Valérian et la Cité des mille planètes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valérian et la Cité des mille planètes
Réalisation Luc Besson
Scénario Luc Besson
Acteurs principaux
Sociétés de production EuropaCorp
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre science-fiction
Durée 136 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Valérian et la Cité des mille planètes est un film de science-fiction français écrit, produit et réalisé par Luc Besson, sorti en 2017.

Il s'agit d'une libre adaptation de l'univers de la série de bande dessinée française Valérian et Laureline scénarisée par Pierre Christin et dessinée par Jean-Claude Mézières, principalement du sixième album, L'Ambassadeur des Ombres, paru en 1975. Le titre du film fait référence au deuxième album, L'Empire des mille planètes, paru en 1971, mais n'en reprend pas la trame.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2740, Valérian et Laureline sont deux agents spatio-temporels. À bord de leur vaisseau, l’Intruder, ils sillonnent l'espace et le temps afin d'accomplir les différentes missions que leur confie le Pouvoir Central. Cette nouvelle aventure les mène sur la station orbitale Alpha qui abrite 17 millions d'individus venant des quatre coins de l'univers. Près de 8 000 espèces y échangent leurs connaissances, leurs technologies et leurs pouvoirs. Le pire endroit pour mener une enquête...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[4]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Luc Besson annonce le , en même temps que la création de ses comptes Facebook, Twitter et Instagram où il donne des nouvelles du tournage, qu'il va réaliser un film inspiré de la série de bandes dessinées française Valérian et Laureline, parue en 1967, vendue à dix millions d'exemplaires et traduite dans vingt-et-une langues. Le film sera en particulier tiré du tome L'Ambassadeur des Ombres[5], qui, tout comme les autres albums, a inspiré l'univers de Star Wars dès les années 1970.

Ce film marque le retour du réalisateur au genre du space opera, vingt ans après Le Cinquième Élément, et confirme son attrait pour le genre de la science-fiction, notamment après le succès mondial de Lucy en 2014[6]. L'univers du Cinquième Élément s'inspirait déjà des albums Valérian.

Cela faisait des années que Luc Besson envisageait de réaliser un film inspiré de l'univers de Valérian et Laureline. Un scénario était prêt en 2009, au moment de la sortie d'Avatar de James Cameron. Après avoir vu ce film, le réalisateur reprend à zéro, insatisfait par son propre travail d'écriture[7].

Le budget de 197 millions d'euros est de loin le plus important jamais réuni pour un film français[8],[9]. Astérix aux Jeux olympiques était jusque-là le plus onéreux avec un budget de 78 000 000 euros, juste devant Le Cinquième Élément (75 000 000 euros). Dans ce budget, Luc Besson touche 850 000 euros en tant qu'adaptateur et dialoguiste, 2,2 millions en tant que réalisateur, 2,2 millions en droits d'auteur, et 7 millions en tant que producteur (à partager avec sa femme Virginie Silla), ce qui représente la moitié des salaires totaux du personnel de tournage. Quant à sa société Europacorp, elle touche 3 millions pour la location de ses plateaux de la Cité du cinéma, et sa filiale Digital Factory facture 1,8 millions d'euros sa prestation de post-production[9],[10].

Fin 2015, Luc Besson organise un concours de costumes. 3 350 propositions sont faites puis étudiées par un jury composé d'Olivier Bériot et du rédacteur en chef de Yahoo Style, Joe Zee[11],[12].

Luc Besson a déposé une demande de crédit d'impôt auprès du Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) pour le film, qui n'a pas reçu une réponse favorable : sur les 197 millions d'euros de budget de réalisation, seuls 74,7 millions devaient être « dépensés en France », ce qui est loin des 50 % nécessaires[9]. En effet, le film devait dès le départ être tourné en anglais, et les effets spéciaux en grande partie réalisés en Nouvelle-Zélande[9]. Le film étant français, il ne pouvait pas non plus prétendre au crédit d'impôt destiné aux productions étrangères en France. Face à cette situation, Luc Besson a expliqué qu'il serait plus intéressant financièrement pour lui de tourner en Hongrie[13], ce qu'il souhaitait cependant éviter afin que les emplois générés par le film le soient en France. Le CNC a finalement autorisé en février 2016 une dérogation[9]. Le film a pu bénéficier d'un crédit d'impôt en France.

L'acteur principal Dane DeHaan au Comic-Con 2016, pour la promotion du film.
Et l'actrice principale Cara Delevingne aussi au Comic-Con 2016.

Distribution de rôles[modifier | modifier le code]

Dès le départ, Luc Besson cherche à réunir des acteurs anglophones. Le film sera tourné en anglais.

En mai 2015, Dane DeHaan et Cara Delevingne sont annoncés dans les rôles titres dès le dévoilement du projet du film[14]. En août 2015, Clive Owen rejoint la distribution dans le rôle du commandant Arün Filitt[15].

La chanteuse Rihanna rejoint la distribution le [16].

En décembre 2015, Luc Besson a annoncé sur Twitter que l'acteur-chanteur sino-canadien Kris Wu rejoint la distribution du film.

Luc Besson annonce que la mannequin russe Sasha Luss participera au film en juin 2015 puis, le 5 décembre 2015, que l'acteur Ethan Hawke rejoint lui aussi la distribution[17].

