
Bande originale du film

Bande originale de Éric Serra
Sortie
Enregistré Studio Ramsès (Paris, 5e[25])
Palais des congrès (Paris, 17e[26])
Genre musique de film, pop rock
Format CD
Auteur Éric Serra, Corine Marienneau, Louis Bertignac
Compositeur Éric Serra
Label Sony Music Entertainment / Gaumont Musique

La musique du film est composée par Éric Serra. Il retrouve Luc Besson après avoir officié sur le court-métrage L'Avant-dernier (1981) et sur Le Dernier Combat (1983).

Éric Serra sera récompensé par la Victoire de la meilleure musique du film en 1985 et par une nomination au César de la meilleure musique originale. La bande originale est également certifiée double disque d'or en France et s'écoule à 100 000 exemplaires en France[27]. Éric Serra joue par ailleurs un petit rôle dans ce film, celui d'Enrico le bassiste, aux côtés de Jean Reno en batteur et du chanteur Arthur Simms[28].

La chanson A Lucky Guy de Rickie Lee Jones est utilisée durant la scène où Christophe Lambert, puis Jean-Hugues Anglade, dansent avec Isabelle Adjani. Elle n'apparait cependant pas sur l'album de la bande originale.

Liste des titres[25]
  1. Subway (1 min 45 s)
  2. Guns and People (3 min 53 s) (interprété par Arthur Simms[29]) (paroles : Corine Marienneau)
  3. Burglary (2 min 30 s)
  4. Masquerade (3 min 40 s)
  5. Childhood Drama (2 min 17 s)
  6. Man Y (2 min 30 s)
  7. Congabass (1 min 32 s)
  8. Song to Xavier (2 min 25 s)
  9. Speedway (3 min 38 s)
  10. It's Only Mystery (4 min 32 s) (interprété par Arthur Simms[30]) (paroles et musique : Corine Marienneau, Louis Bertignac, Éric Serra)
  11. Drumskate (1 min 50 s)
  12. Dolphin Dance (2 min 30 s)
  13. Racked Animal (3 min 00 s)
  14. Pretext (5 min 00 s)
  15. Dark Passage II (1 min 05 s)
Crédits[25]

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

En 2013, dans sa critique du film, Guillaume Gas du site courte-focale.fr met en avant le casting (notamment la présence d’Isabelle Adjani, mais surtout la prestation de Christophe Lambert et des acteurs secondaires) et des personnages forts de Subway, ainsi que l’utilisation de la musique dans le film, mais parle cependant d'un scénario « assez minimaliste »[31]. Il ajoute que le film :

« contient déjà tout ce qui impressionne malgré tout dans le cinéma de Besson, à savoir une énergie interne assez inouïe, une façon de voir le cinéma moins comme l’illustration d’un scénario que comme un pur déversement de virtuosité (une chose qu’il a totalement oubliée par la suite), et surtout, un goût évident pour les atmosphères uniques qui, lorsqu’elles sont bien retranscrites, suffisent à forger la moelle épinière d’une œuvre de cinéma. Revoir le film au format Blu-Ray ne trompe d’ailleurs pas sur cette impression, le film ayant étonnamment bien vieilli[31]. »

Il conclut que le film « reste le premier vrai geste artistique de la filmographie de Besson, dont le succès aura permis à ce dernier de concrétiser son film le plus personnel »[31].

Dans le monde anglo-saxon, le film obtient sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes un score de 75 % d'avis favorables, sur la base de 8 critiques collectées et une note moyenne de 5,70 sur 10[32]. La critique Janet Maslin du The New York Times a fait l'éloge du « style visuel très énergique » du film et « le pur plaisir de mettre en scène des scènes domestiques, des intermèdes musicaux et des courses de patins à roulettes dans le métro » mais a ajouté que « [les] personnages et les situations [sont] si minces qu'ils pourraient tout aussi bien être des pensés après coup » [33].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film est un succès en France lors de son exploitation en salles, avec 2 920 588 entrées dont 809 541 à Paris[34]. C'est le 7e meilleur film de l'année au box-office français de 1985, et le 3e meilleur film français derrière Trois hommes et un couffin (10 251 465 entrées) et Les Spécialistes (5 319 542 entrées).

