Digital Domain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Digital Domain
logo de Digital Domain

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs James Cameron, Scott Ross (en) et Stan WinstonVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Bourse de Hong Kong (0547)[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Siège social 300 Rose Avenue
Playa Vista et VeniceVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau ?????
Site web www.digitaldomain.comVoir et modifier les données sur Wikidata

Digital Domain est une société spécialisée dans les effets spéciaux numériques, créée par le réalisateur James Cameron, Stan Winston et le superviseur d'effets spéciaux Scott Ross. Son siège est situé à Venice (Los Angeles) en Californie.

Digital Domain a été créée au début des années 1990. Les trois premiers films auxquels elle a participé à partir de 1993 sont True Lies, Entretien avec un vampire (Interview With a Vampire) et Color of Night. Elle a depuis participé aux effets spéciaux d'une cinquantaine de films parmi lesquels Apollo 13, Armageddon, Le Cinquième Élément, How the Grinch Stole Christmas, O'Brother (O Brother, Where Art Thou), Titanic, What Dreams May Come, Le Jour d'après (The Day After Tomorrow) et I, Robot et L'Étrange Histoire de Benjamin Button (The Curious Case of Benjamin Button).

En 2002, Digital Domain a créé D2 Software, une filiale qui commercialise le logiciel Nuke. Cependant le 10 mars 2007 la compagnie The Foundry s'est attribué les droits au Logiciel Nuke, The Foundry est réputé pour les plug-ins Keylight, Furnace et Tinderbox.

Le 15 avril 2012, Digital Domain met en œuvre une reproduction holographique en deux dimensions de Tupac Shakur au Coachella Festival.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Digital Domain : the leading edge of visual effects, par Mark Cotta Waz & Patricia Rose Duignan, Ed Virgin, 330 pages, 1996
  • Digital Domain, la création au service des effets visuels, dossier par Jean Segura, journaliste, juillet 2002 - [1]

Références[modifier | modifier le code]