Le 8 décembre, on apprend que l'acteur John Goodman rejoint lui aussi la distribution mais seulement pour prêter sa voix à un personnage.

En janvier 2016, l'acteur néerlandais Rutger Hauer rejoint la distribution[18]. Quelques jours plus tard, Matthieu Kassovitz révèle sur Twitter qu'il fera une petite apparition dans le film[19].

Le mannequin et actrice Aymeline Valade rejoint également la distribution.

Le , Luc Besson annonce que le réalisateur et metteur en scène Benoît Jacquot joue dans Valérian[20].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a commencé le à la Cité du cinéma à Saint-Denis[21] et s'est terminé en [22].

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie internationale[modifier | modifier le code]

La sortie en France est programmée pour le .

Alors que de nombreuses rumeurs ont fait savoir que Valérian serait présenté au Festival de Cannes 2017 en séance spéciale ou en tant que film d'ouverture (comme Le Grand Bleu et Le Cinquième Élément)[23],[24], Luc Besson a démenti en déclarant que le film ne sera prêt qu'en juin et que le créneau n'est possible que si le film sort le jour ou le lendemain de l'ouverture[25].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, la critique est plutôt négative. Elle souligne la richesse visuelle de l'ensemble et l'inventivité des propositions, mais ajoute que la faiblesses du scenario, la dynamique des personnages, le jeu des acteurs et la qualité inégale des effets spéciaux affaiblissent le résultat final. Sur Rotten Tomatoes, le film obtient un score mitigé : 54% d'avis positifs sur un total de 131 critiques, 50% sur la base des 42 critiques les plus influentes[26].

Au Québec, la réception est du même ordre. Les critiques déplorent une romance peu convaincante entre les deux acteurs [27], un scenario et des dialogues faibles et des thèmes traités d'une manière simpliste[28], mais aussi le sexisme du film « techniquement à la fine pointe, mais sexuellement au goût d'hier »[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexandre Desplat préfère Valérian à Star Wars », sur Allociné, (consulté le 21 septembre 2016)
  2. http://cineuropa.org/nw.aspx?t=newsdetail&l=fr&did=326848
  3. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  4. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage, .
  5. « Luc Besson talks Valérian plans », sur Screendaily.com
  6. « Luc Besson adapte "Valérian" au cinéma », sur culturebox.francetvinfo.fr
  7. « Luc Besson prépare un Star Wars français », sur cinema.jeuxactu.com
  8. La production cinématographique en 2016. Les études du CNC, avril 2017.
  9. a, b, c, d et e « Luc Besson patriote, mais à 40% », Le Canard Enchaîné, no 4971,‎ .
  10. « Valérian: le jackpot de Luc Besson », sur BFM Business,
  11. « Valérian : Luc Besson révèle les gagnants du concours de costumes pour son space opera », sur Allociné (consulté le 18 décembre 2015).
  12. (en) « Announcing the Winners of Luc Besson & Yahoo Style’s ‘Valerian’ Costume Contest », sur Yahoo Style (consulté le 18 décembre 2015).
  13. « Luc Besson va-t-il tourner Valérian en France ? », sur lesinrocks.com
  14. « Luc Besson dirigera Dane DeHaan et Cara Delevingne dans Valerian ! », sur Allociné, (consulté le 21 août 2015)
  15. « Valérian : Clive Owen dans l'espace avec Luc Besson ! », sur Allociné, (consulté le 21 août 2015)
  16. « Valérian : Rihanna dans le nouveau Luc Besson ! », sur Allociné, (consulté le 8 décembre 2015)
  17. « Valérian : Ethan Hawke rejoint le film de Luc Besson », sur Allociné, (consulté le 8 décembre 2015)
  18. (nl) « Rutger Hauer in film Luc Besson », sur Allociné, (consulté le 31 janvier 2016)
  19. « Valérian : après Le Cinquième Elément, Matthieu Kassovitz retrouve Luc Besson », sur Allociné, (consulté le 31 janvier 2016)
  20. Publication Instagram de Luc Besson le 4 mai 2016
  21. « Valérian : Besson veut en faire un blockbuster à la française », sur lefigaro.fr
  22. (en) Tweet de Luc Besson - Twitter
  23. « Cannes 2017 : de Blade Runner 2049 à Valerian, quel film pourrait faire l'ouverture ? », sur Allociné,
  24. (en) « Cannes Speculation: Payne, Coppola, Haneke & What Isn't Festival-Bound », sur Deadline,
  25. (en) « Luc Besson's Valerian Won't Screen in Cannes », sur The Hollywood Repporter,
  26. « Valerian and the City of a Thousand Planets (2017) », sur Rotten Tomatoes, Fandango (consulté le 22 juillet 2017)
  27. Valerian and the City of a Thousand Planets: en apesanteur. Maud L'Archevêque, La Presse, 21 juillet 2017.
  28. Valérian et la cité des mille planètes: l'ennemi intérieur Eric Moreault, Le Soleil, 20 juillet 2017.
  29. Valérian et la cité des mille planètes L'avis de Mediafilm, Martin Bilodeau.

Annexes[modifier | modifier le code]

Internet[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]