Alexis Mabille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Alexis Mabille
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (43 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Chambre syndicale de la haute couture (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Alexis Mabille est un créateur de mode français, « Membre invité » de la haute couture depuis 2007, et « Membre permanent » depuis .

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexis Mabille est né le à Lyon[1],[2]. Il a étudié au lycée Saint-Marc, à Lyon, puis à l'École de la chambre syndicale de la couture parisienne. Il est connu tant pour ses collections de « Couture » et de prêt-à-porter unisexes, que pour ses nœuds papillons, qui sont au fil du temps devenus sa signature[3]. Avant de lancer ses propres collections, il a, entre autres, été le collaborateur d'Hedi Slimane, pour qui il concevait les bijoux de la ligne masculine Dior Homme[3].

En , il réalise pour Christophe de Quénetain une garniture de fauteuils exposée à la Biennale des antiquaires[4]. Il est également connu pour avoir habillé Dita von Teese[5]. En 2012, le BHV lui confie la conception et la décoration de ses vitrines de Noël[6].

Après avoir été « Membre invité » de la Chambre syndicale de la haute couture, il reçoit l’appellation officielle de haute couture en [7] et son premier défilé reçoit des avis divers, du bon[8],[9], au neutre[10],[11],[12] voire mitigé[13],[14] ou critique[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coco, « Alexis Mabille », Tendances de mode,‎ (lire en ligne)
  2. « Alexis Mabille », sur vogue.fr, vogue, (consulté le 17 juin 2014)
  3. a et b Géraldine Dormoy, « Un café avec... Alexis Mabille », Café Mode sur L'Express,‎ (lire en ligne)
  4. Pauline Penicaud, « Alexis Mabille à la Biennale des antiquaires », Vogue,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Front Row at Alexis Mabille », Runway, sur wwd.com, WWD, (consulté le 3 février 2013)
  6. « Les vitrines de Noël du BHV by Alexis Mabille » (consulté le 13 novembre 2012)
  7. AFP, « Alexis Mabille et Maison Martin Margiela reçoivent l'appellation haute couture », Style, sur lemonde.fr, M, (consulté le 19 décembre 2012)
  8. Marie-Caroline Bougère, « Cinquante nuances poudrées d'Alexis Mabille », Styles, sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 3 février 2013)
  9. Godfrey Deeny et Hélène Guillaume, « Giambattista Valli, Stéphane Rolland, Alexis Mabille », Style, sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le 3 février 2013)
  10. Elvire Emptaz, « Alexis Mabille, Féminité vaporeuse », Mode, sur elle.fr, Elle, (consulté le 3 février 2013)
  11. Pauline Gallard, « Chez Alexis Mabille, Jean Paul Gaultier, la haute couture est une aventure », sur gala.fr, (consulté le 3 février 2013)
  12. (en) Christina Perez, « Alexis Mabille Couture Spring 2013 », sur fashionologie.com, (consulté le 3 février 2013)
  13. (en) Jeffrey Felner, « Alexis Mabille Haute Couture Spring 2013 », sur examiner.com, (consulté le 3 février 2013)
  14. (en) « Alexis Mabille Spring Couture 2013 », Runway, sur wwd.com, WWD, (consulté le 3 février 2013)
  15. Xavier de Jarcy, « Avec Alexis Mabille et Maurizio Galante, la haute couture se drape de ridicule », sur telerama.fr, Télérama, (consulté le 3 février 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]