Sur le territoire américain, le film engrange une recette de 390 659 $[34].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le film obtient 13 nominations lors de la 11e cérémonie des César en 1986 et décroche 3 prix[14] :

Catégorie Nominé Résultat
Meilleur film Luc Besson Nomination
Meilleur réalisateur Nomination
Meilleur acteur Christophe Lambert Lauréat
Meilleure actrice Isabelle Adjani Nomination
Meilleur acteur dans un second rôle Jean-Hugues Anglade Nomination
Jean-Pierre Bacri Nomination
Michel Galabru Nomination
Meilleure musique écrite pour un film Éric Serra Nomination
Meilleur décor Alexandre Trauner Lauréat
Meilleure photographie Carlo Varini Nomination
Meilleur son Gérard Lamps Lauréat
Meilleur montage Sophie Schmit Nomination
Meilleure affiche Bernard Bernhardt Nomination

Le film est également nommé lors de la 39e cérémonie des British Academy Film Awards en 1986 pour le prix du meilleur film en langue étrangère et au Fantasporto 1987. La musique d'Éric Serra est quant à elle récompensée lors des Victoires de la musique 1985, dans la catégorie album de musique originale de cinéma ou de télévision[35].

Postérité[modifier | modifier le code]

La célèbre réplique « Police, menottes, prison ! » de Michel Galabru à Jean-Hugues Anglade, lors de l'arrestation de l'homme en roller, est reprise dans le film Polisse (2011) de Maïwenn.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guénolée Milleret (préf. Alexis Mabille), Haute couture : Histoire de l'industrie de la création française des précurseurs à nos jours, Paris, Eyrolles, , 192 p. (ISBN 978-2-212-14098-9, lire en ligne), « La couture, star du 7e art », p. 153
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database.
  3. (en) Parents Guide sur l’Internet Movie Database
  4. a et b Besson 2019, p. 240.
  5. a b et c Besson 2019, p. 279.
  6. Besson 2019, p. 280.
  7. Besson 2019, p. 322-323.
  8. Besson 2019, p. 350.
  9. Besson 2019, p. 364.
  10. Besson 2019, p. 366.
  11. Besson 2019, p. 373-374.
  12. a et b Besson 2019, p. 351.
  13. Besson 2019, p. 353-354.
  14. a b et c « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le ).
  15. Besson 2019, p. 358-359.
  16. a et b Besson 2019, p. 360.
  17. a et b Besson 2019, p. 361.
  18. Besson 2019, p. 271.
  19. Besson 2019, p. 339.
  20. a b c et d Besson 2019, p. 362.
  21. (en) Guy Austin, Contemporary French Cinema : An Introduction, Manchester, Manchester University Press, , 2e éd., 254 p. (ISBN 978-0-7190-7829-3), p. 151.
  22. Alain Metreau, « Un champion du monde entraine en Essonne » sur roller91.fr, 21 février 2009.
  23. Besson 2019, p. 370.
  24. [vidéo] Making-of du film (45 minutes) sur YouTube (consulté le )
  25. a b et c Bande originale du film Subway - Discogs
  26. Besson 2019, p. 375.
  27. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  28. [vidéo] Eric Serra, Eric Serra - Subway EPK (HD) sur YouTube (consulté le )
  29. « Bass cover : Arthur Simms - Guns & People », sur youtube.com, clip publié le (consulté le ).
  30. « It's Only Mystery - Le Clip », sur youtube.com, clip publié le (consulté le ).
  31. a b et c « Critique : Subway (Luc Besson) », sur courte-focale.fr, .
  32. (en) « Subway (1985) », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le )/
  33. (en) Janet Maslin, « Subway (1985) », The New York Times,‎ , p. 23.
  34. a et b « Subway », sur JP box-office.com (consulté le ).
  35. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]